La lâcheté des bandes de « djeunes »

La lâcheté des bandes de « djeunes »

Toujours plus nombreux, les actes de violence dont sont victimes nos concitoyens de la part de bandes de « djeunes », convaincus de leur quasi-impunité assurée par un pouvoir politique et une justice démissionnaires, pour ne pas dire complices, entraînent, dans la grande presse, des commentaires calibrés selon un schéma imposé à l’avance.

Le plus curieux, c’est que ce phénomène affecte également notre presse qui a l’air de jouer un rôle défini une fois pour toutes, et qui consiste à se scandaliser que de tels actes puissent se produire dans notre pays sans, qu’apparemment, aucune mesure réellement efficace ne soit prise par les pouvoirs publics.

Si ces attaques se déroulent en présence d’autres personnes, on a automatiquement droit au couplet sur la passivité des témoins qui sont, malgré leur nombre, restés sans bouger, évitant soigneusement de porter secours à la victime. Tout juste y a-t-il quelqu’un, dans le meilleur des cas, pour appeler le Samu ou Police-secours, quand le spectacle est bien terminé et que la personne gît à terre inanimée.
Ce genre de commentaire très orienté, tend indubitablement à laisser se répandre l’idée que le Français de souche est déjà convaincu de son infériorité face à ses agresseurs, qu’il fait preuve d’une lâcheté notoire et d’un manque de solidarité de clan qui en font définitivement un vaincu potentiel.

Certaines bonnes âmes de gauche et de la droite molle, affectées par une espèce de syndrome de Stockholm, se sentent ainsi des langueurs toutes frémissantes pour ces hardis agresseurs, sportifs, pleins de jeunesse et de vitalité qui, à dix ou quinze, réussissent magistralement à occire un quidam qui a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Mais réveillons-nous ! Qui donc va relever qu’il est bien peu glorieux de s’en prendre à dix ou quinze à une seule personne ? Qui donc va souligner que les plus lâches d’entre tous sont d’abord ces « djeunes » à qui tout est permis ? Qui donc précisera que la passivité des témoins ne serait qu’un mauvais souvenir s’il n’était plus interdit de porter secours aux victimes en agressant leurs agresseurs ? Personne !

Non, mille fois non ! Le Français de souche n’est pas plus lâche qu’un autre. C’est tout simplement une victime cernée de toute part : d’abord par ses agresseurs qui n’ont de l’honneur qu’une notion très incertaine ; et ensuite par des lois liberticides toujours plus pesantes, qui ont tout simplement criminalisé la légitime défense.

Je vous le redemande : qui donc est le plus lâche ? Prenons une bonne résolution qui pourra changer bien des choses si toute la presse amie se plie à cette discipline : ne manquons jamais de relever la lâcheté des agresseurs lorsqu’ils sont plus nom­breux que leurs victimes, ce qui est presque toujours le cas. Ne manquons jamais de souligner que le courage des té­moins s’est trouvé entravé par les menaces d’une justice inique…

Ne faisons plus le jeu de l’adversaire en escamotant la vérité ou en la transformant. Le temps est venu d’appeler un chat un chat et, si la Providence se penche sur le sort de la France, peut-être qu’à la faveur d’une crise économique et financière sans précédent dont on peut craindre de cuisants lendemains, se dessinera par surprise un tout autre destin pour notre pays que celui que l’on nous impose…

Partager cette publication

(14) Commentaires

  • Jaures Répondre

    Pourquoi, en effet, stigmatiser les bandes de jeunes (qui ont toujours existé, d’ailleurs) ? Les plus graves émeutes, celles qui mobilisent en masse les forces de l’ordre et causent de nombreux dégâts, où se trouvent-elles ? En banlieue ? Non. Chaque semaine aux abords des stades de foot. A Sarcelles ? Non. A Paris, Marseille, Nice, Montpellier, …Et, quand on voit les "supporters", on constate qu’il ne s’agit guère d’ados post-pubères mais d’adultes.
    On se souvient des hooligans qui ont provoqué des dizaines de morts: beaucoup étaient pères de famille.

    Alors la violence des jeunes existe, certes, comme ailleurs, comme toujours. Il faut la combattre, la canaliser. Mais que ce ne soit pas l’arbre qui cache la forêt d’une société de plus en plus brutale où on vous harcèle au travail, où on vous met en garde à vue pour un excès de vitesse, où on fait flairer des collégiens au hasard par des chiens, où on vous licencie du jour au lendemain au bout de 20 ou 30 ans de boîte (quel travailleur ne préfèrerait pas une bonne baffe à une lettre de licenciement ?), …

     Julos Beaucarne a perdu sa femme en 1975, assassinée de 9 coups de couteau. En ouverture du magnifique album ("Chandeleur septante Cinq") qu’il lui a consacré, il écrivait: " C’est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre par l’amour et la persuasion."

    Les poètes nous aident souvent à maîtriser nos pulsions primaires de primates plus ou moins évolués.

    03/03/2010 à 18 h 20 min
  • IOSA Répondre

    Ben alors ? On tombe dans le piège facilement ou volontairement pour ne pas voir ce qu’il en est réellement.

    Question 1 : Pourquoi la violence des jeunes ?

    Question 2: Les coups de bâton sont ils efficace ?

    Question 3: Qui peut donner une véritable solution aux deux premières questions ?

    Personne ne donnera une véritable solution et tout simplement parce que celà sert au gouvernement en place pour justement rester en place.

    César disait " Diviser pour mieux régner"

    IOSA

    03/03/2010 à 13 h 48 min
  • WatsonCorsica Répondre

    je voulais juste expliquer que cette jeunesse-là, dans ses pays d’origine, était éduquée à coups de cravaches et de tabassage en règle par les institutions chargées du maintient de l’ordre.

    Eh Oui, on n’a pas ici des Européens, voyez ce que je veux dire…

    28/02/2010 à 19 h 42 min
  • sas Répondre

    A quand une veritable étude sur la letalité et la nocivité de la magistrature actuelle….

    -traitre a la nation

    -subversive rose

    -déviante et logesque

    -faignasse et soudoyée

    -illétrée et inculte

    ….siège et parquet s entend…

    a quand une rapide et vraie évaluation ?????

    sas qui dit que c’est le danger n° 1 de la nation…..et que cette admnistration est sous tutelle forces extèrieures.

    28/02/2010 à 12 h 59 min
  • Drakkar Répondre

    Oula !

    On montre les jeunes rats du doigt.

    Au secours Jauresse, venez vite les défendre !

    28/02/2010 à 10 h 04 min
  • midan Répondre

    Les Français ont voté F.N. pour combattre entre autre cette Insécurité là…
    Le Politique élu est malin il a inventé la Sécurité routière et la délinquance routière comme réponse et il se marre de notre connerie
    car cette dernière leur rapporte beaucoup plus à la base tout d’abord en traquant avec l’impôt vitesse,le malfaisant automobiliste sur la route et sur les autoroutes:( hauts lieux de sécurité)
    Mais aussi en indirect en planquant ses fonctionnaires derrière des lunettes ou dans des voitures..
     il est plus économique ainsi de les préserver d’affrontements physiques possibles avec les malfrats et de devoir payer des arrêts maladie ou plus quelquefois pour ces vénérables planqués qui deviennent de plus en plus;les malvus des citoyens Français avec les inconvénients majeurs que cela comportera dans l’avenir.
                Alors à quand les nouveaux radars à quand l’augmentation de la prime quota des fonctionnaires verbalisateurs ‘à quand l’obligation du port du gilet caméra de sécurité pour tous les Français sous peine de verbalisation…..

    27/02/2010 à 15 h 56 min
  • Anonyme Répondre

    Vous avez raison de parler du rôle de la presse. La responsabilité de vos confrères de la presse écrite et parlée est avérée. L’emploi constant d’euphémisme pour qualifier les faits les plus graves contribue à façonner les esprits, et incite les plus passifs à accepter l’inacceptable.Voyez ces quelques exemples:· on ne dit plus ni crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités. Et encore mieux bêtises ou faux-pas .                                                                                                   On ne dit plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d’appropriation  ·                                           On ne dit plus un voyou notoire mais un individu défavorablement connu de la justice .On ne dit plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs ».  On ne dit plus fusillade mais bagarre par balles ·On ne dit plus clandestin mais candidat à l’immigration    On ne dit plus  enfants d’immigrés mais enfants issus de familles d’éducations éloignées · J’aime bien aussi  ces termes " jeunes qui se regroupent sur des considérations ethniques" pour désigner des bandes d’africains ou d’arabes. On ne dit plus insécurité mais sentiment d’insécurité .  On vous le dit et le répète il n’y a que le sentiment d’insécurité le reste c’est un épouvantail agité par Le Pen.

     

    27/02/2010 à 10 h 37 min
  • Laurent GROFFE Répondre

    C’est effectivement de la justice française que les "témoins passifs" ont peur. Où est la lacheté quand on leur a fait savoir que défendre autrui vous conduit au tribunal ?

    Et, chers amis de droite, comment être patriote quand votre propre pays vous enseigne par la puissance publique et la culture dominante que se défendre contre les attaques physiques, culturelles et morales est faire preuve de xénophobie et vous décrète irrecevable et passéiste, voire ennemi de vos propres traditions ?

    Dommage ? Certes.

     

    26/02/2010 à 20 h 27 min
  • Leon Répondre

    > si la Providence se penche sur le sort de la France, peut-être qu’à la faveur d’une crise économique et financière sans précédent dont on peut craindre de cuisants lendemains, se dessinera par surprise un tout autre destin pour notre pays que celui que l’on nous impose…

    On croit rever a lire cette baliverne! LA PROVIDENCE? Mais la Providence elle est en VOUS, les francais! RETROUSSEZ VOS MANCHES au lieu de pleurnicher pour 35-heures-payees-40! Au lieu de refuser de bosser le dimanche (pour aller a la Messe sans doute???)!!! Au lieu de vous ruer chez le medecin pour un rhume!!! Etc etc!

    Vous etes devenus un peuple d’ASSISTES et de FAINEANTS!!!

    Et de lire cette stupidite ICI sur ce site me laisse pantois!!! Tant qu’a y etre, tournez votre posterieur vers La Mecque et faites une une priere pour que "se dessine par surprise un tout autre destin pour notre pays que celui que l’on nous impose…"

    On croit REVER!!!! Mais a lire ca, on comprend pourquoi la france est devenue la risee du monde!

    Leon

    26/02/2010 à 7 h 04 min
  • richa83 Répondre

    le problème c’est que si un témoins de l’agression s’en mêle et par malheur "égratigne" un djeune, il va se retrouver vite fait en garde a vue, et n’est pas sorti de l’auberge face à la justice!!

    25/02/2010 à 23 h 13 min
  • Gilles Répondre

    Bien vu. Les malotrus qui ont usurpé le sentiment égalitaire français, sont venus prendre le pouvoir partout où ils le pouvaient, media, politique, financier. Parce qu’ils ont employé une tactique sectaire pour arriver à leurs fins, en s’entraidant. Quoi de plus facile contre des tronches de catholique?

    Voilà qu’ils sont venus avec des expressions visant à nous dénigrer, dégénérés, Français moyens,…

    Oui, montrons-nous Français moyens comme Du Guesclin, Jeanne d’Arc, Pascal, Couperin, Chasles, Monet, Debussy, Joffre, Godefroid de Bouillon, La Pérouse, Corneille, Rostand, Maupassant, Flaubert,…

    Chaque fois que nous entendons un jugement inique, identifions clairement le juge at allons lui demander de confirmer à haute voix, chaque fois que nous lisons un article de journal malfaisant, allons trouver le journaliste et demandons-lui raison.

    Ne perdons pas notre temps avec la politique, agissons!  Ou poursuivons la politique par d’autres moyens!

    25/02/2010 à 21 h 57 min
  • sas Répondre

    OU VITE une réunion en urgence……CELINE DISAIT LE SUD PRODUIT LES CONGRETISTES  LES DISCOUREUX LES BAVASEUX…….

    …..tant qu on parlera et reparlera encore on est fouttu…

    sas

    25/02/2010 à 16 h 43 min
  • Magny Répondre

    C’est ça l’idéologie de gauche dans toute sa splendeur : un spécialiste à appeler pour chaque cas à traiter . Vol , agression ? Police . Maladie ? Médecin . Urgence , feu , inondation ? Pompier . Education , instruction , politesse ? Professeur de l’éducation nationale . C’est bien , réglé comme du papier à musique . Un rien trop d’assistanat peut être , non ? mais non , pensez-vous … On pense et on agit pour vous : passez votre temps libre à vous distraire , circulez !

    Et quand la réalité fait apparaître de graves manquements , et bien le réflexe pavlovien et toujours pratique est dégainé : on manque de moyens … des sous , des sous !!!

    25/02/2010 à 12 h 33 min
  • sas Répondre

    ……le pouvoir politique et la justice ne sont pas démissionnaires , ils sont "en loges" et là il y a beaucoup moins de d’jeunes baveux ,hystériques et violents ou de cactus…….

    …..ils sont ailleurs ….là où la sociétée est parfaite et l homme au milieu de la cité…..ils se parfond , se perfectionent……bref entretienent scrupuleusement la seule dyscrimination qui vaille et perdure en terre gauloise…

    ARF?ARF?ARF

    SAS

    25/02/2010 à 12 h 32 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: