La France, village Potemkine

La France, village Potemkine

En moins de deux générations, le paysage de la France s’est considérablement transformé.

Ses campagnes, son agriculture, son industrie, nos villes et nos villages, nos commerces et nos écoles ne ressemblent que de très loin à ce qu’ils étaient au temps de la photo et du cinéma en noir et blanc.

Nos églises dressent toujours fièrement leurs clochers centenaires, mais ne sonnent plus que rarement pour l’angélus ou la messe dominicale.

Quand on prend le train ou la route, on voit souvent défiler des usines désaffectées, des cheminées qui ne fument plus – vestiges d’un temps pas si lointain, où presque tout le monde y trouvait du travail.

Cependant, alors que le pays a connu des changements sans précédent depuis 50 ans, presque rien n’a changé dans notre organisation politique et administrative.

Nous avons toujours les mêmes départements qu’en 1790.

Notre appareil d’État, loin de se rationaliser, s’est complexifié avec des conseils régionaux, des communautés de communes, rurales ou urbaines et, depuis peu, cette ultime et géniale innovation des binômes paritaires, qui n’ont fait que multiplier le nombre déjà pléthorique des élus et des fonctionnaires.

Alors qu’une bonne partie du pouvoir législatif a été transférée de fait aux instances européennes, nous avons toujours 577 députés, 350 sénateurs, un CESE qui ne sert pratiquement à rien, une Cour des comptes qui accumule des rapports rarement suivis du moindre effet.

Et quantité d’offices, d’instituts ou d’agences dont l’utilité est douteuse.

Aucune réforme de fond pour équilibrer nos comptes publics et ceux de nos régimes de retraite n’a pu être menée à bien depuis 20 ans.

Avec invariablement, un gouvernement de 35 ministres ou secrétaires d’État, là où 15 suffiraient largement.

Nos jeunes passent des examens «bidon», brevet des collèges et baccalauréat vidés de leur sens, puisque quasiment tout le monde est reçu.

Mais, alors que le déclassement du pays se confirme d’année en année, notamment dans l’enseignement, secteur clé de notre avenir, on fait semblant de ne pas voir le désastre qui vient, comme nos prédécesseurs de l’entre-deux-guerres ou ceux des années 1950 qui fermaient les yeux sur des orages terriblement menaçants.

Des gens sont payés pour ripoliner la façade, nous dire que la France est très attractive (surtout pour les prédateurs et les profiteurs !) et donc que tout va très bien, Madame la marquise!

Le pays est en proie à ce que certains appellent une tsunamigration, dont les effets délétères ne laissent pas d’inquiéter, mais, comme dit la chanson : « Il y a du soleil sur la France, tout le reste n’a pas d’importance.»

De fait, le journal de TF1 commence toujours par le bulletin météo, avant toute autre nouvelle qui pourrait troubler la béatitude et les divertissements du bon peuple.

Avec tout de même une petite ombre au tableau : deux tiers des électeurs se sont abstenus de voter mais, rassurez-vous, braves gens, tous les sortants ont été réélus, la plupart avec mention, comme nos heureux bacheliers!

On ne parle plus que du Tour de France, de nos châteaux, chapelles et monastères, héroïques témoins de notre grandeur, Julian Alaphilippe a obtenu le maillot jaune et notre équipe de foot avait naguère toutes les chances de gagner.

Bref, la France ressemble de plus en plus à un gigantesque village Potemkine, avec de belles façades qui font encore illusion mais derrière lesquelles il n’y a que le vide et le gouffre d’une faillite lancinante.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • Eno Répondre

    Dormez….Dormez….Braves Gens….l’Etat vous surveille…..
    Surtout les non vaccinés….
    Pour votre bien-être….
    Votre Sécurité….
    Ouvrir grand nos frontières….
    Oublions le nom de France….
    Vive le Mondialisme Heureux !
    Et une Population acceptable
    Au nom d’Une Ecologie Organisée !
    Le Grand Reset nous sauvera .
    Ps : s’appuyant sur Hegel !
    Et bien sûr, « le meilleur des Mondes » !

    07/07/2021 à 16 h 34 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    La France, à part Paris où se trouve le bureau plaqué or du Grand Timonier, est comme presque tout le monde le sait, constituée de territoires. Les provinces d’antan ont disparu, remplacées par des entités qui ont beaucoup d’analogie avec les Territoires du Nord-Ouest Canadien.
    D’après la classe sachante et dirigeante du pays ces territoires seraient peuplés de pingouins, oiseaux particulièrement stupides et facilement manoeuvrables.
    Mais pas entièrement les dernières élections l’ont prouvé.
    Les pingouins commencent enfin à se rebiffer.

    06/07/2021 à 19 h 03 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: