Le chômage bat tous les records !

Le chômage bat tous les records !

Dans le vacarme consécutif aux attentats de novem­bre, la nouvelle de la hausse du chômage en octobre est passée à peu près inaperçue.

Le nombre de chômeurs a pourtant augmenté de 1,2 % en octobre, après l’accalmie de septembre. C’est la plus forte hausse depuis deux ans.
Au total, plus de 5,4 millions de personnes étaient au chômage au 31 octobre, dont 3,6 millions en catégorie A.

Mais, surtout, le nombre de chômeurs de longue durée explose. Fin octobre, plus de 1,1 million de personnes étaient inscrites à Pôle emploi depuis un à deux ans et ce chiffre a augmenté de 7,4 % en un an. 528 000 autres sont inscrites à Pôle emploi depuis 2 à 3 ans, un chiffre en hausse de 4,4 % en un an. Quant au nombre des personnes au chômage depuis plus de 3 ans (802 000), il a augmenté de 17,3 % en un an.

Malgré cela, les fanfaronnades socialistes continuent. Myriam El-Khomri, nouvelle ministre du Travail, a commenté ces chiffres calamiteux en disant : « Je ne peux pas vous dire quand nous aurons une baisse durable, mais ce que je peux vous dire, c’est que, pour faire baisser le chômage, il faut deux préalables : la croissance et que l’économie crée de l’emploi. Et les deux préalables, ils sont là. »

C’est cela, le plus exaspérant avec les idéologues : la réalité n’a aucune prise sur eux.

Le chômage de masse est une conséquence des politiques socialistes menées sans discontinuer depuis 40 ans. On pourrait donc espérer que les socialistes fassent « profil bas ». Eh bien, pas du tout !

Bardés de leurs certitudes, ils continuent à nous asséner que l’État-providence résoudra tous nos problèmes et que les « emplois aidés » résorberont le chômage.

En quelle langue faut-il leur dire que c’est précisément cet État-providence, qui, volant des sommes astronomiques dans les poches des contribuables, empêche tout investissement et donc toute « inversion de la courbe du chômage » ?

Il est vrai que François Hollande a une certaine habitude de la politique du chien crevé au fil de l’eau : de même que sa nouvelle guerre contre l’État islamique le dispense de toute rigueur budgétaire, il continue à espérer que la croissance américaine ou la croissance chinoise le dispenseront du moindre effort en matière économique…

Qu’il s’agisse de nos problèmes ou de leurs solutions, tout est supposé venir de l’étranger. Alors que c’est en France que sont les problèmes et leurs solutions !

Partager cette publication

(9) Commentaires

  • BRENUS Répondre

    Ca continue. Le chewing gum JOJO (ou la merde, comme vous préférez) colle systématiquement aux commentaires des files de cde site. Et le GIOGOS, tels des mouches se font accrocher. Quand vous déciderez vous a répondre systéma

    05/12/2015 à 12 h 23 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    tiens donc ! alors c’ est que vous êtes dans le déni ? vous êtes un envieux @ Jocrisse rien qu’ un envieux ! pourtant à ce qu’ il me semble vous n’ êtes pas  » dans la pauvreté « , mais comme tous les envieux, vous enviez ceux qui vous sont  » socialement  » les plus proches , mais un poil au-dessus de vous et puis vous vous justifiez en dénonçant ceux qui sont quand même libres de faire ce qu’ ils entendent de leur argent … ainsi va le Monde @ Jocrisse … peut être un jour serez vous en difficulté …comme je l’ ai été

    03/12/2015 à 14 h 23 min
    • Jaures Répondre

      Envieux de quoi, cher ami ? Je ne demande strictement rien pour moi qui, effectivement, ne suis pas dans la difficulté.
      Mais un milliardaire n’est assurément pas le plus proche de ma condition.
      Je me réjouis qu’un chirurgien gagne 10 fois mon salaire. Il le mérite chaque jour en sauvant des gens.
      Les Bellon sont milliardaires. Ils le seraient toujours sans ces 90 millions obtenus entre autres en licenciant. Sauvegarder ces emplois ne lui aurait même pas coûté la moitié de ses dividendes et n’aurait sans doute pas nui à son train de vie.
      Le problème est que quand on est riche, on n’en a jamais assez. C’est bien pourquoi je ne les envie en rien.
      Ernest-Antoine Seillière avouait lors d’une interview lire peu et s’ennuyer au théâtre et à l’opéra. Je me sens du coup bien plus riche que lui.
      Il vous faudrait imaginer que l’accumulation de richesses n’est pas le but ultime de chacun. Vous avez fait de longues études de médecine. En vous consacrant aux mathématiques financières vous auriez probablement disposé de meilleurs revenus. En avez-vous pour autant de l’aigreur ?
      Beaucoup qui en ont eu le choix ont préféré se consacrer à leur passion ou leur engagement moral plutôt qu’à leur compte en banque.
      A Léo Ferré qui critique les faiseurs de tubes, on reproche de les envier parce qu’ incapable d’en faire autant. En quelques minutes il écrit alors « C’est extra » qui sera un tube énorme en 1969.
      Günter Blobel fait don du montant de son prix Nobel à la ville de Dresde.
      F.Truffaut renonce à des engagements rémunérateurs à Hollywood pour tourner « L’enfant sauvage ».
      Celui-ci disait que pour se sentir heureux il n’avait besoin que de « 3 films par jour et 3 livres par semaine ». Je me sens plus proche de cette aspiration que de celles d’un Bellon.

      03/12/2015 à 14 h 58 min
  • Jaures Répondre

    Rouxel parle de « certitudes » alors que lui même assène qu’il suffirait de faire ceci (supprimer « l’Etat providence ») pour obtenir cela (la baisse du chômage).
    Or on constate qu’aucun schéma dogmatique n’est universel.
    On nous dit que pour baisser le chômage il faut x taux de croissance. Or, au Japon, le chômage n’a jamais été aussi bas alors que la croissance y est atone depuis des décennies et en quasi récession ces 5 dernières années.
    Idem en Allemagne où la croissance est quasi identique à celle de la France et le chômage en baisse.
    On peut dire que le R.U arrive à baisser le taux de chômage mais avec ses « contrats 0 heure » le taux de pauvreté (et surtout de grande pauvreté) y est bien supérieur à celui de la France. Quel intérêt de remplacer un chômeur pauvre par un travailleur très pauvre ?
    Car le problème du chômage n’est pas seulement un problème de taux mais celui de familles en souffrance à cause de la précarité.
    Peut-être faut-il dés lors réfléchir à la qualification de la main d’oeuvre et donc à l’éducation et la formation.
    Ce qui est sûr, c’est qu’il ne faut pas attendre passivement les retombées d’allègements de charges aux entreprises.
    Sodexo qui a réalisé un bénéfice net de 525 millions d’euros (+ 16,4%) a décidé d’en reverser la moitié aux actionnaires et de supprimer 700 emplois.
    La famille Bellon va donc encaisser 90 millions d’euros (dont elle a bien besoin avec une fortune évaluée à 5 milliards d’euros) et 700 salariés vont pointer au chômage. Heureusement que pour ces derniers reste l’Etat Providence.

    02/12/2015 à 16 h 12 min
  • DE SOYER Répondre

    Voyons, Monsieur Rouxel, vous savez bien qu’en régime socialiste, les seules choses qui battent vraiment des records, hormis le chômage, ce sont les dépenses publiques et les impôts!

    01/12/2015 à 16 h 51 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      vous oubliez les guerres, la criminalité, l’ immigration etc … etc …
      un livre des records ne pourrait pas tous les comptabiliser

      02/12/2015 à 13 h 45 min
      • Jaures Répondre

        Il est vrai que dans les pays où les socialistes ne sont pas au pouvoir n’existent ni guerre, ni criminalité, ni immigration, ni pauvreté,…
        Et où donc existe ce paradis terrestre ?
        Ah oui ! A Monaco !

        02/12/2015 à 16 h 19 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          renouvelez vous @ Jocrisse ! vos fixations deviennent lassantes !

          03/12/2015 à 13 h 07 min
          • Jaures

            Elles ne sont que la réponse aux habituelles fixations des intervenants, dont vous-même.

            03/12/2015 à 13 h 43 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: