La propagande immigrationniste actuelle

Posté le octobre 25, 2016, 4:20
6 mins

De plus en plus, dans les médias, mais également chez les politiques et les associations gauchistes, on veut nous faire « avaler » l’idée que la vague d’immigration que l’Europe nous impose ne peut qu’être bénéfique pour la France.

Pour cela, on n’hésite pas à nous donner en exemple l’immigration d’hier, pour nous faire accepter sans broncher celle qui déferle aujourd’hui.

Tous ceux qui, demain, risquent de se révéler les fossoyeurs de notre identité judéo-chrétienne de culture occidentale y vont de leur couplet sur les immigrés polonais ou espagnols qu’on a parfois eu du mal à accepter quand ils sont arrivés en nombre, comme ils le disent avec insistance, mais qui, par la suite, se sont parfaitement assimilés.

Au cours d’un récent conseil municipal à Châteauroux, un élu FN a proposé l’adoption d’une motion intitulée « Ma commune sans migrants », qui remettait en cause l’accueil des migrants imposé aux communes par Ber­nard Cazeneuve.
Cette motion, pourtant bien ar­gumentée, a été refoulée à l’unanimité par un front républicain reconstitué à l’occasion.

Un adjoint de la municipalité LR, en donneur de leçon, a invité l’intervenant frontiste à se rendre à une conférence sur l’immigration polonaise le 6 oc­tobre pour lui infliger sans dou­te un bon cours d’histoire !

La même semaine, une élue écologiste donnait une conférence sur le même thème.
Conclusion : vous avez accueilli hier, vous devez donc le faire aujourd’hui !
Les Polonais sont, il est vrai, arrivés nombreux après l’insurrection de la Pologne (1830-1831). Ces personnes faisaient surtout partie de « l’intelligentsia ». Après 1870, ce sera surtout une émigration économique. Beaucoup de ceux qui arriveront alors prendront le travail qui se présentera. Vie difficile pour ces travailleurs. Mais, dès la 2e génération, grâce à l’école, l’assimilation fonctionnait, et, à la 3e génération, ils étaient parfaitement Français…

De 1936 à 1939, sont venus d’Espagne des réfugiés politiques qui fuyaient le franquisme. Certains se sont engagés dans l’armée française et dans la résistance. Par la suite, pas de problèmes d’intégration pour eux non plus. Si ce n’est les noms à consonance ibérique, rien ne les différencie des autres Français.

La caste politico-médiatique pro-immigrationniste actuelle ne manque pas de nous ressortir des films d’époque qui montrent la méfiance de la part des Français. Pour cette raison, il faudrait passer outre les réticences qui s’élèvent dans de nombreux départements contre les migrants qui nous arrivent cha­que jour et qu’on se contente d’éparpiller partout sur notre territoire – avec obligation d’accepter pour les municipalités, contrairement à ce qui avait été initialement prévu.

Seulement, les nouveaux arrivants n’ont pas le même profil que les Polonais ou les Espa­gnols, qui étaient de culture occidentale et, pour beaucoup, de religion chrétienne. Il n’y a jamais eu pour ces derniers de revendications communautaristes. L’assimilation a fonctionné parfaitement.

Je regrette beaucoup que les donneurs de leçons n’aillent pas plus loin dans leur raisonnement et ne mentionnent pas l’exemple des migrants arrivés depuis les années 1950 et 1960.

Dans leurs « bagages », ces migrants, venant surtout d’Afri­que du Nord et d’Afrique subsaharienne, apportaient ce qui se­ra leur boulet et le nôtre : leur religion, l’islam.

Quelle déconvenue de constater que la génération actuelle fait étalage d’une résistance communautaire sans précédent, avec un refus tenace d’assimiler nos valeurs… Et ce sont les problèmes de drogues, les zones de non-droit, l’antisémitisme, le banditisme, la violence et les attentats !

Le 10 novembre 2010, Malek Boutih déclarait dans une émission : « Quand je regarde le centre de jeunes détenus de Fleury-Mérogis, je constate que la proportion de jeunes des minorités visibles est exceptionnelle par rapport à ce qu’ils représentent dans la société française. » Le constat a-t-il changé ?
Alors, plutôt que de faire la leçon aux mauvais Français égoïstes qu’on qualifie très vite d’extrémistes, en leur donnant en plus des cours sur la « tradition d’accueil » de la France et sur les vertus de la fraternité, il serait peut-être nécessaire aux pro-immigrationnistes forcenés de faire preuve d’un peu de réalisme.

Cette immigration massive menace notre civilisation française – qu’on a le droit de vouloir garder française !

4 réponses à l'article : La propagande immigrationniste actuelle

  1. Hilarion

    26/10/2016

    Mais si les musulmans s’intègrent…dans les prisons. Ainsi, représentant 10 % de la population française ils constituent 60% de la population carcérale ce qui fait un taux de délinquance 17 fois supérieur à celui des de souche.

    Répondre
  2. Saffroy Michel

    26/10/2016

    A propos des soi-disant « migrants » !

    Pourquoi les journalistes – et même ceux qui se disent de droite !-, reprennent-ils le vocabulaire de la gauche en parlant de  » crise des migrants  » (1) alors que l’expression juste est  » invasion de clandestins « , d’ « immigrés illégaux », de « hors-la-loi » ?

    Cette pusillanimité, ce manque de courage sont la honte de tous ces journalistes asservis à leur rédaction et au politiquement correct !

    Adopter le langage de l’adversaire et ne pas nommer les choses par leur nom c’est déjà capituler !

    (1) on connaît la paresse atavique des journalistes quand il s’agit de traduire des textes
    anglo-saxons, leur fâcheuse habitude de transcrire, sans les traduire, les vocables anglais ( ex : mainstream, buzz, agenda etc…).

    Le terme migrant est caractéristique de ce laxisme qui, ici, se double de la volonté d’ escamoter la réalité tragique du problème de cette invasion que nous subissons, de pousser la poussière sous le tapis.

    Migrant est en effet un vocable anglo-saxon qui n’existe pas en français en tant que substantif.

    C’est donc, une fois de plus, un exemple de cette « novlangue  » que veulent nous imposer les traîtres au pouvoir et les merdias subventionnés qui leur servent la soupe !

    Répondre
  3. vozuti

    25/10/2016

    remplacer la population française par une population afro-arabe,c’est le but des dirigeants français, à partir des lois chirac de 1975.
    cet objectif est désormais presque atteint.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      31/10/2016

      ce qu’ un homme de droite et d’ extême-droite devrait enfin comprendre :

      c’ est que la théorie de la conspiration dessert ceux qui s’ en … servent

      inutile donc d’ avoir recours à elle ! la stupidité bien connue et établie de nos hommes politiques suffit à elle seule et en elle-même à expliquer cette immigration sauvage

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)