La gouvernance française à l’heure espagnole

Posté le mai 07, 2014, 7:00
9 mins

Curieusement, alors qu’il reste encore quelque 55 millions de Français authentiques en France sur 65 millions d’habitants, l’actuelle gouvernance de notre pays est d’origine espagnole.

Le Premier ministre, assez récemment naturalisé, et aux convictions socialistes, semble-t-il, assez récentes, est d’origine espagnole. Le conseiller politique du Président, jusqu’à ces derniers temps, était d’origine espagnole. Le conseiller diplomatique du Président est d’origine espagnole, et Madame le Maire de Paris est, elle aussi, d’origine espagnole, plus précisément de Cadix, où réside une partie de sa famille. Sans doute, certains diront : « Pourquoi pas ? C’est l’Europe et nous n’en sommes plus au temps de Louis XIV et de Napoléon. » Le problème est qu’il y a un « mais » ; il y en a même deux.

Peut-on citer un pays étranger gouverné par des politiques d’origine française ? Non.

L’autre « mais », le plus important, est que ces Français d’origine espagnole sont tous des descendants ou sympathisants des républicains communistes et anarchistes qui se sont réfugiés en France en 1939, après avoir échoué à instaurer en Espagne une dictature communiste, faite de tueries, de pillages et de destructions. Si j’en crois la presse, et non pas la presse de droite, mais plus simplement le « Monde », journal de gauche, on apprend (à la lecture de son magazine du 5 avril) que Madame le Maire de Paris qui, elle, s’est fixée en France il n’y a pas très longtemps, est très solidaire du président du groupe communiste au conseil de Paris, qui la représente à la commémoration de la « Retirada », c’est-à-dire de l’exode des réfugiés communistes en France, en 1939, après la victoire de Franco.

Cet épisode nous conduit tout naturellement à rappeler ce que furent en Espagne les activités préférées de ces « républicains ». Pour l’historien français Guy Hermet, le massacre des prêtres espagnols représente la plus grande hécatombe anti-cléricale avec celle commise en France en 1789-1793. L’historien britannique Antony Beavor cite le chiffre de 13 évêques, 4 184 prêtres, 2 365 membres d’ordres divers et 283 religieuses, arrêtés, torturés, exécutés. Des prêtres sont, dit-il, brûlés vifs dans leurs églises et l’on signale des cas de castration et éviscération. De nombreuses sépultures religieuses ont été profanées. Les incendies de bâtiments religieux se sont multipliés dans la région de Barcelone notamment. Dans plusieurs grandes villes les socialo-communistes ont créé des commissions d’enquête sous le nom de « checas », en référence à la Tchéka soviétique de Trotski. Les suspects de droite sont traînés devant les « checas » et généralement abattus sommairement. « Mieux vaut condamner cent innocents qu’absoudre un seul coupable », déclare Dolorès Ibarurri, la présidente du Parti communiste, dite la Pasionaria.

Entre le 6 et le 8 novembre 1936, alors que Madrid est encerclée par l’armée du général Franco, et que le communiste Santiago Carrillo détient le poste de conseiller à l’ordre public de la junte de défense madrilène, 2 750 détenus politiques sont fusillés au cours du massacre dit « de Paracuelos ». À Figueras, en Catalogne, le comité anarchiste fait incendier le couvent des religieuses françaises. 250 des 800 prisonniers politiques transférés par voie ferrée, dont le doyen de la cathédrale, sont assassinés durant le trajet par des miliciens. Dans les 3 provinces du pays de Valence, le nombre des assassinats par les communistes approche les 5 000.

Selon l’historien britannique Hugh Thomas, le bilan de la persécution religieuse dans l’Espagne communiste-anarchiste s’élèverait à 55 000 morts. Il se trouve que Mme Hidalgo, maire de Paris, est toujours selon le magazine du « Monde » du 5 avril (p. 63), une « athée farouche » (sic). Ces souvenirs-là ne doivent donc pas l’empêcher de dormir.

Une précision encore, pour terminer ce chapitre : le gouvernement français de l’époque, que dirigeait le socialiste Léon Blum, a été le grand pourvoyeur d’armement au profit des communistes espagnols, des « camarades », dont l’armée de l’air fut un temps dirigée par André Malraux lui-même. Sans doute, ces éminentes personnalités françaises n’ont-elles pas été informées ou ont-elles pris le « détail » pour quantité négligeable, lorsqu’une jeune religieuse, Isabelle Calduch Xaviera, arrêtée le 13 avril 1937, parce que religieuse catholique, fut exécutée le lendemain, très précisément à Cuevas de Vinroma, dans la région de Valence – parmi bien d’autres.

Mais, de tout cela, on ne doit pas parler. Dans la France d’aujourd’hui, il y a, en effet, deux sortes de génocides. Ceux que l’on attribue aux « fascistes » qu’il convient de dénoncer tous les jours. C’est le « devoir de mémoire ». Et ceux commis par les régimes communistes (URSS, Espagne, Chine, Corée du Nord, quelque 100 millions de morts de faim, dans les camps de concentration ou tout simplement exécutés), qu’il convient de passer sous silence. Après tout, ces génocides-là, c’était pour le bien du peuple !

Formulons le vœu que Madame le Maire de Paris ne se serve pas des impôts locaux parisiens, des milliards d’euros, pour élever un monument sur la place des droits de l’homme au Trocadéro, où l’on pourrait lire : « Aux tueurs et tortionnaires communistes espagnols, la mairie de Paris reconnaissante ».

Puisque nous en sommes aux Espagnols au plus haut niveau de la République, j’ajouterai un mot sur l’ex conseiller politique du président de la République, le nommé Aquilino Morelle, obligé de démissionner, ces jours derniers, après avoir été dénoncé par une officine de presse pour un délit commis il y a 17 ans. Je n’ai aucune sympathie particulière pour cet Aquilino, mais j’en ai moins encore pour ces graphologues qui se situent à la gauche de l’extrême gauche et dont les enquêtes ont pour but de nuire, d’autant plus facilement qu’en ce genre de dénonciation, la prescription, paraît-il, ne peut être invoquée. En somme, en France, on est constamment sous une triple menace : la menace sécuritaire, la menace fiscale, et la menace de la calomnie. Charmante ambiance !  

Christian Lambert

47 réponses à l'article : La gouvernance française à l’heure espagnole

  1. dissident

    10/05/2014

    excellent article de mr Lambert, les crimes du frente crapular sont en effet effroyables et la mémoire des victimes bien enfouie sous le tapis par le gros media, un des actes qui m avait le plus revolte de la part des chirquistes avait été l octroi de la part du gouvernement chrirac juppe de 1995 de la qualite d ancien combattant aux anciens volontaires Français ayant combattu en Espagne durant la guerre civile du cote communiste et anarchiste, quels ricanements devaient ils y avoir dans les rangs communistes et gauchistes devant le spectacle de cettte fausse droite qui se vautrait encore dans le deni de la verite historique

    Répondre
  2. Jaures

    09/05/2014

    Ema, juger d’une guerre civile ne se fait pas simplement par le décompte des hommes d’églises tués. L’Eglise avait alors choisi son camp, celui des nationalistes et de la légion Condor. Les républicains ont, et personne ne le nie, massacrés des milliers d’ecclésiastiques quand les républicains ont également passé par les armes des milliers d’ouvriers et de paysans.
    On sait que la guerre civile a fait environ 200 000 victimes directes (et 3 à 400 000 victimes indirectes). Les morts se sont à peu près partagés équitablement d’un camp à l’autre. Et on sait également ce que fut la sauvagerie des combats. D’ailleurs, c’est bien souvent le cas lors des guerres civiles (voir la guerre de sécession ou la commune de Paris). A chaque massacre perpétré par les Républicains, je puis vous en opposer un autre accompli par les Nationalistes. Le problème est que vous avez une vérité sélective, ce qui n’est pas mon cas: je ne condamne pas un camp contre un autre mais la guerre elle-même. Je n’ai pas plus de sympathie pour le nationalisme fasciste que pour l’internationalisme stalinien.
    Et, si vous croyez à l’atavisme des idées, vous sentez vous proche des auteurs des 50 millions de lettres de dénonciations sous l’occupation ? Car les HLPSDNH ne concernent pas que l’Espagne, tous les pays les ont alors connues.

    Répondre
  3. BRENUS

    09/05/2014

    Hans. Soyez un peu compatissant avec jaurès qui besogne dur sur chaque sujet de ce site, obligé qu’il est de venir y déposer son caca, pour obtenir la promotion que son chef lui a promise dans sa cellule gauchiste.
    Etonnez vous plutot de l’étrange laisser-faire du ou des « modérateurs » qui finiront par reserver à cette larve l’exclusivité des commentaires. N’avez vous pas remarqué que le style de l’individu qui se veut persifleur n’est toujours qu’un ramassis de con…ries exprimées par un imbécile pontifiant, comme le sont très souvent ces semblants de demi-sels intellectuels.

    Répondre
    • 09/05/2014

      à mon tour, je vous demande de ne pas être trop dur avec Jaurès, au moins, il suscite des commentaires!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        09/05/2014

        je me joins à vous, pour que ce blog soit  » multi-confessionnel  » ; j’avais déjà recommandé cette  » tolérance  » ( comme les maisons qui avaient leur utilité  » sociétale  » ) à l’égard de @ Jaurès ( que @Brenus qualifie  » joliment de « demi-sel intellectuel » … belle trouvaille , mais à gauche ils Le sont tous ! ) car voyez vous, si je vais sur d’autres sites ( le Point par exemple ) certains modérateurs qui laissent publier des tissus de conneries bien franchouillardes, ne supportent pas un esprit  » libéré  » de la bien-pensance contemporaine ( qui n’est pas la même que la saintsulpicienne ) … lire @ Jaurès c’est un peu lire Zola , cela voudrait être roboratif, mais c’est tout juste indigeste … ce qui nous fait apprécier en gourmets la prose de certains ! … sans compter que de temps à autres il nous apporte des informations « sociétales » glacées à la statistique officielle qui font le régal des véritables connaisseurs

        Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      09/05/2014

      Brenus et al:
      Je pense qu’il faut surtout rester ferme avec la tactique à adopter pour contrer le ‘demi-sel’ que vous avez si bien baptisé.
      Ce qu’il faut éviter à tout prix c’est de faire un éloge quand cet intervenant vient de temps en temps naviguer dans ‘nos eaux ‘.
      Des remarques comme ‘pour une fois je suis d’accord avec lui…’ sont à proscrire, car cela ne fait que le renforcer dans ses convictions.
      Pour ma part je continuerai à attaquer ses idées perverses dans le même style que j’avais adopté jusqu’à présent.
      No pasaran!.

      Répondre
      • 09/05/2014

        je suis persuadée que Jaurès n’est qu’une entité, composée de plusieurs membres, chacun ayant sa spécialité. il est trop polyvalent pour n’être qu’une seule personne. il connaît tout, a réponse à tout. exactement (pour ceux qui fréquentent le blog d’Ivan Rioufol) comme Genefou: connaît tout, réponse à tout. et dès qu’un « genefou » disparaît, un autre réapparaît sous un autre pseudo. est-ce pour f… la m…, ou pour contrer nos idées, allez savoir. mais ça marche: on leur répond!

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          09/05/2014

          Philiberte,
          je lis également Ivan Rioufol. Il est assez souvent attaqué pour ses idées, lesquelles ont pourtant beaucoup de bon sens. Allez aussi voir le blog de Thierry Desjardins.

          Je suis loin de penser comme vous, que l’intervenant ou les intervenants @Jaures save(nt) tout. Les chiffres ou les statistiques qu’il(s)l exhibe(nt) sont pratiquement toutes compilées par des instances officielles ou para-officielles (ex Ernst & Young).
          Dieu sait que les statistiques de l’ex Urss étaient les meilleures du monde au point de vue élégance mathématique, mais ne reflétaient pas du tout la vérité.
          Sinon il faudra me dire pourquoi ce qu’on a découvert après la chute de ce bloc était si mauvais.
          Cela comptait aussi pour les autres pays du pacte de Varsovie (encore un pacte, décidément les socialistes avec leurs pactes…).
          Voyez le marasme dans lequel se débat en ce moment le Vénézuela, un pays qui pourrait être riche, s’il n’était pas dirigé par une bande de ploucs socialistes.
          Conclusions: là où le socialisme passe, la vie trépasse!

          Répondre
  4. dany

    08/05/2014

    cette haine des catholiques, rappelez-vous la déclaration de Valls, faite au moment de ses problèmes avec Dieudonné…
    La dernière phrase est ainsi rédigée : « …condamner les propos racistes, antisémites et antimusulmans… »
    Beaucoup se sont choqués du fait que les propos anticatholiques étaient absous, sinon encouragés…
    Et la « chasse » aux personnes portant les tee-shirts de  » la manif pour tous « , et la « chasse » aux « Veilleurs ». Tous ces éléments montrent que votre article est dans le vrai.

    Répondre
  5. Jaures

    08/05/2014

    « Il y a quand même une communauté de culture entre les celtes, alsaciens, corses, etc…
    Les derniers venus ne rentrent pas du tout dans dans cette catégorie » écrit Hans.
    C’est probablement cette communauté de culture qui a amené durant 20 siècles ces peuples à s’entretuer copieusement ! Comme la communauté de culture musulmane les amènent avec la même célérité à se massacrer à leur tour.
    Permettez que cette « communauté des cultures » me laisse dubitatif sur ses bienfaits.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/05/2014

      ne nous dites pas que vous êtes anti-européen et que vous avez viré votre cuti  » universaliste  » !

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      09/05/2014

      Il est vrai que les conflits entre pays européens sont bien documentés.
      Les conflits passés entre les peuples qui envahissent l’Europe en ce moment le sont moins bien, mais pour autant faut-il en déduire qu’ils n’existaient pas?
      La paix relative qui règne sur ce continent en ce moment a été acquise à un prix exorbitant. Les faits récents montrent que tout est fragile.
      Faudra-t’il que l’histoire se répète avec ces nouveaux arrivants pour que leurs cornes puissent également s’arrondir?
      Je pense qu’il faudra se défendre pour éviter cela quitte à éjecter ceux qui ne comprennent pas.
      En fin de compte cela se résume à un lui ou moi comme au front, compris Jaures!

      Répondre
      • Jaures

        09/05/2014

        Détrompez-vous, Hans, on connait assez bien la teneur des conflits entre les peuples autochtones qui se déroulaient au moment de la colonisation. Les peuples, depuis que l’homme existe, ont toujours été en conflit. S’il existe une communauté des cultures, elle est bien là !

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          09/05/2014

          Oui, on se rend compte que la communauté de culture surtout celle qui s’importe en ce moment n’y a toujours rien compris. Vous-même avec vos commentaires éculés sur ce sujet, genre idiot utile, êtes un frein à ce qu’elle puisse enfin s’épanouir.

          Répondre
  6. Boutté

    08/05/2014

    Il est vrai que les Marxistes ont montré en Espagne un visage de haine et de sang avec une attention spéciale pour les religieux Catholiques et qu’en France ils s’arrogent tous les droits et musellent la presse . Heureusement Internet permet de communiquer autrement . Cependant à vouloir trop prouver on ne prouve rien et je dois corriger deux points . 1°) Malraux n’a pas commandé l’aviation « républicaine » mais y a servi comme Commandant .
    2°) La famille de Wall’s était plus proche de l’Opus Dei que des Anarcho-Sovietiques d’Espagne et n’a émigré que longtemps après la guerre civile et pas à cause de Franco ou de son régime .

    Répondre
    • Jaures

      08/05/2014

      Les franquistes, aux côtés des nazis, ont-ils montré un visage plus avenant ? Y compris d’ailleurs face aux prêtres catholiques dont en Pays Basques beaucoup furent massacrés par les nationalistes.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        09/05/2014

        vous voulez nous faire croire connaître parfaitement la guerre civile espagnole mais surtout vous vous révélez être un expert dans l’inversion de preuves … car voyez vous rien que de plus facile pour les communistes, avec votre bénédiction, que d’accuser les fascistes de crimes qu’ils ont EUX , les  » rouges « , commis … Katyn, le torpillage de bateaux de réfugiés allemands des pays baltes, les massacres des femmes , enfants et vieillards allemands en Silésie etc …

        Répondre
        • Jaures

          09/05/2014

          Je ne me pose pas en « spécialiste » de la guerre d’Espagne mais, comme précisé ci-dessus, à chaque massacre « rouge », je pourrai vous en opposer un « blanc ».
          Et au bout du compte, nous trouverons chacun environ 100 000 morts dans chaque camp. N’est-ce pas là le drame ?

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            09/05/2014

            Les massacres rouges et verts sont toujours en activité. Voir Corée du Nord et Syrie.

          • Jaures

            10/05/2014

            Et les massacres en Ukraine ? Ils sont de quelle couleur ?

          • 10/05/2014

            les massacres en Ukraine? d’abord ceux en Lybie, puis en Syrie, maintenant en Ukraine? dans l’état où se trouve la France, ces dirigeants feraient mieux de faire profil bas, au lieu de jouer au gendarme du monde. ils vont nous amener la guerre mondiale, dixit Attila, pardon, Attali: http://www.youtube.com/watch?v=ZLKQDDVDDl4

  7. 08/05/2014

    Excellent article comme toujours de M. Christian Lambert qui remet les pendules a l’heure et rétabli les vérités toujours occultées par la gauche.
    Quant aux convictions affirmées de notre premier ministre il faut lire le vrai visage de Manuel Valls d’Emmanuel Ratier pour mieux suivre cette girouette que guide son seul arrivisme.

    Répondre
  8. Rouletabille

    08/05/2014

    En ce qui concerne notre premier ministre, Manolito Valgaz, il existe la légende, qui est son histoire officielle, et la réalité.
    Ratier dans « le Vrai visage de Manuel Valls » démonte, preuves à l’appui, toute l’histoire destinée au peuple de gauche. Jaurès devrait jeter un coup d’oeil sur le bouquin.
    Pour résumer, ce fils de la haute bourgeoisie catholique catalane, tout récemment converti à son attachement indéfectible à Israël, après avoir soutenu le Hamas, n’a en aucun cas un héritage de gauche.
    Au fond, avec Flanby, qui a reçu la même éducation que Manu le Chimique, ces hommes sans foi, ni convictions, ni loi, font bien la paire.

    https://www.youtube.com/watch?v=cvnWJ7JW83s

    http://www.dailymotion.com/video/x1r2adq_le-vrai-visage-de-manuel-valls-par-emmanuel-ratier_news?start=28

    Bonne lecture Jaurès.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/05/2014

      je doute que @ Jaurès s’aventure intellectuellement et surtout  » moralement  » à se confronter avec la réalité de … l’homme … car dans la  » Socialie  » ( dixit Hans ) c’est comme avec le cochon …. tout y est  » bon  » !

      Répondre
    • Jaures

      09/05/2014

      Il est vrai qu’étant naturalisé et marié à une juive, Valls est une cible idéale pour l’extrême droite dont Ratier est un des chantres.
      Son livre est d’ailleurs une aubaine pour Valls: être la proie de l’extrême droite ne peut qu’améliorer son image auprès de la gauche encore sceptique à son égard.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        09/05/2014

        une aubaine pas tant que ça … tenez il y a quelques années  » Miterrandus regnante  » un hebdomadaire politique de  » très à gauche  » ( Politis ) avait mené une enqête ( à charge ) pour ( déjà ) traquer les anti-sémites en fonction de leur appartenance politique … le résultat ( qui fuita ) ne fut jamais publié à la demande expresse semble t il de François II de Château Chinon car cette enquête révélait que les gens de gauches étaient les plus … anti-sémites ( sans doute par ce que les Israélites sont nombreux dans leurs rangs et qu’ils leur font naturellement et fort légitimement de l’ombre )

        Répondre
        • Jaures

          09/05/2014

          Merci de donner vos références sur ces allégations.
          Et François II a déjà régné entre 1559 et 1560. Vous pouvez donc mettre à jour vos numéros.

          Répondre
    • Jaures

      08/05/2014

      Pour ma part, je n’ai jamais fait la moindre allusion aux origines de Sarkozy. Et ceux qui l’ont fait, je sais qu’il y en a, sont stupides. On sait que près de la moitié des Français qui naissent aujourd’hui ont un ascendant étranger (comme votre serviteur, petit fils d’une fière Italienne). D’ici deux ou trois générations, la notion de « Français de souche », qui ne veut déjà pas dire grand-chose sur le plan historique, ne sera plus qu’un fantasme aussi surannée que celle de « race » ou « sang bleu ».
      Ce qui peut être reproché à Valls ou Sarkozy, c’est uniquement leur politique dont les fondements sont encrés dans les clivages de classes bien de chez nous.

      Répondre
      • 08/05/2014

        je ne parlais pas des origines de qui que ce soit, mais je répondais à votre commentaire du jeudi 7 mai à 15h28.

        quant aux « Français de souche qui ne veut rien dire sur le plan historique », sachez que j’ai remonté mon arbre généalogique jusqu’en 1756. pour l’instant, et que je ne suis pas la seule dans ce cas. je suis donc Française de souche, et j’insiste.

        Répondre
        • Oeildevraicon

          08/05/2014

          Bravo Philiberte!!!
          Personnellement je suis né en France de parents étrangers. L’un allemand, l’autre espagnol (justement), ce qui ne m’empêche pas d’être viscéralement attaché à mon pays; La France.
          Par contre, être français de souche à moi ça me parle, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
          Je conçois que « certains » en soient fières, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont plus attachés à leur nation, que « certains » français de papier.
          D’ailleurs cela se vérifie journellement (ceci ne s’adresse pas à vous, car vos positions sont nettes sur ce blog).

          Répondre
          • 08/05/2014

            merci! j’ai une amie d’origine Slovène, arrivée en France à 7 ans. elle est viscéralement attachée à notre pays, et se bat comme moi, comme nous, pour le sauver.

          • quinctius cincinnatus

            09/05/2014

            une souche c’est bien ce qui  » attache  » un arbre à SON sol, que cet arbre soit indigène ou qu’il soit exotique ou greffé … n’est ce pas @ Jaurès

      • patrhaut

        08/05/2014

        70% des Français meurent dans la région qui les a vus naître (INSEE)…
        ainsi, « Français de souche » est… un fantasme…

        Répondre
        • Jaures

          08/05/2014

          Cela ne veut rien dire. Même si je mourrais dans ma région natale française, je serai quand même le petit fils d’une Italienne et mes enfants et nièces auraient des ancêtres non français. Nous faisons donc partie de ces 70% sans pour cela être « Français de souche ».
          Par ailleurs, à compter de quelle date est-on considéré comme « de souche » ? On sait que la Savoie fit partie du Piémont jusqu’en 1860 et donc aurait pu être aujourd’hui italienne ou suisse. Excluez-vous ces Français de votre souche ? Considérez-vous de votre souche les antillais et les alsaciens, français depuis le milieu du XVIIème siècle ? Et les Corses ? Et les Basques dont, selon les différents mariages royaux, certains sont Français et d’autres Espagnols ?
          Les Bretons sont-ils français de souche ou celtes comme les galiciens, les Gallois, les Irlandais ?
          On pourrait continuer ainsi longtemps. Il n’y a pas de « souche » mais un agrégat de peuples qui, au hasard des guerres, des traités, des héritages, des invasions et des conquêtes se sont peu à peu constitués en Etats. Et rien ne dit que les frontières actuelles sont définitives. On le voit tous les jours.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            08/05/2014

            Pour @Jaures,
            Il y a quand même une communauté de culture entre les celtes, alsaciens, corses, etc…
            Les derniers venus ne rentrent pas du tout dans dans cette catégorie, ce qui à long terme va affecter la cohésion nationale du pays.
            En ce qui me concerne cela ne me fait ni chaud ni froid car quand cette nation sera assez affaiblie, il serait temps pour nous alsaciens de retourner à nos origines que nous n’aurions jamais quittées sans l’intervention de l’armée de Turennes.
            Voir massacres de Turkheim et de Hagenau.

      • quinctius cincinnatus

        09/05/2014

        une fière italienne , fière est peut être de trop, on dit plutôt un fier espagnol , à moins que vouliez dire qu’elle ne s’en laissait pas compter !

        Répondre
  9. HansImSchnoggeLoch

    07/05/2014

    Jaures: Et je ne vous dis pas ce qu’il prend quand il se tait…

    Oui, à mon avis la seule solution c’est qu’il se casse pour ne plus avoir à souffrir sa médiocrité!
    Un conseil, suivez le, il y a certainement des bonnes affaires à faire!

    Répondre
  10. ema

    07/05/2014

    Il n’y a pas de polémique, il y a des faits et des chiffres.
    @Jaures: Les 14 curés basques ont été fusillés pour leurs engagements politiques et militaires (ils ont été faits prisonniers alors qu’ils combattaient dans les tranchés les armes à la main et pas comme brancardiers!). Ils ne sont absolument pas des martyrs tués en haine de la foi .
    Les martyrs, évêques, curés, religieuses et religieux, et laïcs consacrés, dépassent le nombre de 1500 (béatifiés, canonisés) et encore des dossiers en cours, sans parler des laïcs dont l’on instruit toujours les dossiers, certains tout simplement pour avoir eu un chapelet dans la main ou avoir été à la messe.
    Dans le diocèse de Barbastro (Aragon nord) dans le premier trimestre de la guerre 88% du clergé a été exterminé avec notamment l’évêque et dans des conditions de sauvagerie atroces
    En février 1939 (donc à peine deux mois avant la fin de la guerre) l’évêque de Teruel Anselmo Polanco (Aragon sud) a été tué lui aussi en haine de la foi (un film de 1951 présentait très bien l’affaire et est en ligne sur la toile).
    Heureusement aujourd’hui et grâce notamment à internet l’on peut avoir toutes les informations disponibles facilement et des films sont de nouveau consacrés au sujet en Espagne comme « Un dios prohibido » ou « Bajo un manto de estrellas ». Ces films ont eu la chance d’avoir plus de salles de cinéma pour leur diffusion en Espagne qu’en a pour l’instant le film « Los cristeros » en France. Ce n’est pas un hasard!
    En effet de la façon dont sont présentés des événements actuels par les médias aux ordres (des événements que nous avons vu se dérouler sous nos yeux et même en France) pourquoi s’étonner que ce qui est dit toujours et toujours par le Système sur l’Espagne et plus particulièrement sur les années des années 36-39

    @Jaures quitte à évoquer les HLPSDNH il est aussi intéressant de voir les faits rien que les faits de la période dite de l’épuration de 44-45.

    Quant à la transmission d’une certaine image de l’Espagne « atavisme des idées »: eh oui, je l’entends encore de personnes dont les parents ont quitté l’Espagne en 1939. C’est du vécu!

    Mais d’autres aussi continuent à transmettre aujourd’hui intactes en France les grandes idées des idéologues de la révolution française et des grandes heures de la IIIème République, les mêmes qui en 1975 acclamaient l’entrée des Khmers rouges dans la capitale cambodgienne et n’ont rien dit des 25% de la population du pays massacrés en 4 ans. Et quels grands médias aujourd’hui parlent des chrétiens massacrés en Syrie et de leurs crucifixions par des forces non gouvernementales soutenus par un certain occident.

    Oui donc à la vérité, mais toute la vérité. L’article de Christian Lambert me paraît tout à fait nécessaire, même si parfois l’on a l’impression de crier dans le désert.

    Répondre
  11. Jaures

    07/05/2014

    Je passe sur la lecture pour le moins peu rigoureuse de la guerre d’Espagne. Sans prendre parti pour ne pas engager ici une polémique stérile, la guerre d’Espagne a fait entre 180 et 200 000 morts (sans compter les victimes collatérales: famine, maladie,…) selon les historiens qui tous concluent que les victimes se sont à peu près réparties équitablement dans chaque camp.
    Sans doute y eut-il des massacres commis par les Républicains mais outre ceux évoqués par Lambert, on peut tout de même rappeler que les Franquistes ne firent guère de cadeaux notamment lors des massacres de Séville en 1937 ou des prêtres basques de Pampelune.
    Et n’oublions pas que si L.Blum soutînt les républicains, Hitler envoya lui la Légion Condor auprès de Franco avec près de 10 000 hommes.
    Mais revenons à la stupéfiante teneur de l’article. Ainsi, les descendants des Républicains exilés en France après 1939 auraient transmis leur idéologie à leur petits enfants. Curieuse théorie de l’atavisme des idées. Si c’est le cas nous ne nous méfierons jamais assez des descendant des Allemands, des Italiens ou des Japonais.
    Et sommes-nous les dignes héritiers des auteurs des plus de 50 millions de lettres de dénonciations envoyées aux autorités occupantes entre 1940 et 1944 ?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      07/05/2014

      Aujourd’hui mercredi le 7 mai 2014, jour ouvrable pour tous les actifs, l’intervenant Jaures a trouvé du temps libre pour lire les 4V et en plus de poster deux réponses:
      a) l’une à 10h22
      b) l’autre à 11h27.

      On peut se demander s’il travaille ou s’il est au chômage, ou les deux à la fois

      Quand à ses réponses elles sortent toutes deux du même tonneau de harengs salés.

      Répondre
      • Jaures

        07/05/2014

        Hans, ma pointeuse favorite, si vous saviez…

        Répondre
          • Jaures

            07/05/2014

            Oui, je sais: quand le président s’adresse à des journalistes triés sur le volet dans son bureau de l’Elysée on critique l’exercice monarchique et condescendant; et quand il répond aux questions des Français on lui reproche d’être prosaïque et superficiel.
            Et je ne vous dis pas ce qu’il prend quand il se tait…

        • quinctius cincinnatus

          09/05/2014

          ? ? ? ? ? est ce …. graveleux ?

          Répondre
      • quinctius cincinnatus

        09/05/2014

        @ Jaurès ne travaille pas, comme beaucoup de son espèce, il a un  » emplois  » !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          09/05/2014

          la façon dont il a été piégé par deux fois : la première par une chômeuse » en fin de droits  » qu’il a secouru comme Saint Louis l’aurait fait ou plutôt comme l’aurait fait une dame patronnesse alors que pôle emplois par la voix des conseillers de cette femme ont assuré qu’elle avait refusé ONZE propositions d’emplois adaptés à son niveau professionnel , et la seconde par une élue U.M.P. de la  » diversité  » suffit à montrer comment votre homme tout en rondeurs est un  » parcellaire de la politique « 

          Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)