La pédophilie plus présente à l'extérieur de l'Eglise

La pédophilie plus présente à l'extérieur de l'Eglise

« Thomas Plante, professeur à Santa Clara et à Stanford, a établi que «2 à 5% des prêtres ont eu des rapports sexuels avec un mineur, ce qui est inférieur au taux concernant la
population masculine générale, établi à environ 8%
». Ainsi, […] il apparaît qu’ils sont 1,6 à 4 fois moins concernés que la population mâle générale. Pas plus, pas autant
: moins
. Pourtant, on en a souillé, des prêtres, et des vocations, avec ce soupçon ignoble. On en a tiré, des conclusions, sur l’Eglise… Bref, vos enfants sont statistiquement
quatre fois plus en sécurité avec un prêtre catholique qu’avec vous
. Votre père. Votre frère… […]

On commence à s’agiter. On commence à s’inquiéter. C’est que selon un rapport, près de 10% des élèves aux Etats-Unis rapportent des cas de relations sexuelles non sollicitées par leurs
éducateurs
. Alors, ce qui était divertissant tant qu’il s’agissait de s’en prendre à l’Eglise perd soudain de son attrait. On a si bien joué avec elle que l’on pourrait se voir
appliquer les solutions qu’on a défendues contre elle
. Jim Dwyer, dans le New York Times, pose la question : «la ville de New York pourrait-elle être poursuivie pour des faits d’abus
sexuels intervenus il y a des dizaines d’années par les professeurs des écoles publiques ? Et qu’en est-il des médecins ou des personnels hospitaliers ? Des officiers de police ? Des travailleurs
sociaux ?».
On sourit moins, et les lobbyistes s’agitent. Sans rire, ils posent la question : «Comment pourrait-on revenir 40 ans en arrière et certifier ce qui est arrivé ? Les témoins,
les autorités responsables et même le ou la responsable des faits pourraient être morts !».
Oui, en effet. Que ce soit en 1970 ou en 1928. Et chez nous, que pourrait-il donc arriver ?

Que pourrait-il arriver lorsqu’on lit par exemple que si elle a pris des mesures, dans le même temps que l’Eglise, l’Education Nationale se contentait il y a seulement 13 ans, de muter
les professeurs pédophiles, sans que rien ne soit indiqué sur leur dossier
: «si elle préférait tenir secrètes ses mauvaises histoires, l’Education nationale a-t-elle, au moins, lavé
son linge sale en famille ? Même pas. Les enseignants « à problèmes » sont juste mutés. Sans transmission d’information: on appelle ça se refiler le mistigri.
» Que pourrait-il arriver
lorsque l’on devine, malgré le silence maintenu, que les cas sont bien plus nombreux qu’avec les prêtres? Non, la pédophilie n’est pas un « problème catholique ». C’est un
problème que l’Eglise partage avec l’ensemble de la société. Elle en est toutefois quantitativement moins affectée et elle le reconnaît davantage que d’autres. Sa mise en cause
acharnée, et le silence maintenu sur les faits à décharge, révèlent toutefois l’ampleur du traitement de faveur qui lui est réservé. » Causeur, via Le
Salon Beige

 

 

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: