La gauche française aux abois

La gauche française aux abois

En regardant le pitoyable spectacle donné ces derniers jours par la gauche présentement au pouvoir, je n’ai pu que me demander jusqu’où ira la vilenie de celle-ci.
La tentative de faire passer les critiques de diverses décisions ineptes pour des racistes peut sembler être un subterfuge usé jusqu’à la corde. Plusieurs ministres, à commencer par le premier d’entre eux, et le chef du Parti socialiste, y recourent néanmoins. Sans retenue ni vergogne.
On savait déjà que Christiane Taubira pouvait tout se permet­tre pour dévoyer la justice ou détruire la famille. Dès lors qu’elle n’est pas blanche, elle est, disent ces gens, incritiquable. Toute critique la concernant se trouve reconduite à la couleur de sa peau et à ses origines ethniques.

On sait maintenant que ce qui vaut pour Christiane Taubira vaut aussi pour Najat Vallaud-Belkacem. La réforme de l’éducation qu’elle entend mettre en œuvre suscite, à juste titre, un torrent d’hostilité ? Le dire est, disent encore ces gens, pratiquer une discrimination xénophobe : elle est née arabe, et ses projets et ses propos doivent être acceptés sans la moindre remarque négative.

Le maire de Béziers se déclare favorable aux statistiques ethniques ? Cela fait de lui, disent toujours ces gens, un abominable adepte de l’épuration.
Le fait que des statistiques ethniques soient utilisées dans nombre de pays démocratiques pour mieux cerner les problèmes, qu’ils soient liés au parcours scolaire, à la délinquance ou au chômage, est très largement laissé de côté.

Le discours de culpabilisation de l’Occident peut lui-même avoir des allures de disque rayé. Cela n’empêche pas d’y recourir. Sans le moindre respect pour les faits. François Hollande s’est rendu à Pointe-à-Pitre pour inaugurer un très coûteux « centre de mémoire de la traite et de l’esclavage » et, tout en fustigeant les passeurs d’immigrants clandestins agissant sur les côtes de la Libye, il s’en prend aux Français qui ont pratiqué ce qui fut appelé le « commerce triangulaire ».

Sans rappeler, bien sûr, que les pourvoyeurs d’esclaves étaient Africains et sans rappeler non plus que, si le monde occidental a effectivement eu recours à des esclaves, il n’était pas le seul, mais a, par contre, été le seul à dénoncer le caractère inhumain et immoral de l’esclavage, et à énoncer et pratiquer l’abolition de celui-ci.
Le pire, cela dit, a été la visite de François Hollande à Cuba. Aller à La Havane pour rendre hommage à Fidel Castro, dictateur à la retraite, à son frère Raul, dictateur en activité, et à la mémoire d’Ernesto Guevara, médecin argentin devenu tueur de la dictature castriste naissante avant d’aller pratiquer le terrorisme au Congo, puis en Bolivie, a été un geste immonde relevant de la démagogie la plus fangeuse.

L’objectif était de caresser les derniers communistes français dans le sens du poil, à des fins électorales. Il était aussi de venir préparer le terrain pour des contrats qui permettront tout à la fois à des entrepreneurs sans scrupule de disposer d’une main-d’œuvre à bas prix et qui ne fera jamais grève, et à la dictature d’encaisser des devises qui lui permettront de survivre.
On parle ici et là d’« ouverture » de Cuba par l’économie. La réalité est très différente. Des entreprises pourront s’implanter. La dictature pourra continuer. Privée de l’aide soviétique depuis 1991, et de l’assistance vénézuélienne depuis que le défunt Hugo Chavez a ruiné son propre pays, les Castro devaient trouver des parrains de rechange.

Ils en ont trouvé un en la personne du pape François, le premier pape imprégné de théologie de la libération. Ils en ont trouvé un deuxième en la personne de Barack Obama, le premier président anti-américain des États-Unis. Ils en ont trouvé un troisième avec l’actuel président de la république française, cynique et médiocre disciple de son maître, François Mitterrand.
Quelle sera la prochaine étape pour la gauche française ? Un rapprochement avec Kim Jong-un ou Ismaïl Haniyeh ? Une visite d’État à Paris pour Ali Khame­nei ? En écrivant ces mots, je plaisante à peine. Encore deux ans à les subir. Que cela peut être long, deux ans !

Partager cette publication

Comments (20)

  • Hilarion Répondre

    A Jaurès 1er Juin 17h15 Je n’ai pas aussi déploré que les jours de pluie soient moins gais que les jours ensoleillés. Désolé pour l’omission.

    01/06/2015 à 20 h 13 min
  • DESOYER Répondre

    Et après tout, quelle honte y-t-il à être raciste? Je souhaite que mon pays soit dirigé par des Français « de souche ». N’est-ce pas mon droit le plus strict?

    29/05/2015 à 17 h 10 min
    • Jaures Répondre

      Bien sûr, si vous préférez qu’il soit « de souche » avant d’être intègre et compétent.
      Mais à partir de quelle antériorité considérez-vous un Français comme « de souche » ? Combien de générations ?
      Intégrez-vous les territoires français d’outre-mer sachant que certains sont français depuis plus longtemps que plusieurs territoires de la métropole ?

      29/05/2015 à 17 h 33 min
      • DE SOYER Répondre

        Je préfère qu’il soit « de souche » intègre et compétent, donc pas socialiste.
        « De souche »: disons au moins quatre arrière-grand-parents nés en France. Quant aux ultra-marins, je les intègre, mais je ne leur donne que le ministère des DOM-TOM: logique non? Ce ministère adapte les lois françaises aux spécificités de ces territoires, donc autant que ce soit eux qui plaident leur cause.

        30/05/2015 à 13 h 02 min
        • Jaures Répondre

          Au moins 4 arrières grands parents ?
          On sait qu’un Français sur 4 a un grand parent étranger.
          Si on y ajoute ceux qui sont hors de votre fourchette et ceux qui ne peuvent prouver une telle ascendance, c’est plus de la moitié des Français que vous éliminez de la démocratie.
          Comment croyez-vous que ceux-ci feront valoir leurs droits ?

          01/06/2015 à 10 h 56 min
          • DE SOYER

            Valoir quels droits? Pourquoi auraient-ils des droits particuliers? Pour être plus précis, sur un gouvernement de 30 membres, je souhaite au moins 27 blancs (soit 90%). On met un ultra-marin aux DOM-TOM, un Maghrébin ou un Noir à la Ville et un autre immigré (qui peut aussi être asiatique ou sud-Américain) à un autre ministère secondaire au titre de la diversité. Mais pour le reste, du Blanc, nous devons rester maître chez nous, notamment dans tous les ministères dits régaliens.

            01/06/2015 à 11 h 59 min
          • Hilarion

            Pour moi peu importe la souche. Et peu importe qu’un français soit noir vert jaune ou bleu. Pour moi un Français ce peut être un harki trahi par De Gaulle et un porteur de valise au FLN bien souchien celui là, une ordure à qui le nationalité française aurait du être retirée à défaut de lui avoir collé les quelques grammes de plomb réglementaires. Pour moi un Français ça n’écrit pas « Nique le France », ça ne « rappe » pas des ordures à l’égard du pays qui le nourrit, alors que le pays étranger qu’il vénère est juste capable de le laisser crever de faim. Un Français ça ne caillasse pas les pompiers, la police, les médecins, autant de services qu’un pays civilisé met à la disposition des citoyens et à ses frais.
            Pour moi un Français ça respecte les femmes quelle que soit la longueur des jupes qu’elles portent. Pour moi un Français ça sait qu’un médecin homme ou femme procède à un examen scientifique excluant on ne sait quelle pratique suggérée par un esprit tordu. Pour moi un Français, ça serre aussi bien la main d’une femme que d’un homme. Pour moi un Français ça ne considère pas comme une p…une femme qui porte un bikini sur une plage. Cette liste de ce qui fait un Français est loin d’être exhaustive. Mais ce qui fait un Français, ce sont des millénaires d’une culture au substrat chrétien qui met en avant la compassion et l’ouverture à l’autre. Le christianisme une idée par ailleurs devenue folle comme l’a dit je ne sais plus quel philosophe et à laquelle par F. Nietzsche a adhéré, car conduisant à un ethnomasochisme ou l’Occident est en train de se saborder au profit de populations bien loin de partager ses valeurs et qui rigolent de ce qu’elles prennent non pour de la générosité, sentiment entraînant gratitude, mais imbécile faiblesse dont il convient de se goberger.

            01/06/2015 à 13 h 14 min
          • Jaures

            Finalement, pour vous, un Français c’est quelqu’un qui respecte les lois de la République.
            Mais quand, à juste titre, vous stigmatisez les actes d’incivisme, pourquoi ne vous vient-il pas spontanément des exemples tout aussi condamnables comme frauder le fisc, escroquer ses clients, travailler ou faire travailler au noir, ne pas respecter le code de la route, … ?
            Ou, concernant les femmes, ne vous semble-t-il pas tout aussi irrespectueux de les payer moins pour un même travail, de les exclure des organes de décision, d’oublier les pensions alimentaires, de les laisser assumer 80% des taches ménagères ou de les importuner dans les transports en commun ?

            01/06/2015 à 17 h 15 min
          • quinctius cincinnatus

            très bonne réponse @ Hilarion sans doute parce que je la partage dans pratiquement toute sa totalité ! relevons une fois encore que notre adolescent dans sa révolte à perpétuité nous brandit dans la réponse qu’ il vous fait et devant votre conscience effarée son code de la route et son fer à repasser ***

            *** dans ce cas un légionnaire et un matelot embarqué est LE modèle même du parfait époux … et là je sais de quoi je parle

            01/06/2015 à 18 h 42 min
  • BRENUS Répondre

    « Concernant l’esclavage, que faudrait il faire  » ? D’abord ni nier ni occulter le fait qu’il fut – et est encore dans certains cas – plus largement pratiqué par les peuples africains eux-memes (noirs ou blancs) . Que les razzias durant des siécles des cotes méditérranéennes de l’Europe par ces saloperies de pirates maghrébins n’avaient pour autre but que de capturer des esclaves (européens, ceux là) avec pour destination d’en faire des putes pour les femmes et des eunuques par écrasement des testicules pour les hommes. Dans ces conditions, plutot que tenter une colonisation hasardeuse, il eut mieux vallut ravager systématiquement et régulièrement ces nids de punaises, la tuberculose ambiante se chargeant du reste.

    28/05/2015 à 17 h 54 min
    • Jaures Répondre

      Evidemment, avec Brenus et druant comme profs d’histoire, les cours auraient une toute autre tournure.

      28/05/2015 à 21 h 41 min
  • druant philippe Répondre

    @qc :

    à qui vous adressez – vous ?
    En ce qui me concerne , je suis (ultra)nationaliste , antimondialiste et malthusien bien décidé à en découdre autrement que verbalement avec les muzz et autres colorés à forte natalité .
    Des cosmopolites socialistes comme Jaures me répugnent au dernier degré et j’ aimerais qu’ ils subissent le sort du malheureux William Walace : hanged , drawn and quartered .

    28/05/2015 à 8 h 57 min
  • Philippe Mangé Répondre

    Eh oui, certains éditorialistes ont un comportement proche de celui des eunuques: comme eux, ils savent ce qu’il faut faire, ils disent ce qu’il faut faire, ils expliquent comment il faut faire mais ils ne peuvent pas le faire !

    27/05/2015 à 18 h 53 min
  • druant philippe Répondre

    Pas de quoi !
    Vous savez que si je peux nuire à votre cause socialope , c’ est vraiment de bon coeur !

    27/05/2015 à 16 h 45 min
  • druant philippe Répondre

    Quand on ne nous les gonfle pas avec la hollow cause , on nous ressort l’ esclavage .
    Foin de repentance et de mea culpa : crapoto basta à jamais !!!!!
    A propos du petit peuple qui aurait tant souffert , voici la réponse de Alois Brunner : « Tous méritaient de mourir parce que c’étaient les envoyés du diable et des ordures humaines. Je n’ai aucun regret et je le referais »

    27/05/2015 à 14 h 53 min
    • Jaures Répondre

      Là encore, vous reformulez avec une précise concision la pensée qui se dit anti-repentance partagée par la plupart des éditorialistes des 4V.
      Remerciements.

      27/05/2015 à 16 h 26 min
  • druant philippe Répondre

    Le chef relativiste a encore frappé !
    Il y a de très fortes chances que les noms arabes figurant sur la liste de R. Menard soient ceux de muzz : les arabes chrétiens ou athées de parents muzz sont en France une minorité , mossieu .
    Nous sommes chez nous et si nous voulons stigmatiser (mot important de la novlangue socialojauressienne) , nous stigmatisons , que cela vous plaise ou non : de votre bien pensance , nous n’ avons rien à cirer !!!!
    J’ oubliais , qu’ ils soient chrétiens ou athées , le sort des arabes / maghrébins , me laisse de marbre : qu’ ils se fassent équarrir , décapiter , écorcher vifs , écartelés , peu me chaut , ce ne sont pas des gens comme nous .

    27/05/2015 à 14 h 46 min
    • Jaures Répondre

      Vous avez assez bien résumé la pensée et les buts de M Ménard soutenu par Guy Millière.
      Je vous en sais gré.

      27/05/2015 à 16 h 23 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        Vous me semblez être jeune, démocrate ( et républicain aussi ! ), plein d’ une fougue toute virile ( ? ), je m’ étonne donc que vous soyez encore dans vos pantoufles au lieu que de combattre le fanatisme et l’ obscurantisme religieux en Irak ou en Syrie par exemple … à moins que vous ne soyez qu’ une  » grande gueule  » comme Manuel Walls

        28/05/2015 à 7 h 44 min
  • Jaures Répondre

    Millière confond allègrement les statistiques ethniques et la stigmatisation.
    Robert Ménard n’a absolument pas prétendu faire oeuvre sociologique. Son discours était clair: » On le sait: le nom fait confession ». Il ne s’agissait pas là de connaitre la composition ethnique des écoles mais de mélanger origine et croyance, culture et religion.
    Millière, soi-disant professeur d’Histoire des Cultures devrait être le premier à ridiculiser cette démarche en rappelant qu’on peut être arabe et chrétien, d’origine musulmane et athée.
    Des centaines de personnes, dont la famille d’Abel Chennouf, chrétien d’origine maghrébine tombé sous les balles de Merah ont pourtant réagi aux provocations du maire de Béziers. Qu’importe ! Pour Ménard ou Millière, tu t’appelle Chennouf, tu es musulman !

    Concernant l’esclavage, que faudrait-il faire ? Dire qu’on l’a aboli mais pas qu’on l’a pratiqué ? Dire qu’on l’a pratiqué mais que comme d’autres l’ont fait cela ne compte pas ? Doit-on passer sous silence que pour la libération de leurs 247 810 esclaves les colons reçurent plus de 123 millions (équivalent de 4,5 milliards d’euros) le 30 avril 1849 alors que les esclaves ne reçurent strictement rien ?
    L’intérêt de nos démocraties n’est-il pas de regarder notre Histoire objectivement, sans considérer que nous en sommes aujourd’hui responsables ou que nous aurions à avoir honte ou être fiers de ce qu’ont pu accomplir nos ancêtres il y a plusieurs siècles ?
    L’Histoire de tous les pays, quels qu’ils soient aujourd’hui, est une suite de violences et de massacres. La France comme les autres, ni plus ni moins.

    Enfin, je veux bien que l’on ne rencontre plus les dictateurs. Il faut dés lors décider de couper toutes relations commerciales et diplomatiques avec nombre de pays dont la Chine ou l’Arabie Saoudite.
    A moins qu’il soit plus moral de serrer la main d’un dictateur dés lors qu’il possède de fortes réserves de pétrole ou la bombe nucléaire. G.W.Bush que Millière adulait en son temps ne s’est d’ailleurs pas privé de rencontrer chaleureusement les représentants de ces pays dont les dirigeants n’était pas pires que Castro, juste plus riches ou mieux armés.

    Enfin, que Millière ait hâte que Hollande termine son mandat est son droit le plus strict mais pour le remplacer par qui ? Jamais un chef d’Etat français n’a trouvé la moindre grâce à ses yeux. Après avoir voté pour Sarkozy en 2007, il en a dit pis que pendre en 2012 pour à présent souhaiter son retour.
    Jusqu’au prochain retournement.

    27/05/2015 à 13 h 20 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *