Le déclin français est un choix politique !

Le déclin français est un choix politique !

Chaque jour nous apporte son lot de mauvaises nouvelles sociales et économiques. Nous avons l’impression d’un déclin inéluctable (et qui s’accélère). Le chômage ne cesse d’augmenter, le déficit de notre balance commerciale ne cesse de se creuser, la dette publique croît chaque année de plusieurs dizaines de milliards d’euros, les défaillances d’entreprises et les plans de licenciement occupent régulièrement la une des journaux…

Bref, la situation n’est pas rose. Et tous, nous sentons plus ou moins confusément que ce n’est que le début et que la crise, comme dirait un Jean-Marc Ayrault subitement lucide, n’en est qu’à ses débuts.

Cette impression d’être enfermés dans une cellule dont les murs se resserreraient n’est pas seulement une impression : elle correspond à une triste réalité. Mais c’est une cellule dont il ne tient qu’à nous de sortir. Ce n’est pas un destin aveugle qui nous a enfermés, mais une succession de décisions politiques.

Oui, la situation est très préoccupante. Oui encore, les mêmes causes produisant les mêmes effets, le socialisme va empirer la situation. Mais, non, nous ne sommes pas condamnés au déclin. Nous ne sommes dans cette situation que pour une seule raison : l’absence tragique d’hommes politiques dotés de deux qualités, le courage et la vision claire des deux ou trois questions prioritaires. Plus exactement, nous manquons d’hommes politiques dotés du courage d’agir et du courage de porter un diagnostic.

Le déclin est une conséquence d’erreurs et de couardises politiques. Et des décisions politiques lucides et courageuses suffiraient à nous en sortir.

Ne prenons qu’un exemple, celui des finances publiques.
Si nous contemplons les murs de notre cellule, nous observons que nous sommes l’un des pays les plus fiscalisés du monde, que notre dette publique est abyssale, et nous avons le sentiment que les marges de manœuvre sont quasi nulles. Même le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux tenté par le gouvernement précédent, mesure qui apparaissait comme extrêmement sévère, a eu des effets dérisoires. Non seulement le nombre de fonctionnaires n’a diminué que d’à peine plus de 100 000 (sur près de 7 millions), mais, en plus, en termes d’enveloppe budgétaire, cette réduction ne pourra porter des fruits que dans dix ou vingt ans, puisque, pour le moment, les fonctionnaires non remplacés reçoivent toujours une pension.

Par ailleurs, il n’y a guère que les socialistes les plus bornés pour croire qu’il existe des marges de manœuvre importantes en matière de hausse des recettes.

Bref, tout semble bloqué et la France paraît condamnée à augmenter les impôts pour jeter l’argent public dans le tonneau des Danaïdes, sans empêcher la dette publique de croître.

Et, pourtant, il suffit de regarder la porte pour comprendre comment sortir de cette cellule étouffante.
Jusqu’à une date récente, il n’y avait pas de politique culturelle d’État. Jusqu’à une date récente, il n’y avait pas de quasi-monopole étatique pour l’école. Jusqu’à une date plus récente encore, nous nous passions fort bien d’un ministère du « redressement productif »… Bref, jusqu’à une date récente, le périmètre de l’action publique était considérablement plus réduit. Pourquoi n’en serait-il pas de même dans l’avenir ?

Recentrez l’État sur ce qu’il faisait, disons en 1850, et les dépenses passeront de près de 400 milliards d’euros par an à moins de 100.

Naturellement, cette diminution du périmètre étatique n’a de sens – elle n’est même économiquement efficace et morale – qu’à la condition de diminuer drastiquement les impôts. Mais redonnez quelque 300 milliards d’euros par an aux Français et vous verrez surgir les trésors d’ingéniosité qui sont gelés par la faute de décisions politiques ineptes.

Et, puisque nous parlons d’impôt, pourquoi ne pas tenter la « flat tax » ? Est-il normal qu’au nom de la « justice sociale », certains contribuables paient plus de 90 % de leurs revenus à l’État et aux divers organismes publics ? Et qu’à l’inverse, certains contribuables aient une contribution négative à l’intérêt général ?

Celui qui proposerait une réforme aussi radicale sauverait le pays de la banqueroute. Mais toutes les forces d’inertie, engraissées par la gabegie, à commencer par des syndicats qui ne représentent plus les travailleurs, s’opposeraient violemment à ces mesures. Comment répondre à ce blocage annoncé ? À mon avis, il n’y a pas 36 méthodes : il faudrait en appeler au peuple par la voie référendaire. Mais l’appel au peuple semble la chose du monde la plus inimaginable pour notre oligarchie dite « démocratique » !

Partager cette publication

Comments (35)

  • Jaures Répondre

    Hans, je ne désavouerai pas l’épithète que vous avez réservé à Merah.
    Je pense que vous garderez le même pour les autres forcenés que j’ai cité ainsi que leur homologues qui défraient chaque jour la chronique.

    05/09/2012 à 9 h 25 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    La réponse de Jaures est à côté de la plaque. Comme toujours au lieu de suivre la direction du doigt il le fixe. L’énoncé était pourtant bien simple, je le répète pour l’élève Jaures: Merah était-il un fruit pourri ou une mauvaise graine? Il est défendu de consulter Wikipedia.fr. Je vais vous aidez un peu, c’était un fu…. Il n’y qu’à compléter les 3 points. Vous me suivez j’espère?

    04/09/2012 à 21 h 20 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Monsieur de Thieuloy , si vous redonnez aux Français les 200/300
    MM que l’impôt leur a confisqué , j’ai bien peur qu’ils  les " réinvestissent " en priorité dans des biens et des loisirs exotiques … là n’est donc pas la solution puisque autant que je le sache peu de nos compatriotes ont l’esprit entrepreneurial !

    04/09/2012 à 20 h 10 min
  • Magne Répondre

    Il n’y pas photo mai 68 a enfanté Merah . Jean Paul Sartre et le père spirituel de cet ascète que les Croisés trouvaient aux postes frontières ( rib’at ). Bien entendu ce n’est pas la prose de Jean Paul Sartre qui l’a converti à l’Islam pur et dur ( il n’a jamais dû lire « L’Être et le Néant « , « L’existentialisme est un humanisme « , ni même » Critique de la raison dialectique « , mais mai 68 a permis l’éclosion de ce  » vilain petit canard  » . Merah s’apprêtait à attaquer une école confessionnelle chrétienne quand il a été stoppé net dans son élan . J’aurai préféré que Richard Millet s’attaque à Merah plutôt qu’à Breivik . Breivik est Norvégien ( c’est un Germain ) et adepte de la schadenfreude que nos bisaïeux , trisaïeux ont bien connu . Il faut voir ce qu’ont fait les Allemands en pénétrant en Belgique en 1914 , et lire le manuel du parfait soldat allemand de l’époque , qui fait l’éloge du terrorisme . La joie de faire souffrir ( schadenfreude ) , faire mal pour le plaisir , mais il( Millet ) semble avoir bien étudié le phénomène de décadence de la Norvége . Merah est un pur produit de gauche . Millet a écrit ce qu’il pensait , comme Galilée ( « et pourtant elle tourne » ) et se retrouve confronté à l’Inquisition ( ses écrits sont nauséabons , haineux , abjects , sément l’effroi … )écrivent certains journalistes …mais Millet a quand même raison .

    04/09/2012 à 17 h 03 min
  • F Répondre

      Les 410 Md de dépense doivent être trouvés quelque part, sauf à croire à la semence de billets de banque ou à la génération spontanée de pièces d’or…
      Et QUI, in fine supporte l’état?

    04/09/2012 à 13 h 27 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès

    je suis d’accord avec vous ; Mohamed Mehra n’est pas le " fruit " de mai 68 mais bien un peu celui de la D.C.R.I. !
    que voulez vous dans ce pays tout fout le camp : on espionne l’adversaire politique , on traque l’automobiliste  , le contribuable , le politiquement incorrecte … mais paradoxalement on " chouchoute " l’apprenti terroriste et sa famille

    04/09/2012 à 12 h 57 min
  • Jaures Répondre

    Hans, si Merah est le fruit de 68, quel arbre a donc donné Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt en Allemagne ? Ou Wade Michael Page aux USA ? Quel pays ne connait pas son lot de forcenés ? Et ceux qui sévirent avant 68, qu’est-ce donc qui les a produit  ?

    03/09/2012 à 11 h 51 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Webmaster 4V, ma dernière réponse était vide et je suis sûr d’y avoir mis du texte, j’ai encore ce texte le voici: 1968 a semé la graine de l’intox socialiste, Merah en est l’un des fruits. Le problème de la graine et du fruit revient à celui de l’oeuf et de la poule. Qui a été là en premier relève d’un dilemne que je lègue volontiers à l’intervenant Jaures. Wikipedia.fr lui fournira certainement la réponse. Il devient de plus évident que la boîte d’édition ne fonctionne plus correctement. D’autres intervenants ont-ils fait les mêmes expériences ces derniers temps?

    03/09/2012 à 10 h 18 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    < 1968 est la graine de l’intox socialiste, Merah en est le fruit.

    03/09/2012 à 9 h 01 min
  • Jaures Répondre

    Pardonnez-moi, cher F mais il me semble que ce qu’on peut reverser aux contribuables ce sont les recettes et non les dépenses. Si l’Etat a prélevé 270 milliards, comment en rendre 300 ? En empruntant ? Et surtout, si on rend toutes les recettes, que restera-t-il de l’Etat ? Seriez-vous libertarien et partisan de zéro Etat ?
    Raisonner en masses financières a priori n’a pas de sens. On peut discuter sur le rôle de l’Etat mais il faut dans ce cas examiner poste par poste ce qu’il faut supprimer ou privatiser tout en examinant les conséquences à terme. Sinon dire "supprimons 300 milliards" n’est qu’un slogan inconséquent.

    02/09/2012 à 22 h 42 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <> Au vu des réponses des intervenants il devient de plus en clair que les copiés / collés ne fonctionnent plus dans la boite d’édition. Peut-être est-ce voulu? Pourriez-vous confirmer?

    02/09/2012 à 20 h 53 min
  • F Répondre

       Merci Homère de rappeler ces vérités élémentaires. Il y avait aussi certainement un "Jojo" à l"époque qui posait ingénument la question: " Mais en déclin par rapport à quoi? Quand était l"âge d"or?"

      

    02/09/2012 à 20 h 47 min
  • HOMERE Répondre

    "L’extension de la nationalité à tous les sujets de l’Empire n’a fait qu’accélérer la chute de Rome" – Caracalla

    L’installation des nations barbares dans l’Empire Romain a été permise par la perte d’identité et par la démographie déclinante des Romains de souche remplacés par des non Romains.Ainsi on vit, dans l’année 193,le trône impérial passé à une dynastie d’origine berbère,les Sévères.Le quatrième souverain de cette famille,Héliogabale,est à demi Syrien.De 244 à 249, Philippe est un Empereur Romain arabe alors que d’autres souverains romains sont d’origine anatolienne,thrace ou illyrienne,tous "étrangers de l’intérieur" profondemment romanisés.Les troupes auxilliaires sont issues des tribus barbares et conservent leurs lois,leurs moeurs,leur religion et leur langue.A l’ouest es Germains, à l’est les arabes.L’Empereur Aurélien est d’origine Serbe,Dioclétien est Dalmate…….

    Ainsi a péri le Grand Empire Romain……

    Le droit de vote des étrangers est un formidable espoir pour la conquête de notre pays……

    02/09/2012 à 19 h 06 min
  • F Répondre

       Quand les chiffres vous donnent tort, on feint de ne pas comprendre. Et de ne pas comprendre parce qu" on vous a mal expliqué…
        M. de Thieulloy est en fait très clair et si vous alliez voir Wikipedia que vous affectionnez tant, vous aurez les réponses que vous cherchez et constateriez que les dépenses inscrites au budget de l’état dépassent 410 Md € ( hors SS, bien sûr).

       Faut il préciser, aussi, que les 4500€ par personne que vous nous servez sont en fait le calcul élémentaire de 300 Md divisé par 65 millions de personnes. ( En fait on trouve 4600). Ceci s’entend, biens sûr, pour CHAQUE habitant, y compris les nouveaux nés.
       En fait pour une famille de 4 personnes, cela représente 1530 € par MOIS! Ceci rienqu’en ramenant le périmètre de l’état à une dimension raisonnable…
       Je vous laisse immaginer les perspectives qu’ouvrirait le fait de s’attaquer sérieusement à la gabegie hypertrophiée du reste…

       Où aviez vous la tête, dites vous? Plongée dans la bible socialiste apparemment…

    02/09/2012 à 14 h 38 min
  • Magne Répondre

    Désolé quinctius cincinnatus , mais il faut appeler un chat , un chat . Voilà ce que pense Mitt Romney , futur probable Président des Etats Unis , ce Mormon évangéliste qui connaît bien la France pour être venu ( en Gironde ) à lâge de 19 ans :  » « L’Europe affronte un désastre démographique qui est le produit d’une foi affaiblie dans le Créateur, de familles en faillite, d’une absence de respect pour la sainteté de la vie et d’une morale érodée (…). Si nous ne changeons pas de politique, nous deviendrons la France du XXIe siècle. Encore un grand pays, mais pas le leader mondial, la superpuissance  » . Il attribue à la France la mention de  » second couteau  » . En ce qui concerne la Russie . La France (mis à part la stupidité de Bonaparte d’envahir la Russie )a toujours privilégié d’excellents rapports avec la Russie . La Russie est un pays frère .

    02/09/2012 à 11 h 49 min
  • Jaures Répondre

    Vous avez raison, Hans. On parle souvent de déclin comme s’il avait existé un âge d’or. Nous parlons aujourd’hui des "30 glorieuses" mais ceux qu’il les ont vécues avaient-ils le sentiment de vivre des heures glorieuses ? Un intervenant écrivait que 68 nous avait amené Merah. Mais alors, qu’est-ce qui nous a amené 68 ?

    02/09/2012 à 10 h 52 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Une dernière remarque, si déclin il y a cela implique qu’îl y ait déjà eu une période située plus haut. Citer uniquement les 30 glorieuses serait une erreur, la France comme d’autre pays ayant eu la chance de chevaucher la vague de la reconstruction après la guerre.

    01/09/2012 à 16 h 35 min
  • Toni Répondre

    Camarade jaures,

    les dégâts que vous causé en France enfin des gens comme vous font que plein de gens de ma génération quittent le navire. Même en tant qu’handicapé léger, je considère sérieusement de faire la même chose.

    Dans 20 ou 30 ans suivant votre âge, faites attention parce que peut être que personne ne viendra vous voir dans une maison de retraite qui sent le vomis et la pisse.

    En ce qui me concerne, je préfère m’achever avant et que les hopitaux français dans l’état où ils sont … Je préfère encore crever seul dans mon coin.

    Navré mr le syndicaliste, mais je n’ai pas le désir de rester en France et de cohabiter avec vous.

    La vérité mr Jaures, est que vous avez peur … sinon vous auriez déjà quitté ce forum depuis longtemps. Vous avez peur parce que tout votre bel édifice de gauche est en train de lézarder, sur que la mondialisation a peut être déjà commencé à remettre furieusement en cause vos principes …

    Pour ça les produits que j’achète à mes clients viennent essentiellement de l’étranger. Equipez les gens de smartphone, de messagerie électronique connectée à internet, de pc portables dèrnier cri …

    Je fais cela parce que ce travail me plait et surtout pour tordre le coup à la gauche et à la république franchouillarde telle qu’elle est actuellement …

    résultat de l’opération, des divorces dans les couples et encore des divorces …

    Jaures quand ça sera la ruine généralisée en France, la nature humaine veut que ça sera chacun pour sa pomme …

    Dans mon cas c’est je sauve ma peau, le reste c’est secondaire. je n’ai pas d’enfants et de conjoint. Quant à la partie bolchévique des gens composant mon entourage, ils peuvent rester avec vous, ce n’est pas mon problème.

    01/09/2012 à 14 h 59 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    hors sujet :

                            les agences sondagières et de presse :

    " Fillon creuse l’écart avec Copé chez les sympathisants U.M.P. "

                          la mode politique semble bien être " au mou "

    31/08/2012 à 17 h 03 min
  • HOMERE Répondre

    Lisez,ou relisez Tocqueville "Le despotisme démocratique" et votre cerveau s’ouvrira à la raison et à la réflexion….."L’égalité est l’ennemi de la liberté dans l’exercice individuel de l’existence de l’homme qu’elle isole et affaiblit……je vois une foule immense d’hommes semblabes et égaux qui tournent sans repos sur eux mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs,dont ils emplissent leur âme…."

    Un peu de sagesse dans ce monde de dingues déglingués……les salles de shoot à la connerie humaine,on n’en a pas besoin….c’est pathologique et congénital!!!

    31/08/2012 à 15 h 19 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Magne

    si vous persistez à dire : " la sous-culture de masse américaine " , vous allez vous faire une flopée d’ennemis sur ce blog qui très ( trop ) souvent nous vante ( nos vend ? ) l’american way of life

    Mais je vous assure de tout mon soutien d’un " aristocrate " ( sic ) de l’esprit  pan-européen de Reykjavik à Vladivostok

    31/08/2012 à 14 h 44 min
  • candide Répondre

    Ô combien d’accord avec vous Mr Thieulloy. Nous n’avons pas les hommes politiques qui seraient indispensables aujourd’hui.

    Quand aux mesures à prendre , il est clair qu’elles passent par une Europe plus forte et un rééquilibrage rapide des dépenses publiques par une diminution sévère des dépenses inutiles et un jour peut être par la flat taxe .

    Mais tout cela n’est pas encore dans l’air du temps. 50 ans de socialisme rampant n’ont pas du tout préparés les français à une révolution cultuelle de grande ampleur et on peut douter qu’elle n’arrive jamais

    31/08/2012 à 10 h 50 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Webmaster 4V. Depuis que j’ai changé pour Google Chrome, je n’ai plus la barre d’édition dans la boite de saisie. Avez-vous une idée de ce qu’il faut faire pour la rétablir? D’avance merci.

    31/08/2012 à 10 h 03 min
  • Jaures Répondre

    "Il me semble que dans les 400 milliards…". Effectivement, ce n’est pas clair puisque les recettes du budget de l’Etat (total des impôts et taxes), atteignent 270 milliards d’€.
    De Thieulloy intègre-t-il dans ses 400 milliards d’autres prélèvements (sociaux, impôts locaux, …) ?
    Il faudrait donc que l’éditorialiste liste concrètement les prestations qu’il souhaite supprimer avec en face les prélèvements correspondants. Ainsi, nous saurons ce qui nous restera à payer avec les 4500€ économisés. Mais le flou de l’article montre le peu de réflexion derrière le slogan.

    31/08/2012 à 9 h 48 min
  • F Répondre

       Monsieur de Thieulloy parle de dépenses qui passeraient de 400 à 100 milliards. Il me semble que dans les 400 milliards ne sont pas compris l’assurance maladie ou la retraite. ( Le total des dépenses AVEC la SS est de plus de 1100 Md par an).

        Comme vous dites, très cher, où aviez vous la tête dans votre réponse?…

    30/08/2012 à 21 h 19 min
  • Jaures Répondre

    Mais oui mon cher F, où avais-je la tête !
    Savez-vous quand ont commencées les hausses importantes d’impôts ? En 1918, quand il s’est agi de reconstruire la France. C’est d’ailleurs à ce moment qu’ont commencé les exils fiscaux. Ne croyez-vous pas que les découvertes que vous mentionnez et surtout le fait qu’elles profitent au plus grand nombre ont à voir avec la hausse de l’intervention de l’Etat ? Quel pays a vu ses prélèvements stagner durant 1 siècle et demi en suivant la même courbe de développement de son niveau de vie, de l’alphabétisation, de la médecine, … ?
    Si l’on redistribue 300 milliards, comme le suggère De Theuilloy, chaque Français recevra environ 4500€ par an. Que restera-t-il une fois payées les assurances santé, l’école, l’épargne retraite, … ?

    30/08/2012 à 17 h 04 min
  • Magne Répondre

    La décadence , a été dénoncée de tous temps , mais il est vrai que nous sommes entrés dans une phase d’accélération . Milet pointe la décadence de la Norvége , ou de ce qu’il pense être la décadence : « Breivik est, au premier chef, un produit exemplaire de cette décadence occidentale qui a pris l’apparence du petit-bourgeois américanisé. .« On peut donc dire que Breivik est un enfant de la ruine familiale autant que de la fracture idéologico-raciale que l’immigration extra-européenne a introduite en Europe depuis une vingtaine d’années, et dont l’avènement avait été préparé de longue date par la sous-culture de masse américaine, conséquence ultime du plan Marshall. » La Norvége a enfanté Breivik , nous mai 1968 a enfanté Merah .

    30/08/2012 à 16 h 03 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Désolé Quinctius il fallait que je mette RGB = 255, 0, 0. Sinon tout ressort en vert. Mais y en a aussi un peu dans le gouvernement il faut l’admettre. Dans mon empressement j’étaia emporté par le courant Duflot.

    30/08/2012 à 13 h 44 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    << Quinctius: la situation n'est pas ROSE >> Vous qui avez le coup d’oeil du coloriste, en France ne serait ce pas plutôt RGB = 0,255,0 ?

    30/08/2012 à 13 h 39 min
  • F Répondre

      Jaures oublie aussi qu’en 1850, il n’y avait pas le TGV, le scanner, les antibiotiques, les tracteurs, l’eau courante (et chaude) généralisée… Tant qu’à faire des anachronismes, autant y aller carrément…

       Pour déformer les propos, par contre, ça va. M. de Thieulloy ne parle pas "d’apogée en 1850" il est simplement question dans son propos du périmètre de l’état à cette époque…A comparer avec celui, hypertrophié, d’aujourd’hui…

    30/08/2012 à 9 h 57 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <> Je pense plutôt que si des types comme l’intervenant cessaient de s’occuper de ce qu’il ne comprennent pas cela irait beaucoup mieux. Ce sont les parasites et les sangsues qui nous ont conduit dans cette mélasse.

    29/08/2012 à 21 h 07 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    " la situation n’est pas ROSE " dit l’auteur ce qui est surprenant concernant une république socialiste

    29/08/2012 à 18 h 00 min
  • Jaures Répondre

    Allez ! Rien que pour faire plaisir à Hans.
    Tout d’abord, qu’est-ce que le déclin ? Il se trouve que l’on parle de déclin depuis que ce mot existe. Nous sommes en déclin par rapport à quoi ? A il y a 20 ans ? Regardez la France d’alors : 9,5% de chômage, crise,…Si les 4V avaient existé, je suis sûr qu’on y aurait parlé de déclin. Alors, quand a bien pu commencer le déclin. De Thieulloy avance une date: 1850. Ce moment est probablement pour lui l’apogée de la Civilisation ! Le summum de la prospérité !
    Il est vrai qu’à l’époque les retraites coûtaient fort peu. On était guère ennuyé par le code du travail. L’instruction n’étant pas obligatoire, seul un enfant sur 10 était scolarisé dans des classes accueillant jusqu’à 100 élèves ! Et avec une espérance de vie de moins de 45 ans les frais médicaux ne creusaient pas le déficit. Et côté insécurité, ce n’était pas mal non plus. Aux journées de juin 1848, l’insurrection fait plus de 7000 morts.
    Mais il parait que c’était le bon temps. Depuis, c’est le déclin…

    29/08/2012 à 17 h 55 min
  • F Répondre

      Monsieur de Thieulloy, tout à fait de votre avis sauf sur 2 points.
         – La diminution du nombre de fonctionnaire a un effet immédiat car s’il faut continuer à payer la pension de celui qu’on ne remplace pas ( chose que l’on aurait fait de toutes façons), on n’a pas à payer le remplaçant…
         – Le nombre de fonctionnaires a augmenté en France ces 5 dernières années. Seul le nombre de fonctionnaires d’état a diminué. Mais les collectivités locales aux mains de la gauche ont embauché plus de fonctionnaires que le gouvernement n’en supprimait…

    29/08/2012 à 17 h 50 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <> Il y en a un sur ce site qui ne va pas tarder à beugler. Il est vrai que travailler 18h par jour n’est pas dans ses cordes et le jour où « Dieu » le rappellera il ne voudra pas être le plus riche du cimetière *). *) voir chanson de Brassens

    29/08/2012 à 13 h 57 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: