la démocratie façon PS…

la démocratie façon PS…

 

A peine validée la décision de mettre en oeuvre des primaires au sein de la gauche afin de redonner un souffle
démocratique à des partis marqués de l’empreinte des méthodes lénino-marxistes, la direction du PS commence le vérouillage.

 

Martine Aubry appelle à se concentrer d’abord sur le projet pour éviter l’échec connu
récemment par la gauche italienne. Le projet d’abord, donc, le même pour tous les candidats ! Avec deux conséquences : d’une part le contrôle absolu du parti sur le contenu du programme des
candidats ; d’autre part la réduction des primaires à un concours de beauté, ou, plus probable pour madame Aubry, de popularité.

 

Ceux qui auraient voulu se distinguer par des propositions nouvelles, comme Manuel Valls ou
même Ségolène Royal sont donc priés de passer sous les fourches caudines de l’appareil du parti, aux mains de leurs adversaires…

 

au point que certains « aubristes » vont jusqu’à déclarer que si tout le monde est d’accord, il n’est pas
nécessaire d’avoir plusieurs candidats lors de ces primaires !

 

Une vision de la démocratie bien particulière donc, qui doit permettre de contrôler le choix du candidat de la
gauche à défaut d’apporter de sérieuses garanties de victoires pour la présidentielle.

Partager cette publication