L’air du temps est à gauche

Posté le décembre 12, 2012, 12:33
4 mins

Mon vieil ami Yves-Marie Adeline s’est fait connaître du public par une série de livres sur la situation de la droite française dans un régime inventé par la gauche (« La droite piégée », « Le pouvoir légitime » et, illustration des deux premiers, « La droite où l’on n’arrive jamais »).

Il vient de publier un petit livre intitulé « La droite impossible ».

Partant du constat selon lequel un pays de droite a élu, en 2012, un président de gauche, Adeline s’interroge sur le clivage droite-gauche.

Il revient d’abord sur la thèse qu’il présenta dans ses livres antérieurs : la gauche est propriétaire du régime.

Pourquoi ? D’abord, parce qu’elle l’a inventé. Mais, plus profondément, par­ce que l’idée d’un parlement tout-puissant est typiquement de gauche.

Le parlement actuel se croit en effet tout-puissant : il estime avoir compétence sur des faits antérieurs au pouvoir politique, comme la famille, la société, la propriété…

Je disais, la semaine dernière, que l’État socialiste violait ouvertement le droit de propriété. C’est exactement l’illustration de cette prétention à la toute-puissance du parlement. Tout comme la prétention actuelle à redéfinir la famille. Ou la prétention à changer le peuple.

Tout cela dépasse infiniment les compétences du parlement. Mais, précisément, dire que cela dépasse les compétences du parlement, c’est être de droite. Au passage, il faut être conscient que cela signifie que la gauche est, par essence, totalitaire.

Il n’existe qu’une différence de degré, pas une différence de nature, entre la gauche de M. Hollande, celle de M. Hitler ou celle de M. Staline. Que peut faire la droite dans ce contexte ?

D’abord, résister et freiner le déclin. Ce n’est pas enthousiasmant, mais c’est loin d’être inutile. Ensuite, transmettre : tant qu’il y aura des Français de droite, tout ne sera pas perdu.

Enfin, et c’est évidemment la condition nécessaire de notre victoire finale, renverser la vapeur.

Pour cela, il faut être conscient que, selon le mot d’Adeline, « l’air du temps est à gauche ». Et il faut travailler à renverser cette situation.

Ce qui veut dire qu’il faut essentiellement travailler dans l’ordre culturel ou médiatique. Le politique n’est pas sans intérêt, mais ne peut être que la cerise sur le gâteau. Ce que Gramsci disait à ses « camarades » marxistes-léninistes, nous devons l’entendre pour nous. Il est vrai que nous avons une difficulté supplémentaire par rapport à Gramsci : nous devons remonter la pente, alors que lui n’avait qu’à se laisser glisser.

Mais c’est possible, car la gauche est sortie exsangue de ses trop nombreux succès : elle n’a plus de doctrine, elle n’a plus beaucoup d’intellectuels de talent, elle n’a plus que des quêteurs de prébendes. Alors, réveillons-nous et préparons enfin la reconquête. Un peu à la façon du mouvement conservateur américain. Car ça marche : aux États-Unis, malgré la victoire d’Obama, « l’air du temps est à droite » !…

Yves-Marie Adeline
La droite impossible
Éditions de Chiré

105 pages – 14 €
À commander sur notre site
<les4verites-diffusion.fr>

6 réponses à l'article : L’air du temps est à gauche

  1. AZ

    17/12/2012

    Guillaume de Thieulloy

    – L’Etat n’est pas totalitaire : il ne fait qu’adapter la législation à l’évolution des moeurs.

    – Le problème n’est pas nouveau : la droite s’est toujours opposée à toutes les avancées sociétales (divorce, contraception, IVG, promotion des femmes, pénalisation du racisme, dépénalisation de l’homosexualité, abolition de la peine de mort, etc.), sous prétexte que « tout ça n’existait pas avant »…

    – Ce qui, il faut le reconnaître, est d’une grande puissance conceptuelle. Le programme de la droite, c’est : on ne change rien, car c’est millénaire…

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    15/12/2012

     » l’air du temps est … surtout pollué « 

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    15/12/2012

    Le monde n’est pas binaire mais une palette de nuances de gris. Prétendre qu’un choix ne peut se faire qu’entre des extrêmes est la démonstration parfaite d’un obscurantisme profond ainsi que d’un certain fanatisme.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    13/12/2012

     » la prétention a changer le peuple  » dites vous ?

    d’une part cela me rappelle un humaniste asiatique du nom de Pol Pot

    ensuite ce n’est pas une  » prétention  » c’est en terme religieux une MISSION

    Répondre
  5. Jaures

    12/12/2012

    Tout cela est bien nébuleux. On peine à comprendre ce que signifie qu’il n’existerait pas de différence de nature entre Hollande et Hitler ou Staline. Par exemple, on peut dire qu’Hitler et Hollande c’est la même chose si on excepte la dictature, la shoah et la guerre au monde. Un peu comme si on disait qu’une assiette est la même chose qu’un couteau si on excepte la lame et le manche. Tout ceci est totalement arbitraire et pas très sérieux.
    Ensuite, on peut s’interroger sur le champ d’action de l’Assemblée Nationale. Selon cet article, celle-ci ne devrait légiférer sur ce qui est antérieur à son existence. C’est bien étrange car tout, pratiquement, existait avant son existence, mais autrement. Ainsi, l’Etat existait avant l’assemblée nationale. Faut-il revenir à la Monarchie ?
    Doit-on revenir à l’état de la famille antérieur à la République avec l’indissolubilité du mariage, la femme servante de l’homme, les enfants soumis à la volonté du père ? La société doit-elle retrouver son organisation pré-révolutionnaire avec ses trois ordres, ses serfs, ses seigneurs ? Doit-on revenir sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat ?
    Bref, comme d’habitude, de Thieulloy en dit trop ou pas assez. Pourquoi donc ne pas énoncer clairement ses idées ? Par honte ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14/12/2012

      il y a le hard power et le soft power , avec les socialistes français nous sommes dans le second groupe … mais le but à atteindre est en définitif le même

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)