Le clergé catholique et l’immigration

Posté le octobre 06, 2010, 12:00
8 mins

Les dernières semaines, il a été beaucoup question des prises de position de certains clercs sur le dossier de l’immigration (et no­tamment autour de la question des Roms).

En la matière, nous avons eu droit à une belle hypocrisie de la gauche bien-pensante, félicitant à grands cris l’Église de ses paroles… alors même que la plupart des hommes politiques de gauche hurlent à l’attentat à la laïcité pour un oui et pour un non !

Et nous avons eu droit aussi à une belle démonstration d’inculture religieuse de la part des « gros médias ». Un obscur prêtre de Lille, ayant publiquement souhaité la mort de Nicolas Sarkozy, est présenté comme « voix de l’Église ». Peu importe, d’ailleurs, que le prêtre en question ait publiquement déclaré regretter ses propos.

Et une phrase très générale de Benoît XVI, commentant l’évangile du jour, est supposée imposer aux catholiques français la rébellion contre les lois limitant (si peu) l’immigration !

Il se trouve que je suis à la fois catholique et fort réservé sur l’immigration.

Le Pape, les évêques et les prêtres sont parfaitement dans leur rôle en rappelant la morale catholique. Et les propos d’un Bruno Le Maire estimant que la moindre parole de Benoît XVI susceptible d’être interprétée comme relative à la politique française serait une violation intolérable de la loi de 1905 me semblent singulièrement « décalés »…

Il faut cependant rappeler qu’à côté des impératifs d’accueil et d’amour du prochain, il existe aussi des impératifs relatifs au bien commun.
Pour calmer le jeu entre l’Église et l’État, une commission de la conférence épiscopale française, dite « pour la mission universelle de l’Église » a déclaré : « L’État a le devoir d’établir des règles. Dans le domaine de l’immigration, le gouvernement est amené à procéder à la régulation des flux migratoires, prenant en compte le bien commun. »

« Curieusement », cette déclaration n’a pas été beaucoup relayée dans les médias. Certes, cette commission n’a pas d’autorité doctrinale, mais enfin, elle a tout de même plus de poids que les élucubrations d’un simple prêtre ! Cependant, ce communiqué est lui-même troublant, car la quasi totalité des points abordés dans ce communiqué sont absents du projet de loi qu’il est censé commenter.

Il est question du droit d’asile, qui n’est pas, que je sache, évoqué dans le projet de loi. Il y est question du rôle du juge des libertés. Ce rôle est effectivement mentionné, mais simplement pour inverser l’ordre de parution avec le juge administratif : actuellement, le juge des libertés annule la plupart des procédures de rétention administrative décidées par son collègue. On travaillera désormais dans l’autre sens, ce qui ne semble pas vraiment attentatoire aux droits de l’homme.

Le communiqué épiscopal proteste aussi contre l’appauvrissement des pays d’origine que représente l’immigration. Mais, enfin, ce n’est pas nous qui forçons les immigrés à venir chez nous. Certes, nous ferions mieux d’employer l’argent consacré en pure perte à « l’aide au développement » et au traitement de l’immigration à aider les migrants à rester chez eux. Mais nous ne sommes tout de même pas responsables de leur émigration !

Le communiqué demande de distinguer les passeurs de ceux qui apportent une aide humanitaire aux immigrés. Personne n’a jamais mélangé les deux catégories (et le droit pénal ne sanctionne, que je sache, que les premiers) et on voit mal à qui s’adresse cet avertissement.

Le dernier point est le seul qui mérite véritablement un débat. Il s’agit du regroupement familial. La famille étant la cellule de base de la société, peut-on empêcher le regroupement familial ? Pour répondre, plusieurs éléments doivent être pris en compte. D’abord, le regroupement familial serait bien meilleur pour tout le monde dans le pays d’origine qu’en France. Ensuite, le regroupement familial est aujourd’hui à l’origine de quelque 140 000 entrées dans notre pays chaque année.

Enfin, s’il faut maintenir le regroupement familial, on doit, pour éviter que l’immigration ne devienne une immigration de peuplement, au minimum l’assortir de deux clauses l’abrogation du droit du sol, et la réservation du paiement de la retraite aux immigrés qui seraient rentrés chez eux. En tout cas, je ne vois pas ce qui interdirait de débattre du regroupement familial…

On peut parfaitement être catholique et opposé à une immigration incontrôlée. Et je n’ai aucun regret d’avoir contribué à lancer la pétition réclamant un référendum sur l’immigration. Il est temps que les Français soient consultés sur leur avenir commun !

 

 

7 réponses à l'article : Le clergé catholique et l’immigration

  1. Inspecteur Juve

    11/10/2010

    Une anecdote, pour ajouter au dossier.

     

    Il y a quelques années, j’avais discuté avec un brave curé de Dunkerque qui venait en aide aux clandestins en attente de passage vers la Grande Bretagne ainsi qu’à divers SDF. Il m’avait dit, d’un air impressionné, que les musulmans étaient très généreux pour leur venir en aide et que les mosquées disposaient de ressources plus importantes que leurs capacité de distribution. Et il a eu cette phrase hallucinante : « au début, les imams ne voulaient pas qu’on les aide, mais quand ils ont vu qu’on ne donnait qu’aux musulmans, ils nous ont fait confiance ».

    Répondre
  2. Anonyme

    11/10/2010

    Bainville : " L’évidence est constatée par certains: " Le laïcisme à la française continue de saper les fondements de la société."

    –  Oui, exactement, et ce truc qui n’as pas de corps s’est repandu dans une société épuisée par ses contradictions et sans aucune valeur morale pour la soutenir. Resultats, un tas de cloportes gauchisants et athées a pris le controle de l’establishment, et a ouvert les portes de la France a l’invasion démographique et culturelle étrangere… et en plus, certains en sont fiers!

    Best,

    Mancney

     

    Répondre
  3. Bainville

    09/10/2010
    L’évidence est constatée par certains:
     
    Le laïcisme à la française continue de saper les fondements de la société.
    Il est à l’oeuvre depuis plus d’un siècle, et il fait de plus en plus de ravages, au fur et à mesure que les fondements moraux s’écroulent.
     
         Le plaisir à tout prix et tout de suite, avec l’ignorance et donc l’hostilité profonde envers la religion de nos ancêtres (qui n’étaient pas plus bêtes que nous) nous laissent sans ressources morales et spirituelles.

    Le bon sens montre qu’il est beaucoup plus facile de bien pratiquer sa religion quand la société, l’éducation, les lois vous y encouragent et vous y aident.
     
    Une religion ne peut s’épanouir que dans le terreau d’une civilisation, autrement elle s’étiole. Cela est amplement démontré par la faillite de l’éducation, de l’autorité, et la dilution de notre nation française. 
    Plusieurs intervenants évoquent avec justesse l’affaissement moral profond de l’Occident.
     
    Une société qui a détruit son système éducatif, en chassant systématiquement toute référence au catholicisme et à son idéal moral élevé mais accessible à tous même au plus déshérité, ne peut que disparaître.
     
    L’avortement de masse, le refus des familles nombreuses, l’hypnose télévisuelle, sont bien les fruits amers de la laïcité.
     
    Cette laïcité est d’abord un rejet, elle tient lieu de vérité officielle, mais elle est et sera balayée par une religion conquérante. Le mahométisme s’impose avec la collaboration des puissantes influences qui préfèrent l’Islam par rejet du catholicisme.
     
    Il n’y a pas de place pour le vide, entre la vie du Christ, homme parfait et vrai Dieu, et celle de Mahomet, il faut choisir.
     
    Le Père de Foucauld avait fait son choix, opposé totalement à celui de Jules Ferry et de ses lointains successeurs qui nous mènent à la guerre civile.
     
    Répondre
  4. IOSA

    08/10/2010

    Et je n’évoquerais meme pas les dangers de se tromper de combat, quand certains, nombreux sur ce site, s’en prennent aux religions, pendant que Arabes, Africains, Eskimos et consorts nous envahissent, non pas avec leur Coran, mais avec leur bites.

    Ouvrez les yeux, enfin!

    Puisqu’un tel commentaire a passé la censure, il est logique d’admettre la suite sensée qui est la suivante:

    Je pourrai évidemment en resté sur cette dernière, mais force est d’admettre que tous ne comprennent pas…donc acte.

    Sans la contre-partie femelle consentante, il ne pourrait avoir envahissement par leurs bites.

    CQFD !!!

    Alors que faire ?

    Faire comme eux ? (déjà fait dans les colonies)

    C’est très exactement la petite porte qui mène à l’ Islam, mais le nombrilisme de l’auteur de la phrase en gras, l’empêche de voir que son reflet est le même que celui de ceux qu’il abhorre.

    CQFD n°2

    IOSA

    Répondre
  5. Anonyme

    08/10/2010

    Thanks, Homere, pour votre input.
    Au deuxieme degré, s’appuyer sur 1905 pour sauvegarder notre way of life, qui est une way of life Judéo-Chrétienne, c’est idiot, ca ne marche pas, au contraire, et tout fout le camp (en raccourci) depuis qu’on a commencé a se séparer de notre religion sur qui notre Civilisation a été construite (1905, 1936 et accélération post 68). Vous n’avez pas remarqué? Tout fout le camp, et c’est normal, quand vous enlevez un des composants d’un ensemble. Essayez donc un Canard a l’Orange sans oranges ou sans canard. Logique simple. Tout fout le camp, aussi, quand vous vous appuyez sur de la frime, sur ce que certains appellent la "Laïcité", et qui n’existe pas en tant que forme ou idée, comme expliquée ci-dessus, et jusqu’à preuve du contraire. 1905, c’était ok et certainement nécessaire en 1905, mais complètement inadapté et très dangereux aujourd’hui, car détourné de son but initial.  Et évidemment, 1905 est utilisé par tous les petits malins qui veulent nous infiltrer, nous faire oublier qu’ils ne sont ni bretons ni auvergnats, juste ils se présentent comme laïcs, DONC contre l’Islam : Bien sur, ces assholes de les Socialistes les croient, ou font semblants, car ca leur fait des alliés, enfin c’est ce qu’ils croient, et donc ils leurs ouvrent les portes de la France (je vous parie qu’ils font terminer en prison, ceux-la, les Socialistes, that is. Just wait and see.)
    Alors, il est grand temps de soutenir notre civilisation Judeo-Chrétienne, issue de nos racines millénaires (lien entre l’Homme et le Sol), d’en être fier, si on n’est pas trop nul, si on a qqs choses dans le cerveau ET dans le pantalon, et que l’on soit croyant ou pas (on en a rien a battre des états d’ames pseudo-mystiques de Pierre, Paul ou Jacques), il faut la défendre et s’y accrocher fermement, et de cesser de lutter contre notre religion-mère, contre la religion qui nous a construit, sans ca il va se passer exactement ce que j’ai dit plus haut : l’avenement prochain d’une culture d’abord, civilisation ensuite, ARABO-LAIQUE.
    Et je n’évoquerais meme pas les dangers de se tromper de combat, quand certains, nombreux sur ce site, s’en prennent aux religions, pendant que Arabes, Africains, Eskimos et consorts nous envahissent, non pas avec leur Coran, mais avec leur bites.
    Ouvrez les yeux, enfin!

    Best,

    Mancney.

    Répondre
  6. HOMERE

    07/10/2010

    Bien sûr Mancney, la laïcité existe par le fait religieux…c’est une tautaulogie….supprimons les religions et il n’existe plus de laïcité. Le problème est que notre religion civisationnelle s’effondre et avec elle les valeurs qu’elle véhicule au profit d’une autre religion qui a cette particularité d’être aussi un organe politique.La tentation est donc forte d’admettre cette dernière sous ce dernier aspect alors qu’il s’agit d’un bloc identitaire insécable.Je préfère ainsi parler de République,ce qui englobe la laïcité et complète l’ensemble constitutionnel seul garant de nos libertés.Vous voyez bien que ce que vise le qualificatif laïcité induit en pratique le refus d’accepter la charia considérée comme un comportement civilisationnel  bien au delà de la religion.La  Loi de 1905, a rejeté l’église et, de ce fait, en a aussi condamné son influence.Nous devrions rappeler aux musulmans ce choix indélébile.

    Quand même !

     

    Répondre
  7. Anonyme

    06/10/2010

    Thieulloy : " (…) alors même que la plupart des hommes politiques de gauche hurlent à l’attentat à la laïcité pour un oui et pour un non !"

    –   Attentat à la laïcité. Ok. Je crains de ne pas avoir bien saisi ce qu’est ce que certains appellent la "laïcité"? Est-ce une philo? Une école de pensée? Une politique de gouvernement? Une nouvelle religion anti-religion? Un manuel de plaisir individuel?
    Ou bien est-ce simplement un "état", qui n’existe que pour indiquer "ce qui n’est pas religieux", un état qui n’existe que parce que la religion existe, et qui n’existerait pas sans elle? Un constat, ou plutôt un qualificatif de ce qui n’est PAS religieux?
    Ainsi, cette laïcité, qui n’a pas de corps en tant qu’elle-même, qui n’existe PAS sans la religion, qui n’est pas un "nom", mais seulement un "qualificatif", aurait été portée au niveau d’une théorie, et/ou serait apte a rassembler des nigauds sous les hospices de sa non-existence?
    Et c’est sur cette "théorie" que certains s’appuient pour contenir l’immigration, c’est bien ca? Si l’on comprend bien, apres deux mille ans passés de civilisation Judéo-Chrétienne, a connotation "religieuse", certains veulent promouvoir pour demain en France, la nouvelle civilisation Arabo-Laique, a connotation non-religieuse, c’est bien ca?
    Mais qui donc nous a fabriqué cette bande de clowns?

    Best,

    Mancney

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)