L’armée française en danger de mort

Posté le 28 mai , 2014, 7:00
5 mins

En cette période de menaces multiples et d’incertitude croissante, qui s’intéresse aux choix stratégiques en cours, concrétisés par la loi de programmation militaire qui conditionne l’avenir de nos armées pour la décennie à venir ?

Ce ne sont pas les narco-terroristes islamistes, nos ennemis d’aujourd’hui au Mali, qui menacent le plus notre armée, c’est bien davantage l’absence de vision stratégique, la mise en œuvre de mesures à caractère essentiellement financier de court terme. Ce comportement conduit à une baisse régulière de notre effort de défense et à une réduction de près de 25 % de nos effectifs en une dizaine d’années.

Nous savons tous que notre dette et nos difficultés financières d’aujourd’hui sont d’abord la conséquence directe de près de 4 décennies de budget de l’État voté en déficit ; que les intérêts annuels de la dette représentent à ce jour une fois et demie le budget de la Défense et que la loi de programmation (2014-2019) poursuit la réduction de l’effort de défense (de 1,5 % du PIB à 1,3 % au mieux) pour tenter de sauver le soldat « Bercy » !

Mais nous savons également que le dernier engagement au Mali, avec des moyens pourtant réduits, a confirmé une nouvelle fois la remarquable valeur de nos soldats, mais aussi, hélas, la vétusté de nombre d’équipements et l’insuffisance de moyens logistiques pourtant indispensables.

Nous assistons à une mort lente et quasi programmée d’une armée qui assure pourtant deux fonctions essentielles au service de la Nation.

Elle est d’abord une « institution destinée à faire la guerre ». Mais peut-elle le rester quand le taux actuel de disponibilité des matériels majeurs (VAB, hélicoptères, frégates…) est en moyenne de 50 %, que le taux d’activité de nos forces sera de 15 à 20 % inférieur par rapport aux normes d’entraînement, que nos 14 avions ravitailleurs ont près de 50 ans d’âge et que, vu le rythme de renouvellement de nos hélicoptères de manœuvre, nous serons obligés de conserver nos hélicoptères Puma au-delà de 2025 : ils auront alors près d’un demi-siècle !

Il faut lire les auditions des chefs d’état-major pour réaliser quel est l’état de paupérisation de nos forces armées ! Comment, dans ces conditions, l’armée pourrait-elle remplir les multiples missions qui lui sont confiées ?

Mais l’armée est tout autant, peut-être même davantage encore, une institution consubstantielle à la Nation. Sans armée, point d’État. Elle demeure l’ultime recours en cas de crise. Elle contribue largement à la résilience de notre pays.

Elle développe des valeurs de courage et de discipline, qui sont autant de repères pour les Français. Sa neutralité politique en fait un noyau indiscutable de l’unité nationale ; l’acceptation du sacrifice exprime mieux que tout la volonté de la France à rester un pays libre.

Ces jeunes soldats de 20 ans, qui acceptent de servir leur pays au prix du sang, ne laissent pas leurs compatriotes indifférents ; les sondages le montrent.

C’est pourquoi, malgré les soucis du quotidien, les Français doivent comprendre que leur armée, ponctionnée et étranglée lentement depuis plus de 30 ans, est en situation de mort annoncée à échéance de 5 à 10 ans. Ils doivent en prendre conscience, manifester leur soutien en toute occasion, dénoncer cette situation dangereuse et exprimer leur refus de ce choix suicidaire auprès de leurs élus.

L’armée est l’émanation et l’expression de la Nation ; elle doit donc demeurer dans le cœur de la Nation.

Il importe que la Nation veille à ce qu’elle demeure suffisamment puissante pour garantir une liberté si chèrement acquise par nos aïeux.

PA. G

16 Commentaires sur : L’armée française en danger de mort

  1. quinctius cincinnatus

    31 mai 2014

    pour ceux qui n’ayant personne dans le sérail militaire , ces deux informations :

    – les généraux haut-gradés ( qui ne sont pas financièrement à plaindre ) ont menacé de démissionner collectivement ( vous voyez d’ici le tableau # d’avancement # à 6 semaines de la Grande Fête Républicaine )

    – et ce sont les industriels de l’armement qui brandissant la menace des fermetures et de transferts de sites vers l’étranger

    qui en définitive ont fait plier la Premier Ministre de la Police de La Pensée et Hollande l’ Africain , les protestations du Ministre des Armées étant restées lettres mortes !

    Répondre
  2. DESOYER

    30 mai 2014

    J’entends vos lamentations, mais l’urgence actuellement, n’est-ce pas la reprise de l’économie, puis la maîtrise de l’immigration qui est plutôt du ressort de la police et de la gendarmerie dont les moyens et les possibilités d’action doivent être augmentés (sans compter les douanes pour les contrôles derrière les frontières). Il faut d’abord faire la police chez soi avant d’aller la faire chez les autres.

    Répondre
    • lavandin

      30 mai 2014

      d’après la revue “ça m’intéresse” les effectifs des forces stationnées sur le territoire métropolitain seraient d’environ 8000 hommes, soit une brigade d’infanterie……..meme pas de quoi assurer la sécurité et l’ordre en cas de situation insurrectionnelle (éventualité réaliste compte tenu de la situation dans les banlieues) On ne pourrait meme pas compter sur des réservistes, puisqu’il n’existe plus de service militaire.Quant aux forces de police, elles sont en décrépitude : dans ma localité, la gendarmerie n’est ouverte qu’un jour sur deux

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        31 mai 2014

        les jours pairs ou les jours impairs ? surtout ne donnez pas plus de précisions sur cette alternance dans le temps ; les ” comme chez eux chez nous ” viendraient en Rezzou reprendre ce que les infidèles colonialistes leur ont volé et au besoin en en égorgeant quelques uns

        Répondre
  3. 30 mai 2014

    Complément .
    Pour défendre nos Armes il est utile de soutenir l’A.S.A.F. : Association de Soutien à l’Armée Française.

    Répondre
  4. 30 mai 2014

    Les socialistes ont toujours méprisé l’armée française. En 1933 Léon Blum déclarait: “Quant on démolie l’armée, j’en suis”!! Nous avons vu le résultat en mai 1940! Pendant la guerre d’Indochine(la guerre oubliée!) le gouvernement laissait les communistes saboter le matériel qui partait vers la belle province!
    Pour répondre à MEROU je rappelle qu’en Allemagne les syndicats sont UNIQUEMENT financés par leurs adhérents et que les fonctionnaires n’ont pas le droit de grève! Au sujet de l’argent public donné aux multiples associations loi 1901 se reporter aux livres de feu P.P.Kaltembach (Maître Conseiller à la Cour des comptes) qui dénonça ce scandale dès 2001 dans ses écrits. En décembre 2006 il fût interviouvé dans Le Choc du Mois où il avait réactualisé les largesses en faveur des associations:1256 milliards d’euros! Excusez du peu.

    Répondre
    • lavandin

      30 mai 2014

      @schmitt : en 1939/40, des sabotages avaient également eu lieu dans les usines : tubes de canon sabotés, moteurs d’avion sabotés, chaine de fabrication de tourelles de char bloquée, radios d’avion sabotées…..Pour ce qui est des subventions de tout bord, il faut compter qu’elles nous coutent environ 30 milliards d’euros par an ( la moitié de ce que rapporte l’ IRPP)

      Répondre
      • Schmitt

        30 mai 2014

        Réponse à lavandin.Pour ce qui est des subventions versées aux associations loi 1901 je me suis référé aux chiffres donnés par P.P. Kaltembach. Il est aussi possible de consulter le site de Contribuables Associés dont je suis membre. J’invite les Français à rejoindre cette association qui fait du très bon boulot. Nous sommes 400 000 il faudrait être plus nombreux pour peser plus fort

        Répondre
    • Schmitt

      30 mai 2014

      Une erreur s’est glissée dans le chiffre donné.Ce n’est pas 1256 milliards distribués mais 126 milliards .

      Répondre
      • lavandin

        1 juin 2014

        @schmitt Je rectifie le montant des subventions aux associations : 34 milliard d’euros , dernier chiffre connu. Ce qui est déjà considérable. Cet argent tiré de la poche du contribuable est distribué sans réserve aux associations, de la plus utile à la plus nuisible, jusque meme pour la construction de lieux de culte musulmans malgré l’interdiction qui en est faite par la loi de 1905, et sans un réel contrôle de l’usage qui en est fait .Je suis membre de Contribuables Associés depuis 15 ans. Bien cordialement

        Répondre
        • Schmitt

          7 juin 2014

          Ce chiffre ,126 milliards , avait été donné en 2006 par P.P.Kaltembach ancien Maître conseiller à la Cour des comptes et il connaissait bien son sujet croyez le bien. Il était président des associations loi 1901 protestantes!PP K est décédé depuis peu. Mais la comptabilité gouvernementale est tellement ambigüe et trafiquée qu’il est difficile de connaître les vrais chiffres! Comme pour l’immigration, les sans papiers etc…etc….

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      31 mai 2014

      et en Norvège comme au Danemark pour être indemnisé en période de chômage il faut être à jour de ses cotisations … syndicales !

      Répondre
  5. ARRAULT

    29 mai 2014

    On croirait que F.Hollande prend plaisir à se farcir l’Armée. La priver de ressources est un point, mais la déshonorer en prévoyant un défilé du 14 Juillet avec l”armée algérienne et d’autres, dont le Viet-Cong, est le comble de la C……… de ce président d’opérette. Veut-il pousser certaines unités à défiler crosse en l’air ? ou bien un choc frontal entre la Légion Etrangère et les musulmans qui se presseront sur les Champs Elysées ? Scandale confirmé par les courriers du Secrétariat aux Anciens Combattants.

    Répondre
  6. chausse

    29 mai 2014

    Certains Syndicats ne défendent que les Fonctionnaires, dont les permanents en sont issus, et laissent detruirent les Entreprises par centaines. Des villes entières désindustrialiser en les victimes .

    Répondre
  7. Boutté

    29 mai 2014

    Monsieur Gala oublie un rôle essentiel de nos armées : chaque fois que meurt au front un soldat Français ,la côte du Président remonte d’un demi-point . Allons, messieurs, vous pourriez faire mieux !

    Répondre
  8. 28 mai 2014

    Couper les vivres aux syndicats et aux associations parasites nous fera économiser plus que le sacrifice demandé aux armées. Cette option remettra de l’ordre en plus auprès des empêcheurs de tourner en rond et permettra d’envisager les réformes indispensables sans avoir de levées de boucliers systématiques. Enfin il est scandaleux de demander aux contribuables de financer ce genre d’instance qui ne devrait l’être que par ses cotisants.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)