La mort de l’assurance-vie

Posté le décembre 02, 2013, 8:00
48 secs

Il y a comme un syndrome du suicide politique dans cette addiction exponentielle du gouvernement à la taxation. À moins qu’il ne s’agisse d’une forme viro- foudroyante d’ataxie « écomotrice » ?

Contre les multiples rapports exhaustifs et alarmistes de la Cour des Comptes, contre le FMI, l’OCDE, la Commission européenne et Standard & Poor’s, contre la bronca des Pigeons, des Bonnets rouges, des artisans, contre le ras-le-bol fiscal réel et général, contre tous, le gouvernement lance encore ses razzias sur un terrain de plus en plus désertique !

Dans ce paysage ravagé tel un reg, qui subit le désastre d’un changement climatique et ses bourrasques fiscales imprévisibles et répétées, les pirates de Bercy traquent grottes et anfractuosités à la recherche d’ultimes pépites, en dépit des vents de sables qui se lèvent de plus en plus forts. La dernière, déterrée à force de prospections pugnaces et faute d’autres filons, déjà épuisés, est l’Assurance-Vie.

Comme un poisson que l’on sort de son milieu, pour lui racler quelques écailles en imaginant qu’il n’en mourra pas, celle-ci risque bien le trépas à court terme. Assurance-vie : la survie éphémère du Trésor et la mort définitive des épargnants floués et désespérés !


Henri Gizardin

7 réponses à l'article : La mort de l’assurance-vie

  1. 3 décembre 2013

    Le PS manque d’imagination pour renflouer les caisses de la France . Au lieu de penser comment développer l’industrie créatrice d’emplois et de richesses le PS fait nos poches pour renflouer les comptes de la France .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      7 décembre 2013

      Actuellement il manque plus de 6000 ingénieurs en France

      Répondre
  2. DavidDomTom

    3 décembre 2013

    Le citoyen français n’est plus perçu comme d’abord un être humain, mais plutôt comme une entité économique. Le PS se demande tout le temps comment tirer profit de ces entités pour continuer à mener cette politique aveugle, pervertie et gangrainée. Les socilistes sont tellement restés dans l’opposition, qu’ils en sont devenus les victimes, manquant finalement d’idées et de vrais projets pour la France.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 décembre 2013

      Dans la logique ultra-libérale tout peut être, DOIT être même, un objet commercial; le fait nouveau, c’est bien que les socialistes l’aient adoptée …

      Répondre
      • goufio

        7 décembre 2013

        C’est quoi une logique ultra-libérale? Moi, j’ai appris que le libéralisme reposait sur la Liberté individuelle, la Responsabilité et la Propriété. Lorsque je pose le préfixe ultra à chacun de ces mots Liberté, Responsabilité et Propriété, je n’ai pas de suite!!! J’ai beaucoup entendu O. Besancenot utiliser cette expression. J’aime bien vos commentaires, mais ne faites pas dans la facilité

        Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    2 décembre 2013

    la ” mort ” de l’ ” assurance vie ” est tout à fait dans la logique de partis politiques qui ont pour credo que le bonheur individuel est une insulte à la conformité générale … il n’y a là rien qui puisse étonner si on considère que le bonheur général ne nait que par le nivellement et on se demande même pourquoi ces gens n’arasent pas les orgueilleuses montagnes qui sont comme des provocations insupportables aux mornes plaines

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      2 décembre 2013

      Le grand timonier Mao parlait du bonheur des masses ou du bonheur massique. Tout individu plongé dans ce champs de bonheur en ressortait ravi, pour le plus grand bien du système totalitaire. Pour les récalcitrants il existait des moyens plus musclés, une assurance-vie était inutile car le traitement était presque toujours fatal au patient.
      Espérons que le captain de rétropédalo ne s’en inspire pas dans les moments difficiles qu’il traverse.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)