La foire d’empoigne dans la haute fonction publique

Posté le 10 juin , 2015, 10:36
10 mins

Que la France soit en décadence, personne ne le conteste. Ce qui est surprenant et alarmant, c’est l’accélération des phénomènes qui conduisent à cette décadence.
Et pourtant la France tient encore debout. C’est la fonction publique qui le permet. La haute fonction publique reste la colonne vertébrale du pays. Les socialistes s’en sont aperçus et, depuis Mitterrand, s’efforcent de la démolir, secondés allègrement par les politiciens de droite lorsqu’ils sont au pouvoir. J’en donne ci-après quelques exemples précis :
Pour accéder aux fonctions d’ambassadeur, c’est-à-dire représenter le chef de l’État à l’étranger, il faut réussir des concours difficiles. Après de nombreux séjours alternés à l’administration centrale du Quai d’Orsay et dans les ambassades et consulats, le diplomate bien noté peut espérer être nommé ambassadeur par décret pris en conseil des ministres vers 45-48 ans, si toutefois il accepte un poste difficile au Moyen-Orient ou en Afrique noire où il est souvent une cible. Je rappelle, à ce propos, que deux ambassadeurs de France ont été assassinés, l’un par nos « amis » syriens, l’autre par nos « amis » congolais.

Le plus souvent, le diplomate est nommé ambassadeur au-delà de 50 ans, après avoir préalablement fait ses preuves.
Or, Mitterrand, ayant découvert que la fonction avait un certain prestige, a nommé ambassadeur son médecin de famille qui, en ayant marre d’exercer la médecine, voulait voyager un peu. Caligula, l’empereur romain du Ier siècle après JC, avait nommé, lui, son cheval consul. De plus, devenu fou, il n’arrêtait pas d’augmenter les impôts. Il fut assassiné. N’insistons pas…
L’initiative de Mitterrand fut reprise par Chirac qui nomma un ex-député ami, non réélu et sans emploi, ambassadeur au Honduras, avant de rallier la représentation permanente de la France auprès du Conseil de l’Europe. Strasbourg est tout de même plus près de Paris que Tegucicalpa ! Un autre malchanceux, ex-secrétaire d’État aux relations avec le parlement, fut nommé ambassadeur représentant de la France auprès de l’OCDE.

Christine Boutin, une brave dame, plus communément appelée « l’Arlette des paroisses », s’est vu proposer l’ambassade au Vatican. Mais elle a refusé le cadeau pour, a-t-elle dit, « garder sa liberté ». En revanche, Olivier Poivre d’Arvor, frère cadet de PPDA, a été bombardé directement ministre plénipotentiaire, c’est-à-dire le plus haut grade dans la diplomatie, ce qui lui assure traitement et retraite jusqu’à la fin de ses jours, tout comme le médecin de la famille Mitterrand précité, ou encore un journaliste (assurément un bon journaliste, mais tout de même…) qui, grâce à ses relations, a été nommé ministre plénipotentiaire. Le Quai d’Orsay, terre d’asile !

Ce n’est pas tout. Ayant donc découvert que l’étiquette « ambassadeur » pourrait faire plaisir aux copains, le pouvoir politique s’est mis à créer à tour de bras des « ambassadeurs thématiques ». On en dénombre une trentaine. Le plus connu est Michel Rocard, ancien Premier ministre, nommé ambassadeur pour l’étude du Pôle nord et du Pôle sud. Gilles de Robien, plusieurs fois ministre tout au long du quinquennat de Jacques Chirac et ex-maire d’Amiens battu, a été nommé « ambassadeur » en charge de promouvoir la cohésion sociale ! Louis de Broissia, ex-sénateur UMP, l’un des piliers du groupe Hersant, a été bombardé ambassadeur de l’audiovisuel, chargé plus particulièrement d’étudier ce que l’audiovisuel peut apporter au développement des pays du sud ! Comme il faut respecter la parité, on découvre une certaine Patriziana Sparacino-Thiellay « ambassadeur » pour les droits de l’homme. Mais la mission la plus délicate et la plus prestigieuse, celle de promouvoir la gastronomie française, inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité, a été confiée à un ambassadeur authentique, un vrai, et cela en valait la peine. Donc cet ambassadeur, reçu par un chef d’État étranger, lui proposera notre lapin en gibelotte, cuit avec ses petits oignons. Surtout pas de petits pois à l’anglaise ! Mais il fera valoir la poule faisane, préférée du chef de l’État, à laquelle les chefs d’État étrangers et néanmoins amis pourront goûter à l’Élysée. Cette poule, tout entourée de navets, est, paraît-il, délicieuse.

Il va sans dire que tout ceci n’est pas anodin. Les heureux gagnants thématiques reçoivent passeport diplomatique, voyagent à travers le monde et perçoivent les indemnités qui accompagnent ce genre de distractions pérégrines.

Ce qui est beaucoup plus triste au regard de ce festival onéreux, c’est la décision du gouvernement, prise voici quelques années, de réduire à la plus simple expression, les indemnités allouées aux ambassadeurs en poste pour la réception annuelle du 14 juillet. Des instructions officielles les invitent à solliciter à cette occasion l’aide d’entreprises fixées dans leur pays de résidence et il m’est même revenu qu’une ambassade des États-Unis y était allée de son obole sonnante et trébuchante. Alors quel prestige peut être, en réalité, celui de l’ambassadeur de France mendiant des aides alimentaires qui pourrait s’entendre dire : « Excellence, tu t’souviens de la bouteille que j’t’ai refilée pour ton 14 juillet ? »
Cette décision de Paris est d’autant plus bête et scandaleuse que l’on sait ce qui est fait des centaines de milliards d’euros soutirées de la poche du contribuable et perdues dans les campagnes électorales et la démagogie sociale. Je précise que les cadres diplomatiques du Quai d’Orsay se limitent à 5 000 personnes. On en compte un million à l’Éducation !
On ne s’étonnera donc pas de ce qu’écrit le député Henri Guaino : « Notre politique étrangère est placée sous le signe de l’improvisation et d’impulsions successives qui s’expliquent souvent par des considérations de politique intérieure… » C’est-à-dire aider les copains et les copines.

Si vous voulez en savoir plus, lisez le livre récent de Franck Renaud : « Les diplomates ». On y apprend, par exemple, que, pleine d’humour, la France a proposé, voici quelques années, au Vatican un ambassadeur homosexuel, accompagné de son mignon. Le Vatican a refusé l’affront.

Quant aux préfets, la fonction étant ultra-politisée, plusieurs douzaines d’entre eux ont été mis sur étagères en attendant l’alternance.
Ceci dit, je ne veux pas attrister le lecteur par l’expression de la vérité le plus souvent affligeante.
Je lui conterai donc, pour terminer, une petite histoire. François Hollande, Président de la République, est, paraît-il, coutumier d’escapades nocturnes très personnelles et ce n’est pas pour réciter du Bossuet au clair de lune.

Toujours est-il qu’un brave citoyen a eu la surprise de le croiser à minuit dans les pissotières d’une station-service. Comme l’a dit, admiratif, un courtisan du président : « Quelle chance nous avons d’avoir enfin un grand chef d’État ! »

Sans doute allez-vous penser que cette charmante anecdote est tirée d’un journal de droite immonde. Eh bien, pas du tout ! Elle est citée et largement développée dans un grand journal de gauche : le « Monde » du 27 mai, p. 7…

26 Commentaires sur : La foire d’empoigne dans la haute fonction publique

  1. BRENUS

    14 juin 2015

    Ceux qui fustigent les comportements passés de nos rois guillotinés seraient ils d’accord pour guillotiner à leur tour leurs remplaçants de fait? Ce Valls plein d’arrogance qui commence par répondre “jevous emmerde” et trimbale ses lardons en jet d’Etat a nos frais au prétexte qu’il reste de la

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    13 juin 2015

    copains … coquins et … plus si affinités

    Jack Lang souhaite le retour de D. S.-K. en politique … allez donc savoir pourquoi ?

    Répondre
    • ghpelissier03599600

      14 juin 2015

      Pour nous “introduire” dans un monde dont il a du mal à “se retirer”. Bistouille Poirot

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        14 juin 2015

        où l’ on voit que vous possédez à fond l’ Histoire de l’ Atlas marocain ! heureusement que pour notre D’Jack il ne soit pas prêtre catholique; mais pour vous sortir du fond(ement ) heureusement qu’ il y avait les copains de l’ U.M.P. !

        Répondre
        • ghpelissier03599600

          15 juin 2015

          @Quinctius cincinatus
          L’UMP, l’UMP ça me dit quelque chose!
          Oui, j’y suis, un parti et ses adhérents contraints de faire un effort pour s’y retrouver quand ceux qui ont décidé d’en changer le nom, s’enfoncent dans une “raie publique” avec les “lardons” d’un ministre premier (@ de Soyer) pour ramener à la surface la fange qu’ils y auront trouvé. Bistouille Poirot

          Répondre
  3. Chevalier-Noir

    11 juin 2015

    La foire d’empoigne au sein de la haute fonction publique?
    On peut appeler ça aussi l’assiette au beurre…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 juin 2015

      du beurre ? du caviar plutôt !

      Répondre
  4. ghpelissier03599600

    10 juin 2015

    Toutes les grandes fonctions de l’Etat évoluent au gré de ses orientations politiques et se nourrissent de sangs nouveaux auquel peut même s’inviter une transfusion contaminée, des premiers ministres bipolaires et de “mignons” ambassadeurs peu habitués à disserter sur le sexe des anges. Il peut leur arriver d’aller pantoufler sur une étagère quand beaucoup embauchent à temps plein chez Paul Emploi. Aucun souci à se faire pour ces gens dont les lendemains sont garantis par l’alternance.
    Mais toutes ces situations scandaleuses on toujours existé et si pour des raisons vitales et secrètes votre carrosse a le temps d’atteindre Varennes, vous l’aurez voulu.
    Si vous décidez par contre d’emprunter un Falcon pour rendre visite à des amis espagnols en représentation théâtrale à Berlin, c’est l’informatique qui vous rattrapera. Ils le savent tous mais tous…s’essaient et s’étonnent d’être pris la main dans le pot de confiture. Cette main qui la veille encore décrochait un téléphone pour faire embaucher une petite amie friande de déplacements en taxi et poursuivie par une progéniture génétiquement atteinte de la même tare.
    Hier le roi et sa favorite se montraient à la cour, aujourd’hui l’Elysée se déplace masqué dans un zoo, avec le risque d’y égarer les codes nucléaires entre deux effusions bucoliques! Où est la différence ? Dans le nombre de belles conquises sur ordre où troussées sur canapé en Charente, à Paris Match, en Andalousie, (j’oubliais le Poitou) ou à Versailles? Rien n’a changé sur le fond quand seule la forme l’altère. Bistouille Poirot

    Répondre
    • Jaures

      10 juin 2015

      Ce qui change, c’est que si vos gouvernants fautent, vous pouvez les dénoncer et les renvoyer au prochain scrutin.
      C’est plus facile à supporter qu’une hérédité de 8 siècles.

      Répondre
      • ghpelissier03599600

        11 juin 2015

        Dans notre nouveau régime, “ils” arrivent à se maintenir à l’Assemblée Nationale, “ils” restent Premier Ministre, “ils” quittent peut être l’INA mais retrouvent un poste au Ministère de la Culture sans avoir fait acte de repentance et donc sous la dépendance d’une récidive chronique à laquelle un fiston allergique aux transports en commun, peut être associé.
        Sans compter qu’aujourd’hui les choses s’aggravent et qu’il est possible de revenir plus vite de l’île du Diable qu’il ne le parait ou de quitter précipitamment Neauphle Château sans risquer un Waterloo au bout de 100 jours.
        Nous ne sommes pas plus bêtes que les autres, nous manquons seulement de l’éclairage de média honnêtes et quand l’information sera légalement bâillonnée nous aurons à craindre qu’un club de foot andalou n’aboutisse à une finale jouée à Las Végas à laquelle serait conviée la descendance d’un président. De la même façon surveillez bien l’exploit d’un club magyar après 2017 et les frais de transport d’un nouveau président de la république, entre le Fouquet’s et Budapest…
        Allez Hilarion, mon dernier mot ne sera pas de te dire : “Tu montreras ma tête au peuple, elle en vaut….”, mais “Merci”,….. après que tu l’aies tranché, un légiste de mes amis m’ayant assuré que les cordes vocales restaient associées au cerveau après que le corps fut séparé du chef. Bistouille Poirot
        Prière de m’excuser pour le tutoiement mais Danton était un familier de son bourreau.

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        13 juin 2015

        d ‘ autant plus que les ( heureux ) élus n’ incarnent pas grand chose !

        Répondre
  5. Jaures

    10 juin 2015

    C’est cela “la décadence” ? Mais par rapport à quoi ?
    A la monarchie et ses privilèges héréditaires tandis que le peuple meurt de faim ou d’épidémie ?
    A l’Empire et sa cour d’opérette mondaine et onéreuse (“Les Compiègne”) ?
    Aux Républiques d’avant 1945, où l’on est toujours entre deux guerres ?
    Autrefois les privilèges étaient connus mais les remettre en cause interdit sous peine de mort. Aujourd’hui, et c’est heureux, le moindre écart est dénoncé. Quand l’exigence envers les gouvernants s’accroit avec la liberté de les mettre en cause ce n’est pas là la décadence mais son contraire.

    Répondre
    • zézé

      10 juin 2015

      Pitié épargnez-nous @Jaurès de vos éternelles élucubrations.

      Répondre
      • Jaures

        10 juin 2015

        Mais où élucubré-je ?
        Vous semblez regretter rois et reines, en quoi cette époque vous semble-t-elle plus libre, moins corrompue, bref moins décadente qu’aujourd’hui (je ne parle pas là des 1% de privilégiés mais de l’ensemble du peuple) ?

        Répondre
        • vozuti

          10 juin 2015

          Dans le monde parallèle de jaurès,les moindres écarts de nos dirigeants franc-maçons sont dénoncés et sanctionnés,alors que les rois dévorent les petits enfants au petit déjeuné sans que ça dérange personne.
          Ne lui dites pas que son monde parallèle n’existe que dans les brochures de propagande,laissez le rêver.

          Répondre
        • DESOYER

          10 juin 2015

          Pour une fois jojo, je suis d’acord avec vous: mieux vaut des monarques élus pour 5 ou 7 ans. Au moins, nous avons la possibilité de les renvoyer dans leurs foyers. Malgré tout, le peuple est souvent mal éclairé, les médias aux ordres, sinon nous n’aurions que des “hersantistes altuistes” au pouvoir, c’est-à-dire des gens compétents et altruistes, toutes choses que vous savez si vous avez lu mon bouquin.

          Répondre
          • vozuti

            10 juin 2015

            les renvoyer dans leurs foyers?
            Chirac est resté 40 ans au pouvoir,son fils spirituel juppé va être imposé président à 75 ans malgré ses condamnations pour corruption.on voit toujours les mêmes têtes de crapules…il faut regarder la réalité telle qu’elle est,pas telle qu’elle est supposée être en théorie!

          • Jaures

            10 juin 2015

            Cher Pierre, il est facile de dire que le peuple est “mal éclairée” parce qu’il ne partage pas majoritairement vos opinions. C’est Valéry qui disait “le peuple est souvent moins bête que les imbéciles ne le pensent”.

          • vozuti

            11 juin 2015

            Le peuple partage majoritairement l’opinion de la télé (la télé c’est la boite à conneries)

            médias aux ordres + peuple mouton = dirigeants nuisibles

            c’est l’équation qui explique pourquoi notre démocratie est foireuse.

          • DE SOYER

            12 juin 2015

            Malheureusement, Jojo, vous n’avez pas dû lire mon bouquin, sinon vous n’éructeriez pas vos inepties. Cela étant, le “peuple” finira peut-être par y voir clair.

      • quinctius cincinnatus

        13 juin 2015

        des ” élucubrations ” ? non des redondances ! @ Jaurès est un psycho-rigide et un obsessionnel … inlassable … sauf qu’ il vous lasse et vous fatigue !

        Répondre
  6. zézé

    10 juin 2015

    et de plus ils ont guillotiné notre Roi et notre Reine sans parler de ceux qui ne pensaient pas comme ces pourris… ce n’est pas possible ils ont dans leurs veines du sang de ces révolutionnaires !!!!!!!

    Répondre
  7. zézé

    10 juin 2015

    ECOEURANT !!!! à part cela tout va bien Madame la Marquise ! quand je pense que la 1789 était pour supprimer les privilèges des Monarques et autres nobles ! tous au même niveau : oui pour les sans dents, mais pas pour ceux qui sont aux postes de commande !

    Répondre
    • Hilarion

      11 juin 2015

      Qui ne voit qu’il ne s’agit pour les gouvernants que de prendre des places. Les postes sont en théorie des moyens d’action pour aller vers un objectif: améliorer le sort du peuple. Mais l’ objectif est oublié, il ne s’agit plus pour les gouvernants que de se pavaner et se goberger au frais du peuple à l’exemple de l’escapade aéronautique de Valls ou de la taxi dépendante Agnès Saal de l’Ina.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        13 juin 2015

        ce qu’ il y a d’ intéressant dans l’ escapade de Valls § et fils c’ est la suite qu’ il en donne

        – d’ une part pour le P.M. il ne s’ agit pas d’ une faute, mais SEULEMENT d’ une erreur d’ appréciation et de … communication ( ça on veut bien le croire )

        – et qu’ il se fabrique avec l’ aide de Platini un alibi de pieds nickelés

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)