La grande illusion

La grande illusion

Les médias n’en finissent pas de ressasser ce qu’il y a de plus futile dans l’actualité, comme la marée brasse et re-brasse ses petits cailloux, à chaque vague. Ce ne sont plus les chiens écrasés dont il s’agit, mais de l’absence d’une réelle information. Lorsque la publicité suffit à remplir l’estomac, la tête est vide, on peut discourir du sexe des anges, du char à voile et du vent à longueur d’antenne.

Les Français doivent retrouver le chemin de la vertu en matière de dépense. Alors pourquoi ne pas couper les ailes du mensonge institutionnel ? Supprimer la publicité papier, pour alléger la facture énergétique1, économique2 ce serait un bon début. Faire de même dans le domaine virtuel dispenserait le consommateur d’avoir à subir la manipulation médiatique et le rendrait apte à juger par lui-même ce qui est bon pour son portefeuille et pour sa santé, tant physique qu’intellectuelle. Il est temps de sortir du tunnel de la soumission inconsciente à la pensée de quelques-uns.

L’Europe, le couple franco-allemand, a été la Grande Illusion de la fin du siècle dernier. Force est de constater que la France ne cesse de se sacrifier pour aider les pays du nord de l’Europe. Qu’a-t-elle reçu en retour ? Un bon prix pour le pétrole de la mer du Nord ? Non, la Grande-Bretagne a hissé les voiles, lorsqu’elle a vu qu’elle ne pourrait indéfiniment profiter du remboursement de sa participation communautaire. Nous avons aidé le nord, le sud, nous nous sommes fait intoxiquer par la pensée de l’écologie verte allemande et du prêchi-prêcha relatif au nucléaire.

Les profits de notre investissement en énergie électrique d’origine nucléaire doivent être partagés entre tous les pays européens, mais qui paiera le prix du démembrement des centrales, du retraitement du combustible, de la réhabilitation à venir des sites nucléaires ? Aucun pays, et surtout pas l’Allemagne, qui inonde les campagnes de France de ses moulins à vent. Il faudra bien un jour les démembrer. Qui alors paiera pour extirper les tonnes de béton essaimées dans nos champs. Nous aidera-t-elle ? On peine à le croire, vu le nombre de blockhaus abandonnés sur notre sol après la dernière guerre.

Il faut arrêter de croire que nos partenaires économiques pensent au bien commun communautaire. C’est faux ! C’est la grande désillusion d’aujourd’hui. Chaque pays joue sa propre musique, celle qui le sert.

La France doit faire de même si elle veut subsister. Arrêtons le vent, les solidarités qui plombent notre économie, donnons le temps perdu à la reconquête de nos usines et de nos emplois perdus. Il faut reconstruire le pays, sans tricher. Que nos médias se mettent au travail pour que le roman national français soit à la une de l’écran. On en a marre des produits industriels et médiatiques à quatre sous, venus d’ailleurs. On doit sortir de la médiocrité3.

Notes : 1. Le papier publicitaire encombre nos boîtes aux lettres et part illico presto à la poubelle pour être brûlé.

2. Le consommateur n’a pas à payer le vent du mensonge. Quelques centimes dépensés en publicité lui seront plus utiles s’ils sont investis dans la qualité. La dégradation actuelle des produits alimentaires est plus qu’inquiétante. Message du gouvernement : évitez les produits gras, salés, sucrés. Réponse de la profession : toujours plus de publicité, d’huile de palme, de graisse animale, de sel (on évite le poivre dans le saucisson, c’est trop cher), de conservateur, d’exhausteur de goût, de citron et de lécithine de tout poil pour que l’estomac parvienne à digérer la mélasse industrielle.

3. La Grande-Bretagne a quitté le continent en laissant chez nous le poids de son immigration. Il est certain qu’elle est à la recherche d’une nouvelle opportunité pour se refaire une santé à l’avenir. Le réchauffement climatique lui offrirait, ainsi qu’à ses alliés du nord de l’Europe, avec le Canada, une position dominante pour le trafic marchand vers la Chine, en passant par la voie polaire. Ceci explique sa position en flèche contre la Russie à propos de l’Ukraine, qu’elle aide sur son sol en fournissant une formation militaire. On n’a pas entendu qu’elle fournissait des armes, prélevées sur les stocks de son armée. La France, quant à elle, a renouvelé l’erreur faite avec la guerre d’Espagne.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Ce n’ était qu’ une  » ILLUSION  » partielle !
    Emmanuel Macron se fait le Créateur d’ une Europe de 47 !
    à 24 c’ était déjà, pardonnez moi , le bordel alors à 47 …

    7 octobre 2022 à 17 h 18 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      pardon de 44 … QUARANTE ET QUATRE !

      8 octobre 2022 à 12 h 25 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *