La Hongrie demande à la France de balayer devant sa porte (Crise)

La Hongrie demande à la France de balayer devant sa porte (Crise)

O

La France a appelé le gouvernement hongrois a modifier certains aspect de sa législation encadrant le fonctionnement de la presse écrite, audiovisuelle et sur internet. L’Allemagne a également critiqué cette loi. Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déclaré aujourd’hui :

« J’estime que la manière avec laquelle les gouvernements français et allemand ont réagi dans ce débat est trop prématurée et inutile« .

Il s’est dit « satisfait » de voir que le gouvernement allemand a modéré ses critiques par rapport à ses premières déclarations sur le sujet en décembre.

« Et j’en attends de même de la part du gouvernement français. […] Je ne me souviens pas que la Hongrie ait jamais critiqué la loi française sur les médias ».

Il a indiqué que son pays ne disposait pas, contrairement à la France, d’une législation prévoyant que le gouvernement a le pouvoir de nommer le président de la chaîne de télévision publique de son pays. Sic.

(via )

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • jean BAUD Répondre

    Je ne sais plus quel malheureux homme politique dit Français,et dont l’histoire a déja oublié le nom,avait qualifié la Hongrie de petit pays de merde,les Hongrois viennent de ressortir la piéce qu’ils avaient mise dans leur poche.Je me marre…Cela dit,nous n’avons vraiment aucune leçon à donner dans aucun domaine,c’est pitoyable!!!

    08/01/2011 à 12 h 50 min
  • DOE Jane Répondre

    ET PAN SUR LE BEC………..bien mérité
    La presse française est unicolore et invariablement  » progressiste » c-à-d chantre d’une gauche incapable de réformer et dont les dirigeants se vautrent dans les postes publics monstrueusement rémunérés
    les trop rares publications de droite ne bénéficient d’aucune aide de l’état et vivent du soutien de leurs lecteurs ce qui devrait être la règle pour tous….il y en aurait moins et de meilleure qualité !

    08/01/2011 à 8 h 43 min
  • mag Répondre

    (Il a indiqué que son pays ne disposait pas, contrairement à la France, d’une législation prévoyant que le gouvernement a le pouvoir de nommer le président de la chaîne de télévision publique de son pays. Sic. ) Ah bravo à ce Monsieur !bien dit !

    07/01/2011 à 20 h 22 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: