La sclérose socialiste aiguë

La sclérose socialiste aiguë

Je pense avoir tout dit de la situation dans laquelle gît ce pauvre pays, voici deux semaines. Le déclin me semble ne pas être une vue de l’esprit. Et il me paraît très difficilement réversible.

J’aurais pu ajouter le vieillissement de la population, les mutations profondes impliquées par une forte natalité musulmane et une faible natalité non musulmane, ou ces autres mutations résultant de ce que les jeunes gens dotés d’un fort capital humain quittent le pays, tandis qu’y entrent des milliers de déshérités venus du Sud…

J’aurais pu préciser que, si la France n’est pas le pays le plus endetté d’Europe, elle est le pays où l’endettement n’a pour contrepartie aucun investissement générateur de retours positifs à moyen terme…

Ce qui me frappe le plus, néanmoins, depuis que se sont déclenchés les spasmes post-CPE, c’est l’indigence généralisée du discours ambiant. Dans d’autres pays européens, la gauche s’essaie au moins à comprendre un peu le monde dans lequel elle vit : pas la gauche française. De Fabius à Besancenot, c’est à qui dira l’ineptie la plus grotesque. Cela devient un vrai concours d’analphabétisme économique. Dans d’autres pays, il existe une droite libérale et conservatrice dont au moins quelques membres semblent avoir une vision claire du xxie siècle : en France, des gens de ce genre existent, mais ils ne sont pas à la tête d’un courant politique important.

Je fais partie de ceux qui n’ont jamais eu confiance en Sarkozy et qui pensent que derrière l’énergie, il y a une absence de vraie substance intellectuelle, et Sarkozy, en se livrant à des manœuvres médiocres ces derniers jours a montré qu’il n’était sans doute qu’un succédané de Chirac, pas très différent de Villepin qui, au moins, a parfois du courage. Le Pen s’étant, à mes yeux, exclu lui-même des débats, qui resterait-il ? Villiers ? Allons… Aucune subtilité dans ses analyses de l’islamisation de l’Europe, aucune compréhension des enjeux économiques et géopolitiques du futur proche.
Les hommes politiques français ont leur pendant dans la presse et les médias. Presque tous les discours ruissellent de « politiquement correct » et de provincialisme étriqué. Certaines émissions se prétendent « polémiques », mais sont à ce qui s’appelle « polémique » dans le monde anglophone ce qu’une voiture à pédales dans un bac à sable serait à une Formule 1 à pleine puissance !

Là, je me demande comment les Français peuvent accepter cela. J’ai la réponse, bien sûr. On commence à laver leur cerveau à l’école maternelle et on continue jusqu’à ce qu’ils atteignent le troisième âge. En un temps où il existait davantage de liberté en France, une affiche montrait des jeunes gens moroses et nettement débiles et donnait l’explication : ils n’ont connu que le socialisme.

Aujourd’hui, les sexagénaires sont souvent des anciens de mai 1968. Les étudiants qui braillent dans les rues sont les enfants des enfants des anciens. En mai 1968, on avait le prurit révolutionnaire. Le prurit, au fil du temps, est devenu une forme de dérangement mental. Ceux qui en sont gravement atteints prennent leurs délires pour la réalité. Pour eux, un patron est un esclavagiste. Mieux vaut la certitude du chômage que la « précarité » d’un emploi. L’économie de marché est une abomination, et la mondialisation une monstruosité. Tout le monde devrait pouvoir être fonctionnaire. Les étudiants qui braillent dans les rues ne rêvent pas de devenir Bill Gates ou Steve Jobs, ils aspirent à un rond-de-cuir, aux 35 heures et à la retraite. Ces jeunes atteints d’un dérangement que j’appellerais sclérose socialiste aiguë ont, bien sûr, le soutien de leurs parents et grands-parents.
Les jeunes des banlieues, eux, savent déjà que tout est perdu et que vient le temps du chaos. Ils voient dans les manifestants, qu’ils aient vingt ou soixante ans, un ensemble de gens qui veulent préserver des privilèges dont eux n’ont jamais joui.
Les jours de manifestations, pour ces raisons, il y a deux séances, comme autrefois au cinéma : d’abord le premier film, Unef, CGT, étudiants braillards. Puis, à la nuit tombée, le deuxième film. Celui de la violence nihiliste. Cela se calmera sans doute. Pendant le déclin, la chute continuera. Les trotskystes souhaitent la révolution permanente : nous vivons aujourd’hui quelque chose d’assez proche : la décomposition permanente…

Partager cette publication

(49) Commentaires

  • sas Répondre

    A salle de bain…quelque fautes d’accords;ok…mais là tu abuse….aurais-tu suivi un enseignement par sms…??? sas

    23/04/2006 à 13 h 08 min
  • SBS Répondre

    Meuuh non sas, pas francai le port-avions évidament…. Benny lui y voulait dire un portes-avion en état de fonxionner… donc y peut pas etr Français…. Moi j’crois ke benny y pensait pluto a un porte-avion yankeee ou alors chinois

    22/04/2006 à 0 h 02 min
  • sas Répondre

    « Il faut…comme un porte avion … » A beny hill…français le porte avion???….comme le degaule par exemple ??? ha bon sas

    21/04/2006 à 13 h 49 min
  • Benny Répondre

    C’ est de loin le texte le moins con que j’ ai pu lire sur internet depuis au moins 1 ans. Je suis d’ accord avec tout, ou presque: Cette planéte ne pourra jamais supporté encore 20 ans l’ économie de marché tel qu’ on la conçoit aujourd’ hui. Et je pense qu’ il est plus que vital, que tout le monde soit fonctionnaire. Pas fonctionnaire dans le sens « je passe 35 h par semaine à rien foutre en attendant la retraite », mais dans le sens d’ une nation unique regroupant tous les pays, fonctionnant de façon quasi millitaire et employant chaque citoyen à des taches d’ utilité générale. Le temps du chacun pour sa gueule et Dieu pour ceux qui en veulent, ça peut plus durer, on va droit dans le mur. Il est imperatif de limiter notre consommation, on ne peut plus continuer à faire comme ci les resources étaient sans limite. IL FAUT QUE L’ ORGANISATION DE NOTRE CIVILISATION SUR CETTE PLANETE S’ APPARENTE A CELLE D’ UN PORTE AVION. Ho, bien sur, c’ est pas trés bandant vue comme ça. Mais si on continue à laisser tout le monde agir n’ importe comment ne serait-ce que vis à vis de l’ environement et des resources, sous pretexte de défendre la liberté individuel, cette planéte ne sera pas simplement un enfer, mais tout simplement inhabitable. Méfiez vous de l’ économie de marché, car c’ est un systéme qui n’ est durablement viable qu’ à condition d’ avoir des ressources et un espace illimité…

    20/04/2006 à 13 h 13 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    PLAIDOYER POUR CHIRAC, ET LA NOBLE MISSION DE LA FRANCE. Guy Millière est trop pessimiste. Rien n’est perdu. Demandons à notre président qu’une seule et unique fois, il résiste de toutes ses forces, se fasse violence, ignore son don et son génie à prendre systématiquement la PIRE solution, pour enfin prendre une BONNE décision qui est (mais oui) de…se RE-PRE-SEN-TER en 2007, afin de revenir défendre son époustouflant sans-faute, bilan de 41ans de vie publique (début en 1965). Nous voulons voir la fin finale, le résultat, l’apothéose, l’accomplissement de la faillite française signée, comme un tableau de vieux maître en bas à droite: « Chirac fecit, 2013 ». Les temps ne sont plus aux décomptes financiers sordides, aux déficits abyssaux , toutes choses sans portée dans l’HISTOIRE. Ce qui importe, c’est la CELEBRITE et l’EXEMPLE HISTORIQUES qui seuls confèrent une stature éternelle à un personnage et à une nation qui ont de concert battu tous les records connus jusqu’alors. Les retombées bénéfiques à long terme pour l’humanité, seront inestimables. La France ne doit pas risquer de perdre sa place de 1ière incontestée dans la démonstration de CE QU’IL NE FALLAIT PAS FAIRE, et le titre de « PLUS SPECTACULAIRE DEGRINGOLADE EN TEMPS DE PAIX », en passant du rang de grande puissance au rang de nain économique et politique. L’Histoire nous a apporté des géants du sauvetage national (Charles Martel, Jeanne d’Arc, Henri IV et bien d’autres). Ne prenons aucun risque: un futur sauveur, repreneur, redresseur, de la France ne peut que compromettre, et peut-être même détruire, notre chance de figurer au palmarès des « archi-nuls », sans aucune espoir compensatoire de décrocher un accessit parmi les « moyens » ou les « bons ». Partant en 1965 d’une excellente situation sur presque tous les points, armés du bagage inestimable de siècles de brillantes avancées sur les plans intellectuels, culturels, scientifiques, technologiques, bénéficiant de gros capitaux gérés par de puissantes banques, les français sous Chirac depuis quatre décennies, ont beaucoup travaillé à améliorer encore leur situation. Ils ont trimé, payé des impôts, afin de s’élever encore plus haut, pour un résultat tout simplement surnaturel (comme la faculté de Chirac) : aboutir à une situation exécrable, sans l’excuse d’une guerre, d’un cataclysme naturel, d’une pandémie microbienne ou virale, d’une invasion hostile armée, d’une occupation étrangère définitive (encore que…). Cette performance, objectivement phénoménale , ne doit pas être sous-estimée. Le tandem Chirac-France qui bat déjà tous les records de contre-performance, est en passe de devenir « intouchable » tant son avance est grande dans l’art de s’auto-détruire. Dernier pays idéologiquement et effectivement socialiste du monde (avec la Corée du nord et Cuba), la France de « l’Exception Française » et de son « Modèle-Social-Que-Le-Monde-Entier-Nous-Envie », mérite le respect accordé à tous les cas pathologiques inextricables. Il ne reste qu’à magnifier cette formidable aptitude à mourir lentement, au milieu d’un monde qui fleurit, se développe et se fortifie à pas gigantesques. Car, comme l’Amérique des USA, la France a bien une MISSION, une vocation universelle et avec Chirac, notre patrie contribue efficacement et réellement au bien de l’humanité par la force de l’EXEMPLE (à NE JAMAIS IMITER). Un départ trop prompt de Chirac ne ferait que brouiller le message et amoindrir la portée des bienfaits (pour d’autres) de nos sacrifices involontaires. Y aurait-il par exemple aujourd’hui seulement connaissance de l’existence de l’Allemagne, et des dangers du nazisme, pour le citoyen moyen chilien, philippin, chinois, indien, angolais, s’il n’y avait pas eu en 1945, l’apocalyptique retentissement médiatique mondial de la capitulation totale de ce pays, presque rasé par les alliés? Chirac DOIT rester jusqu’en 2013. Luc Sembour [email protected] 15 avril 2006

    16/04/2006 à 2 h 43 min
  • Florent Répondre

    Ce combat entre une droite molle libérale (dans le mauvais sens du terme) et capitularde et la gauche marxiste démagogue fut rude, mais en fin de compte, il n’ya plus qu’un vainqueur: la connerie humaine. Et ça ne risque pas de changer!!!

    11/04/2006 à 20 h 44 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Une fois n’est pads coutume, je suis d’accrd avec Jaurès-junior lorsqu’il demande des comptes au professeur Millière sur l’état lamentable dans lequel se trouve plongée la France. En d’autre termes, qu’a fait le professeur Millière, dans ses activités professionnelles, pour dénoncer les tares de l’Education (prétendue) nationale, truffée de marxistes et de maçons, qui fabrique depuis des lustres des illettrés, des incompétents, des gens qui méprisent le travail et détestent ceux qui sont susceptibles de leur en donner, et qui ne comptent que sur la « vache à lait » de l’Etat pour leur permettre de pratiquer le « panem et circenses » (non, ce n’est pas du Sénèque !) qui aboutira – qui aboutit déjà – à la décadence du pays ? Cordialement, Jean-Claude senior

    11/04/2006 à 14 h 45 min
  • Pierre Répondre

    Chirac, Villepin, Sarkozy, le trio du déshonneur A la déroute, Villepin ajoute le déshonneur. Après avoir clamé que dans l’affaire du CPE il n’avait d’autre choix que de vaincre ou de mourir, il ose s’inviter à la télévision pour étaler des projets d’action aussi vides de sens que ceux qu’il a mis en œuvre pendant les dix mois de son règne à Matignon. Décidément, Villepin est fâché avec la grandeur. Il la proclame, mais ne la pratique pas. On se souvient de son engagement de résoudre le problème du chômage en cent jours. Au cent-unième, le chômage, comme le canard de Robert Lamoureux, était toujours vivant. Et Villepin contorsionnait son grand corps et sa petite tête pour tenter de faire croire que son engagement n’en était pas vraiment un. C’était déjà minable, ça l’est resté. Que voulez-vous, on est comme on est ! Et que dire de Chirac qui, non content d’avoir essuyé l’affront populaire du non au référendum sans en tirer la moindre conséquence personnelle, en est venu, pour tenter de sauver la face de son premier ministre, à violer les institutions en promulguant la loi sur le contrat première embauche tout en déclarant qu’elle ne serait pas appliquée ? Et que dire de Sarkozy, l’homme de la « rupture », qui n’a cessé de plaider pour le retrait du CPE ? Il y a douze ans, c’était déjà lui qui, sur les marches de Matignon, annonçait le retrait du « Smic jeunes » d’Edouard Balladur. Que voulez-vous, on est comme on est ! Et que dire de cette écrasante majorité parlementaire UMP dont les membres tremblent comme feuilles au vent face aux matamores impuissants qu’ils ont choisis pour chefs et dont aucun n’a eu le courage de proclamer et de mettre en oeuvre, face à la scandaleuse carence de ceux-ci, l’ardente obligation de la dissidence ? Que voulez-vous, on est comme on est ! Le régime s’effondre. Il ne lui reste plus guère de temps à vivre. Les Français savent que ni la fausse droite ni la vraie gauche ne sont capables de gouverner notre pays, parce qu’elles ont partie liée avec le système social, qui est la vraie cause de son effondrement économique. La crise de la jeunesse, nous l’avons maintes fois dit et écrit, se résoudra inévitablement au profit de celle-ci et au détriment des générations plus âgées qui n’ont pas su se pousser un peu pour leur faire place. Les thuriféraires du système nous avaient sentencieusement expliqué que celui-ci organisait « la solidarité entre les générations ». Il ne faisait qu’en préparer la guerre. L’heure du sursaut et du redressement a sonné. Il faut d’urgence se débarrasser de ceux qui, en trente ans, ont ruiné la France et privé d’avenir ses enfants. Ce n’est pas par hasard que la Révolution bleue s’est donné mission de mettre un terme à la chienlit, au trop plein d’impôts et de charges et au règne des politiciens incapables. Chacun comprend, aujourd’hui, qu’il s’agit là des trois piliers du totem maudit que des usurpateurs ont voulu donner pour dieu à notre pays, au mépris de ses vraies valeurs que sont la liberté et la propriété. Le 22 avril prochain, à Paris et dans toute la France, nous le crierons haut et fort, à chaque fois plus nombreux, à chaque fois plus déterminés. Vive la Révolution bleue ! Vive la France ! Claude Reichman Porte-parole de la Révolution bleue.

    11/04/2006 à 11 h 02 min
  • daniel Répondre

    Hélios, Oui la lâcheté est dans les 2 camps. Oui il s’agit d’une crise morale. Non la crise ne fait pas que débuter puisqu’elle est morale. Elle est la prolongation d’un long mensonge dont il est difficile de situer l’origine, au début du siècle dernier. Dans le contexte démocratique, si on veut modifier une société, l’influence de l’école est prépondérante. Il faut quelquefois toute une vie pour se débarrasser des mensonges enregistrés sur les bancs de l’école ou au sein de sa famille. Les enfants qui débarquent dans cette société pervertie tentent de se faire une opinion pour motiver leurs choix de vie. Vu le marais gauche/droite qui sous tend la majorité des débats, je ne vois pas un endroit propre et solide où ils pourraient poser le pied. Qu’ils aient envie de manifester, même à tort, serait presque plus positif que de les voir ne rien espérer. L’école a été rendue obligatoire et nous vivons au rythme de ses illusions, de ses défaillances et de ses croyances. Changer la société passe par changer l’école. Et comme chaque nouveau citoyen a subi le lavage idéologique, il faudra beaucoup de crimes encore pour remettre en cause les certitudes de l’Education Nationale et de ses syndiqués. Mais ces milieux « croient » que le mot crime est exagéré car il est réservé à ce qui les atteint, eux, ou ceux de leur bord politique. On’arrête pas le racisme parcequ’on interdit les fours.

    11/04/2006 à 10 h 47 min
  • Helios Répondre

    La fièvre est tombée tout le monde se félicite sauf ceux qui croyaient devoir tenir bon contre vents et marrées. La rivière regagnera son lit non sans laisser derrière elle tous les détritus qu’elle a charriés durant sa crue. Les imbéciles heureux ont gagné, ils sont très contents d’avoir sabordé le navire! Encore une victoire comme celle-là et la France est perdue! Mais peut-être que la France est déjà perdue, comme l’Argentine dans les années cinquante. Villepin a été bon perdant, dans le fond il est loin d’être la bête politique que la gestion de cette crise exigeait. Tristesse et dignité lui vont bien, en tout cas mieux que cette assurance artificielle dont il a fait preuve quand il se pensait à l’abri des coups. La majorité silencieuse qui encore une fois est demeurée désespérément silencieuse, a assisté au spectacle d’une défaite dont elle est en bonne partie responsable. On dit que les hommes politiques sont lâches, ils le sont bien moins que les citoyens qui les élisent et qui s’abstiennent de les appuyer dans les moments difficiles. La crise n’est pas terminée, elle ne fait que débuter, et comme il s’agit d’une crise morale, elle durera longtemps. Les français n’oseront pas se regarder dans le miroir, ils ont trop de lâchetés de part et d’autre à se reprocher, les uns pour avoir grossi le troupeau, les autres pour avoir laissé le troupeau piétiner l’état de droit. La France post moderne a-t-elle encore des repères, pourra-t-elle un jour avoir un sursaut d’énergie, saura-t-elle renouer avec sa vraie nature? Helios

    11/04/2006 à 6 h 12 min
  • anonyme Répondre

    Chirac a enterr� le CPE… La CGT, l’UNEF et autres syndicats antid�mocratiques ont gagn� et ont foul� au pied la constitution de la R�publique. Vive la France… vu de l’�tranger…

    10/04/2006 à 19 h 41 min
  • Mancney Répondre

    Je m’associe a notre ami Florent pour remercier salah-eddine pour son témoignage instructif, particulierement instructif; en fait, il est en or. Extraits : « … je le repete la france est en danger , les beurs des banlieues, par vagues successives detruiront un jour la république …  »  » … c’est pour celà que les français doivent reflechir … »  » … le courage de dire que le mal de la france vient des étrangers qui ne veulent en aucun cas s’integrer, uniquement profiter des lois sociales. » Best, Mancney

    10/04/2006 à 16 h 37 min
  • Pierre Répondre

    Merci de demasquer l’imposteur Sarkosy. En 2007, il faut voter pour le Front National. Amities

    10/04/2006 à 14 h 57 min
  • Adolphos Répondre

    « AUCUN N’ENVSAGEAIT DE CREER SON ENTREPRISE. » En même temps, créer une entreprise en France.. « Peut-etre qu’il y a une benefice pour l’humanite dans tout cela: La France se sacrifice pour montrer aux autres comment ne pas faire. » Arf ! Z’êtes caustiques au Texas.. « Pour moi, la poubelle idéologique de l’Education nationale vient cependant du statut indéboulonnable des enseignants qui constitue le terreau de l’idéologie des droits acquis.  » Il faudrait surtout n’embaucher que des gens ayant 10 ou 20 ans d’expérience en entreprise. Parce que là, on embauche des ratés qui n’ont rien trouvé, et qui vont ruminer auprés de leurs éleves leurs échec toute leur vie en accusant patron, entreprise, actionnaire, chirac, les juifs, je ne sais qui..

    10/04/2006 à 14 h 46 min
  • daniel Répondre

    Stephane de Saint Albin L’idée « d’effort collectif de réflexion visant à formuler un statégie de survie renaissance » est séduisante. Faudrait-il encore que beaucoup de conditions soient réunies pour que les certitudes et les croyances culturelles qui ont produit ce bourbier soient remises à plat. La première croyance culturelle qui apparait dans votre message est la notion de « capacités intellectuelles indéniables » des politiques. Sur cette base de valeurs, les Nazis avaient donc aussi des capacités intellecruelles indéniables! Peut-on continuer à « coire » que de bonnes capacités intellectuelles puissent conduire au choix d’un poste où l’on pourra obtenir du pouvoir mais sans la responsabilité individuelle personnelle qui va avec? Avec des protections particulières en forme d’assistanat… Capacités intellectuelles qui permettent: – dans un cas d’aboutir à l’élimination volontaire d’individus considérés comme inférieurs (le critère de race est aussi le résultat d’une élucubration intellectuelle qui se croit élaborée…) , – et dans le cas actuel par l’exclusion de plusieurs millions de personnes qui sont une élimination involontaire (?) d’individus préjugés inférieurs selon des critères étranges, – par la mise au chômage (donc à la destruction de ce qui constitue le moyen de survie des individus normaux n’ayant pas la main dans le portefeuille public) de millions de personnes, alors que la quantité de travail à faire peut être qualifiée d’infinie, etc … Pas un de ces crimes n’est perçu comme tel par ceux qui les organisent puisqu’ils sont incapables intellectuellement de concevoir la vie dans sa globalité. L’image qui est renvoyée aux énarques a été, jusqu’à une période récente, constituée d’une admiration béate des citoyens formés à leurs valeurs par l’école. L’intelligence ne peut être dissociée de l’humanité sans être vidée de son sens. C’est le premier critère de valeur à redéfinir puisque tous les autres en découlent.

    10/04/2006 à 14 h 45 min
  • pastout Répondre

    il n’y a pas en France de politique novatrice. Le concervatisme des vielles badernes de droite et de gauche se résume à « j’ai raisons et vous avez tout faux ». J’attends que les jeunes se mettent à penser par eux mème et pour eux mème. Bonne journée

    10/04/2006 à 11 h 09 min
  • Stephane de Saint Albin Répondre

    J’aime bien ce que je lis ici, et ailleurs sur la blogosphère ou dans un nombre croissant de livres dits « déclinistes », mais je reste sur ma faim quant à la question essentielle de l’avenir. L’ami Milliere, dont j’apprécie la justesse des analyses, a jeté l’éponge. Je ne lui en veux pas mais participerait-il à un effort collectif de réflexion visant à formuler une stratégie de « survie-renaissance » pour la France et l’Europe au 21eme siècle ? La version française et peut être ouverte via Internet d’un « think tank » néoconservateur américain, qui pourrait influencer le débat lors la présidentielle et le cours des choses après… Les politiques n’ont pas le temps ou la « bande passante » pour ce genre de réflexion, leurs capacités intellectuelles (indéniables) étant surtout occupées à se faire élire. Au passage, le message de Villiers n’est certes pas très fin mais il résonne dans la France du « non » (non au socialisme-étatisme, non à l’immigration, non au déclin démographique, etc). Il n’a aucune chance en 2007, mais a peut être un rôle à jouer dans un dispositif de « survie-renaissance » à long terme… A court terme, nous avons tout intérêt à ce que Sarko soit élu en 2007 plutôt que Ségo. Il faut être réaliste, le futur président sera très probablement soit UMP soit PS, même si 2002 a sonné le glas pour ces deux partis (évoluer ou mourir). Je me demande si voter Villiers au 1er tour n’est pas le meilleur moyen d’assurer l’ancrage à droite d’un éventuel quinquennat Sarkozy…

    09/04/2006 à 23 h 41 min
  • Alborg Répondre

    Bravo à G. MILLIERE pour un article fulgurant sur la question et pour lequel je vote sans aucune restriction ! (tant qu’il n’évoque pas la question turque…) Les raccourcis ici procèdent fort heureusement d’un puissant esprit de synthèse, et non de « simplifications » comme lui reprochent sans cesse ses détracteurs – dont je ne suis PAS, même si je le critique à l’occasion……… Tiens, pour détendre l’atmosphère, euh…. (là, j’ai un doute, mais allez, tant pis, je me lance) : En lisant cet article, je n’ai fait qu’y retrouver décrites de façon hallucinante (est-ce grave,Dr HELIOS ?)toutes les tares de ma foutue région de Belgique….. Sans doute suis-je un cas typique de dépression paranoïde avec syndrôme projectif aigü…… a moins que….. A MOINS QUE LA FRANCE NE SOIT VRAIMENT EN VOIE DE WALLONISATION… ! ! (*) Et ça c’est bien sûr pas un cadeau… Désolé pour tous les mélancoliques atrabilaires psycho-névrosés…. Je peux en tous cas vous dire à tous une certitude : A PART LES EMEUTES, TOUT Y EST !! ! (*) NDLR : la « Wallonisation », c’est juste le tout dernier stade avant l »Islamisation ». Cool ! Pour tous renseignements complémentaires, s’adresser aux joyeux « Socialo-festifs » dont les noms suivent ci-après : L.Onckelinkx, M.Arena, Ph.Moureau & E. di Rupo… super cool ! C’était notre rubrique ; « Souriez, vous n’êtes pas seuls! » Alborg

    09/04/2006 à 22 h 09 min
  • daniel Répondre

    David Martin Bravo pour vos positions sur le terrain d’être pensant, libre et motivé avant tout par ses propres convictions. Pour moi, la poubelle idéologique de l’Education nationale vient cependant du statut indéboulonnable des enseignants qui constitue le terreau de l’idéologie des droits acquis. Si vous deviez passer entre autre par la reconnaissance de ceux qui vous payent réellement (les parents) et si apprendre était perçu comme un privilège, un cadeau de la vie, une chance et non un droit, l’école retrouverait son vrai rôle, les enseignants redécouvriraient le sens de leur métier et les motivations saines qui vont avec. Et chaque citoyen passé par cette « éducation » comprendrait que le plaisir d ‘apprendre, donc de découvrir ne peut se réaliser que sur des terrains vierges de certitudes donc vierges de droits acquis.

    09/04/2006 à 14 h 09 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Dédiée à toutes les autruches que sont pour moi une majorité de Français qui ne veulent rien voir ni entendre qui trouble leur quiétude pendant que le « France-Titanic » sombre, cette citation de Didier van Cauwelaert : « La politique de l’autruche est respectable. Tout dépend de ce qu’il y a dans le sable ! ». Je ne sais pas pourquoi, mais cela me fait penser à cette histoire de Marius et d’Olive. Perdus dans le brouillard sur une coque de noix, nos héros avancent vers Marseille en sondant. A un moment, Olive relève la sonde et annonce « Fond de merde ! ». – « Arrête lui répond Marius, c’est le vieux port ». ^ Je n’oserai affirmer que le sable de nos autruches ressemble au fond du vieux port! Lais j’y pense Cordialement, Jean-Claude Lahite senior

    09/04/2006 à 8 h 09 min
  • grepon le texan Répondre

    Peut-etre qu’il y a une benefice pour l’humanite dans tout cela: La France se sacrifice pour montrer aux autres comment ne pas faire. Une loi qui renverserait le declin de la France pourrait s’appeler CEE, Contrat Enieme Emploi. Les reglementations actuels serait remplace par un etat de laissez-faire le plus total. Tout emploi pourrait etre termine a tout moment sans besoin de decrire une « cause »…a moins qu’un contrat librement entrepris entre les partis PRIVES concerne stipulerait d’autres arrangements. C’est a dire que l’etat n’aurait strictement rien a faire dans la definition d’un contrat d’emploi, a part d’etablir, sur le temps par jurisprudence probablement, comment enforcer les contrats prives librement entrepris. Effectivement, outre mer aux Etats-Unis, ou on imagine en France qu’il regne deja un etat « ultra liberale » de capitalisme sauvage et tout le reste, il existe quand meme des boulot a vie. Genre, la regelementation des contrats d’emploi de la plupart des fonctionaires federaux ou des enseignants dans beaucoup des divers etats(dont la Californie). Heureusement qu’on a beaucoup moins d’eux chez nous, proportionnelment parlant, que la France. Sinon tout l’occident serait dans une tres mauvais etat. Pour l’instant la sclerose occidental est confine a la Vielle Europe.

    09/04/2006 à 3 h 28 min
  • isocrate Répondre

    « La question demeure ? Comment la France fera sa thérapie ? » (Xavier Cornut) Elle a le choix entre deux alternatives: la république islamique (la plus probable) ou la fusion immédiate avec l’Allemagne pour recréer un pays unique, la Carlomanie, deuxième puissance économique mondiale de 150 millions d’habitants dirigée par une chancellière-Premier Ministre: A. Merkel (solution politiquement incorrecte, donc très improbable) Il n’y a plus de France isolée possible, il en faut bien s’en convaincre.

    08/04/2006 à 18 h 18 min
  • Florent Répondre

    Je voudrais juste féliciter le discour de Salah-Edine, c’est un modèle pour tous les immigrés, si tous se comportaient comme lui, il n’y aurait plus de rpoblème d’immigration en France depuis longtemps. Hélas, des gens comme lui sont une minorité, la plupart tendent plus vers Tizi, Ali, Doud… M’est avis que des gens comme Slah souffriront dans l’avenir face à certains bouleversement. Amicalement

    08/04/2006 à 14 h 08 min
  • anonyme Répondre

    MINUX75, merci pour votre calcul des probabilit�s ! A lire le Figaro Magzine du 1-8 avril.Il y a une page consacr�e aux violences anti-CPE, avec la confirmation que la biblioth�que de l’�cole des Chartres a �t� pill�e et certains de ses livres utilis�s pour alimenter un feu commun par des, je cite, « ï¿½tudiants de la Sorbonne anarchistes, des sans-papiers et des intermittents du spectacle ». Une soixantaine de documents anciens, certains du XIIe si�cle, ont �t� d�truits (!!), dont une Bible qui a �t� jet�e au visage des CRS, des documents in�dits qui allaient �tre num�ris�s � la fin mars et qui ont donc disparu � jamais ainsi que des �tudes de professeurs d’universit�, certaines qui duraient depuis une dizaine d’ann�e. Une notamment, sur… les intermittents du spectacle. Plus loin dans le magazine, vous avez la r�ponse d’intellectuels au mal fran�ais. Si certains sont plus circonspects (Ren� R�mond), certains osent ouvertement proposer leurs visions d’avenir. Ainsi Jacques Marseille, professeur � la Sorbonne, pr�voit une grave crise sociale qui finira soit dans l’abandon du mod�le social actuel soit dans une crise qui a d�j� conduit, je cite, « ï¿½ l’humiliante d�faite de 1940 ». Quand la langue de bois tombe, c’est l’Apocalypse de Saint Jean dans le Fig Mag… Plus loin, apr�s un barom�tre d’opinion qui montre que 78% des Fran�ais n’ont jamais �t� aussi d�pressifs sous la Ve R�publique (et jamais un pr�sident si d�test�), un r�dacteur nous pond un article sur « ï¿½tes-vous cororico ou d�clinologue? », une revue assez am�re de l’horizon fran�ais o� entre autres d�nominations on parle de « suicide collectif », de « d�clin » et j’en passe… La question demeure ? Comment la France fera sa th�rapie ?

    07/04/2006 à 12 h 57 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Relisant l’article de Guy Millière (il en vaut la peine) et après lui avoir suggéré de rectifier une de ses formules (1), je me permettrai de compléter ses propos. Une bonne partie des problèmes de l’heure qui submergent la France et sont en train d’emporter la classe politique (celle-ci aura joué à l’apprenti-sorcier !) dans son ensemble,sont dûs à l’Education (prétendue) nationale truffée de marxistes et de maçons (chacun semble s’être réparti la tâche de démolition) qui a pourri les jeunes cerveaux dans tous les domaines. On apprend depuis la maternelle aux enfants non seulement leur « droits » (sic) et de moins en moins leurs devoirs (sinon d’utiliser un préservatif !), mais aussi que les patrons sont « riches », qu’ils s’en mettent plein les poches sur le dos de la classe (de moins en moins) ouvrière, que la France est riche (et donc que l’Etat peut et doit payer), on les dégoûte du travail, pas seulement manuel, de l’effort, et du risque, de l’esprit d’entreprise…Une Education nationale qui n’est même pas capable de former à des métiers en adéquation avec les besoins des entreprises, formant ainsi des centaines de milliers de futur chômeurs(2). On a ainsi gâché des classes entière d’âge. Et, pour ceux qui pourraient en douter, il n’y a qu’à voir les « réclamations » des jeunes braillards (les « politisés », comme les « manipulés ») qui défilent dans les rues, de moins en moins contre le CPE, mais pour réclamer un « emploi à vie » (auquel même les japonais pour lesquels cela fait partie de leur « culture,ont renoncé sans pour autant manifester dans les rues)et stable, et tous les avantages qui vont avec. Cette mentalité (que, fort heureusement, n’ont pas tous les jeunes gens) était apparu clairement lors de la soirée chiraquienne organisée à l’Elysée avec des « jeunes » lors de la dernière campagne du referendum. Dans le dialogue de sourds qui s’était instauré ce soir là, les jeunes invités présidentiels, n’avaient qu’un but : devenir fonctionnaires. AUCUN N’ENVSAGEAIT DE CREER SON ENTREPRISE. Pas même de fonder une famille. J’avais noté que le seul qui avait évoqué la possiblité d’en fonder une en adoptant des enfants s’était déclaré homosexuel (3). Mais il ne faut pas désespérer. On le voit, on l’entend, il y a des tas de jeunes gens et de jeunes filles qui ont envie de s’en sortir par leur propre travail, quitte à changer raduicalement l’orientation d’études dont ils constatent que celles-ci les mènent droit dans le mur. Et il est dommage, à ce sujet, que les médias (orientés TOUT A GAUCHE, selon la formation reçue dans les Ecoles de Journalisme) ne nous montrent et ne nous fassent écouter – presqu’exclusivement – que les « braillards » qui, après avoir bloqué les facs, les lycées, etc. défilé dans les rues, bloquent aujourd’hui nos routes, nos autoroutes, nos gares, notre activité économique, sans vouloir se rendre compte qu’ils sont en train de ruiner la France, sciant en cela la branche sur laquelle ils sont confortablement installés. Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) lorsqu’il parle de lavage de cerveaux à l’école maternelle, ne devrait-il pas parler de « bourrage de crânes ». Et c’est donc un « lavage de cerveaux » qu’il devrait réclamer ! (2) je rejoint là le propos de G.M. lorsqu’il écrit « mieux vaut la certitude du chômage… » (3)sans rire, le Président l’avait renvoyé à l’Article 69 de la Constution … Française !

    07/04/2006 à 11 h 38 min
  • Hélios Répondre

    À sas: « si tu veux du divan, hélios,je te dirais plutot qu’en FRANCE on vit une schizophrénie permanente… » Il en est des nations comme des individus, les névroses collectives sont fréquentes, les dirigeants les comprennent d’instinct et leur besoin de se faire élire les incitent à adapter leur discours pour soulager le symptôme principal de l’électeur: l’angoisse du lendemain des élections. Les hommes politiques de gauche comme de droite se rejoignent sur ce terrain c’est pourquoi ils finissent par se ressembler étrangement. La « schizophrénie » de la droite ne s’explique pas autrement. À Josh:  » Gorbatchev, hun !?… » Après Brejnev, Andropov et Tchernienko, l’URSS a eu droit à la Glasnost et la Perestroika, entendre par là le rétrécissement de l’état soviétique, une contraction à la mesure d’un empire s’effondrant inexorablement sous son propre poids. Gorbatchev a eu le mérite de comprendre que l’empire s’en allait vers un effondrement accéléré s’il persistait dans sa politique expansionniste, il a eu la sagesse de battre en retraite à temps pour éviter d’épuiser trop rapidement une économie soviétique en plein désarroi. L’effondrement au ralenti c’est ça la contribution la plus marquante de Gorbatchev à l’histoire de l’URSS, il a de cette façon épargné à ses compatriotes bien des souffrances. L’état français risque d’affronter une situation similaire, soit l’incapacité de poursuivre sur la même trajectoire, dans quelques années deux choix s’offriront alors aux dirigeants: la fuite en avant suivie d’un effondrement accéléré, où un scénario à la Gorbatchev. À Salah-eddine: « J’avais baucoupe d’estime pour sarkozy mais son revirement sur le cpe m’a sidéré… » Politiquement et stratégiquement parlant Sarkozy n’a probablement pas tort d’agir ainsi, il a soutenu Villepin comme une corde soutient le pendu et a choisi habilement de ne pas se laisser entraîner dans sa chute. Sarkozy a probablement lu Machiavel car il applique ses principes à la lettre. L’absence chez lui de substance intellectuelle dont fait état Guy Millière est plus que compensée par une habileté manoeuvrière indéniable. Sachant qu’il vise la présidence, on ne peut lui reprocher de tout mettre en oeuvre pour y parvenir même si cela se traduit par vivre et laisser mourir. Its the name of the game! La moralité de cette histoire: l’avenir appartient à qui sait écarter un concurrent sans manifester d’état d’âme. La politique est sale mais le pouvoir comme l’argent n’a pas d’odeur. Sarkozy a au moins le mérite de bien jauger les situations, il sait reconnaître rapidement un navire qui prend l’eau, et il est toujours le premier à voler au secours de la victoire. Helios

    07/04/2006 à 4 h 26 min
  • Violleau Emile Répondre

    L’article dépeint bien la réalité vécue par le pays. Il faudrait dénoncer plus souvent, la capacité de nuisance des socialo-communistes marxistes français.

    07/04/2006 à 3 h 22 min
  • Mancney Répondre

    Merci, Guy Milliere. En plein dans le Mille. Best, Mancney

    06/04/2006 à 19 h 43 min
  • salah-eddine Répondre

    cadre algerien en retraite , ce qui se passe en france me désole et j’avais prédit il y déjà une dizaine d’années ce qui se passe en france actuelement c’est a dire les désordres et les manipulations de cercles gauchistes et islamiques . les dirigeants actuels français plus particuliérement le president chirac sont faibles pour ne pas dire autre chose , ils veulent se donner une bonne image car eux mémes ne croient pas a leur avenir politique et preferent le jugement que leurs concitoyens font d’eux au diable la patrie . J’avais baucoupe d’estime pour sarkozy mais son revirement sur le cpe m’a sidéré et là est l’exemple qu’il prefere avoir une bonne image pour les présidentielles de 2007 que sa solidarité sans faille avec des décisions du gouvernement a qui il appartient et aux décisions auquelles il a participé .quand on voit comment sont considérés certains leaders de l’extréme gauche et certains anarchisques , qui sont invités sur les plateaux de television et a qui on demande des avis , celà donne des idées aux jeunes actuellement qui se proclament leaders de mouvement tous cathegories et qui ont un seul objectif , parler d’eux et passer a la television , une carriére politique ca rapporte mieux . je le repete la france est en danger , les beurs des banlieues , par vagues successives detruiront un jour la république c’est pour celà que les français doivent reflechir et en 2007 , confier les commandes du pays aux leaders de l’extréme droite qui eux ont le courage de dire que le mal de la france vient des étrangers qui ne veulent en aucun cas s’integrer , uniquement profiter des lois sociales .j’ai l’impréssion que la majorité des français qui sont donc les electeurs , ne s’interessent pas a la politique et ne lisent pas baucoups certaines analyses de journalistes trés compétents tel que guy miliére qu’on taxe injustement de pro américain , mais je trouve qu’il aime son pays et il réve de la france devienne aussi puissant que les usa .

    06/04/2006 à 11 h 44 min
  • Adolphos Répondre

    Hum, l’impôt sur les société est de 39,33%, depuis un loi de 2000 ? (mais cette augmentation de 10% a dû être habiller d’un vocabulaire PC). La pluspart des entreprises du CAC40 se préparent à quitter la France. Ce qui aura pour conséquence apréciable, d’un point de vu socialiste, de réduire les inégalités, car une partie des salariés les mieux payer va partir avec eux. Le peuple de gauche va donc pouvoir enfin montrer sa solidarité vrai, au lieu de « faire payer les riches ». Et puis comme cela, il n’y aura plus de reportage sur France2 où l’on place un sujet sur les RMistes juste aprés avoir stigmatisé les « profits boursier qui explosent ». Ces entreprises représentent 90% de l’IS. Ah, et puis la bourse Frankfurt veut racheter la Bourse de Paris. C’est mieux.

    06/04/2006 à 7 h 18 min
  • Helios Répondre

    Les hommes politiques même quand ils anticipent les événements ne font habituellement rien pour les précipiter. Ils se contentent de suivre le courant ou de surfer si par chance une vague se présente. Les politiciens sont légions, les hommes d’état sont rares ou inexistants. Ceux qui gouvernent ou qui aspirent à gouverner sont trop ancrés dans le problème pour faire partie de la solution. Ils joueront donc le rôle qui leur est assigné, laisser pourrir la situation et amener la crise à sa conclusion logique: la faillite du statut quo et l’éclatement de la bulle étatique. Le vide politique est inéluctable et cette fois il n’y aura pas de sauveur retiré dans ses terres attendant l’appel de la nation. Non! la France, à défaut d’un sauveur, se contentera d’un syndic de faillite avec à sa tête le plus opportuniste et le plus sagace de ses hommes politiques. Et le peuple n’aura même pas le goût de murmurer. Du moment que le pays sera en faillite technique, les vertus du travail et de l’initiative reviendront à la surface, la créativité des français reprendra le dessus. Après tout les français ne sont pas plus bêtes que les anglais, les irlandais et les espagnols, il n’y a rien comme un bon coup de pied au cul pour réveiller une nation, et la France est plus que mûre pour le recevoir! On peut toujours espérer! Helios

    06/04/2006 à 6 h 24 min
  • MINUX75 Répondre

    Bonjour Aujourd’hui, le tiercé gagnant en matière d’éléctions si on en croit les sondages en matière de présidentielle est 1)SEGOLENE 2) SARKO et 3) LE PEN le résultat pouvant changer d’ici 2007. Ce qui fait évoluer les français, ce sont les émeutes, et surtout pas les discours politiques. A chaque émeute, les français seront un peu plus à droite. Sachant, phénomène nouveau qu’il y a des émeutes comparables à MAI68 tous les 3 mois maintenant en france, c’est 1 mois d’émeute pour deux mois de calme, le rapport cyclique est de 30%. Quand il y aura tout le temps des émeutes, c’est à dire 12 mois d’émeutes dans l’année, le rapport cyclique sera de 100%, les français seront murs pour voter LE PEN. Enfin merci à Guy MILLIERE pour ses articles qui sont comme toujours formidables.

    06/04/2006 à 2 h 28 min
  • EIFF Répondre

    Non seulement les francais continuent d être pris en otages par les socialistes, par l intermédiaire de la toute puissante machine révolutinnaire des médias aux ordres du cadavre, par les réseaux de l idéologie mortifère à travers les associations de l anti-racisme et les mouvements syndicaux gauchistes, mais ils ont été trahi par la droite, encore en 1995, encore en 2002, toujours en 2006. Les francais ont joué le jeu de la démocratie et ont donné leur confiance, la droite a trahi. Elle a trahi ses idées, elle a trahi son camp, elle a trahi les francais. La seule alternative qui nous reste pour sortir de la crise et pour balayer cette classe politique corrompue, incapable et tétanisée c est le vote pour les patriotes. CPE, TUC, emploi-jeunes, emploi-vieux, contrat de re-retour à l emploi ..etc..toutes les combines sont bonnes pour éviter les grands débats qui fachent (immigration, sécurité sociale, impots, taxes, retraites..etc..) et pour redonner au cadre de la nation la seule protection qui vaille. Les recettes pour relancer la croissance, l emploi et pour réduire la dette tous les libéraux, et même quelques gens de gauche, les connaissent mais ce qui manque à nos dirigeants c est le courage et la volonté. Regardez le résultat après 10 ans de chiraquie et de magouilles c est pire que catastrophique et pourtant souvenez-vous du Chirac des années 80. Il va falloir rendre des comptes aux francais un jour ou l autre.

    05/04/2006 à 23 h 44 min
  • Florent Répondre

    Tout à fait d’accord sauf pour de Villiers qui a, au contraire, très bien compris le danger de l’islamisme en France (il est vrai qu’il s’oppose aussi à l’adhésion de la Turquie en Europe, ceci explique peut être cela, votre réticense à son égard). Et puis il y aussi Gollnish. A Florin, avant de nous gaver avec vos droits (à conquérir, non à recevoir), songez d’abord à vos devoirs. Amicalement

    05/04/2006 à 22 h 23 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Une fois n’est pas coutume, je souscris au propos de Guy Millière. Notamment au paragraphe concernant le « Petit Nicolas » à propos duquel il me paraît nécessaire que les autruches qui continuent à voir en lui « l’espoir suprème » pour éviter le naufrage du « France-Titanic », se décident enfin à ouvrir les yeux et les oreilles… Par contre, lui qui appelle de ses voeux l’entrée (souhaitée par George W. Bush sous le fallacieux prétexte que ce pays appartient à l’OTAN, une OTAN régentée par les Etats-Unis !)de la Turquie dans l’Union européenne, devrait avoir l’honnêteté de souligner que les turcs devenus « européens »(1) ne pourront qu’accéler, par la grande fécondité de leurs femmes, le processus de désintégration de notre pays déjà en proie aux problèmes liés à une immigration essentiellement « musulmane »… Mais on ne peut pas tout demander à la fois … Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) des Turcs qui, eux, ont montré récemment qu’ils n’y allaient pas de main morte à l’égard de leurs Kurdes (enfants chéris pourtant de George W. Bush) parmi lesquels, lors de manifestations, ils ont fait une dizaine de morts et je ne sais combien de blessés… P.S. A Florin, n’étant pas sûr d’avoir compris vos propos, permettez-moi de vous dire simplement que la gauche « socialo » (soutenue pas la gauche-caviar et les bobos, et les syndicats archaïques qui se comportent en nantis) et la (fausse) droite, sont pour moi du « pareil au même ». Il n’y a qu’à voir, lors des cessions de l’Assemblée nationale, que les députés de gauche comme ceux de « droite » s’habillent exactement de la même façon (notamment avec un veston à liseret, à la dernière mode). Sans parler du fait que, dans leur alternance au pouvoir, ils s’entêtent à poursuivre, chacun avec son style, certes, les mêmes erreurs qui conduisent le pays au désastre annoncé pas seulement par Guy Millière. On serait même tenté d’écrire que, en se succédant au pouvoir, chacun n’a d’autre but : montrer qu’il est capable de faire ce qu’a fait l’autre, mais en pire !

    05/04/2006 à 16 h 56 min
  • Josh Répondre

    Bonne analyse de Guy Milliere et bravo a Helios pour la sienne un peu plus optimiste. Gorbatchev, hun !?… Moins l’etat francais aura de pouvoir -grace a l’Europe- moins les syndicats et la rue en general pourront lui forcer la main… Pancarte a l’Elysee « pour toute revendications merci de vous adresser a Bruxelles directement ». Imaginez la tete de Bernard Thibault (CGT)!…

    05/04/2006 à 15 h 54 min
  • Jaures Répondre

    Mon dieu! devant un tel discours apocalyptique que dire à notre pauvre Guy sinon la sentence de Sénèque: « Ta vie te plait? garde la. Elle ne te plait pas ? Sors en par où tu voudras. » Une question cependant: vous qui enseignez depuis plus de 30 ans, quelle part prenez-vous dans la décébralisation que vous dénoncez?

    05/04/2006 à 15 h 32 min
  • nicolas bonnal Répondre

    milliere a raison : le problème est le lavage de cerveau, démarré en 89, poursuivi en 1870 et parachevé en 1968, avec l’effondrement intellectuel qui s’ensuit. D’apres un e étude anglaise, le QI Francais, 94, est le plus bas d’Euope devant celui des turcs et des serbes. delà l’anlaphabétisme économique, l’explosion du sida et la violence bestiale qui caractérise ce pays.

    05/04/2006 à 14 h 51 min
  • sas Répondre

    A hélios…si tu veux du divan, hélios,je te dirais plutot qu’en FRANCE on vit une schizophrénie permanente d’ETAT , ou nos « élus nécrophiles » sont mis en place et maintenus par des artifices qui ne dissimulent plus….elle est là la crise de ma 6 eme république….il convient de karchériser toute cette racaille…lire L IMPUNITE FRANCAISE de fontanelle….vous saurez enfin comment de droite à gauche et après des lois honteuses d’amnistie , les mêmes continus a légiférer en catimini et articles « cavaliers » a se fabriquer des lois pour ne plus ou ne pas avoir de compte à rendre a quiconque: c’est le règne des mafias…en marche depuis la décentralisation La démocratie est morte en terre de Gaule , les francs maçons instrumentilisés y ont veillé particulièrement. SAS qui appelle un chien…

    05/04/2006 à 12 h 59 min
  • marc Répondre

    Critiquer les jeunes qui veulent être fonctionnaire quand on est soit même fonctionnaire , c’est assez rigolo !

    05/04/2006 à 12 h 25 min
  • Adolphos Répondre

    « Je fais partie de ceux qui n’ont jamais eu confiance en Sarkozy et qui pensent que derrière l’énergie, il y a une absence de vraie substance intellectuelle, » Hum, je crois surtout que Sarkozy n’est pas « idéologue », qu’il est plutôt un pragmatique. Ca doit être pour cela qu’il est autant haï par la gauche. Sur le net, on trouve des propos délirants sur Sarkozy, nouveau hitler qui va instaurer le totalitarisme en 2007 etc.. « Là où ça se gâte, c’est lorsque l’on DESHABILLE carrement les gens, sous prétexte qu’ils soient jeunes, ou vieux, ou sans diplôme, ou trop noirs de peau, que sais-je encore. Depuis quand la discrimination est-elle une vertu à promouvoir par la force de la Loi ? » Et l’ISF ? La plusparts des Lois en France sont catégorielles. Les footballeur et les traducteur ne payent que 15% d’IRPP. Mais 50% ne le payent pas, les cheminot retraité touche un 13éme mois, etc.. « C’EST CA QUE VOUS VOULEZ ? Du pain pour tous, mais sans droits ??? Moi, ça me coupe carrement l’appetit. » On ne travaille pas pour avoir des droits, mais pour gagner de l’argent. Quand j’entend le jeunes dire qu’avec le CPE, il va travailler 2 ans « pour rien », je trouve ca suréaliste. 2 ans de salaire, rien ?! On est chez les dingues. Ces jeunes, ils s’imaginent qu’ils vont pouvoir « l’ouvrir » aprés la période d’essai ! Mais les petits gars, tous le monde s’en fou de vos opinions ! « La corruption étatique est telle que le peuple en a perdu toute volonté d’émancipation. » Comme ces jeunes de 26 ans qui refusent -a 26 ans !- de prendre le moindre risque ! A l’age ou dans d’autre pays en crée sa boite, en france on a peur de se faire licencier par le méchant patron, et donc on préfére des stage et des cdd. Tous cela n’a aucun bon sens. Cette génération est une génération de femmelette.

    05/04/2006 à 11 h 16 min
  • Aude Répondre

    En même temps, ils ont raison tous ces brailleurs socialo-communistes. Ils ne sont que 1 million à manifester ( 3 millions d’après les syndicats, on va pas chipoter sur les chiffres… ) et ils obtiennent ce qu’ils veulent ! A quand une Thatcher ou un Reagan en France ??!!

    05/04/2006 à 9 h 45 min
  • Joel Répondre

    Tout est dit, et bien dit! Ce qui amene la reflexion suivante: A quoi bon esperer un « homme providentiel » pour redresser la situation, quand l’immense majorite des francais se complait de la crasse dans laquelle il patauge? La democratie, c’est gouverner pour ce que veut « le peuple ». Le peuple est heureux comme ca, devons-nous lui imposer des changements? Comme disait mon Pere, « On ne force pas a boire un ane qui n’a pas soif »! D’ou ma decision de m’expatrier, et mes encouragements a faire de meme, pour ceux qui refusent cette situation. Il existe encore des pays, certes peu nombreux, ou le « politiquement correct » n’a pas encore pris le dessus! До свидания 🙂

    05/04/2006 à 9 h 32 min
  • david martin Répondre

    en tant qu’enseignant (insituteur publique) , je confirme l’orientation gauchiste de l’Education Nationale, orientation contre laquelle je m’oppose par des moyens simples : en n’appliquant pas les programmes qui voudraient que l’enfant apprenne seul , en leur donnant à apprendre par coeur les tables, les règles d’orthographe, de conjugaison, en leur faisant faire de l’histoire chronologique et en leur montrant qui furent les grandes figures du passé, en faisant des dictées non préparées, en faisant du sport et surtout en restant ABSOLUMENT NEUTRE devant les enfants quand à mes idées politiques…. Si les enseignants voulaient sortir la tête de leur poubelle idéologique, la société changerait

    05/04/2006 à 9 h 29 min
  • isocrate Répondre

    Bonne analyse, crue, mais absolument implacable. La France, ne pourrait s’en sortir comme d’habitude que par la révolution ou le coup d’état. Il y aurait des gagnants et beaucoup de perdants. Le problème subsiste néanmoins qu’il n’y a plus de théorie révolutionnaire valide, si tant est qu’il y en ait jamais eu, ni de porteur d’un quelconque message d’espoir, et que nous n’avons plus de Bonaparte, pas même de général Boulanger. Alors la seule théorie montante et cohérente aujourd’hui, liée d’ailleurs à l’effet démographique souligné par Millière est l’islamisme. Le seul « espoir » de la France de 2006, c’est donc la république islamique qui s’asseoira sur les ruines des Lumières. Sicut nubes… quasi naves… velut umbra

    05/04/2006 à 8 h 58 min
  • Helios Répondre

    Tableau sombre mais lucide qui en dit long sur l’orientation culturelle de tout un pays, car le problème est culturel, certains diront typiquement français comme en témoignent l’étonnement et l’incompréhension de ceux qui observent de loin le psychodrame entourant le CPE. La France est à toutes fins pratiques détraquée par l’étatisme qui ne se contente pas d’envahir tous les recoins de la vie économique et sociale, mais qui règne sans partage dans l’esprit des gens. Les problèmes engendrés par l’état appellent des solutions que seul l’état peut apporter, et ces solutions engendrent d’autres problèmes qui à leur tour doivent être adressés par l’état! La corruption étatique est telle que le peuple en a perdu toute volonté d’émancipation. L’idéal de la vie est d’être un rouage de la machine étatique, ou pour utiliser une image de la psychanalyse, les français ont peur de quitter le sein maternel. La symbiose entre le gouvernement et la population qu’il est supposé servir est telle que même des acteurs sociaux, hommes d’affaires ou artistes, habituellement jaloux de leur indépendance sont désormais bien accrochés aux mamelles de l’état. La sclérose socialiste dont parle Guy Millière n’est pas aiguë, elle est chronique, en pratique tout phénomène de sclérose s’inscrit dans la durée. Cependant le pays traverse une exacerbation aiguë de sa maladie, à l’image du possédé de l’évangile il lutte pour conserver le mal qui le mine, cependant que le traitement qui lui est prescrit à doses homéopathiques n’a d’autre objectif que perpétuer la maladie en empêchant celle-ci de tuer le malade. Le blocage actuel à long terme sera salutaire à la France. Le point de non retour est franchi, désormais la logique étatique sera poursuivie jusqu’à son aboutissement. Comme il ne reste plus à l’état de marge de manoeuvre et que dans le cadre de l’Europe il lui est difficile de grossir davantage, la seule issue réside dans le dégonflement de la bulle étatique avec tous les drames que ce phénomène entraînera. Ce scénario peut sembler improbable mais les précédents historiques existent. Sans l’espérer et sans le savoir la France attend son Gorbatchev! Helios

    05/04/2006 à 3 h 50 min
  • jacques Répondre

    Bravo! Tout est dit, très bien dit.

    05/04/2006 à 3 h 45 min
  • Le Celte Répondre

    encore une analyse brillante mais qui écoutera ? on attend ton prochain livre sur la France guy un lecteur…un vrai

    05/04/2006 à 3 h 33 min
  • Florin Répondre

    Sans aimer les socialos, loin s’en faut, on devrait trouver ailleurs que dans leurs bégaiements les raisins de la colère populaire. Car il y a une vraie colère, que seuls quelques sonotonés abrités dans leurs palais (les nôtres, en fait !!!) n’arrivent pas à entendre. Le monde bouge, il faut (se) bouger avec lui. Cependant, si tout l’effort reste sur les plus … (ceci ou cela) … SUR LES GENS COMME VOUS ET MOI, finalement … alors ne vous étonnez pas que la barque chavire. Comprenez bien : on peut accepter que certains s’habillent Avenue Montaigne, et d’autres aux puces. Là où ça se gâte, c’est lorsque l’on DESHABILLE carrement les gens, sous prétexte qu’ils soient jeunes, ou vieux, ou sans diplôme, ou trop noirs de peau, que sais-je encore. Depuis quand la discrimination est-elle une vertu à promouvoir par la force de la Loi ? Depuis quand prétend-on donner (une fiche de paie) en enlevant (des droits) ? Sachez qu’en Chine ou en URSS, lorsque les diplomates étrangers osaient evoquer les droits de l’homme, les dictateurs répondaient toujours, ah, chez nous, on leur donne moins de droits aux gens, mais ils mangent à leur faim … C’EST CA QUE VOUS VOULEZ ? Du pain pour tous, mais sans droits ??? Moi, ça me coupe carrement l’appetit.

    05/04/2006 à 1 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: