Le 14 juillet, défaite nationale ?

Posté le juillet 12, 2010, 12:00
3 mins

Dans une semaine vont se dérouler les manifestations pour célébrer la Fête Nationale. Aux parades militaires traditionnelles vont succéder les innombrables réceptions et feux d’artifices qui réchauffent les cœurs et refroidissent les trésoreries. Par ces temps de tempérance, les panaches pyrotechniques pétaradants seront-ils un contre-feu à la morosité?

 

Le défilé sur les Champs Elysées sera cette année ouvert par des troupes noires des anciennes colonies sub-sahariennes. De très nombreux chefs d’états africains vont assister aux démonstrations de force d’une nation qui pendant des années a repoussé les dettes sous les tapis rouges de la magnificence. La conjonction d’un climat délétère et d’une célébration pro-africaine laissera suggérer aux mauvaises langues que notre République exhale cette année des odeurs de bananes.

On devrait être plus vigilant avec ce symbole intouchable. Les nations vulnérables, les dictatures et les républiques bancales masquent toujours leurs profondes lézardes derrière de grandes célébrations guerrières (Corée du Nord, Iran, pays du bloc soviétique pendant le guerre froide…) Les observateurs lointains de la CE, du FMI et de Wall Street ont sûrement un regard moins attendri que le bon peuple qui acclame au passage les gardes républicains chamarrés, sur leurs fières montures.

Le Président a une tâche urgente , impérieuse et difficile avant de s’asseoir sous le dais officiel mercredi prochain, entouré de tous ces notables amis-de-la-France. Il doit rassurer le pays et redonner du bleu à l’horizon !

On pourrait rêver un instant que la Place de la Concorde, haut-lieu de la messe républicaine annuelle, suggérerait une trêve politique. Une belle image qui titillerait l’espoir montrerait les chefs des partis d’opposition dans la tribune officielle. En outre, il ne serait pas inconvenant que ces ardents défenseurs de la décolonisation et de l’anti-esclavage côtoient les anciens soumis dans une grande liesse commune et expiatoire.

Dans une semaine, nous saurons si la Fête méritait sa renommée.

3 réponses à l'article : Le 14 juillet, défaite nationale ?

  1. GIGI

    14/07/2011

    La défaite nationale, il y a deux jour on enterrait un ami qui fut ancien combattant de Tunisie, cette personne due tuer au nom de la liberté de la patrie 50 ans de ça, aujourd’hui le 14 rime avec la fête de SOS racisme qui fête ses 27 ans,la France n’a jamais autant été ouverte à l’intégration des étrangers qu’elle avait combattue par le passé. Inflation, argent qui remonte à grand coup d’aspirateur vers les actionnaristes, crise qui profite aux systèmes pour le placement des employés bradés, déprime; sans compter la dette de la France qui atteins des milliards d’Euros….. Moi je ne crois plus en la fête nationale, pour moi les Français sont complètement aveuglé par notre système d’information qui ne cesse de dédramatiser la situation du pays qui est gravement catastrophique; sa ligne de conduite est proche des pires pays latins en terme de gestion du patrimoine (au sens très très large) : tout fous le camp! Quand je pense à Lampédusa je pense à une enclave en méditerranée qui ne sert qu’à agrandir le déficit de toute l’Europe. Roger, mon ami, tu t’es battu pour notre liberté, tu me disait que le cimetière ou ton père avait été enterré en Tunisie avait été rasé, tu avait perdu la maison familiale… Aujourd’hui pour moi la fête du 14 résonne comme un champ funèbre; Algérie, Afghanistan, Tunisie… Toutes ces guerres ont été perdues sur le terrain et maintenant nos frontières tombes et pourtant se disant être les nations les plus puissantes du monde les pays de la communauté Européenne sont envahis. Tout compte fait moi je ne suis pas patriote, je laisse aux autre le plaisir de célébrer leur « pays libre » (qui ne l’est pas pour moi). Je fus pendant un temps comme ma grand-mère résistante, je suis sans espoir aujourd’hui. Au fond je me dis : « Encore combien de temps avant que nos cimetières ne soient rasés??? »

    Répondre
  2. Anonyme

    13/07/2010

    *** Si Dieu le veult, le 15 Août remplacera avantageusement cette date ignoble *** On peut rêver à un redressement de la France après cette longue infamie. Provoquons les républicains, dans leur longue iniquité qui n’a que trop duré, mais Dieu nous réserve autre chose, à son heure, patience mes compatriotes trop humiliés, quand le désespoir sera à son comble, le miracle sera dans la renaissance de la vraie France. Kyrie Eleison. La prise de la Bastille vue par Chateaubriand « Le 14 juillet, prise de la Bastille. J’assistai, comme spectateur, à cet assaut contre quelques invalides et un timide gouverneur : si l’on eût tenu les portes fermées, jamais le peuple ne fût entré dans la forteresse. Je vis tirer deux ou trois coups de canon, non par les invalides, mais par des gardes-françaises, déjà montés sur les tours. De Launay, arraché de sa cachette, après avoir subi mille outrages, est assommé sur les marches de l’Hôtel de Ville ; le prévôt des marchands, Flesselles, a la tête cassée d’un coup de pistolet ; c’est ce spectacle que des béats sans coeur trouvaient si beau. Au milieu de ces meurtres, on se livrait à des orgies, comme dans les troubles de Rome, sous Othon et Vitellius. On promenait dans des fiacres les vainqueurs de la Bastille, ivrognes heureux, déclarés conquérants au cabaret ; des prostituées et des sans-culottes commençaient à régner, et leur faisaient escorte. Les passants se découvraient avec le respect de la peur, devant ces héros, dont quelques-uns moururent de fatigue au milieu de leur triomphe. Les clefs de la Bastille se multiplièrent ; on en envoya à tous les niais d’importance dans les quatre parties du monde. Que de fois j’ai manqué ma fortune ! Si moi, spectateur, je me fusse inscrit sur le registre des vainqueurs, j’aurais une pension aujourd’hui. » François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1848. Dieu nous libèrera de cette histoire satanique. Troubadour

    Répondre
  3. sas

    12/07/2010

    La c’est clair que je suis aussi sur le cul…..

    -on refuse de chanter l hyme nationnal : LA MARSEILLAISE

    -on brûle le drapeaux francais ou le vire du frontoin de mairie quand on s essuit pas le cul avec…

    -des quartiers entiers son livre a la police et justice racaillaisque des chances pourv la france

    -l etat et ses differents services sont minés par la corruption galoppante

    -au plus haut niveau on ment, pille, vol, rebaisse l image de la france

     

    …..et nous et à grands frais on va defiller sur les champs , avec medailles et petits fours pour expliquer la grandeur et la magnificiance de ce pays ???? avec pour une fois generaux et etat major au 1 er rangs????

    …..ils sont et foS et comiques ces gaulois…

    SAS

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)