L’Allemagne a fermé ses frontières…

L’Allemagne a fermé ses frontières…

Voilà une décision inattendue. Alors qu’Ange­la Merkel semblait être l’une des activistes les plus acharnées en fa­veur de l’accueil des « migrants », elle vient d’ordonner la fermeture de la frontière de l’Allemagne avec l’Autriche.

Tout à coup, on fait mine de découvrir que le traité de Schengen permet ce type de décision.

La nouvelle est d’intérêt – même si elle ne surprendra pas ceux qui ont lu le traité en question. Car, pour le moment, nous avions le choix entre accueillir à bras ouverts des centaines de milliers de personnes (dont un certain nombre de terroristes) ou abroger le traité de Schengen – entreprise complexe qui nécessiterait sans doute des mois de négociations.

Or, il y a le feu. Pour en avoir une idée, je lisais récemment que, selon la Direction du renseignement militaire, un million de personnes attendent actuellement, en Libye, de traverser la Méditerranée. Chiffre colossal, qui ne recouvre même pas toute la réalité de cette immigration massive.

Donc, oui, il faut renégocier Schen­gen – et, idéalement, l’abroger. Mais, oui, mille fois oui, utilisons tout ce que ce funeste traité nous permet pour fermer nos frontières.
Au demeurant, ce n’est pas le traité de Schengen qui nous empêche de contrôler les frontières européennes à Lampedusa, à Lesbos ou à Ceuta. Ce n’est que le laxisme des dirigeants européens qui imaginaient sans doute être sortis de l’histoire et être entrés dans une ère de bonheur démocratique sans fin…

Est-il besoin de préciser que je doute fort que MM. Hollande, Valls et Cazeneuve suivent l’exemple de la chancelière allemande ?

Pour eux, naturellement, l’immigration est toujours une « chance pour la France » – y compris, je suppose, quand l’immigré envisagé est un terroriste en mission pour l’État islamique !

Non, il est peu probable que les dirigeants socialistes changent quoi que ce soit à leur politique migratoire (ou plutôt leur absence de politique migratoire).

D’autant que cette marée humaine gêne aussi le parti de Nicolas Sar­kozy, placé devant ses contradictions. D’une part, parce qu’il est pour beaucoup dans le chaos en Libye. Et, aussi, parce qu’à part sous François Hollande, jamais nous n’avons connu une immigration plus importante que sous Nicolas Sarkozy…

Accessoirement, comme les intérêts électoralistes ne sont jamais bien éloignés de la cervelle de nos soi-di­sant « hommes d’État », j’imagine que ces braves gens se réjouissent aussi de faire monter le FN, grâce à cette vague migratoire – ce qui constitue leur seule chance de limiter la casse lors des prochaines échéances électorales, chance unique mais loin d’être négligeable…

En revanche, on peut espérer que l’attitude de Mme Merkel décille les yeux des « Républicains ».

Certains maires LR ont, d’ores et déjà, manifesté leurs réticences, ont parfois même demandé à n’accueillir que des réfugiés chrétiens. Mais leur discours a été englouti sous un tombereau d’injures, venues parfois de leur propre camp.

En tout cas, la fermeture des frontières allemandes prive les fanatiques immigrationnistes d’un argument important : l’immigration serait toujours un atout économique.

L’évidence est en sens contraire. On voit mal comment de la main-d’œu­vre non qualifiée serait immédiatement opérationnelle. Et on voit plus mal encore comment occulter les considérables coûts d’intégration. À supposer – et j’ai des doutes sérieux là-dessus – que cette vague migratoire sans précédent soit utile au « grand patronat », il est certain qu’elle coûtera très cher à la collectivité et entraînera mécaniquement la faillite de l’État-providence, déjà au bord de l’apoplexie.

Mais, tant que l’Allemagne, pays riche, économiquement dynamique, et à la démographie catastrophique, accueillait des centaines de milliers de personnes, on pouvait croire que cette immigration était une chance pour l’Europe vieillissante.

Ce n’est plus possible.

Il n’y a désormais plus que deux raisons possibles pour accueillir ces malheureux. Soit l’urgence humanitaire, mais, alors, pourquoi ne pas les aider à rester chez eux (en organisant l’accueil humanitaire au plus près de leur habitation, et surtout en faisant des choix militaires et géopolitiques adaptés) ? Soit – et je crois que c’est là la principale motivation des dirigeants socialistes – la destruction de la culture européenne.

Mme Merkel, qui porte une lourde responsabilité dans cette crise migratoire inouïe, vient de donner un puissant coup de main à ceux qui veulent résister à cette destruction programmée.

Partager cette publication

(13) Commentaires

  • Christophe Répondre

    Notre ami Jaurès est bien silencieux sur ce sujet!

    17/09/2015 à 12 h 17 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      il cogite pour organiser le chaos ! rassurez vous, il va nous sortir la panacée à ce problème

      17/09/2015 à 12 h 51 min
  • sylvain Drey Répondre

    cela s’appelle fais ce je te dis, mais ne fais pas ce que je fais !

    17/09/2015 à 0 h 41 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      le traité de Schengen permet à un pays qui l’ a signé de fermer temporairement ses frontières, mais SEULEMENT TEMPORAIREMENT , et prévoit trois causes à cette fermeture, la dernière ayant été  » judicieusement  » inspirée par Sarkozy … Il faudrait en réalité que, pour contrôler l’ invasion migratoire, les Etats Nations retrouvent leur indépendance sur ce sujet et ce serait alors la fin de l’ U.E. car jamais l’ Allemagne ne voudrait d’ un traité renégocié où SEULS les ressortissants de l’ U.E. soient libres de circuler à l’ intérieur de  » l’ espace  » [ Schengen ] … toujours cette satanée culpabilisation … et que d’ autre part il suffit qu’ un pays admette un  » réfugié  » dans cet espace pour qu’ il soit libre d’ y circuler à la recherche d’ un travail ou de tout autre chose ( assistanat français ) … l’ U.E. et Schengen ? des serpents qui se mordent la queue !

      17/09/2015 à 11 h 30 min
  • druant philippe Répondre

    Y aurait -il encore de la place à Dora / Berga / Sachsenhausen / Bergen Belsen voire à Auschwitz ou Chelmno où le travail rend libre pour tous ces cerveaux « Poincaréens » « résolveurs » journaliers d’ équations différentielles non linéaires dans leurs pays d’ origine ?
    Dans ces camps , douches et cuisinière au gaz avec four seront faciles à obtenir : le climat au-dessus de ces camps est plutôt « antizyklonique » .
    Des médecins procèderont à la sélections des candidats « migrants »

    16/09/2015 à 14 h 15 min
  • Rosenberg Répondre

    Merkel !elle est bien bizzzarrreu

    16/09/2015 à 9 h 49 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    l’ Allemagne, la France , l’ Angleterre c’ est un peu l’ histoire du sandwich :

    la première prend le bon pain complet ( les  » migrants  » qualifiés )

    la troisième le beurre ( les migrants utiles à son économie de base )

    la seconde est …  » jambon  » !

    16/09/2015 à 9 h 44 min
  • CAYOL RAOUL LOUIS Répondre

    Signons la pétition stop Schengen
    http://stopschengen.com/

    16/09/2015 à 8 h 39 min
  • jayjay.nc Répondre

    Depuis quatre décennies on injecte, doucement d’abord, puis à doses léthales, l’immigration aux Français.
    Au début nos compatriotes étaient comme la grenouille de la fable dont on chauffe lentement l’eau. Ils ne se sont aperçu de rien et se sont laissé anesthésier.
    Aujourd’hui 30 000 migrants d’un coup en quelques semaines ça fait peur mais qu’est-ce que c’est comparé au million que Sarkozy a laissé rentrer en cinq ans ou aux 300 000 annuels de Hollande.
    Souhaitons qu’une déferlante brutale sorte les Français de leur torpeur.

    16/09/2015 à 7 h 38 min
    • DE SOYER Répondre

      Effectivement, vous avez raison: cette « vague migratoire » ne fait que masquer les centaines de milliers que nous laissons (Schengen) ou faisons (regroupement familial) rentrer depuis près de 40 ans.

      16/09/2015 à 17 h 26 min
  • Bistouille Poirot Répondre

    …Je sais, bien sûr que j’ai commis l’erreur de loger d’abord les immigrés et pour les plus sévères d’entre vous, de les avoir admis en concurrence. Que de ce fait je participe à l’appel d’air, mais que voulez vous, il s’agit d’un atavisme national pour lequel j’ai une définition toute personnelle. Le Normands nous ont envahis par la mer mais toutes les invasions barbares sont toujours arrivées de l’Est et seul le rempart de notre côte atlantique a pu stopper leur progression. Vaincus, ils ont refusé de passer la marche arrière et sont restés là. Merkel n’a pas d’Atlantique…

    15/09/2015 à 17 h 02 min
  • Bistouille Poirot Répondre

    …les capacités du camp de Dachau que tu destines à tes envahisseurs, notre « douceur angevine » fera l’affaire. Nous manquons cependant de cartons pour allonger nos FSE (français de souche européenne) dont je confierai volontiers la gestion à Jaurès…

    15/09/2015 à 16 h 48 min
  • Bistouille Poirot Répondre

    Madame Merkel vient de faire la douloureuse expérience de la pompe aspirante. Sitôt l’aspirateur débranché elle constate que le sac est saturé d’ordures, le renverse sur le pont de Kehl et demande aux éboueurs français de les incinérer.
    Doté d’un brevet particulier sur le recyclage des déchets, Madame Marie Arlette Carlotti, présidente PS du Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées (HCLPD) a proposé « la mobilisation de 77.310 logements sociaux vacants afin d’accueillir les personnes réfugiées » et comme d’après ses définitions les réfugiés disposent d’un « statut clair » ils ne se posent « pas en concurrence avec d’autres publics en grande précarité ».
    Au total, tenez vous bien, « il existe 77.310 logements sociaux en attente de location ». We begin again: 77.310 logements libres depuis plus de trois mois, notamment dans les secteurs où la demande est faible. l’info est issu du Commissariat général au développement durable pour 2014.
    Nous noterons que :
    1/ le statut des immigrés semblerait plus « clair » que celui d’un français pour l’attribution d’un logement.
    2/ que le français à la rue n’aurait pas été contacté pour occuper des logements où la demande est faible.
    3/ pour aboutir à une demande faible, faut il encore avoir été prévenu que l’offre existe.
    4/ D’après la Carlotti, « Ces logements permettraient d’apporter une solution stable et rapide aux ménages
    réfugiés ».
    5/ nous devons accueillir 24.000 envahisseurs en 2 ans, à quatre personnes par appartement, cela fait 6.000 appartements destinés aux envahisseurs. Reste pour les français 77.310 – 6.000 = 71.310 logements.
    5/ Les SDF (71.310 X 4 = 285.240) qui pourraient en faire la demande doivent au préalable s’inscrire sur une liste d’attente que les immigrés ne peuvent émarger puisqu’ils ne parlent pas encore français.
    6/ Ohé Merkel, il y a encore de la place sur le pont de Kehl, et si les logements de tes immigrés ont dépassé les ca

    15/09/2015 à 16 h 37 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: