La guerre des chefs et des stratégies à l’UMP

Posté le mai 30, 2012, 12:00
4 mins

Je croyais naïvement que les querelles à l’UMP, inévitables après la défaite aux présidentielles, ne commenceraient qu’après les législatives.
Cependant, François Fillon a ouvert les hostilités contre Jean-François Copé, actuel secrétaire général, en déclarant qu’avec le départ de Nicolas Sarkozy, personne n’était chef naturel de l’ancien parti majoritaire.

Il est encore trop tôt pour voir où tout cela nous mènera.
D’abord, parce que je ne suis pas certain que Nicolas Sarkozy abandonne la politique (il s’est bien gardé, en tout cas, de le dire et il prépare, murmure-t-on, ses réseaux, de collaborateurs et d’élus, à… on ne sait quoi).

Ensuite, parce que je ne suis pas certain que François Fillon aura le caractère assez bien trempé pour aller à l’affrontement.
Enfin, parce qu’outre Fillon et Copé, beaucoup de ténors de l’UMP peuvent prétendre à la tête du parti.
Au demeurant, ces querelles de personnes, qui sont normales dans la vie politique, ne sont pas l’essentiel.

L’essentiel, à mon sens, se résume à deux questions : 1) L’UMP va-t-elle exploser ? 2) L’UMP va-t-elle s’allier avec le FN ?
Pour l’explosion, je n’y crois pas. Tous les élus que 2017 intéresse ont intérêt à la permanence d’un grand parti d’opposition.
S’agissant de l’alliance, rappelons que l’UMP a été conçue précisément pour être une alliance électorale entre différents courants de droite. Le scrutin majoritaire y pousse nécessairement. C’est pour cela que le RPR et l’UDF se sont alliés au début des années 2000.
Sans cette alliance, Jacques Chirac n’aurait pas gagné en 2002, ni Nicolas Sarkozy en 2007. Ce qui prouve que cette stratégie d’alliance est vraiment efficace !

Mais pourquoi se limiter à l’ancienne UDF et à l’ancien RPR ? L’ancien centre ne pèse plus rien électoralement, alors que le FN pèse près de 20 % des voix.

La seule raison valable de refuser une alliance entre l’UMP et le FN serait donc des divergences de valeurs. Mais bon nombre de parlementaires UMP affirment qu’ils partagent les valeurs de Marine Le Pen. Que ce soit, pour une part, un sauve-qui-peut électoraliste est possible. Mais, enfin, ce n’est plus sur les « valeurs » que se fait le clivage UMP-FN.

Pour que l’alliance se concrétise, il suffit donc de deux choses : que le FN se dise clairement de droite ; et que l’UMP affirme qu’elle préfèrera toujours la droite à la gauche. Bref, que les cadres des deux partis soient aussi à droite que leurs électeurs. Et ce n’est, malheureusement, pas le cas, pour l’instant !

18 réponses à l'article : La guerre des chefs et des stratégies à l’UMP

  1. quinctius cincinnatus

    5 juin 2012

    Il est fort peu probable que le P.S. ait la majorité absolue au Palais Bourbon … et c’est la seule ambition électorale de l’U.M.P. et de ses " alliés " : le mettre sous la tutelle du F. de G. et d’E.E.L.V. … ce qui revient à dire , par exemple , que Mélenchon l’emportera sur M. Le P. à Hénin-Beaumont reste à savoir si cela portera des fruits électoraux lorsque les temps de la désillusion socialiste seront arrivés

    Répondre
  2. giral

    5 juin 2012

    Mardi 5 juin : Dans un article fleuve du Figaro, Edouard Balladur déclare entre autres : « La vocation du Centre n’est pas de renvoyer dos à dos la Gauche et la Droite, de les mettre sur le même plan. En France, le Centre a toujours été … etc. … Lorsqu’il l’oublie, il (le Centre) se fourvoie. » Mais… Monsieur Balladur, nous ne doutons en rien de votre érudition sur le passé du Centre, lequel a bien entendu été ce que les hommes qui l’incarnèrent l’ont fait. Maintenant quand vous voulez nous faire croire 1/ que le passé engage le futur 2/ que votre jugement politico-moral « il se fourvoierait si… » a la moindre importance, vous nous faites rire, et sans doute François Bayrou en même temps..

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    5 juin 2012

    INCORRIGIBLE :

    les télés nous apprennent que Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni ont assisté à une projection privée du dernier film " le serment de Tobrouk * " de son ancien " ministre " des affaires étrangères B.H.-L. à la sortie de laquelle l’homme de lettre mondain et flagorneur politique a déclaré que l’ex-président s’était montré très ému : " il en était , il est vrai  le principal acteur " ( dixit  B.H-L.)
    Souhaitons à ce reportage " historique "* la même succès d’audience que le film sur Sarajevo de notre Sot-crate , du Boulevard Saint-Germain et de Saint-Trop réunis , avait eu en son temps : un four …
    pour déplorer que Naboléon n’ait pas encore compris qu’il doit sa défaite à ce type de " relations "

    * Tobrouk un clin d’oeil " discret " à un fait de résistance de l’Armée d’Afrique devant l’Afrika Korp et dont s’était aussitôt " emparé " sans vergogne  De Gaulle

    Répondre
  4. gerole

    5 juin 2012

    Certains devraient se contenter de parler (et encore !): leur ignorance de l’orthographe resterait cachée. Il est toujours difficile de simuler une compétence qu’on n’a pas.Pourquoi exhiber ses lacunes ? A bon entendeur…

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    4 juin 2012

    @ arbitre   
     
                         effectivement , LA diagonalE serait d’un meilleur genre surtout pour la lecture
                                                            

                                que voulez vous nul n’est parfait en orthographe , pas même Voltaire !

    Répondre
  6. serena

    3 juin 2012

    Ce qu’il faut, c’est casser et envoyer à la décharge la balance UMP/PS, pour la remplacer par une puissante force du centre qui, elle, aura la capacité de redresser la France. Casser l’UMPS après avoir expulsé Sarközy, c’est l’urgente priorité.

    Répondre
  7. arbitre

    3 juin 2012

    Il est vrai que la “diagonal” est humoristique en diable. Un dictionnaire vous le confirmera.

    Répondre
  8. dissident

    3 juin 2012

    pour eviter que la gauche socialo communiste ait tous les pouvoirs, il est du devoir de l ump de se battre pour gagner les legislatives, c est possibles puisque le faux mou a ete elu par seulement 48 pour cent des votants, mais faut il encore le vouloir quand on entend Gueant  qui nous dit que la cohabitation il est contre, ce qui veut dire moi Gueant je me presene et je veux etre elu depute mais pour les autres circonscriptions alllez y votez socialaud cela ne me derange pas au contraire! ; Fillon a dit d ailleurs a peu pres la meme chose ;
    au premier tour votons pour nos idees suivant notre sensibilite , au 2eme tour cont re l aviis de Fillon et Gueant votons pour le candidat de droite le mieux place fn, ump ou divers droite empechons une minorite de gauche et d extreme gauche d appliquer son programme et ses idees malsaines qui ruineront a jamais notre pays

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    3 juin 2012

    @ crenal

    vous êtes un lecteur " moderne " vous lisez en " diagonal " ou bien vous manquez particulièrement d’humour ce qui est grave pour vous car par les temps qui courent seul l’humour … nous sauvera … de la déprime

    Répondre
  10. IOSA

    1 juin 2012

    Au fait, pour quelles raisons obscures la droite multiplurielle se fait la guerre ?

    Parce qu’ils en ont rien à battre des électeurs, ce qui compte pour eux, c’est d’accéder au portefeuille du trésor public et de dépenser…dépenser…DEPENSER NOTRE FRIC !

    Il y a qu’il y a un avenir dans cette méthodologie effrénée de dépenses à tout va ?

    Ben, tant qu’il y aura des couil**ns pour payer, ils ont la vie belle.

    IOSA

    Répondre
  11. crenal

    1 juin 2012

    La “problématique” appartient au vocabulaire des bouffis.Quand on n’est pas un amateur de sidération syllabique, le “problème” suffit largement.

    Répondre
  12. dampierre

    1 juin 2012

        Qu’entend-on exactement par une « alliance » possible entre l’UMP et le Front national ? Si l’on recommande un contrat en bonne et due forme qui pourrait conduire à une coalition ou même à un accord de gouvernement, on va certainement se heurter à d’énormes difficultés. Pour la simple raison que, surtout depuis l’arrivée de Marine Le Pen, les programmes des deux partis s’opposent sur des points importants (l’Europe, la mondialisation, les banques…). Comment pourrait-on réaliser « l’union de toutes les droites » avec un Front National qui, maintenant, sur le plan économique, se situe parfois à la gauche du PS ?
        Par contre, une alliance purement électorale de désistement réciproque pour le deuxième tour serait souhaitable. Elle mettrait fin au déni de démocratie qui prive systématiquement 15% des Français d’une représentation à l’Assemblée Nationale, tout en permettant à l’UMP d’augmenter le nombre de ses sièges et peut-être même de forcer une cohabitation.
        L’ostracisme dont souffre le FN est assez exceptionnel. Il arrive qu’un parti soit systématiquement écarté du gouvernement (par exemple le PC de 1947 à 1981), mais on ne va pas en général, jusqu’à le priver de représentation. En plus de sa « diabolisation », le FN est victime d’un mode de scrutin qui a été introduit alors qu’il n’existait pas encore, mais qui a été depuis savamment utilisé contre lui.
        Lorsque le général de Gaulle revient aux affaires en 1958, il impose un régime fort autoritaire. Tout doit être fait pour que le Sauveur agisse à sa guise. L’Assemblée Nationale est verrouillée de telle sorte qu’elle n’exerce plus vraiment de contrôle sur le gouvernement. Par surcroît de précaution, on se met à la recherche d’un mode de scrutin qui donnera une majorité automatique au Président. Assez curieussement, on choisit le scrutin uninominal à deux tours,qui avait été celui de la Troisième République et donc plutot ringard. Mais on le « modernise » en en modifiant profondément l’esprit.
        L’uninominal à deux tours convenait à une époque d’esprit libéral, dont les députés possédaient souvent une forte personnalité et où les partis formaient des ensembles assez hétéroclites sans force contraignante. Sauf exception, les désistements se décidaient localement, au cas par cas. Mais à la Libération, la mentalité a changé ; on considère que le député doit surtout représenter des idées. Les socialo-communistes, un moment majoritaires, réussissent même à faire entrer partis, et discipline de parti dans le texte du premier projet de Constitution de la 4e République. Celui-ci est rejeté par référendum. En dépit de cet échec, l’importance des partis s’est imposée et se reflète dans le choix du scrutin de liste.
        Transformé par la discipline de parti, le scrutin uninominal aura l’avantage sous la 5e de pouvoir dégager de fortes majorités, surtout après découpage savant des circonscriptions. Lors de la première élection de 1958, les Français sont invités à voter dans chaque circonscription pour le candidat gaulliste, sans se soucier de la personnalité de ce candidat ou de ses adversaires. C’est une sorte d’élection –plébiscite. Au cours des années, le régime s’ assouplit, mais la leçon n’a pas été perdue pour les apprentis-manipulateurs. On s’ aperçoit qu’en contrôlant de haut les désistements pour le deuxième tour, on peut interdire à perpétuité la députation à un parti moyen, même obtenant 15% des voix. Les manipulateurs ont leur dignité ; ils ont transformé leurs malversations en devoir moral. Certains aujourd’hui, même à l’UMP, dénoncent les « accointances scandaleuses » , l’abandon des « principes sacrés » qui permettraient des désistements en faveur du FN. Tout cela est pur verbiage.

    Répondre
  13. HOMERE

    1 juin 2012

    En fait, les PS ont voté Le mou du genou, de même que les artistes, idem les musulmans, pareil le FN, le Béarnais et son Modem equal, les syndicats et les enseignants the same, le Front marxiste de gauche , les verts, les noirs, la CGT , Pape Diouf, les fonctionnaires, les beurs, les énarques, les associations anti françaises et françaises, les jeunes, les vieux….Mais alors une question vient immédiatement à l’esprit ?

    Qui a voté pour Nicolas ? à part MOI !!!!!  D’aucun le regrette déjà !!!

    Dormez en paix…..la Droite va revenir aux affaires, de plus en plus forte devant l’impérétie socialo et le désastre annoncé !!!

    Alors trois scénarios possibles :

    La Droite se positionne au centre,

    La Droite se positionne vers le FN,

    La Droite se positionne au centre et vers le FN.

    Je dirai comme le comique troupier : les trois mon adjudant !!!

    En fait tout dépendra de l’évolution interne des partis. Comme le dit si bien Rouxel, le FN doit faire son comming out s’il souhaite un rapprochement à droite, l’UMP est à la croisée des routes et son choix et ses orientations futures dépendront fortement des autres….un parti rassemblant les tendances n’est pas exclu mais l’équilibre sera difficile…..si le FN souhaite en faire partie, il devra assouplir certaines de ses positions, notamment sur l’UE, et l’économie. Je crains hélas que ceci ne soit pas possible compte tenu de la monostructure de ce parti et du passif de son Président d’honneur…..

    Alors nous aurons une union de type RPR/UDF, que je n’appelle pas de mes voeux, plein de bonhomie et de Raffarinades en Jupinades……qui sera majoritaire, comme elle le fut déjà !!! Celà aura pour conséquence un FN à ses niveaux normaux : 8%

    Paradoxalement c’est avec Sarkozy qu’une entente avec le FN était possible….vous connaissez la suite !!

     

    Répondre
  14. Gilar

    1 juin 2012

    Si Bayrou avait été au deuxième tour, il battait n’importe quel autre candidat, donc entre autres Hollande, c’est une donnée objective que des sondages concordants ont établie. Les gagnants du 1er tour ayant été Sarkozy et Hollande, et la priorité de François Bayrou (comme de beaucoup d’autres Français) étant d’expulser Sarkozy de l’Elysée,il a, par sa déclaration d’intention contribué au résultat obtenu. L’ironie peut être amusante, mais mal étayée on ne voit ni sa drôlerie ni son intérêt. François Bayrou contribue à susciter beaucoup d’intérêt et d’articles dans la presse. Pour un multisuicidé, ce n’est pas mal. Il ne sera pas réélu ? Ce ne serait qu’un “suicide” de plus, après lequel il continuerait sûrement de bouger, et surtout de se faire entendre et d’influencer ce qui jusqu’à nouvel ordre est l’essentiel.

    Répondre
  15. François

    31 mai 2012

      La bande à yopmail récidive? D’après vous, la seule manière de faire barrage à Hollande était de voter Bayrou. Il faisait tellement barrage qu’il a voté Hollande le gnan gnou!… Et il en est si fier en plus. Ne vous plaignez pas de n’avoir pas eu la copie, puisque vous héritez de l’original…

    Répondre
  16. HansImSchnoggeLoch

    31 mai 2012

    La défaite de "LADROITE", merci Quintus, ne sera complète que lorsque les législatives seront également perdues. Dans des cas pareils la cervelle arrive à travailler à la vitesse de la lumière et des décisions peuvent alors être prises qui étaient impensables peu de minutes auparavant.
    Pour battre la gôche revanchiste à l’avenir, une union de toutes les Droites s’impose. Peu importent les hurlements de tous les bobos de gôche ou de droite il faudra mettre ces gogos devant le fait accompli.

    PS: Après le dépôt de bilan du président normal en 2017, cette union se fera peut-être toute seule sans forcer la main de quiconque.

    Répondre
  17. filia

    31 mai 2012

    Le corps électoral a vomi Sarkozy, c’était la grande priorité. Il a fallu payer le prix, c’était la victoire de François Hollande. Maintenant, la Droite veut gagner dans la division et en empêchant près de 20% des Français d’être représentés à l’Assemblée nationale. Entre cette Droite revancharde et la Gauche sectaire, c’est bien un Centre fort qu’il s’agit d’édifier derrière François Bayrou, celui qui comme on le sait se suicide chaque semaine depuis 2007. C’est d’ailleurs fou comme ce multisuicidé suscite de commentaires, d’articles, etc. Faire de la politique sans mentir est fatalement un suicide quotidien …selon l’avis de la plupart des autres politiciens.

    Répondre
  18. quinctius cincinnatus

    31 mai 2012

    Je pense que l’auteur n’ a pas encore bien compris la " problématique " ( pour parler mal )
    Ce qu’ il nomme " LADROITE " (  je lie par soucis d’oxymore ) est empoisonnée de façon chronique par le " politiquement correct " et tant que l’on n’aura pas libéré … la liberté d’expression il n’y aura pas d’alliances …  bien sûr certains électeurs flotteront de l’une à l’autre ( des droites ) mais il manquera toujours 1.500.000 voix à … " LADROITE "

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)