La France en pleine implosion

Posté le juin 04, 2014, 7:00
6 mins

J’ai écrit, au cours des derniers mois, plusieurs livres. L’un d’entre eux porte sur la France, une fois encore, bien que je me sois juré plusieurs fois de ne pas revenir sur le sujet. La situation qui se dessinait me semblait trop grave pour que je n’en traite pas. Les analyses de la situation me paraissaient trop lacunaires pour que je n’ajoute pas certains points cruciaux.

Depuis, la situation s’est considérablement aggravée. Les points cruciaux que j’ai voulu ajouter aux analyses existantes me semblent plus pertinents que jamais.

Il s’est dessiné dans toute l’Europe, lors des récentes élections, un rejet assez massif de l’Europe qui se construit. Ce rejet a été divers et a pris des formes différentes selon les pays. L’UKIP (United Kingdom Independence Party) britannique n’a rien à voir, en termes d’idées, avec le Front National français (son dirigeant, Nigel Farage, ne veut d’ailleurs pas entendre parler de Marine Le Pen). Aube dorée, en Grèce, parti ouvertement néo-nazi et explicitement antisémite, est aux antipodes du Parti de la liberté aux Pays-Bas de Geert Wilders, ennemi de l’islam, mais ami d’Israël, qui, parce qu’il s’est allié au FN, en une alliance un peu contre nature, l’a payé électoralement. Le rejet n’en est pas moins clair, net, et sans ambiguïté.

Ce rejet, je le redis ici, ne changera rien à la construction en cours, car c’est une construction idéocratique de type constructiviste, au sens que Friedrich Hayek a donné à ce terme. Les adeptes de l’idéocratie et du constructivisme ne renoncent jamais, jusqu’à l’effondrement, car toute tentative idéocratique et constructiviste s’achève par un effondrement.

Ce rejet vient des conséquences et des effets de l’idéocratie et du constructivisme. Si la construction européenne n’avait été que la création d’un grand marché, d’une zone de libre-échange, si des dimensions d’abrasion des identités nationales et des cultures ne s’étaient mise en place, si les déficits démocratiques n’étaient allés croissants, si des réglementations de plus en plus complexes, de plus en plus restrictives, de plus en plus absurdes n’avaient pas été mises en place d’une manière qui ne peut que paraître arbitraire, nous n’en serions pas là.

La situation est particulièrement préoccupante dans plusieurs pays, la Grèce tout particulièrement. Elle est très préoccupante en France, même si cela ne se dit, pour l’heure, qu’à mots couverts. Le Parti socialiste est en ruines et mettra très vraisemblablement du temps à se reconstruire. L’UMP est presque en ruines et en train de se déchirer. Le Front national est devenu le premier parti de France, avec un programme socialiste et protectionniste, porteur de repli et de crispations indicatrices d’un profond malaise chez nombre d’électeurs, ainsi que d’une incompréhension de l’économie et du monde actuel.

La population française, comme d’autres en Europe, n’a plus de repères et n’est peut-être déjà plus une population, mais un ensemble de groupes sociaux dissociés et en conflit profond les uns avec les autres.

Pour définir ce qui se passe, j’utilise un terme emprunté à An­tonio Gramsci et un autre em­prunté à Émile Durkheim.

Une nomenklatura de gauche a édifié une hégémonie intellectuelle du type de celle à laquelle songeait Gramsci, lorsqu’il parlait d’investir les appareils culturels, journalistiques, politiques aux fins de remplacer ce qu’il appelait l’hégémonie capitaliste par une autre hégémonie faisant que tous les débats aient lieu selon les paramètres de l’autre hégémonie. Cette hégémonie intellectuelle, aujourd’hui en place, mène au désastre. La population le sent. Elle cherche des réponses. Elle n’en trouve pas et ne peut en trouver, car l’hégémonie a fait table rase et a effacé ou défiguré tout ce qui n’est pas elle.

Le résultat est ce que Durkheim a appelé l’anomie, c’est-à-dire l’abolition de ce qui permet à une société de fonctionner de façon dynamique. Le résultat de l’anomie est l’implosion. Nous sommes dans l’implosion. 

Guy Millière

12 réponses à l'article : La France en pleine implosion

  1. HansImSchnoggeLoch

    06/06/2014

    La dette de La France vogue depuis quelques jours allègrement au-delà du seuil des 2000 milliards d’euro.
    Le record absolu toutes catégories confondues sera atteint à la fin de ce quinquennat.
    Le principal responsable de ce fiasco ne sera sans doute pas réélu pour cet exploit mais il touchera une rente substantielle pour services non-accomplis aux frais des con-tribuables, bien-sûr.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    06/06/2014

    Les articles sur l’immigration et sur l’armée ont permis de délester un peu les commentaires contre Guy Milliere.
    Apparemment les combatants sont maintenant fatigués et certains doivent lécher les bleus et les bosses reçus lors des échauffourées.

    Répondre
    • deperi

      08/06/2014

      Merci monsieur Schnol, excellent article

      Répondre
  3. Oeildevraicon

    04/06/2014

    Monsieur Millière…

    Selon moi vous avez de bons mais aussi de mauvais articles, surtout lorsqu’ils s’adressent aux lecteurs des 4 vérités.
    D’autre part, ne faites pas à chacun de vos écrits, référence aux bouquins que vous avez édité, j’ai l’impression d’avoir comme interlocuteur un libraire et cela parasite tout le reste de votre message.

    Mes meilleures salutations.

    Répondre
    • René de Sévérac

      05/06/2014

      Oeildefauxcon, vous portez al votre nom.
      Vos remarques à Guy sont pertinentes.
      J’ajouterais
      « cher Guy, arrêtez de tout définir dans un cadre pro- ou antisémite, c’est énervant. Aussi énervant que le discours d’Alain Soral.
      Mais je vous aime malgré tout »

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        06/06/2014

        que voulez vous … des mono-maniaques il y en a partout et dans tous les  » secteurs  » ( voyez son alter-ego et pendant @ Jaurès ) … à la fin non seulement ils lassent, mais en plus, et ce dont ils ne sont pas eux-mêmes conscients, leurs obsessions personnelles font se réveiller des contre-obsessions … il faut que les  » 4 V²  » mettent Millière à la diète de pigiste d’autant qu’il n’a aucun talent de polémiste et que sa prose peut sans être excessif se comparer à de l’étouffe chrétien

        Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    04/06/2014

    Aussi vain qu’inutile de s’échiner à chercher  » DES  » responsabilités ; voici l’état ( historique ) actuel des lieux :

    la France s’est toujours identifiée sur ces deux piliers : comme étant une NATION et un ETAT … et IL N’Y A PLUS NI NATION NI ETAT

    TOUS les Hommes politiques Français qui se sont succèdés au pouvoir ont trahi LA FRANCE et le PEUPLE FRANçAIS . /

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    04/06/2014

    Guy Milliere a raison, la France déjà mal en point après 5 ans de Sarko, souvenons.nous de son ouverture à gauche, est entrée dans une situation sans issue avec l’arrivée des socialistes.
    Ces individus tout imbus de leur suffisance et de leur arrogance sont en train de casser le petit peu qui marchait encore.
    L’échec est programmé.
    Gageons qu’en 2017 il ne restera plus grand chose de correct à ramasser dans ce pays.

    Répondre
  6. Jaures

    04/06/2014

    Il y a plus de dix ans, Millière signait un texte intitulé « Naufrage de l’Europe politique » où, avec des nuances liées au contexte, il reprenait cet argumentaire de l’impossible union européenne. On sait qu’en bon atlantiste, le rêve de Millière serait un éclatement de l’Europe où les Etats-Unis pourraient faire leur marché selon leurs propres règles.
    Les atlantistes n’ont guère digéré que les pays de l’ex pacte de Varsovie ou de la baltique se tournent résolument vers l’Union.
    Le succès des eurosceptiques est lié avant tout à la situation économique de l’Europe due en grande partie, ne l’oublions pas, à la crise des subprimes. Les populistes démagogues ont beau jeu de montrer l’Europe comme bouc émissaire. Comme si le chômage n’existait pas avant l’euro ! Comme si la crise ne touchaient pas les peuples en dehors de l’Europe !
    Mais, et là Millière a raison, les discours populistes ne sont guère cohérents d’un pays à l’autre où l’on trouve, selon les contextes locaux, des régionalistes, des antisémites, des néonazis, des xénophobes, des gauchistes,…avec des programmes totalement contradictoires.
    L’analyse de la situation française est par ailleurs superficielle. Le FN a pu fédérer les eurosceptiques autour de propositions où chacun, du libéral au syndicaliste, peut trouver ce qu’il souhaite. Mais cet avantage ponctuel est aussi une limite car il condamne les alliances futures (on le voit déjà au niveau européen). Et surtout, il faudra que les élus, notamment locaux, rendent compte cette fois de leur bilan.
    Dans les autres pays, les eurosceptiques étaient divisés.
    Le cas du R.U est particulier, ce pays n’ayant qu’un demi pied dans l’Union.
    L’hégémonie intellectuelle dont parle Millière est un fantasme qu’il nous sert depuis toujours pour expliquer l’imperceptibilité de son discours. Pour que le libéralisme soit crédible, il faudrait qu’il ait fait la preuve de son efficacité pour la prospérité des pays ou des peuples. Or Millière, comme nombre de chantres du libéralisme se sont fourvoyés en vantant qui l’Amérique de Bush,qui l’Irlande ou l’Espagne dont nous avons constaté les échecs patents.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      04/06/2014

      où est la vérité ? parce que ce que vous dites en larmoyant ( ou plutôt que répétez, tout comme Millière nous reverse à chaque fois une louche d’americano-libéralisme bushien ) est aussi faux que ce que affirme avec violence  » Le Professeur  » ….

      Répondre
  7. druant philippe

    04/06/2014

    « porteur de repli et de crispations indicatrices d’un profond malaise chez nombre d’électeurs, ainsi que d’une incompréhension de l’économie et du monde actuel. »

    Mieux vaut le repli sur soi que la béance à l’ autre encouragée par le socialoliberalisme immigrationniste et destructeur d’ identités POUAH !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)