L’antisémitisme aujourd’hui

L’antisémitisme aujourd’hui

Pendant une semaine, l’Europe a fait sa BA (Bonne Action). On a célébré la chute du camp d’extermination d’Auschwitz. On y a prononcé des discours de repentance, et on y a redit solennellement « plus jamais ça ». La télévision française a projeté in extenso « Shoah » de Claude Lanzmann à l’attention des insomniaques : 9h30 d’un seul tenant, de 21 heures à 6 h 30 du matin.
Des documentaires ont succédé aux documentaires et les débats aux débats. L’ignoble et unique singularité de la shoah n’a, elle, été que fort peu évoquée. On a condamné le nazisme. On n’a pas procédé à une histoire générale de l’antisémitisme, de façon à ce que ce discours pervers et répugnant soit démonté de fond en comble. On n’a pas rappelé ce qui avait permis le nazisme et ce que celui-ci avait constitué : un mélange monstrueux et raciste de nationalisme hypertrophié et de collectivisme socialiste.
On a fort peu insisté sur la collaboration de diverses populations européennes à l’entreprise nazie. On aurait pu penser que le nazisme était un phénomène presque marginal et très précisément circonscrit entre deux dates : 1933-1945…
On n’a rien dit de la remontée de l’antisémitisme aujourd’hui, ni surtout du fait que celui-ci prenait, non seulement la forme de déclarations nauséabondes de Jean-Marie Le Pen à un journal d’extrême-droite qui, fort heureusement, n’a pas le lectorat de « Je suis partout », mais aussi la forme d’un antisionisme qui traite Israël comme le juif des États. Ou encore la forme, très politiquement correcte, de l’antisémitisme islamique ou d’extrême-gauche, qui a permis à M’bala M’bala « Dieu-reprenez-le » de remplir les cinq mille places du Zénith à Paris, fin décembre, avec un spectacle digne des pires délires de Goebbels.
On n’a rien dit de ce que diffusent les médias du monde arabe, d’Al Djazira à la chaîne al Manar, un temps autorisée en France, de la télévision de l’Autorité palestinienne à la télévision officielle égyptienne.
Nul n’a même remarqué que, lors des cérémonies d’Auschwitz, il y avait des religieux chrétiens et juifs, mais aucun dignitaire musulman.
L’explication sur ce point avait été donnée, il est vrai, par des organisations islamiques à Londres, qui ont dit qu’elles ne voyaient rien à commémorer à l’heure où un nouvel « holocauste touchait le peuple palestinien ». Une autre explication est peut-être que nombre de dignitaires musulmans observaient un moment de silence pour se souvenir avec piété des déclarations d’Hadj Ali al Husseini, mufti de Jérusalem dans les années 1930, père spirituel d’Arafat et de Mahmoud Abbas, ami d’Hitler et de Himmler, chantre de la solution finale sur Radio Berlin…
Nul n’a rien remarqué, non. L’accusation d’islamophobie est si vite assénée… Lutter vraiment contre l’antisémitisme impliquerait de ne pas seulement se préoccuper de l’antisémitisme d’il y a soixante ans et de ses remugles chez les nostalgiques glauques du pétainisme, mais de se préoccuper aussi de l’antisémitisme façon islam, façon M’bala M’bala, ou façon altermondialistes.
Comme l’ont rappelé nombre d’anciens déportés, le révisionnisme commence dès qu’on met le doigt dans l’engrenage de la relativisation et j’ai entendu ces derniers temps nombre de discours de relativisation comparant la shoah au goulag, à la traite des noirs ou au massacre des tutsis au Rwanda, alors que la shoah constitue la seule et unique tentative d’extermination industrielle, systématique, absolue et définitive d’un peuple en raison de ce qu’il est.
Se souvenir de l’horreur absolue n’empêche pas de penser à d’autres horreurs. Mais oublier l’absolu de l’horreur, c’est préparer le terrain pour qu’elle puisse recommencer.
Qu’on me permette de rappeler que, si l’État d’Israël avait existé et avait été un refuge pour les juifs, l’entreprise hitlérienne n’aurait pu faire autant de victimes, et que la délégitimation de l’État d’Israël à laquelle on assiste ne me semble pas dépourvue d’arrière-pensées fétides. Cela fait vingt ans au moins qu’« Exodus » d’Otto Preminger n’a pas été projeté à la télévision française : à quand sa reprogrammation ? Et qui osera dénoncer le film « La chute », aujourd’hui sur les écrans, et dire que c’est un film révisionniste montrant le peuple allemand comme la principale victime du nazisme ?

Partager cette publication

(20) Commentaires

  • marc Répondre

    je constate avec un certain amusement que Mr Millières pour dénoncer l’antisémitisme utilise les mêmes méthodes qu’eux; lorsque il appelle Dieudonné Mbala mbala , cela rapelle les journaux antisémites qui cherchaient le juif derrière des noms de scène , de journalistes…: Mr MILLIERES n’est pas antisémite , c’est sur ! quant à dire qu’il n’est pas raciste , c’est un peu moins sur!

    08/02/2005 à 18 h 57 min
  • occident Répondre

    Je me demande s’il arrive à Guy Millière de défendre d’autres peuples que celui des juifs. Je suis loin, très loin de partager les avis d’Eric et d’Orlowski. Je me demande si un jour vous allez admettre que le nombrilisme excessif de la communauté juive est contre-productif. La Shoah, j’avoue en avoir un peu marre. Comme le rappelle d’autres intervenants, les juifs sont loin d’avoir été les seuls à être exterminés. Existe-t’il un membre de la communauté juive qui s’attarde un tant soit peu sur les victimes du communisme ? Est-il judicieux de continuer à culpabiliser les européens de souche à l’heure ou la colonisation afro-maghrébine de l’Europe est en cours ? Vous croyez qu’une Europe peuplé à 70% de musulmans sera une bonne chose pour vous et pour nous ? Un goyim déçu de ce qu’il vient de lire.

    08/02/2005 à 18 h 39 min
  • Bagnon Répondre

    A Monsieur .R. ED: Le bagnon, comme vous dites, n’est pas juif (ni boudhiste par ailleurs). Aussi ce n’est pas de sa supériorité dont il parle. Que le Bagnon ne soit pas modeste, il en convient, mais il a appris une chose, à accepter la différence et que d’autres puissent se sentir supérieurs. Peu importe si certains juifs se sentent supérieurs, ils ont néanmoins contribué de facon remarquable à notre culture et économie, en cela ils méritent notre respect. Malheureusement, nos consciences « socialisées » n’acceptent plus la différence et confondent jalousie haineuse avec sentiment d’injustice.

    08/02/2005 à 10 h 31 min
  • non juif Répondre

    Il n’y avait pas que des juifs en camps de concentrations. Le discours est trop réducteur pour ne pas laisser un sentiment de propagande unilatérale. Plusieurs centaines de milliers de Tziganes, de Polonais et de non juifs éxécutés ont été volontairement occultés dans les cérémonies du souvenir. Tout cela se paiera par un dégout pour ce genre de tragi-comédie.

    08/02/2005 à 10 h 14 min
  • Aude Répondre

    Entièrement d’accord avec vous Thierry. Je n’ai jamais dit le contraire. Je répondais tout simplement à Gernes.

    08/02/2005 à 9 h 33 min
  • Alborg Répondre

    Parfaitement en phase avec vous, Mr.MILLIERE; votre exposé est tellement « juste » dans tous les sens du terme qu’il en est presque une épée de lumière! Il y a juste un tout petit point(minuscule par rapport au reste) sur lequel je suis en total désaccord avec vous : le film « La chute » n’est PAS un film « révisioniste »(encore que je préfèrerais l’expression « négationniste » en l’occurence), c’est juste un film extrêmement différent par rapport à tout ce que nous avons l’habitude de voir sur le sujet. On ne voit bien sûr pas de camp de concentration dans ce film, mais était-ce bien le sujet ? On ne peut quand même pas faire encore et toujours du Lanzmann ou du Resnais chaque fois qu’il s’agit du IIIème Reich… En phase avec ERIC également, forcément. Par rapport à sa diatribe contre une certaine tradition « française » d’être 1% de résistants au cours de toute la guerre, puis de se retrouver miraculeusement « à 100% » quand tout est fini, j’en rajouterais encore bien une louche en rappelant à tout le monde que c’est grâce à l’histrion appelé DE GAULLE que cette plaisante légende à fini par prendre si bien à coup de manoeuvres et de coups tordus auprès des Alliés. Le bougre a fini par lasser tellement les Alliés (à commencer par Roosevelt & Churchill qui le détestaient!), qu’ils ont fini par accepter que la « France éternelle » bascule in extremis dans le « camp des vainqueurs », alors qu’elle aurait tout simplement mérité se trouver clouée au même pilori d’infâmie que l’Allemagne. D’autant plus que l’antisémitisme en France était une tradition très ancienne, et extrêmement virulente dans certains milieux royalistes, catholiques, nationalistes, etc…et fort populaire, même plus qu’en Allemagne!. Et qui aujourd’hui a pris la relève de cette « glorieuse » tradition ? – Les Nazislamistes en effet, bien plus dangereux qu’une poignée de skinheads boutonneux comme les media cherchent tellement à nous en persuader, tétanisés qu’ils sont à l’idée que l’on puisse développer ce qu’ils appellent plaisamment de l' »ISLAMOPHOBIE » !! Comme si lutter contre un fléau d’une extrême violence potentielle pouvait être assimilé à du racisme, ce que les bien-pensants du po-co ne manquent évidemment pas de faire avec toute l’hypocrisie dont ils sont capables …….

    08/02/2005 à 2 h 42 min
  • Thierry Orlowski Répondre

    Cher lecteur, En réponse a Aude: Le communisme, qu’il soit Russe, Francais ou Chinois est nécessairement Fratricide. En effet, l’essence du Communisme est le mépris de l’individu au profit d’un social soi-disant meilleur. Dans cette ideologie, le tout est superieur a la somme des parties….les être humains deviennent donc des entités numériques remplaçable. Le drame du Communisme est qu’il poignarde autant qu’il séduit….Mais sa fin est toujours la même : L’anéantissement de l’individu comme personne au profit d’un collectifs au sommet duquel domine une poignée d’egoistes. Il n’y a pas de bon ou de mauvais Communisme : Le communisme est toujours destructeur et sa version « light », le socialisme en est une consequence nauseabonde. Cordialement, Thierry Orlowski

    07/02/2005 à 23 h 43 min
  • R. Ed; Répondre

    Le Bagnon, ce n’est pas la modestie qui l’étouffe, loin de là!

    07/02/2005 à 22 h 28 min
  • t..larger Répondre

    Je suis français de tradition catholique, né en 1960, n’ayant pas vécu la dernière guerre mondiale, je me garderai d’emettre des jugements moraux sur les acteurs qui n’ont pas eu la force morale de risquer la déportation ou le peloton pour s’opposer au nazisme, sachant que les résistants étaient peu nombreux en 40, très nombreux en 45, et que hormis Papon et Bousquet personne n’a collaboré en 2005. Je trouve cependant que votre article contient une contradiction importante: comment dénoncer le relativisme et craindre que l’horreur absolue se reproduise? si l’horreur absolue peut se reproduire, laquelle est la plus absolue, l’originale ou la copie ? Je crains que vous ne soyez victime de judéocentrisme, ce qui est compréhensible étant donné l’apport civilisationnel du peuple juif. Entendons nous bien, je suis ulcéré quand je vois qu’un immigré de tradition musulmane se permet de profiter de notre hospitalité pour martyriser un de nos compatriotes, tout celà parcequ’il est de religion juive; je ne pense pas etre antisémite ( je sais qu’en ce domaine les juges autoproclamés sont nombreux ). Je connais l’importance géostratégique d’israel qui est le dernier poste avancé de l’occident au moyen orient. Je serais plus sévère que vous à l’égard de l’islam et de son prophète mahomet ( il a été plus malin qu’hitler en déguisant son hégémonisme éthnoculturel sous un vernis de religion pseudo universelle ). J’avoue que la longueur des cérémonies de commémoration du génocide juif de la dernière guerre m’ont agacé, surtout quand on voit s’y pavoiser des individus plus prompts à dénoncer les nazis d’hier (ils ne risquent pas de porter plainte pour racisme eux) que les fanatiques antisémites d’aujourd’hui et leurs royaumes refuges. Je suis conscient que chrétien, je suis membre d’une école de pensée descendante d’une secte juive préchée aux incirconcis dont je suis, ce qui me semble t il et ne vous en déplaise crée des liens. j’aimerais soumettre à votre lecture un passage de la bible qui permettra de resituer tout celà: deutéronome VII 17  » et si tu dis en ton coeur: » ces nations sont plus nombreuses que moi……..20 Iahvé , ton dieu enverra même contre eux tes frelons, jusqu’à ce que périssent ceux qui resteraient et qui se seraient cachés de devant toi……24 pas un ne tiendra devant toi, jusqu’à ce que tu les aie détruits. Edition de la pleîade Il s’agit d’un discours sur la future stratégie des hébreux en terre promise, pays ruisselant de lait et de miel, mais pays déjà habité, après l’exode. Un esprit chagrin et relativiste y trouverait des relents de relativisme génocidaire. je suis certainement relativiste, car je craindrai toujours que de telles horreurs se reproduisent contre les juifs… ou tout autre groupe de l’humanité, désolé je ne suis décidément pas judéocentriste. J’éspère qu’à vos yeux le relativisme ne consiste pas à placer sur le même plan une victime non juive et une victime juive. amicalement

    07/02/2005 à 22 h 03 min
  • Christophoros Répondre

    Malheureusement, la « haine » d’Eric est très typique du complexe de superiorité de certains juifs ( je dis bien certains ) envers les goyim. Cette attitude est en partie ( en partie seulement) responsable des antisémitismes ( au pluriel car on ne peut mettre dans le même sac toutes les attitudes antisémites comme le font les sionistes ).

    07/02/2005 à 20 h 29 min
  • Bagnon Répondre

    Petite correction: Plutot que l’expression « inculquer le sentiment de supériorité », j’ai préfère dire « inculquer le sentiment de fierté » (je ne veux pas davantage attiser de judéophobie).

    07/02/2005 à 20 h 07 min
  • Bagnon Répondre

    Que reproche-t-on aux juifs finalement? C’est d’être supérieurs, il n’y a qu’à compter le nombre de prix nobel pour s’en persuader. La raison principale de cette haine judéophobe, elle est simple à trouver, c’est ni plus ni moins que la jalousie. Et pourquoi sont-ils supérieurs? Parce que dès leur plus jeune âge, on leur inculque, ce sentiment de supériorité que confère l’election divine, on leur enseigne l’histoire du peuple juif à travers la bible, et le devoir de se perpetuer à tout prix. Ils ont parfois leurs propres réseaux d’enseignements, bien plus éfficaces que l’enseignement publique. Voilà un beau démenti à l’illusion egalitariste et la suppression de l’enseignement de l’histoire dans la plupart des pays européens. Imitons les juifs plutot que les massacrer, comme les asiatiques nous imitent plutot que nous nuire, et pour cause, la jalousie est interdite dans le boudhisme.

    07/02/2005 à 19 h 37 min
  • marc Répondre

    Quand je lis toute la haine de Eric envers les Français je me demande qu’est-ce qui a cloché dans sa vie? Je le plains.

    07/02/2005 à 17 h 43 min
  • marc Répondre

    Quand je lis toute la haine de Eric envers les Français je me demande qu’est-ce qui a cloché dans sa vie? Je le plains.

    07/02/2005 à 17 h 43 min
  • Thierry Orlowski Répondre

    Cher lecteur, Complétement d’accord avec Éric: Une jalousie malsaine et une corruption de principe reste, aujourd’hui comme hier, le moteur de l’antisémitisme croissant que vit la France. Je m’étonnais encore, devant les débats concernant Auschwitz, de la difficulté qu’ont les médias Francais a rapprocher la Shoah de la naissance d’Israel: Il faut rappeler que la Shoah était possible que parce que les Juifs n’avait pas de terre et qu’Israel est la concrétisation du « plus jamais ca » qui fut le langage de tous face a la honte. De plus, cette terre depuis 4000 ans appartenait aux juifs aussi bien que la France au Francais. Enfin, que la Palestine n’existe pas au sens strict, qu’il s’agit d’une invention d’Arafat qui date des années 60-70 et que la politique étrangere de la France n’a fait que nourir une haine qui n’avait pas lieu d’être. J’ai beau être Catholique pratiquant, je trouve honteux le comportement des médias Francais a l’égards du peuple juif et me sent tres solidaire de ce peuple et de cette culture qui ont tant apporté a l’occident. Cordialement Thierry Orlowski

    07/02/2005 à 15 h 39 min
  • eric Répondre

    Ne vous inquietez pas Mr Milliere, le peuple Juif est toujours la, libre et fort, meme si cela fait enrager la plupart des Francais, voire le succes de Mbalamabala par exemple. Depuis Pharaon on nous deteste mais maintenant en plus nous avons un Israel libre soutenu par le D de l univers. Mr Milliere je vous aime beaucoup et vous considere comme un juste. Quant au reste des francais la plupart ne sont que des antisemites refoules, je pense que si Hitler avait extermine 20 millions de francais en proportion ce qu il a fait aux Juifs, tous ces francais ne diraient pas « on en parle trop y en a marre, et le communisme et la hausse de la carte orange etc… Collabos ils etaient, collabos ils sont, colabos ils resteront, aujourd hui avec les nazislamistes. Exception du 1 a 2% de resistants a l epoque bien sur, qui sont devenus 100% quand la guerre etaient finis. Allez antisemites, ragez bien et bavez de rage devant les articles pro-Juifs de Mr Milliere, un homme bien lui, et allez admirer votre pays avec les foulards, ramadan et tout super pays en verite….

    07/02/2005 à 10 h 13 min
  • Aude Répondre

    « Vous confondez allègrement le Communisme Russe d’il y a des dizaines d’années et nos partis de gauche en France qui n’ont pas ce passé. » Le PCF suivait les ordres de Moscow, Lutte Ouvrière a toujours soutenu Pol Pot… La seule différence, c’est que ces illuminés ne sont jamais arrivé au pouvoir en France. Si ça avait été le cas, ça aurait la même chose qu’en URSS. Le modèle soviétique a fait plus de 100 000 000 de morts dans le monde, pourquoi ça aurait été différent en France ?

    07/02/2005 à 9 h 23 min
  • Gernes Répondre

    Je remarque que les commentaires sont largement choisis. voire fabriqués. Peut-on sous estimer les paroles et croyances de LePen parce qu’il est français et donc valables ? Vous confondez allègrement le Communisme Russe d’il y a des dizaines d’années et nos partis de gauche en France qui n’ont pas ce passé. Arrêtez de vous regarder le nombril ! Sortez et voyez comme nous essayons de survivre nous le Peuple !

    06/02/2005 à 23 h 35 min
  • R. Ed. Répondre

    Il n’y a qu’un seul, à la rigueur peut-être deux anti-sémites au monde! Si M. LE Pen commence une phrase par le mot « Quand …,on l’interrompt de suite,et Perben va le traîner en justice, il a eu le malheur de prononcer le mot « camp ». Il y a maintenant 60 ans qu’on nous rabat les oreilles avec le nazisme, c’est plus qu’assez. Les 150.000.000 de morts du communisme sont presque passés sous silence (en plus, cela continue encore de par le monde – Laos, Cambodge, Chine, Viêt-Nam, Corée etc…) Le Pen dénonce depuis des années l’immigration sauvage et l’islamisation de « son » pays (il est Français, que je sache)et ça aussi, c’est interdit en France.

    06/02/2005 à 12 h 33 min
  • F&H Répondre

    Bonjour, Judéophobie, shoah et nazisme. Cela faisait longtemps que l’on en parlait plus…. F&H

    06/02/2005 à 8 h 25 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *