La France est gravement malade

La France est gravement malade


Bien sûr, la France est malade du covid, et de son confinement – comme beaucoup d’autres.

Malheureusement, il y a plus grave.

Si le covid est arrivé vers novembre 2019, est venu « en mê­me temps » un rapport du CESE concernant l’avortement.

Ce rapport nous dit : « Il convient de souligner que la légalisation de l’avortement n’a pas eu d’impact sur l’évolution démographique en France », sans citer le moindre chiffre ou étude pour corroborer cette affirmation.

Quelques lignes avant, on lit : « Le nombre d’avortements res­te globalement stable depuis sa légalisation entre 210 000 et 220 000 par an. » Ce qui nous fait donc, sur les 45 ans d’application de la loi Veil, 9,6 millions de Français de moins !

Un professeur à Sciences Po disait dans « Les Échos » du 21 février 2018 : « la France doit s’ouvrir aux migrants, afin de compenser le manque de main-d’œuvre et le vieillissement de notre population. »

L’INSEE précisait en 2018 : 66,89 millions d’habitants en France dont 59,68 Français de naissance (ou par acquisition), donc 7,21 millions d’étrangers.

En 2016, une étude américaine du Pew Research, parlait de 5,6 millions d’étrangers avec une hausse d’un million en 6 ans donc de 2010 à 2016 – une belle accélération !

Comparons à l’Allemagne qui ne fait pas une promotion forcée de l’avortement : nos voisins ont une baisse constante du nombre d’avortements, à moins de 100 000 par an pour 80 millions d’habitants.

D’une loi pour répondre à des situations d’urgence, on est passé à une loi de propagande mortifère, étendard des transgressifs. Tel est le cas depuis la mandature Hollande avec, entre autres, la mise en place de quotas d’avortements dans les hôpitaux et l’échographie pour un avortement mieux remboursée que pour une naissance.

À cela s’ajoutent les mesures anti-famille, responsables de la baisse de la natalité, seule courbe qu’ils ont réussi à inverser !

Pour autant, les chiffres de mortalité en France, dans cette épidémie, sont dignes d’un pays en voie de développement.

Nous n’avons pas traité les malades et avons un plus fort taux de mortalité que des pays plus pauvres. Et comme cela n’est pas encore assez, il est demandé (toujours dans le cadre de la loi d’urgence) d’utiliser comme dérivé euthanasique, le Rivotril, pour les personnes fragiles.

Il appartiendra aux Français de demander des comptes et de se mobiliser, malgré les drones de surveillance et la police de la bien-pensance.

Il n’y a pas que le covid qui vient de Chine, les méthodes contre le peuple aussi !

Ce pays est malade, mais chacun de nous a le remède pour sortir de l’abrutissement collectif imposé par de mauvais bergers, menant le peuple à sa perte.

Retrouver une vraie liberté, une vraie démocratie, pas celle des lois dirigées contre le peuple.

Il faudra chercher les responsables. Pourquoi avons-nous déremboursé nos médicaments fabriqués en France, pour rembourser des génériques chinois ?

Pourquoi avons-nous fermé 100 000 lits d’hôpitaux en 20 ans quand, « en même temps », nous augmentions la population avec le flux d’étrangers arrivant sur le territoire ?

La société ne saurait s’édifier sur un lit de mort. Les républicains ont, jadis, coupé des têtes ; aujourd’hui, leur stratégie est aussi efficace. Ils se disent du nouveau monde, ils sont bien de l’ancien ! Ceux-là mêmes qui encensent soignants et pompiers, sont ceux qui les ont fait tabasser dans les manifestations quelques mois auparavant.

Nous ne vivons pas seulement un ralentissement, mais un effondrement.

L’occasion nous est donnée d’aller à l’essentiel, en quittant le « moi et mes droits », pour retourner à ce qui fait un peuple, ses racines, son bien commun.

Puissions-nous écouter notre conscience, face à l’illusion de la toute-puissance. L’homme comblé n’est pas prévoyant et ressemble au bétail qui se jette dans le précipice. À l’Homme de retrouver sa « vraie liberté », pas celle des prétendues lois qui le rendent esclave.

Notre territoire, la santé, une écologie respectueuse de l’homme et de son environnement, le soin aux plus faibles doivent l’emporter sur la course à l’armement, à la technologie, à l’espace, à la manipulation du vivant.

La pire des récessions serait que tout cela n’ait servi à rien.

Partager cette publication

Comments (4)

  • quinctius cincinnatus Répondre

     » la France est gravement malade  » nous dit le titre

    avons nous le nombre de lits suffisants en réanimation ?

    06/05/2020 à 12 h 23 min
    • OMER DOUILLE Répondre

      Le « nombre de lits » ? Peu importe : les décès d’ autochtones, même à très fort niveau peuvent être compensés sans peine par l’importation sans limites des « chances » africaines qui ne demandent qu’à nous remplacer et ont déjà commencé à le faire. Par contre, pas sur qu’accepter toujours plus de renards dans les poulaillers, contribuera à maintenir la production d’oeufs. De même qu’ajouter des pommes pourries dans un panier de fruit pour faire nombre est loin de garantir les besoins d’une alimentation, même élémentaire.

      07/05/2020 à 1 h 05 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        OMER oh désespoir toujours aussi sensible à l’ humour même du plus petit et dans ce cas du plus médiocre degré votre aversion pour moi trouble gravement votre jugement qui n’ est déjà pas très élevé en tout cas en ces matières

        07/05/2020 à 15 h 19 min
        • OMER DOUILLE Répondre

          Si je comprends bien votre réponse à mon commentaire, vous vous considérez comme une « pomme pourrie ». Vous ne devez pas être loin de la vérité et, d’une certaine façon, au sens figuré, vous ne cessez de venir pourrir ce site. Tirez vous auprès de vos maitres : vous n’avez rien a faire auprès de ceux que vous appelez des franchouillards et allez soigner votre allergie aux leudodermes dans le pays de vos ancêtres. Raoust !

          08/05/2020 à 1 h 05 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: