La recomposition du paysage politique à l’instar de celui qui existait après la dernière guerre

Posté le juin 26, 2017, 10:10
7 mins

Je voudrais rappeler aux jeunes électeurs qu’il fut un temps, dans les années 45-60, tout de suite après fin 1946 lorsque Charles de GAULLE quitta le pouvoir, où le paysage politique se situait ainsi :

  1. L’extrême Droite, 1 à 1,5 % des voix (avec Maître ISORNI, Maître TIXIER VIGNANCOURT).
  2. La vraie Droite*, environ 35 % (principalement le CNIP, les RI avec Antoine PINAY, René COTY).
  3. Le Centre Droit*, quelquefois Centre Gauche au gré du vent, environ 25 % (MRP “Mouvement Républicain Populaire” avec Georges BIDAULT, Joseph FONTANET). Ce parti a d’ailleurs essaimé à plusieurs reprises, en particulier avec le PDM “Progrès Démocratie Moderne” (DUHAMEL), et le CDS “Centre des Démocrates Sociaux” (LECANUET).
  4. Les Radicaux Socialistes, environ 5 % (Edouard HERRIOT, Henri QUEUILLE).
  5. Les Socialistes (la SFIO), environ 6 % (Jules MOCH, Guy MOLLET, Robert LACOSTE, Paul RAMADIER).
  6. Le Parti Communiste, environ 22/23 % (Jacques DUCLOS, Maurice THOREZ, VALDECK-ROCHET).
  7. Enfin, l’Extrême Gauche, 1,5 % (Trotskistes).
  8. + Divers, toutes tendances (autour de 3 %).

* Notons cependant qu’à partir de 1947, Charles de GAULLE créa le RPF (Rassemblement du Peuple Français) devenu l’UNR en 1958, puis le RPR. Ce parti gaulliste tira ses effectifs principalement de la droite et du MRP, mais aussi, de façon marginale, de certains “gaullistes de gauche”.
Rappelons également qu’en 1978, Valéry GISCARD D’ESTAING fut à l’origine de la création de l’UDF (Union pour la Démocratie Française) constituée surtout par la droite et le centre.
2007 marqua la fin de l’UDF avec la constitution de l’UMP, puis LR, qui rassembla les gaullistes, la droite hors FN et une partie du centre.

Je pense qu’il est inutile d’épiloguer sur le 1er tour des législatives, qui ne représente pas du tout les différents courants politiques des citoyens.

Or, si l’on examine de près les résultats des dernières élections présidentielles du 1er tour, on peut imaginer les mêmes tendances que par le passé et recomposer ainsi le paysage politique :

  1. l’Extrême Droite, 1,5 %, composée de certains éléments durs du Front National.
  2. La vraie Droite, 35 %, composée des électeurs suivants :
    • Ceux qui sont partis par dépit voter au Front National mais qui rêvent en réalité d’une Droite forte et qui tient ses promesses (90 % de ceux qui ont voté Marine),
    • Ceux qui ont voté Nicolas DUPONT-AIGNAN,
    • 50 % de ceux qui ont voté FILLON, c’est-à-dire en retirant la Droite molle et le Centre.
  3. Les Centres Gauche et Droit, soit 25 %, représentés par les voix de MACRON au 1er tour, de l’aile gauche des Républicains et de l’aile droite du PS.
  4. Le parti Radical Socialiste (3 %) qui est explosé en deux tendances : le parti radical qui vote avec les Centristes et le PRG qui vote avec les Socialistes.
  5. Le PS (6 %) qui, particulièrement sous l’impulsion de MITTERRAND, a détroussé le Parti Communiste de la majeure partie de ses électeurs, le ramenant ainsi à 3 ou 4 % au profit du PS qui faisait depuis 25 %, mais qui revient maintenant à son score d’origine avec Benoît HAMON.
  6. Le Parti Communiste (20 %). C’est le score de MELENCHON qui affiche un pourcentage comparable à celui du PC dans le passé.
  7. L’extrême Gauche (1,5 %). POUTOU et Nathalie ARTHAUD ont représenté à eux deux le score que les Trotskistes faisaient auparavant.
  8. Divers, toutes tendances, dont les Ecologistes.

Ainsi, l’éclatement du PS, la fragilisation et la dispersion de LR, et les interrogations au sein du FN, font que les formations actuelles devraient redevenir ce qu’elles étaient dans le passé, ce qu’illustrent parfaitement les résultats du 1er tour des présidentielles.

Conclusion :
Si aujourd’hui le Front National existe, si aujourd’hui le Parti Républicain n’est plus crédible, c’est parce que depuis de nombreuses années les dirigeants en place n’ont pas tenu leurs promesses et qu’ils ont déçu les électeurs qui se sont retournés de plus en plus et massivement vers le Front National.

Si aujourd’hui certains cadres du parti LES REPUBLICAINS veulent bien comprendre et analyser les aspirations de leurs électeurs, ils comprendront qu’il est plus que jamais temps de se ressaisir, de se recadrer pour reconstitue une “vraie” Droite “forte”, sous l’impulsion de Laurent WAUQUIEZ, Brice HORTEFEUX, Bruno RETAILLEAU, Nicolas SARKOZY (à condition qu’il n’oublie pas sa karcher), Henri GUAINO, Nadine MORANO et d’autres, mais aussi avec Nicolas DUPONT-AIGNAN, Philippe de VILLIERS et Marion MARECHAL LE PEN.

Ils se délesteraient ainsi avec gourmandise des “mous” JUPPE, RAFFARIN, NKM, la girouette ESTROSI, LE MAIRE et son intelligence, et bien d’autres, qui trouveront leur place au centre, redevenant ainsi les centristes qu’ils sont.

Ainsi, cette nouvelle Droite qu’on ne diaboliserait pas, ne ferait que respecter le vœu de ses électeurs, en particulier pour le respect de nos frontières, la lutte contre l’envahissement de notre pays par des gens qui ne veulent pas s’intégrer et qui nous détestent et s’apprêtent à devenir, dans une ou deux décennies, majoritaires du corps électoral français.

En un mot, assurer au citoyen la paix et la sécurité sur le territoire, plutôt que de le voir demeurer dans la hantise des feux de poubelles et voitures, des agressions quotidiennes et des dramatiques attentats terroristes.

9 réponses à l'article : La recomposition du paysage politique à l’instar de celui qui existait après la dernière guerre

  1. quinctius cincinnatus

    27 juin 2017

    inquiétant, mais à y bien réfléchir ” normal ” :

    selon un sondage du ” Figaro ” environ 40 % des ” sondés ” regrettent que J.-P. Raffarin mette un terme à sa ” vie ” politique

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    27 juin 2017

    Cette Droite de Laurent Wauquiez et autres, jusqu’à Marion Maréchal le Pen, est encore qualifiée d’Identitaire …… (terme de combat censé la décrédibiliser) …… par les mous du genou attardés de la fausse droite qui a passé son temps à s’excuser de ne pas être de gauche et qui s’apprête à se dissoudre dans un macronisme passant des nécessités impérieuses à LA nécessité impériale !

    Tout en conservant les trois axes de la lutte contre l’INVASION, de la protection des frontières et de la dédramatisation d’un éloignement de l’€uro et du stalinisme bruxellois, elle devra répondre aux soucis économiques de la classe moyenne qui n’est pas celle qui a voté pour Macron !

    Ce sont les élitaires qui ont majoritairement voté ‘’en marche‘’ et non pas les classes populaires et les classes moyennes ! ……

    L’absentéisme … (et non pas l’abstentionnisme, contrairement au mensonge sémantique coutumier qui permet à Macron de s’affranchir de la notion de quorum, ce en quoi il ne diffère moralement pas de ceux dont il dénonce ‘’l’immoralité‘’) … n’a pas encore été suffisamment scruté et analysé !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27 juin 2017

      l’ absentéisme est pluri-factoriel et quelle que soit la situation politique à UN moment donné il existera TOUJOURS un noyau
      … incompressible ; quant aux autres ils sont soit “dégoûtés ” , soit ” désabusés”, soit, et ce sont les plus nombreux, ils ne reconnaissent pas leurs aspirations dans les ” propositions ” qui leur sont faites et au mieux ils voteraient ” par défaut ”

      exemple : je suis partisan d’ un Etat qui assume le ” régalien ” et qui ” libère ” l’ initiative : trouvez moi un ” parti ” et un candidat qui correspondent à mes aspirations

      c’ est là le drame de la démocratie en France : l’ immobilisme politique de l’ offre

      c.q.f.d.

      Répondre
      • Gérard Pierre

        27 juin 2017

        « … il existera TOUJOURS un noyau. » …… Certes !

        Mais le problème se pose bien lorsqu’autour de ce noyau gravitent des agglomérats formés pour des raisons diverses, …… [dont celle que vous évoquez : l’immobilisme politique de l’offre] …… qui aboutit à faire en sorte que moins de 50% des électeurs inscrits se rendent aux urnes, ainsi que cela vient de se produire !

        Avec le système actuel, le jour où, sur 46.000.000 d’inscrits, 3 électeurs seulement se rendront au bureau de vote et que 2 d’entre eux voteront Macron tandis que l’autre aura voté ‘’untel‘’ …… Macron sera toujours proclamé GRAND VAINQUEUR DU SCRUTIN AVEC 66% DES VOIX EXPRIMÉES !

        Mon exemple est bien sûr caricatural, mais ce que je cherche à souligner c’est que, dans la Constitution de notre république RIEN, AUCUN VERROU, ne permet d’éviter l’avènement d’une telle absurdité !

        Quand on se prétend le chantre de la moralisation de la vie politique, …… ça laisse de sérieux doutes sur les réalisations qui suivront les proclamation d’intention ! …… COMME D’HABITUDE ! …… car « on » prétend précisément tout changer afin que rien ne change !

        Ça fonctionne si bien ainsi, et les gogols minimalistes en redemandent !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          27 juin 2017

          curieusement, les ” gogols ” se retrouvent préférentiellement dans les classes dites éduquées … c’ est là aussi une spécificité bien française car toujours ” satisfaite ” du politiquement correct

          Répondre
          • vozuti

            29 juin 2017

            “les classes dites éduquées” sont obéissantes et endormies dans leur confort,ce qui les rend tièdes et conformistes.

          • quinctius cincinnatus

            29 juin 2017

            pas tous ! pas toutes ! mais, au total, cela fait peu de ” voix ” !

  3. Chantérac

    26 juin 2017

    Cette vision “partisanne” ne rend pas compte d’une évolution – ou d’un retour- à des clivages fondées sur des valeurs philosophiques, anthropologiques, culturelles plus fondamentales qui ont été révélées, notamment par les provocation de la loi Taubira, le gender, le transhumanisme..
    Christoffe Geffroy , dans la Nef de juin 2017 considere comme possible une recomposition autour de 3 pôles:

    Le pôle libéral ( et aussi libertaire) , avec LREM en tête, la droite du PS, la gauche des LR, le centre . “En marche” prétend représenter le progrès, héritier des lumières et de la révolution; la “libération des énergies” traduit une volonté de totale émancipation de l’homme, le refus des limites naturelles ( transhumanisme), donc de la réalité.
    Le pôle socialiste avec la France insoumise, ce qui reste de chevenementiste au PS et donc la gauche du FN,
    Le pôle conservateur, avec la droite des LR et le FN de Marion et la droite-hors-les-murs chère que tente de promouvoir R.Menard…
    “En marche” prétend représenter le progrès, héritier des lumières et de la révolution; la “libération des énergies” traduit une volonté de totale émancipation de l’homme, le refus des limites naturelles ( transhumanisme), donc de la réalité. Mais paradoxalement comme le remarque Olivier Rey , il favorise le “système en place qui n’est pas ce qui préserve le leg mais le liquide, à une échelle et à un rythme toujours plus grands.”
    Mais paradoxalement comme le remarque Olivier Rey , il favorise le “système en place qui n’est pas ce qui préserve le leg mais le liquide, à une échelle et à un rythme toujours plus grands.”
    Face à lui le reste de la sociale-démocratie ou ce qui se prétend insoumis n’a pas de raison – pour survivre- de mordre la main nourricière.
    “Pour les progressistes , promouvoir le changement consiste à prolonger, voire à amplifier encore les dynamiques actuelles. Pour les conservateurs, il s’agit de les contrecarrer”

    Répondre
  4. potier

    26 juin 2017

    analyse pertinente , mais le problème c’ est que personne aux LR ne veut faire un pas vers le FN , contrairement au FN qui lui semble , chez certains du moins le vouloir . Wauquiez continu de crier haro sur le FN ; alors ???

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)