La nébuleuse des micro partis et des financements croisés

La nébuleuse des micro partis et des financements croisés

 

La commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), publiait mardi son 13e rapport annuel.

La multiplication des micro partis se poursuit : En 1990, la France ne comptait que 28 partis politiques. Ils sont aujourd’hui 320, et leur nombre ne cesse de s’accroître. Depuis le 1er janvier 2010, 37 nouvelles structures ont été agréées.

Or, la commission présente un constat fort : «L’absence de limitation du nombre des partis pouvant recevoir d’une même personne physique, chaque année, des dons pouvant atteindre pour chacun d’eux 7 500 euros et assortis de l’avantage fiscal, favorise certainement la constitution de nombreuses petites formations», de nombreuses personnalités possèdent ainsi leurs partis politiques, dont Rama Yade et Nicolas Hulot.

Les subventions des grands partis vers les petits et inversement font apparaître toute une galaxie de réseaux et de relations privilégiées évidemment méconnus du grand public, des électeurs, des militants et des donateurs…

La cuisine politique ne va donc pas en se simplifiant en France, au risque d’affaiblir encore la légitimité du système aux yeux du citoyen.

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: