Le combat Villepin Sarkozy continue

Posté le avril 12, 2006, 12:00
5 mins

L’’initiative de l’association « Liberté Chérie », avec plusieurs autres dont certaines proches de l’UMP, avec le relais de « Contribuables Associés », des manifestations sur la voie publique ont été régulièrement organisées le dimanche après-midi à Paris, les 19 et 26 mars, 2 et 9 avril dernier, pour protester contre les blocages et les violences anti-CPE. Selon les organisateurs, le nombre de personnes présentes serait passé de quelque 500 la première fois à plus de 6 000.
Ce n’est pas rien. Et je ne peux méconnaître que, si tous les lecteurs des « 4 Vérités » n’étaient certainement pas présents, loin de là, beaucoup de ceux qui étaient là, à battre le pavé, avec ou sans pancarte, tenant banderoles ou non, étaient bels et bien des lecteurs de ce journal et souvent parmi les plus fidèles.

À différentes reprises, nous avons exprimé notre sympathie pour ces initiatives et cette forme spontanée d’activisme politique. Il y a quelques semaines, nous avons hébergé – évidemment gracieusement – un message de « Liberté Chérie » appelant à contribuer au succès de la « Fête de la liberté » le 23 juin prochain, au pavillon Baltard, à Nogent-sur-Marne. Pourtant, je suis obligé d’avouer ma réticence à l’égard de ce type d’action, et je tiens ici à m’en expliquer.

Bien sûr qu’il est bon de ne pas laisser le monopole de l’occupation de la voie publique aux cortèges syndicaux, entraînés par des braillards professionnels, manipulés par des gauchistes post-marxistes. Mais reconnaissons que sur ce terrain de l’agitation et surtout celui des reprises médiatiques, les socialo-trotskistes ont plusieurs longueurs d’avance. Soyons clairs : accepter de se placer sur ce terrain, avec, à la fin, décompte des forces respectives, c’est la certitude d’être toujours minoritaire, et souvent, même, ridicule.

Je sais bien qu’on cite toujours, à ce moment-là, en exemple, la fameuse manifestation du 30 mai 1968 où, à l’appel d’un certain nombre de personnalités gaullistes, la majorité silencieuse se retrouva forte de plus d’un million de manifestants pour descendre les Champs-Élysées. Mais, outre le caractère très spécifique de cette période, disons que c’est l’exception qui confirme la règle…

La droite, surtout si on veut bien y inclure la partie diabolisée de celle-ci, donc jusqu’au Front National, est dans ce pays, largement majoritaire en voix. L’évolution économique et sociologique, ainsi que l’écroulement des modèles socialistes concurrents des systèmes s’appuyant sur la liberté d’entreprendre et de penser, ne peuvent que renforcer cette évolution. À la seule condition de rester ferme sur les principes qui distinguent la droite de la gauche, qui permettent d’opposer liberté et servitude.

Dans un clivage droite-gauche clair et net, si la première sait se retrouver, sans exclusive, elle a toutes les chances de l’emporter sur la seconde. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle celle-ci tient tant à réaffirmer en toute occasion la légitimité du droit de manifester, qui serait le fondement légal du pouvoir révolutionnaire de la rue.

Je crois que l’intérêt électoral de la droite est de s’en tenir strictement à la loi des urnes. Si la droite est majoritaire, qu’elle gouverne et qu’elle applique sans détour et sans délai son programme ! Et même la gauche ne pourra l’en empêcher. À la seule condition que la droite sache montrer d’emblée sa détermination. Quand la droite manifeste dans la rue, je crains qu’elle contribue à légitimer toutes les manifestations de rue. Et, dans 99 % des cas, celles-ci sont au bénéfice de la gauche.
En filigrane dans les manifestations anti-blocage de ces derniers dimanches, il y avait aussi une sympathie certaine pour Dominique de Villepin, pour son cran, sa résistance. Or, tout en le désavouant, le Président de la République s’est efforcé de le conforter dans son rôle de futur candidat à l’élection présidentielle de 2007. Toujours pour faire échec, s’il le peut, à Nicolas Sarkozy qui, pourtant, j’en suis à peu près sûr, avait plutôt les faveurs personnelles de ces mêmes manifestants anti-blocages…

13 réponses à l'article : Le combat Villepin Sarkozy continue

  1. Pierre

    18/04/2006

    A David972, Tu sembles te rejouir que Sarkosy se presentera aux elections 2007 et qu’il a le soutien de l’UMP par rapport a Villepin et Chirac. Sarkosy, Villepin, Chirac ont aussi le soutien de la gauche et des ‘grands’ medias! ceci n’est pas etonnant car le trio du deshonneur de la fausse droite a le meme programme socialo-immigrationiste que la gauche… Amities

    Répondre
  2. David972

    18/04/2006

    Il faut vous y faire Mr. Dumait! C’est terminé pou rDominique de Villepin! Toutes ses ambitions présidentielles pour 2007 sont détruites. La campagne présidentielle commencera en septembre au plus tard et Villepin ne se remettra pas d’une cote d’à peine 30% d’opinions favorables en moins de cinq mois. D’autant que 80% des Français ne lui font plus confiance concernant les réformes économqiues et les réformes tout court. Le plus dur en politique est la rupture d’image. On ne n’en remet pratiquement jamais. Et Villepin vient de subire une rupture d’image et il doit compter aussi avec l’usure de Matignon! 55% des Français pensent que Sarkozy est sorti renforcé de la crise du CPE. Les Français savant bien que ce sont les olutions de Sarkozy qui ont été retenues! Sarkozy réunira aussi tout son clan autour de lui avec son plan pour la prévention de la délinquance et son projet de loi sur l’immigration! Bref, Villepin n’aura guère plus son mot à dire car Sarkozy occupera le terrain législatif avec ses projets de loi, politique avec son départ en campagne… Avec la cote qui ets la sienne, Villepin ne peut partir en campagne sans parti. Or, l’UMP est comme un fan club de Sarkozy et ce sera le patron de l’UMP qu isera choisi en janvier prochain… Alors soyez plus réaliste si je puis me permettre!

    Répondre
  3. Jean-Claude Lahitte senior

    17/04/2006

    A FLORENT (de droite). Merci pour votre précision. Mais le temps presse ! Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior

    Répondre
  4. Florent

    15/04/2006

    Sous l’Ancien Régime aussi, les grands de ce monde règlait leurs différends au duel. Seulement, là ils avaient la déscence de ne pas en faire supporter les conséquences au peuple et de ne pas afficher leurs divisions en public. Comme quoi, la république synonyme de progrés, Hum! A JC Lahitte, cette organisation existe déjà, elle s’appelle le RED, elle est bien à droite et apolitique, et elle monte en puissance, notament grâce aux manifestants gauchistes (1). Merci Jaures! (1) 8,3% aux élections du CROUS contre 3,5% précédement.

    Répondre
  5. EIFF

    14/04/2006

    Si ces syndicats de gauche se permettent délibéremment de foutre le bordel, de bloquer les facs sous n importe quelle prétexte, et d entraver le fonctionnement de la démocratie, c est bien parce qu ils se savent intouchables et protégés. En s octroyant le monopole de la représentation et en recevant des subventions totalement injustifiées et disproportionnées, sans compter les magouilles en sous-main (affaire MNEF-UNEF-PS)et les promesses de carrière à l intérieur des courants du Parti, ces ringards professionels du marketing socialiste savent qu ils ont l aval du pouvoir UMP-PS pour agir en toute impunité et pour déverser leur propagande d aversion de la démocratie et des libertés. Le rapport de force s inversera et s équilibrera le jour où des autorités de l Etat dignes de ce nom s attaqueront au butin de guerre, les subventions, les aides, les avantages, les cadeaux, les passe-droits qui arrosent toutes ces associations et syndicats, et rétabliront l ordre et feront appliquer les lois. Avec des Hollande-Sarkozy-Chirac- Delanoe c est pas demain la veille.

    Répondre
  6. Jean-Claude Lahitte senior

    14/04/2006

    BRUNO. Merci pour votre appréciation. Mais, pas seulement parce que, jusqu’au bout, je conserverai l’espérance, je crois qu’il y a une masse de jeunes gens et de jeunes filles qui ont (enfin) compris (ou commencé à comprendre) qu’en laissant le champ libre à l’UNEF et à ses soviets, notamment par leur abstension dans les élections, ils avait commis une erreur et laissé la chienlit s’installer dans les Universités, les Facs, etc… J’en veux pour preuve ce qui s’est passé à Rennes et à Grenoble, pas seulement dans ces villes d’ailleurs, où les « débloqueurs » n’ont pas hésité à s’en prendre aux « bloqueurs », soit via un tribunal, soit directement sur le terrain.Ils ont été victimes de la lâcheté des présidents de fac ou d’université qui ont, à Grenoble, refusé de faire appel à la police pour faire appliquer une décision de justice, et à Rennes, en fermant l’Unversité, « pour éviter les troubles ». Mais je crois que le mouvement est en marche et que les étudiants (les vrais) qui entendent travailler et ne plus se laisser entraver(1), ont compris la leçon. Ou alors, ce serait à désesprérer. D’ores et déjà, ils peuvent reprocher (parmi tant de choses) au Gouvernement, et particulièrement au « Petit Nicolas » (suprème espoir des autruches qui se disent de droite, et n’appartiennent en réalité qu’au Marais), de n’avoir pas, tout simplement, fait respecter les lois en matière de grève, de blocus, etc. Je ne parle pas là du « regretté » CPE qui, dans mon propos, est hors sujet… Et j’espère qu’ils sauront, lors des prochaines électtions balayer les gens de l’UMP (et de l’UDF (2) )qui les ont si mal défendus, et ceux du P.S., du P.C. « F » et des Verts qui les ont fichu dans la m… avec leurs comparses de l’UNEF. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) et qui, Dieu merci, sont une large majorité. (2) je n’oublie par que le professeur François Bayrou a été un des plus calamiteux Ministre de l’Education (prétendue) Nationale. Pas seulement parce qu’il a renforcé le pouvoir de nuisance des syndicats. Plus « modeste », ou plus intelligent que Djack Lang(3) (tout aussi calamiteux que lui au Poste de Ministre de l’Education (prétendue) nationale), il fait semblant d’oublier qu’il a occupé ce poste primordial. (3) qui participe à toutes les manifestations d’étudiants et de lycéens. L’an dernier, dans un défilé de lycéens, sur France 3, il n’avait pas hésité à inciter les jeunes manifestants à « foutre le bordel » ! Je ne l’oublierai jamais … PS. Davidmartin. Vous avez parfaitement raison: il suffit d’avoir le courage de manifester…Encore faut-il commencer par s’organiser. Ce qu’on bient compris Bruno Julliard et ses « soviets » qui sont pourtant largement minoritaires. Les bolchéviks, avant de mériter leur nom (« majoritaires ») étaient minoritaires face aux Mencheviks. La « démocratie » est ainsi faite qu’elle donne le pouvoir à ceux qui crient le plus fort pour faire croire, précisément, qu’ils sont majoritaires , et qui savent s’organiser en conséquence!

    Répondre
  7. david martin

    13/04/2006

    Si, nous devons descendre dans la rue. Qu’importe si le décompte nous montre minoritaire… dans un premier temps. Les premières manifs anti-CPE ont été des échecs.. On a vu la suite. Quand la droite est au pouvoir, elle ne gouverne pas à droite. Je pensais que vous l’avez compris. Regardons plutôt du côté des USA où W a gagné sa ré-election en faisant une campagne à droite !! Pour celà, un Sarkozy n’a aucun interêt !!

    Répondre
  8. bruno

    13/04/2006

    Je voudrais rebondir sur la proposition de Mr Lahitte. Elle est séduisante. Et me parait hélas irréaliste; voici pourquoi. De tout temps, les élèves doués et travailleurs ont suscité des sentiments de jalousie, voire d’hostilité, de la part des autres. Chouchous, fayots, lèche-bottes . . .Ils ont donc déja intérêt à faire profil bas et ne pas se manifester en général. Si on ajoute que tous les jeunes sont marxisés dès la maternelle, soumis à un lavage de cerveau intensif qui en fait de parfaits moutons de Panurge de l’idéologie de gauche, on ne trouvera que quelques réfractaires, graines de dissidents, pas plus nombreux ici qu’ils n’étaient en URSS. Pas de quoi faire un syndicat!

    Répondre
  9. Jean-Claude Lahitte senior

    12/04/2006

    Je suis heureux d’apprendre que « Contribuables Associés » à laquelle j’ai souvent reproché d’être une Cour des Compte-bis, a aidé « Liberté Chérie ». Mais, au delà des manifestations contre le blocage (ou pour le déblocage, comme on voudra) des Facs, je pense qu’il est temps pour ses animateurs de songer à créer un syndicat d’étudiants apolitique(1) majoritaire pour contrer les menées politiques séditieuses (pléonasme) des dirigeants de l’UNEF. Un syndicat qui s’occupera uniquement des besoins et des problèmes réels des étudiants. J’entends par là les étudiants qui ont envie de travailler, qui pensent à leur avenir et à celui du pays. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1 j’insiste bien sur le mot « apolitique ». J’ai encore en mémoire les réactions de jeunes filles et de jeunes gens qui étaient venus manifester à l’appel de « Liberté Chérie », d’Etudiants baillonnés » et qui étaient écoeurés de voir « Unis » se livrer à des lé récupération.

    Répondre
  10. EIFF

    12/04/2006

    La seule leçon que le français moyen informé devrait tirer de ce spectacle pitoyable du CPE entre des agitateurs gauchistes minoritaires tout puissants et surmédiatisés (sans oublier les vagues de casseurs nihilistes et hordes de racailles anti-francaises), et un gouvernement couché, divisé, incapable de faire appliquer les principes élémentaires du droit, de l ordre public et des libertés, c est que la démocratie francaise est une démocratie véritablement confisquée. On parle beaucoup du déclin francais mais il faudrait y ajouter l absence de démocratie. Pas un seul représentant syndical étudiant de droite (UNI-RED..etc..)n a jamais été interrogé ou invité lors d une grande émission dans les médias du service publique à propos du CPE, du blocage des facs et des lycées. Comme au second tour de la présidentielle de 2002, comme lors de la campagne sur le réferendum de 2005, comme en fait tous les jours matin-midi-soir la même propagande s abat sur les contribuables francais qui bossent et qui souffrent, et qui payent encore pour certains leur redevance télé. Quel mépris ! Quelle injustice ! Qui pourra croire un seul instant que Sarkozy, toutou fidéle et faire-valoir de la chiraquie croulante, sera capable un jour de redresser la France et faire appliquer les lois dans toute leur rigueur ? Le bilan de la dite droite au pouvoir est un échec total, un gachis immense et une trahison sans nom, la rupture il faut aller la chercher du côté du FN-MNR-MPF et de la révolution bleue de Claude Reichman et J.C. Mounicq.

    Répondre
  11. Pierre

    12/04/2006

    Y-a t’il une difference de programme et de bilan entre Villepin, Chirac et Sarkosy (entre eux), ou avec les socialistes? La reponse est assurement non! c’est le meme programme et bilan socialo-immigrationiste…avec son lot de fiscalisme, chomage, immigration massive incontrolee, islamisation, insecurite,… Il y a quelques annees de cela JMLP a indique tres justement: est il possible et souhaitable de choisir entre la peste et le cholera? La reponse est non! Il faut bien reconnaitre qu’il a raison. Amities

    Répondre
  12. Capitaine Escartefigue

    12/04/2006

    Lequel des deux est l’Auguste et lequel le clown blanc ? On s’y perd, même si c’est Galouzeau qui vient de se prendre la dernière tarte à la crême.

    Répondre
  13. grandpas

    12/04/2006

    Lady and Gentlemen On the blue corner:Dominique »no second to » Villepin. On the red corner:Nicolas « mano di pierra » Sarkosi. Combat en 12 rounds pour le titre champion de la FCB*,categorie crétin des Alpes.A l’issue de ce combat le vainqueur rencontrera le challenger issu de FSB*:Ségolene »marquise des anges »Royale pour la réunification du titre de champion de France. D’accord,c’est pas intelligent de s’amuser sur un sujet sérieux,mais mieux vaut rire maintenant car pendant 5 longues années,nous allons pleurer. FCB:fédération chiraquienne de boxe FSB:féfération socialiste de boxe D’autres challenger venu de differentes fédération sont les bienvenus.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)