La nullité de la campagne électorale

Posté le mars 08, 2012, 12:00
4 mins

Nous avons beau avoir l’habitude et ne pas at­tendre grand-chose des campagnes, sinon des déluges de promesses démagogiques, il faut avouer que la campagne de 2012 atteint de sommets !

François Bayrou n’a pas tort de dire que les Français estiment qu’on leur vole l’élection présidentielle. En tout cas, cette campagne prend un soin vigilant à éviter les sujets importants pour la France et les Français.

Au demeurant, c’est le contraire qui serait surprenant. Un récent sondage Ifop révèle que 32 % seulement des Français estiment que les candidats apportent des réponses à leurs problèmes. Les dits candidats n’ont donc pas spécialement intérêt à parler des problèmes en question. Ils prendraient le risque que les électeurs s’aperçoivent trop vite que le roi est nu…

Pour le moment, la campagne se déroule surtout dans les prétoires et les rubriques judiciaires des gazettes. Les affaires politico-financières scandaleuses succèdent aux affaires « politico-sexuelles » graveleuses. Le PS des Bouches-du-Rhône tient compagnie aux entraîneuses du Carlton de Lille…

Ce qu’en retiennent les électeurs ? C’est simple : « Tous pourris ». Ce qui, électoralement, se traduit par : « Sortons les sortants » !

En d’autres termes, aucun candidat ne peut gagner autrement que par défaut. Sarkozy peut l’emporter si la peur du socialisme domine. Hollande si le « Tout sauf Sarkozy » domine. Marine Le Pen si le « Tous ont échoué » domine. François Bayrou si aucun des deux « grands » candidats ne parvient à séduire…

Le plus fort, c’est que nous ne savons rien du programme réel des candidats. Tout ce que nous savons, c’est que les impôts augmenteront et que notre situation sera plus difficile…

Mais les candidats eux-mêmes font tout pour démonétiser leurs promesses. C’était la stratégie de Nicolas Sarkozy qui voulait présenter, non pas des promesses, mais des lois votées (quitte à ce qu’elles n’entrent en vi­gueur que plusieurs mois après les présidentielles).
Mais c’est manifestement aussi la stratégie de Hollande. Ce dernier, après avoir fait une proposition délirante de taxer les revenus de plus d’un million d’euros à 75 % (juste pour l’impôt sur le revenu !), fait, paraît-il, passer le message aux nombreux millionnaires sympathisants du PS qu’il n’appliquera pas cette disposition.

On ne saurait mieux dire que la parole des politiques n’a aucune importance. Écoutez-moi ou ne m’écoutez pas, mais surtout, ne me croyez pas !

33 réponses à l'article : La nullité de la campagne électorale

  1. Anonyme

    20/03/2012

    Ce site croule sous les admirateurs de François Bayrou. Ils ont la mémoire courte : il a été Ministre de l’Education Nationale pendant 2 ans et n’y a rien foutu, sauf proposer une réformette de l’Université qu’il s’est empressé de retirer dès que 3 ou 4 gauchistes ont formé un mini-monôme en braillant dans la rue et s’est barricadé dans son minitère (c’est un dégonflé). Alors, tout ce qu’il promet depuis qu’il est candidat et qu’il a en grande partie pompé au FN en s’apercevant que le peuple Français est demandeur, vous pourriez toujours l’attendre s’il était élu !

    Moi, je vais voter pour Marine Le Pen qui elle, "en a" -n’est-ce pas M. Dalongeville ?- et qui appliquera tout son programme lorsqu’elle sera élue. Elle est la seule à avoir fait ce qu’elle avait promis là où elle est élue, à Hénin-Beaumont. Ce  n’est pas comme les autre démagos !

    Vivement le changement en Mai prochain.

    Et au passage : ave qinctius.

    Cincinnatus49

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    13/03/2012

    l’élection au second tour se fera sur la détestation du "Grec" … c’est une évidence !

    Répondre
  3. ilion

    13/03/2012

    Il semblerait que le sortant ait omis de prévenir ses amis européens « Je vais menacer de sortir de Schengen, mais c’est pour frimer un peu, juste pour me faire réélire ». Au parlement européen, certains finissent par se demander qui est le candidat de « l’extrême droite » en France, Le Pen ou Sarközy. L’agence « Vessies et lanternes » devrait dépêcher un émissaire pour rassurer l’Europe.

    Répondre
  4. minotis

    13/03/2012

    On entend dire « il est prêt à tout ». Avec sa langue, c’est sûr. Même avec sa main : il se la met sur le cœur. Comment résister ? En ne votant pas pour lui.

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    13/03/2012

    parlons un peu des " annonces " de Villepinte , c’est à dire de TROIS MENSONGES de Sarkozy
     1°) il est légalement interdit par les conventions internationales de faire payer l’impôt ( dans son pays d’origine ) à un expatrié , tout au plus peut on ( mais ce n’est pas une obligation pour la personne ) demander une "contribution fiscale  de 5 % de ses revenus" à un expatrié pour qu’il conserve ses droits civiques
     2° ) le "buy european act " (sic  on croierait de l’Attali ou du Lagarde ) est interdit par le " traîtise" de Lisbonne  ( vous savez cette forfaiture Sarkosienne )
     3°) les contrôles des immigrants aux "pointillés" de Schengen est DEJA à l’étude par la commission européenne et cela depuis un an !

    si après ça , il existe encore des " connards " pour croire aux promesses du "Grec" c’est à désespérer de l’intelligence française *
    * mais je sais que le blog est saturé de cocufiables" en devenir !

    Répondre
  6. kourina

    13/03/2012

    Ce n’est pas à Hollande que Sarközy prend des voix. D’autre part, il faut savoir qu’un événement ne peut modifier les sondages qu’environ 8 jours plus tard. Donc se gargariser avec l’ « effet Villepinte » avant ce délai est une foutaise et une imposture. Français, élirez-vous un menteur ?

    Répondre
  7. amina

    13/03/2012

    Après le spectacle télévisuel de Villepinte d’un certain nombre de millions d’euros, c’est la moindre des choses de dire que la cote sondagière du sortant a bougé. Celle de Bayrou, elle, ne se contente pas de frémir. Loin des flons flons, des agitateurs de drapeaux, du toc et de la frime. Dans quelques jours, les temps de parole seront égalisés, les esbroufeurs vont se faire raccourcir.

    Répondre
  8. kladi

    12/03/2012

    Bayrou estime avoir plus de chance de battre le candidat socialiste que n’en a le Chef de l’Etat. Avis est donc lancé à tous ceux que rebute la perspective de voir l’ancien premier secrétaire socialiste à l’Elysée : « Votez Bayrou plutôt que Sarkö ! » P.S. Ceux qui pensent que Bayrou est peu audible changeront définitivement d’avis à partir du 20 mars.

    Répondre
  9. xilophon

    12/03/2012

    Villepinte, bilan habituel. Volte-face, tête-à-queue et pieds au mur ! Ce devait être un feu d’artifice, on a vu plus d’artifices que de feu. Trois millions d’euros, tout ça pour ça ?

    Répondre
  10. hitera

    12/03/2012

    Les enthousiastes de Villepinte détestent sûrement plus Hollande que Bayrou. Il leur reste encore assez de temps pour bien voir que seul Bayrou peut barrer le chemin à l’objet de leur détestation, et que dans ces conditions c’est pour Bayrou qu’il devraient voter au premier tour. Le vote utile, pas le vote amer.

    Répondre
  11. quinctius cincinnatus

    12/03/2012

    @ quiunarès

    vous n’y pensez pas , ces "gens là " sur une estrade bourgeoise et prenant la parole avant la douairière charitable  ès bonnes oeuvres  (avec l’argent soutiré aux  pauvres …c..s ) ?

    Répondre
  12. onicar

    11/03/2012

    Villepinte,14h05 Le sortant : « J’ai compris que les Français attendaient de moi autant une dimension d’engagement que de résultats ». T’as compris c’qu’il a compris, Charles ?

    Répondre
  13. quinctius cincinnatus

    11/03/2012

    Petit pense-bête à l’utilisation judicieuse de sa carte d’électeur :
    se demander : quelles sont les qualités psychiques qui distinguent les candidats au Triomphe républicain ? …
    en quelque sorte , faire le profil du criminel en devenir !
    … suite fin Avril

    Répondre
  14. quinares

    11/03/2012

    Villepinte 13h45 – Discrimination Le fils d’une femme de ménage, invité à prendre la parole, est fraîchement accueilli. L’assistance est comme glacée. Renseignements pris il s’agirait d’Henri Guaino. Attention, c’est lui qui a parlé de sa mère, on ne lui demandait rien.

    Répondre
  15. Fraçois

    11/03/2012

      Goliath, si vous dites que les manchettes sont prêtes à l’UMP, je suis certain qu’elles le sont aussi du côté du PS, du front de gauche, du FN, d’Europe écologie:
           -Un bide!
           – Sarkozy n’arrive pas à mobiliser.
           – Beaucoup de bruit pour rien.
           – Etc,etc…
        La seule différence ( parce qu’il y en a tout de même) c’est que la presse se fera 10 fois plus l’écho des commentaires de gauche que de ceux de la "droite"…

    Répondre
  16. Goliath

    11/03/2012

    Villepinte, dimanche 11 mars, 9h00. Les curieux commencent à affluer, certains habitants de Villepinte n’ont pas voulu être absents, les autres viennent de plus loin, croire qu’il ne s’agit que de militants serait toutefois excessif… Certains se sont dit qu’il y aurait des « trucs gratuits ». Et puis la rumeur dit qu’il pourrait y avoir des surprises : Johnny, Poutine, Alex et Zavatta ? Les suppositions vont bon train. En tout cas, l’agence « Vessies et Lanternes » n’a pas chômé. Pour demain lundi les articles de presse sont prêts depuis une semaine, la manchette principale « 100.000 Français à Villepinte» devrait faire merveille. Les applaudisseurs de Villepinte veulent que Hollande soit battu, excellente intention. Il leur reste assez de temps pour comprendre que Bayrou s’en charge.

    Répondre
  17. Anonyme

    10/03/2012

      @ Tucroy
    Les programmes ont tout de même (un peu) d’importance. Exemple quand il est question du mariage homosexuel, de l’euthanasie ou du vote et de l’éligibilité des étrangers hors UE…Et ce ne sont pas les seuls points.
    Certains diront que les programmes sont des copiés-collés: Apparemment ou bien ils n’ont pas bien lu ou bien ces points n’ont pas d’importance pour eux…

    Répondre
  18. clioure

    10/03/2012

    Un mot manquant. Depuis 10 ans chargé de l’immigration comme ministre de l’intérieur puis comme président de la république, il déclare son intention de la diviser par deux. Il est clair que les gens qui font le déplacement de Villepinte pour applaudir ce genre de propos sont des

    Répondre
  19. Toni

    10/03/2012

    Avec Fraisibabar, c’est vrai qu’en terme de nullité on atteint des sommets. Idem pour les organisations syndicales …

    Mais vous tous ici, les gens comme le syndicaliste de service  Jaures sont très nombreux dans la société Française. Moi j’ai la solution avec les zigotos de son genre, je change d’endroit et de table lors des réceptions et repas de Noël . Une fois je suis même allé finir mon repas à la table des enfants, ils avaient plus de bon sens. Pas que je suis un pervers, ni même que j’avais prévu cela … Mais les propos des gauchistes étaient d’une nullité affligeante.

     

    Répondre
  20. HOMERE

    10/03/2012

    Tucroy…merci de restaurer ici quelques vérités dont la plupart ne veulent entendre parler.

    En dernier ressort il ne s’agit plus de choisir son préféré mais de stopper la marche inéluctable d’une hégémonie de gauche qui se prépare…plus aucune opposition ne sera possible.Nous allons assister à la soviétisation de la France avec une présence immigrée jamais atteinte…des Ministres issus des minorités visibles ou invisibles,une culture néo cucu rapeuse,une économie exangue,des distributions débridées d’aides en tous genres,une diplomatie arabo musulmane,un fichage des politiquement non corrects,une industrie laminée par les charges,des syndicats et assos anti france au pinacle,des quotas d’étrangers à la hausse…..la politique de Sarkozy sera regrettée immédiatement,même si elle ne fût pas parfaite..trop tard !

    Mélenchon le Pape de l’Anti France n’a t il pas déclaré : "Si je suis élu,ma première visite sera pour l’Algérie,ces pays du Maghreb qui ont tant apporté à notre culture Méditerranéenne…." les champions de la carbonisation des bagnoles et des émeutes en tous genres avec les insultes permanentes aux céfran (comme ils disent si intelligemment).

    Alors ?

    Répondre
  21. winoti

    10/03/2012

    Les héneaurmes manchettes hallucinatoires du SarköFig de lundi sont déjà composées, destinées à être aperçues par ceux qui achèteront autre chose. Le message sera à peu près que le charlatan est réélu. Elections terminées, ou désormais sans objet. Comme d’habitude, on n’aura qu’à croire. La liste interminable d’intentions proclamées par Sarközy est un gigantesque bluff prêt à se dissiper dans l’atmosphère au moindre zéphyr. Il y a ceux qui font semblant d’y croire pour en entraîner d’autres à y croire, puis ceux qui savent que François Bayrou, lui, est prêt sans mensonges ni fourberies à transformer la France.

    Répondre
  22. guinore

    09/03/2012

    Tous les sondages donnant François Bayrou gagnant au second tour, quel que soit son adversaire, puisque les Français pensent qu’il est le meilleur, autant voter utile dès le premier tour.

    Répondre
  23. ozone

    09/03/2012

    Et surtout tenez en compte qu’au cas ou ni MLP et Dupont Aignan ne pouvaient pas se présenter par manque de parrainages une nouvelle notion devra entrer dans le débat,celle d’un complot international.

    Répondre
  24. quiref

    09/03/2012

    Maintenant comparons Hollande et Sarközy d’une part et Bayrou d’autre part. Les deux premiers croient impossible de l’emporter sans mentir, Bayrou mène sa campagne sans mentir. Voter pour l’un des deux premiers, c’est choisir le mensonge.

    Répondre
  25. François

    09/03/2012

       Ah, Tucroy. Les socialistes français en général et Monsieur Hollande en particulier feraient bien de méditer cette parole de Rivarol:
        " C’est un grand avantage de n’avoir rien fait, mais il ne faut pas en abuser"

    Répondre
  26. Anonyme

    09/03/2012

    Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre Les programmes sont-ils les seuls éléments de choix dont dispose l’électeur ? Comparons Hollande à Sarkozy Les « programmes » des candidats, bâtis comme ils sont annoncés, c’est à dire davantage comme l’addition de surenchères opportunistes que comme des projets politiques et de société, sont considérés comme les arguments essentiels d’une campagne. Ils masquent ainsi ceux sur lesquels devrait d’abord se fonder un choix – sauf à être guidé par des considérations idéologiques ignorant l’intérêt du pays et pouvant même lui être opposées. L’électeur le mieux intentionné en oublie qu’il ne s’agit que de projets, voire de promesses, qui devront se plier à des impondérables susceptibles de contraindre tout candidat à ne s’y tenir qu’en partie ou à en changer. Comparer les candidats sur leurs compétences et leurs bilans est donc d’un tout autre intérêt objectif. Quels différence en résulte-t-il entre le Président sortant, Nicolas Sarkozy, et ses opposants dont François Hollande ? Pour le bilan, nul ne peut nier qu’en dépit de promesses non tenues, précisément en raison d’une conjoncture imprévue à l’époque où il les avait faites, Nicolas Sarkozy a su protéger la nation, lui évitant de sombrer là où se trouvent certaines des celles citées en exemple par le socialisme. Nul ne peut nier non plus les réformes dont celles des retraites, des universités, du service minimum, etc. effectuées pendant que s’enchaînaient, à raison d’une par an, 4 crises mondiales, toutes d’une ampleur jamais atteinte. Le bilan de son compétiteur, pendant la même période, peut se résumer au leadership d’une opposition n’ayant su se manifester que par le rejet systématique de toute mesure, et a fortiori réforme, proposées par le gouvernement. Soumis à un sectarisme conciliant les opinions les plus divergentes, faute d’idées crédibles et constructives, son action s’est limitée au harcèlement d’un homme et de ses soutiens plutôt que d’œuvrer aux intérêts du pays. Alors que la France, comme tous les pays du monde, traversait une période aux périls de laquelle elle a échappée pour l’essentiel, cette opposition, PS en tête, n’a su user que de l’invective, du ragot, du faux procès, avec pour seul objectif de retarder le pouvoir dans ses efforts. En attestent les votes et abstentions de ses parlementaires, allant jusqu’à renier certaines de leurs propres options. Il n’en demeure pas moins que toute campagne électorale est l’occasion pour chaque candidat de manifester ses convictions, qui par des mots qui par des actes. Pour les actes, le cas Lejaby est emblématique en cela qu’il démontre aux yeux de l’opinion qu’il est possible à une entreprise et surtout à ses salariés de s’en sortir autrement qu’en faisant appel à l’assistanat ; en procédant à leur propre remise en cause, à la réorientation de leur activité et en acceptant la formation nécessaire. Ce cas exemplaire démontre aussi que les politiques peuvent avoir une autre influence que celle qui consiste à se tourner vers l’État pour en tirer des subsides qui ne font que repousser les échéances, sans rien changer au fond. Pour les annonces, celle du Président Sarkozy indiquant qu’il quitterait la vie politique s’il n’était pas réélu est un signe fort adressé aux électeurs. Il les invite à choisir entre des politiciens appliquant obstinément les solutions apprises sur les bancs des école auxquelles est formée leur caste, et un dirigeant issu du rang, capable de se reconvertir lui aussi le cas échéant plutôt que de s’accrocher désespérément à des privilèges budgétivores – fussent-ils républicains.

    Répondre
  27. beruio

    09/03/2012

    Repères Dans les enquêtes sur la perception des candidatures dans l’opinion publique, François Bayrou est en tête sur tous les critères de présidentialité. Parmi les cinq principaux dirigeants européens, Sarközy a la plus mauvaise image auprès de l’ensemble des citoyens européens.

    Répondre
  28. ozone

    08/03/2012

    Vive la Marine Nationale

    Répondre
  29. Blanc

    08/03/2012

    Ah ça, ça alors, pour dire que la campagne est nulle, archinulle, truquée même… tout à fait d’accord ! Personne ne parle de Marine ou très peu dans cette campagne, alors qu’elle a des millions et des millions de voix. Encore une campagne truquée, encore une élection truquée. Tous ceux qui pourraient dire « les français sont sympas » sont automatiquement exclus, rejetés, jetés comme de vulgaires empêcheurs de tourner en rond. Car c’est bien de cela dont il s’agit… les nationalistes sont des empêcheurs de tourner en rond. Sarko dit « Ras le bol des français » Hollande « Marre de remarre des français » Bayrou « Quand-est-ce que les français fermeront enfin leurs gueules » Marine « Sympas les français! » mais chuttt, Il ne faut pas, c’est interdit ! Les nationalistes appellent un chat un chat… chuttt ! Il ne faut pas, c’est interdit ! Dire que le Maghreb est le Maghreb parce qu’au Maghreb il y a des maghrébins, l’Afrique est l’Afrique parce qu’en Afrique il y a des africains, l’Europe est l’Europe parce qu’en Europe il y a des européens. Chuttt ! Il ne faut pas, c’est interdit ! Dire que quand ces messieurs-dames quittent leurs pays ventre-à-terre, ce n’est pas pour le territoire européen au climat glacial, c’est pour les européens, bien évidemment. Chuttt ! Il ne faut pas, c’est interdit ! Dire qu’ils quittent une population de merde pour une population plus créative, plus inventive, plus travailleuse, plus entreprenante, plus douée, plus géniale, plus honnête, plus généreuse, plus philanthrope… chuttt ! Il ne faut pas, c’est interdit ! Dire que… quand ils arrivent la toute première de leur réaction est de nous faire des reproches, des reproches, des reproches, encore et toujours des reproches et d’afficher un racisme anti-blanc des plus féroces. Chuttt ! Il ne faut pas, c’est interdit ! Le plus terrible dans l’histoire c’est que les gauchistes, boulimiques d’électeurs-cons, ne cessent de les encourager dans leur attitude ingrate et totalement, colossalement, gigantesquement imbécile. MAIS CHUTTTT ! Chuttt ! Il ne faut pas le dire, c’est interdit !

    Répondre
  30. gravil

    08/03/2012

    C’est dans peu de jours qu’on verra clairement si pour Sarközy la pièce est finie. La campagne électorale est au niveau où l’UMPS l’a abaissée,c’est-à-dire à l’échange de mensonges.

    Répondre
  31. HansImSchnoggeLoch

    08/03/2012

    Avec Mr Hollande au pouvoir ce sera l’équivalent financier d’une guerre qui s’ajoutera au triste bilan laissé par Sarko. Une solution, l’hibernation pour les 5 prochaines années?

    Répondre
  32. minol

    08/03/2012

    La nullité de la campagne ressemble bien au quinquennat qui s’achève, le dernier thème du sortant étant qu’il est un homme normal. L’ennui est qu’une majorité de Français le vomit. S’il s’accoche à son fauteuil, utiliser celui-ci comme brancard pour le mettre dehors.

    Répondre
  33. eplion

    08/03/2012

    Pour l’après-Villepinte (lundi donc) les communiqués sont déjà prêts : 1/ Sarközy, c’est reparti 2/ un rebond magistral 3/ vers la victoire 4/ Hollande c’est fini 5/ une courbe irrésistible Les bonnes idées sont toujours accueillies avec reconnaissance par l’agence « Vessies et lanternes », dont le service TV recherche toujours des jeunes secoueurs de drapeaux d’ambiance. Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)