La fiscalité au coeur des déchirements de l'UMP

La fiscalité au coeur des déchirements de l'UMP

La semaine dernière, il avait fallu incrimer la main tremblante de Jean-François Lamour pour faire revoter un amendement fiscal qui ne
convenait pas au Gouvernement (voir ici), cette semaine, le sécrétaire général de l’UMP demande que
le sénat revienne sur amendement voté avec les voix de l’UMP et le soutiend e deux ministres à l’Assemblée !

Le moins que l’on puisse dire est que la cacophonie poursuit sa course folle. Déjà à l’Assemblée, Eric Woerth, ministre du budget a validé un amendement porté par Yves Bur, député
de pour revenir sur le DIC, dispositif qui permet à 30% des revenus des sprotifs professionnels d’échapper aux charges sociales.
La secrétaire d’Etat aux sports, Rama Yade a pourtant plaidé pour le mainiten du DIC, élément de soutien de la compétitivité des clubs français vis-à-vis de leurs concurrents européens,
moins imposés. La secrétaire d’Etat avait alors connu « un grand moment de solitude » étant lachée en plein hémicyclique par sa ministre de tutelle, Roselyne Bachelot, bienheureuse de jouer
un tour à sa subordonnée et de se parer des atours de la vertu en favorisant l’équilibre des comptes de la sécurité sociale.
Déjà, cela faisait désordre et la gauche commençait à se demander si elle devait se réjouir des zizanies au sein du gouvernement ou s’inquiéter de voir l’UMP endosser tous les rôles : celui de
l’opposition en sus de celui de la majorité !

Mais la confusion ne s’arrête pas là, puisque Xavier Bertrand demande donc au groupe UMP au Sénat de revenir sur la mesure prise par l’Assemblée, avec l’accord de deux ministres.

On le voit, à force de promettre tout et son contraire, l’équilibre des comptes et la relance, la compétitivité et les baisses d’impôts, la politique gouvernementale devient illisible, même pour
ses propres acteurs. Le spectacle de deux ministres prenant des positions oppposées en pleine Assemblée nationale sur une question budgétaire nous semble un cas unique sous la Ve République.

Les tendances des derniers jours pourraient laisser croire qu’il s’agit d’une étape de plus sur le chemin de croix de l’ex-chouchou Rama Yade. Mais la prise de position de Xavier
Bertrand
sur la même ligne qu’e lla secrétaire d’Etat aux sports contre le minsitre du Budget et la ministre de la Santé, montre bien que le Gouvernement, comme le sommet de l’UMP, est
partagé entre ceux qui veulent limiter autant que possible les dérapages budgétaires et des comptes sociaux et ceux qui continuent à faire la politique des promesses impossibles.

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: