L’anti-chambre des dictatures

L’anti-chambre des dictatures

Par Jean Pierre Gérard Vice Président de Debout la République
Président du club des N°1 mondiaux français à l’exportation
Paris le 16 Septembre 2013

Connait-on réellement le socialisme, comment se fait il qu’une idéologie qui échoue systématiquement puisse continuer à faire tant d’adeptes. Orwell généralement mieux inspiré dit dans son livre sur la guerre d’Espagne que la seule doctrine politique acceptable est le socialisme et que tout doit être fait pour qu’on puisse y parvenir. Malheureusement pour les opposants comme pour les inconditionnels, personne ne sait ce qu’est une politique socialiste dans la réalité. Tentons d’y voir plus clair.

Le socialisme dans ses principes se veut généreux, égalitaire, libéral bref avoir toutes les qualités de générosité allié à un développement économique de l’ensemble national. C’est excellent pour conquérir le pouvoir, mais cela échoue toujours lamentablement. Placés face à leurs échec, les socialistes donnent deux raisons,

– on n’a pas pu aller assez loin dans le socialisme, et il faut donc éliminer les « traitres »,

– ou encore le socialisme mis en œuvre n’était pas du « vrai » socialisme.

En fait, il n’y a pas de définition claire et simple du socialisme, je propose la seule qui soit vérifiable. Et c’est la seule définition qui vaille. Le socialisme est la politique mise en œuvre par ceux qui s’en réclament pour venir au pouvoir. C’est la politique mise en place par les hommes et les femmes qui se réclament de cette idéologie. Je ne crois pas qu’il puisse y avoir une autre définition. Il y a donc des socialismes, il y avait le socialisme de Guy Mollet « envoyant la troupe en Algérie », celui de Jules Moch « qui réprimait avec cruauté les grèves ouvrières » (Melanchon) , celui de Jean Jaurès qui plus de cent ans après stigmatisait les vendéens et justifiait ce qu’on n’appelait pas encore « génocide », et le socialisme de François Hollande «  avec ses 500 CRS pour surveiller 40 veilleurs » à mettre sur le même registre que celui de Pol Pot, de Mao etc. Tous ont en commun un travestissement de la vérité pour assurer leur domination.

Structurellement le socialisme ne peut qu’éliminer les traitres (ceux qui au nom de leurs convictions manifestent leur désaccord) ou encore durcir les politiques mises en œuvre. On voit aujourd’hui ces deux comportements à l’œuvre. L’interdiction des veilleurs et son cortège de violences policières. L’augmentation de la pression fiscale jamais assez forte sur les classes moyennes en leur faisant supporter de plus en plus les conséquences de l’ incurie de l’administration pléthorique, incompétente et privilégiée. Le socialisme prospère sur la division.

Nous sommes alors dans une démarche totalitaire, et j’affirme que toutes les dictatures que les peuples ont connu dans le passé, ont eu, pour creuset le socialisme. Cela n’est pas discuté pour le communisme et ses différents avatars plus ou moins crapuleux, de Lénine , Staline, Brejnev et consorts, de Pol Pot, Castro, de toutes les démocraties populaires polonaises tchèque etc. Mais il y a plus, ces dictateurs qu’on place à droite pour mieux assurer le terrorisme intellectuel et profiter de l’ignorance des populations, ont tous été des socialistes et sont arrivés au pouvoir par le socialisme. Mussolini dès 1922, militait dans les rangs socialistes et a établi une république socialiste, Hitler1 se définissait comme national socialiste et a réussi à prendre le pouvoir en se réclamant du socialisme. Lui-même déclarait que mieux que Staline, il avait réussi à implanter un vrai socialisme.

Il n’y a pas d’exemple où la dictature n’ait été le résultat de la politique socialiste, soit directement comme on vient de le voir, soit en réaction. Franco gouverneur militaire des Canaries n’est intervenu que très tardivement en Espagne et ce uniquement à la suite des exactions du gouvernement républicain pendant presque 3 ans. C’est Pinochet chef d’état major d’Allende qui a été le premier à abandonner la politique suicidaire du Chili d’Allende, mais il avait été nommé par le président socialo marxiste.

François Furet, a démontré que la Terreur était consubstantielle à la révolution. Les crimes commis à cette époque et le génocide vendéen, n’étaient absolument plus justifiés par la menace extérieure au moment où ils ont été commis. Reynald Sécher a démontré qu’en plus d’avoir accompli un génocide, les révolutionnaires et les historiens ont toujours masqué les crimes, pour que l’on glorifie  «  les acquis de la révolution ».

La France en 1905 toujours avec les radicaux socialistes et les fiches du Général André qui nous a fait prendre un risque considérable en éliminant des responsables militaires de premier plan sur des considérations religieuses. La politique du front populaire de Léon Blum a conduit au désastre de 1940.

Finalement on est obligé de constater que comme le disait Furet à propos de la terreur, l’échec politique est consubstantiel au socialisme. La recherche de boucs émissaires conduit tout naturellement à la limitation des libertés, à la suppression des opposants d’abord par la peur, puis par de méthodes de plus en plus violentes, allant jusqu’à la suppression physique des opposants, en vertu du raisonnement suivant :

Puisque nous sommes généreux, notre politique ne peut être que bonne

Si les résultats ne sont pas au rendez vous, c’est parce qu’il y a des traitres qui sabotent l’expérience, et que nous ne sommes pas allé assez loin dans le « socialisme ».

Il faut donc supprimer l’opposition et durcir les politiques.

La fin justifie tous les moyens.

 Nous avons aujourd’hui tous les ingrédients de cette situation conflictuelle. On échoue sur le plan économique, et on est pris à partie par des chômeurs en chair et en os qui vous interpellent. On ne peut plus se réfugier derrière les bonnes intentions. Alors on lance des réformes sociétales qui révulsent la France mais on peut mettre plus facilement en prison la France bien élevée et non violente. On échoue sur le plan de la sécurité. Tout ceci aboutit à une répression de plus en plus forte qui inquiète tous nos partenaires européens.

Les socialismes ne seraient-ils pas l’antichambre des dictatures ?

Nous sommes dans la seringue de l’échec, et en France cette antichambre n’a que deux issues, une sortie démocratique par le recours aux élections, ou la répression. Celle-ci est d’autant plus probable, que ce pouvoir est composé de gens qui portent beau, mais qui sont lamentablement médiocres et qui ont peur.

L’Europe nous sauvera t’elle de ce scénario, je l’espère mais n’en suis pas totalement sur.

Partager cette publication

(19) Commentaires

  • Schaeffner Répondre

    Je vous rejoins totalement M. Merou quant à l’espoir qu’un salut peut venir des réseaux sociaux mais il ne faut pas trop rêver … En Corée du Nord et même en Chine, ces réseaux sont impossibles à créer compte tenu de la répression policière, nos socialistes seront tentés de s’en inspirer au prétexte d’éliminer les « traitres ».
    Je pense aussi comme M. Gérard Jean-Pierre que la protection la plus efficace sera l’Europe.
    Il y en encore un autre espoir – les français ne s’intéressant à la politique que lorsqu’elle s’attaque à leur porte-monnaie – c’est que les socialos-bobos qui ont fait élire hollande et ses sbires se ravisent aux prochaines élections lorsqu’ils verront que cette clique ponctionne leurs épargne et réduise leur pouvoir d’achat. Mais là encore on peut compter sur les idéologues socialos pour substituer aux socialo-bobos de nouveaux électeurs (émigrés, sans papiers naturalisés… ) qui n’ont ni épargne, ni travail et qui ont tout à gagner à voter pour eux. Valls s’y emploie dès à présent.

    24/10/2013 à 10 h 03 min
    • René de Sévérac Répondre

      « la protection la plus efficace sera l’Europe » … et l’Euro !
      Voilà le piège.
      Je n’ose pas dans ce cénacle avouer ma foi dans le socialisme pragmatique dans sa version Marine c.a.d comme réaction de défense dans un monde ultra-libéral .
      Toutefois je doute que le FN soit capable de sa mise en oeuvre.

      25/10/2013 à 9 h 33 min
      • 0094917 Répondre

        Si libéral veut dire : Liberté, Responsabilité et Propriété, si vous voulez accoler le préfixe ULTRA ça n’a pas de sens. Cherchez autre chose.
        L’euro fera ce qu’il a fait en Grèce, Italie, Espagne etc, c’est à dire le travail des lâches qui auraient dévalué leur monnaie nationale en oubliant ce qu’est une monnaie : un moyen d’échange, une un ité de mesure et de réserve. En aucun cas un moyen de s’enrichir, de créer des emplois ou que n’ai je lu comme ineptie.

        28/10/2013 à 7 h 39 min
      • DESOYER Répondre

        Excusez-moi Monsieur, mais le socialisme, quelle que soit sa face, conduit à l’échec: social, oui, socialisme non. Le socialisme est une idéologie qui conduit à l’échec. Seule une Droite libérale, nationale et sociale, avec des proportions à déterminer (pour moi, le dosage est déjà fait) sortira la France de tous ses maux.
        DS

        28/10/2013 à 11 h 54 min
  • sequane Répondre

    DLR et RBM = meme combat.
    Point barre.

    24/10/2013 à 9 h 11 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Les avis à D.L.R. , à commencer par celui de N. D.-A. sont beaucoup plus disons partagés ; N. D.-A. tapant assidument sur M. Le P. et un grand nombre de sympathisants voulant faire revivre un  » Front Uni  » ( façon C.N.R. ) avec ce qui reste des Communistes ainsi qu’avec le F. de G. ou Jean Pierre Chevènement

      les vieux clivages gaullistes sont toujours aussi vivaces

      24/10/2013 à 17 h 11 min
  • mariedefrance Répondre

    A la vue de la restriction de la liberté d’expression dans ce pays, des lois liberticides votées, des pétitions
    (700000 svp ! ) mises à la poubelle, le refus d’entendre plus d’un million de Français dans les rues etc….. etc….. nous pouvons dire que nous sommes sous dictature socialiste !

    Bien sûr.
    Que la Résistance se lève, bon Dieu !

    Avec QUI vraiment ?
    QUAND ?

    24/10/2013 à 8 h 03 min
    • 0094917 Répondre

      WOUI MASSIF et ce n’est que le début. Toucher à Internet sera l’étincelle

      28/10/2013 à 7 h 41 min
    • DESOYER Répondre

      Bonjour Marie de France,
      Puis-je avoir vos coordonnées?
      Amicalement.

      28/10/2013 à 11 h 48 min
      • mariedefrance Répondre

        Qu’en feriez-vous ?

        vous ne pensez tout de même pas que je vais les donner en clair ici.
        demandez aux 4 vérités.

        28/10/2013 à 18 h 30 min
        • DESOYER Répondre

          Evidemment, il n’était pas question que vous les donniez en clair!

          30/10/2013 à 22 h 35 min
  • MEROU Gérard Répondre

    Si les socialismes ont fait des dégâts dans le passé, le notre actuel, ne peut faire autrement que satisfaire à cette immanence. Leur idéologie, de laquelle ils sont incapables biologiquement d’échapper, les conduit à mettre en place les moyens de répressions nécessaires. Nous avons encore la chance d’être au siècle de la communication facile par les réseaux sociaux. Nous pouvons encore sonner l’alarme. Il faut réagir rapidement sous peine de ne plus pouvoir le faire quand l’étau se resserrera. Les urnes c’est bientôt, il faut en profiter, chaque victoire sera une poussée vers l’extérieur de cette caste malfaisante socialiste.

    23/10/2013 à 17 h 24 min
  • christiane Répondre

    Que  » Debout la République » rejoigne le Rassemblement
    Bleu Marine.

    23/10/2013 à 13 h 56 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      est ce, pour vous, un but, un souhait, une espérance, un rêve ou une utopie ?
      le  » gaullisme  » semblant bien être un plus grand commun diviseur et qui nous a mené là où nous sommes présentement
      je pense qu’après les municipales et surtout après les  » européennes  » les lignes seront plus nettes

      24/10/2013 à 17 h 17 min
      • christiane Répondre

        Je le pense également. Je dois vous dire que ma famille et moi-même n’avons jamais été  »gaulliste  ».

        24/10/2013 à 22 h 11 min
      • 0094917 Répondre

        Ceux qui pensent gaulisme feraient mieux de penser que le gaulisme était socialo-communiste et l’avenir exige à travailler et non à glander en utilisant l’impôt qui pèse sur le travail de certains au bénéfice de ceux qui en vivent

        28/10/2013 à 7 h 46 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          qui vous dit que  » nous  » sommes  » gaullistes  » à part Myard ?

          28/10/2013 à 15 h 38 min
      • 0094917 Répondre

        les municipales ne sont pas à enjeu politique car 85 % des communes sont gérées par des équipes locales auxquelles les populations ont confiance. Seules les grandes villes sont exposées, les européennes seront un enjeu réel.

        28/10/2013 à 7 h 48 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          Comme au foot, les européennes seront, dans la réalité , un match … amical
          et nous savons tous, enfin ce sont les …Italiens qui le disent, que nous sommes les champions du Monde des matches amicaux !

          mais ces municipales du moins dans les grandes agglomérations permettront de mieux situer le …clientélisme  » sociologique  » à un instant  » T  » ; et cela a aussi son importance … puisque …

          LA SEULE élection en France c’est LA PRESIDENTIELLE

          28/10/2013 à 19 h 51 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: