Le clivage gauche-droite

Le clivage gauche-droite

L’ancien Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, se verrait bien reproduire à son profit l’union des gauches réalisées naguère par François Mitterrand.
C’était la raison de sa présence à la “Fête de l’Huma”, ce week-end. L’accueil qu’il a reçu montre que cette union ne sera pas chose facile. D’autant moins qu’une autre partie du PS lorgne également sur l’alliance communiste pour rééditer la “gauche plurielle” de Jospin. Mais, jusqu’à l’entrée en campagne présidentielle au moins, le clivage entre la gauche de gouvernement et la gauche de contestation anti-libérale dominera tous les débats de ce côté de l’échiquier.
À tel point que certains commentateurs imaginent que le clivage dominant à la prochaine présidentielle sera le clivage des tenants du oui à la mondialisation et à l’Europe contre les tenants du non.
Cette analyse est, pour le moins, prématurée. D’abord, parce que nous sommes encore assez loin des désignations des candidats à la présidentielle et qu’il est donc encore temps de mener des débats idéologiques qui perdront sans doute en intensité à mesure que se rapprocheront les échéances. Chaque candidat sérieux aura alors à cœur de minimiser ses différences avec ses voisins pour pouvoir recueillir leurs voix, soit dès le premier tour, soit au moins pour le second…
Et, surtout, il est frappant de constater que le débat ouvert par le référendum fut beaucoup moins de l’ordre d’une opposition entre fédéralistes et souverainistes que de l’ordre du classique clivage gauche-droite.
Même les vélléités de recomposition d’un centre, qu’elles viennent de François Bayrou ou de l’aile social-démocrate du PS (Rocard ou Kouchner), ne parviennent pas à entamer ce clivage gauche-droite, puisqu’il s’agit seulement de savoir si l’on pourrait participer à une majorité de droite (pour Rocard) ou à une majorité de gauche (pour Bayrou)…
Pour le reste, la seule question est de savoir si les tenants du non de gauche soutiendront un candidat de gauche unie (dont ils savent bien que le gouvernement serait nécessairement proche de celui de la gauche plurielle qu’ils exècrent) ou si les tenants du non de droite soutiendront un candidat de droite unie.
Le plus vraisemblable à l’heure actuelle, et l’accueil musclé des communistes à Fabius le prouve, c’est qu’aux deux extrémités de l’échiquier politique, nous ayons des entités de contestation, rétives à se porter sur les candidats de gouvernement. Cela ne touche pas au clivage gauche-droite; cela le rend juste un peu plus aléatoire, comme en avril 2002… 

 

Partager cette publication

(9) Commentaires

  • Mr.Levy Répondre

    Et!!! Vous connaissez la dernière:Fabus propose le SMIC à 1500 euros par mois .Ah Ah quel comique celui là ou plutôt quel démagogue.Le point commun entre la droite et la gauche sont les promesses bidons à l’approche des éléctions. PS:Fabus fut le nom d’un général romain qui laissa passer l’orage cartaginois au 1 siecle,sauvant ainsi Rome;puis lors de la seconde guerre mondial le père de laurent Fabus fut résistant et il se nomma Fabus car la résistance laissait passer l’orage allemand en attendant son heure pour agir.Fabus père c’est donc surnommé comme ça en référence à ce général puis ses enfants(dont lolo)ont conservés ce nom.

    23/09/2005 à 20 h 22 min
  • SAS Répondre

    Le « clivage » droite gauche à par « l’initiation », c’est la connerie, regardez le triste spectacle qu’ils donnent….la france agonise…elle se meure…economiquement…socialement….ethniquement…moralement…2007 c’est dans 2 ans…et ont a déjà 20 connards des anciennent équipes qui postulent….alors qu’on a déjà mesurer leurs incompétences…leurs petitesses…leurs médiocrités… sas

    23/09/2005 à 18 h 38 min
  • Florent Répondre

    Ah, ah, ah, sacré Corrézien toujours le mot pour rire. Car il s’agissait bien d’une blague n’est-ce pas? Non, ah flûte alors là je dois pleurer. « Jacques Chirac est un vrai homme de droite » oui bien sûr, c’est sans doute pour cela qu’il fut en son temps membre des jeunesses communistes, qu’il a cohabité avec Mitterand et Jospin, qu’il a laissé passer les lois sur l’avortement, les unions homos et les libérations conditionnelles ( parce qu’en plus, il parait qu’il est catho, ouarf! ). « Il a du charisme et de l’expérience »:franchement, qu’un lapin de Garenne saisisse un étendard, je le suivrai plus volontier. Quand à l’expérience, elle est indéniable mais je crois qu’elle est plus basée sur l’exercice au mensonge et à la démagogie. « Il est intelligent »: sans commentaire « Grâce à lui, la France a retrouvé sa place sur la scène internationale »: Heureusement que je n’étais pas en train de manger, sinon je me serai sûrement étrangler. Parce que vous appelez se brouiller avec nos alliés et cousins ( qu’on le veuille ou non ) d’outre-Atlantique et lècher les bottes des totalitarismes islamo-marxistes du Tiers-Monde retrouver sa place sur la scène internationale. Bref, pas la peine d’aller plus loin, je perdrai du temps ( en fait c’est déjà fait ), de toute évidence vous faites partie de cette catégorie de gens qui ne voient pas plus loin que ce qu’on leur montre dans nos médias socialo-bobos, c’est à dire vraiment pas moin, et qui se contentent du médiocre qu’on leur offre. Vous avez beau vouloir colorié la crotte de chien qu’on vous sert, ça reste de la crotte de chien. A bon entendeur salut.

    21/09/2005 à 14 h 40 min
  • CORREZIEN Répondre

    Florent!!! Jacques Chirac est un vrai homme de droite.Il a du charisme et de l’expérience.Il est intelligent et grâce à lui la France a retrouvée sa place sur la scène internationale.

    20/09/2005 à 19 h 16 min
  • Florent Répondre

    Pour cette fois, d’accord avec SAS d’autant que seule une chose distingue officiellement l’UMPS du PSUMP: la vitesse à la quelle va leur course respective à la démagogie. Qu’on se le dise, le dernier homme de droite en France était Charles de Gaulle, il est mort il y a 35 ans et la droite avec lui ( on peut peut-être aussi copter Pompidou à la rigueur ).

    19/09/2005 à 15 h 42 min
  • sas Répondre

    Tu as raison la fausse ligne de démarcation gauche droite est une utopie…la preuve la droite m^me une politique de gauche et lorsque les socialo sont au pouvoir ,ils s’essayent au capitalisme avec les conséquences que tous savenet… POur le reste je ne suis pas d’accord…avec beaucoup de volonté et de détermination ,il faut refuser ce mondialisme suicidaire…revenir sur nos frontière…assurer notre indépendance économique…faire frein au progrès dont moulte avancé ne nous procurent que des déboires et des problèmes supplémentaires par rapport aux pseudo avantages…et surtout,surtout…casser les monopoles et rentes privées comme publique…aux mains de la vrai dualité de France : profanes/initiés Moi personnellement le vélo, la chenminé et une grande qualité de vie ne me rebutte pas….c’est la seul façon de ne rien précipité…même si tous en coeur nos enarques et couillons de service nous explique que: c’est pas possible…à l’instar de remettre en place la peine de mort…c’est pas possible….votez pour sas, vous allez voir si je ne vais pas mettre en place un autre modèle prospère et profitable au plus grand nombre dans le respect,le travail et la véritable équité…et dont le ciment serait la morale. sas

    19/09/2005 à 15 h 14 min
  • gaius Répondre

    Clivage politique ? en France ? S’ils se disputent c’est pour se partager le gâteau , les politiques dans leur majorité sont pourris jusqu’à la moëlle épignaire .

    19/09/2005 à 9 h 33 min
  • LESTORET Répondre

    Droite – gauche ou Gauche – droite, c’est blanc bonnet bonnet blanc. Ce sont leurs politiques cumulées qui ont amené la France à la situation dans laquelle elle se trouve. C’est aussi la situation internationale avec des grands pays émergents dont le coût du travail est bien inférieur au notre. Je crois que personne n’a de solution toute prête pour en sortir, car les réformes à faire dans notre législation du travail seront énormes et douloureuses. C’est assez dire combien elles seront difficiles à mettre en oeuvre. Le régime des partis n’a plus aucune efficacité surtout avec ses extrêmes à droite et à gauche. Il nous faudrait un homme providentiel avec un programme sérieux qu’il s’engagerait à respecter et à mettre en application dans le délai d’un an s’il était élu – et qui prendrait aussi l’engagement solennel de démissionner s’il ne pouvait appliquer son programme. Je suis sûr que le peuple français serait capable d’étudier sérieusement ce programme. Mais en l’état actuel cela relève du rêve bien plus que de l’éspoir raisonnable.

    18/09/2005 à 23 h 50 min
  • sas Répondre

    Droite et,ou,gauche tous ces enfoirés incompétents et malhonnêtes ont ruiné la france et les francais….à quand un tribunal populaire…. sas

    18/09/2005 à 1 h 31 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: