La droite dans le piège de la gauche

La droite dans le piège de la gauche

Alors qu’à la suite du premier tour des municipales, la droite apparaît sans am­biguïté clairement majoritaire, les représentants UMP et centristes interrogés par les différents médias ont passé leur temps à tomber dans le piège tendu par la gauche et ses soutiens journalistiques, à savoir : qu’allez-vous faire au deuxième tour face au FN ?

Le jeune Jérôme Chapuis, sur LCI, a même été jusqu’à demander au président du groupe UMP à l’Assemblée nationale s’il se sentait responsable du bon score du FN !

La gauche et ses représentants n’avaient qu’un souci, dimanche soir, c’était d’essayer de masquer leur cuisante défaite (cf. les résultats à Marseille) en questionnant l’UMP sur ses éventuels liens futurs avec le FN.

Aucun des représentants de la droite n’a eu le courage de taper du poing sur la table en refusant ce débat inutile. D’une part, les électeurs sont seuls maîtres de leurs voix et, d’autre part, les alliances conçues par le PS avec les écologistes, le Front de Gauche et les restes du PC sont un mélange de torchons et serviettes peu glorieux et à but uniquement électoraliste.

Au lieu de tirer profit de sa victoire, en la mettant en exergue face aux erreurs préjudiciables du PS, la droite reste sur la défensive et se complaît dans son rejet stérile du FN – avec toujours le même argument : « Voter FN, c’est ouvrir un boulevard à la gauche » !

Il serait temps de changer de couplet et il serait temps que la droite prenne conscience que le FN a une place légale dans le paysage politique français.

On peut – et on doit – ne pas partager certaines de ses idées, mais son rejet en bloc, sans l’amorce d’un débat permettant de clarifier ces divergences, est le plus sûr moyen de jouer perdant, en tombant ainsi dans l’éternel piège tendu par la gauche et ses soutiens médiatiques.

Espérons que les huit jours avant le deuxième tour permettront quelques avancées dans ce sens pour éviter que des villes, majoritairement de droite, ne voient investir leurs mairies par des élus de gauche n’ayant obtenu que 30 % des suffrages (voire moins) au premier tour !

Jean-Paul Pfiffelmann

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • BRENUS Répondre

    Ca ne veut rien dire « tomber dans le piège de la gauche ». Si l’UMP se respecte, elle n’a qu’a envoyer les petits cons du PS se faire voir chez les grecs à chaque fois qu’ils tentent leur droleries de prétendu pacte républicain. Sans oublier de leur rappeler qu’il n’y a pas lieu de leur servir la soupe. Il faut réellement etre c.n pour tomber dans ces soit-disant pièges. Dès qu’ils ouvrent la gueule rappelez leur une formule « arabe » puisqu’ils affectionnent tellement la religion d’amour : les chiens aboient, la caravane passe.

    28 mars 2014 à 17 h 14 min
  • MEROU Gérard Répondre

    « La droite la plus bête du monde » n’a jamais été que sur la défensive face à la gauche. Jamais elle n’a été offensive, c’est la raison pour laquelle jamais elle n’a été une opposition.

    28 mars 2014 à 9 h 05 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      ce n’est pas  » LaDroite  » ( française ) qui est la plus bête du Monde mais bien ses … électeurs !

      30 mars 2014 à 15 h 20 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Questionner la gauche sur ses alliances avec Mélenchon et les communistes serait un bon moyen de dévier la question.

    28 mars 2014 à 9 h 01 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      absolument pas ! puisque chacun sait, grâce à l’E.N. , que le Communisme était la la Forme ultime et inégalable par d’autres voies, de la Démocratie ( pour et par le peuple )en somme une Démocratie arrivée à son zénith … il faudrait donc trouver autre chose et qui soit acceptable par le … Media et alors là ce n’est pas gagné … même sur les  » 4V²  » !

      30 mars 2014 à 15 h 18 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *