Le général Piquemal arrêté : encore l’arbitraire socialiste !

Le général Piquemal arrêté : encore l’arbitraire socialiste !

Le cas du général Christian Piquemal est presque caricatural tant il est emblématique de ce régime qui pourchasse les honnêtes gens et laisse en paix les terroristes et les voyous qui crachent sur la France.

À 75 ans, ce général 4 étoiles, ancien ingénieur de Supelec, a commandé la Légion étrangère, l’un des fleurons de notre armée si méprisée par les gouvernements qui se sont succédé à la tête de la France depuis 40 ans…

Le fait d’avoir commandé la Légion étrangère devrait assez montrer que le général n’a pas vraiment de tendances racistes, contrairement aux allégations assez fielleusement répandues par les médias du système ces derniers jours.

Il est vrai qu’un général, pour les valets médiatiques de l’oligarchie, ça ne peut être qu’un fieffé réactionnaire, n’est-ce pas ?

En tout cas, à la Légion, pour ceux de mes confrères journalistes qui l’ignoreraient, on ac­cueille, comme l’indique le nom, des étrangers.

Mais des étrangers qui ne crachent pas sur notre patrie et même des étrangers plus amoureux de la France que bien des Français de souche, des étrangers à qui l’on permet et ce n’est que justice de devenir « Français par le sang versé » après leur service.

Je rappelle en passant que cette justice faillit passer à la trappe sous le gouvernement Jospin, Mme Guigou s’étant un jour réveillée en considérant comme scandaleux que des hommes qui avaient risqué des années leur vie au service de la France puissent devenir Français ! Heureu­sement, la protestation populaire avait relégué son idée au cimetière des absurdités.

Toujours est-il que le général Piquemal s’est engagé dans la lutte contre la disparition de notre identité et qu’il a rejoint l’organisation de la manifestation de Pegida à Calais.

C’est là un combat parfaitement honorable et particulièrement courageux sous le gouvernement actuel.

D’ailleurs, la manifestation avait été interdite sous des prétextes fallacieux clairement pour des motifs idéologiques, et en contravention flagrante avec notre ordre constitutionnel.

Précisons que la participation à une manifestation interdite n’est pas un délit et que, bien souvent, la police aux ordres empêche les dispersions qu’elle prétend exiger. En tout cas, le général a été arrêté samedi, lors de cette manifestation.

Une nouvelle fois, le « deux poids, deux mesures » de la « justice » socialiste a frappé : on arrête les défenseurs de la France et l’anti-France gouverne…

Partager cette publication

(50) Commentaires

  • DE SOYER Répondre

    Jojo apparaît comme le gentil toutou de Ohl’andouille. Pour lui Piquemal, c’est l’horreur! Participer à une manifestation interdite par la crapule socialiste dont il fait partie, quelle horreur! Et, en plus avec des « racistes » et même des « un peu fascistes », quelle horreur! S’il avait manifesté avec le NPA et les islamistes, quelle homme il aurait été!

    19/02/2016 à 13 h 42 min
  • Thierry Theller Répondre

    Les dépouilleurs d’humanité.

    En France, la rogne et la grogne commencent à faire tâche d’huile…

    Dans le même temps, aux antipodes du courage, la veulerie politique reste toujours la chose la mieux partagée du monde.

    Par ailleurs, pour ce qui est des « Pinocchio » et autres pingouins oligarchiques qui nous gouvernent, pensent-t-ils vraiment pouvoir, avec un pied déjà dans la tombe de leur mépris, l’emporter sur le Peuple de France ? Le museler définitivement ? Ou, alors, le remplacer ?

    Sauf que penser cela, dans le monde réel, c’est aller un peu vite en besogne… l’Histoire l’a déjà suffisamment montré et démontré à plusieurs reprises…

    De plus, à l’adresse des apatrides et des collabos qui sévissent sur son territoire, le Drapeau tricolore n’est pas une serpillère : avec laquelle on torche la liberté et la légitimité souveraine des Français de pouvoir refuser d’endosser le linge sale de l’actuelle nomenklatura politicienne dévoyée.

    Or, ce drapeau, hier emblème de la France, est aujourd’hui foulé aux pieds, couvert d’hémoglobine, d’opprobre et quasiment recouvert de crachats. Au moins moralement.

    Dans ces conditions, comment s’étonner que des traîtres, des kapos politiques et des auxiliaires de la couardise institutionnalisée, sinon celle de la capitulation nationale, se permettent, dans un dernier baroud de déshonneur, de cracher à jets continus sur ce qu’il reste d’espérance et de droiture dans ce pays.

    Avec, à la clé, le mitard pour les plus faibles, et les milliards pour les plus forts. C’est-à-dire ceux parmi les plus malfaisants… Les dépouilleurs d’humanité !

    11/02/2016 à 11 h 06 min
  • druant philippe Répondre

    Nous n’ arriverons jamais au pouvoir par la démocrassouile mais bien par la force (militaire) , qu’on se le dise !
    MLP et tutu rose Philippot me font tordre de rire avecv leur respect du système ! Pauvres larves

    10/02/2016 à 17 h 17 min
  • druant philippe Répondre

    Si ce général est si conscient des dangers qui menacent la France qu’ il n’ a jamais essayé avec d’ autres officiers des troupes d’ élites de préparer un putsch pour laminer la carpule démocrassouillique LRPSEELV…
    Tu parles d’ un héros : rien à espérer de tels braquignols !

    10/02/2016 à 17 h 13 min
  • BRENUS Répondre

    Contrairement à beaucoup sur ce site, je me réjouis de voir les copains de JOJO embastiller le général Piquemal. Ils ne pouvaient faire mieux pour se tirer une balle dans le pied, assez bêtes qu’ils sont pour s’imaginer briser ainsi tout refus de la submersion parasite. Toute cause a besoin de martyrs, à partir desquels elle prend une progression rapide. Les copains de jojo si laxistes avec les vrais néfastes se gargarisent mais ne vont pas tarder à s’en mordre les doigts. Et ce ne seront pas les petits prétentieux soit-disant « antifa » qui feront le poids dans la vrais castagne.

    09/02/2016 à 18 h 01 min
    • Jaures Répondre

      Des martyrs interviewés sur RTL..
      Il y en a eu qui ont enduré bien pire !

      09/02/2016 à 18 h 57 min
  • Hilarion Répondre

    A Jaurès à 13h08 Extrait du livre Pétain. Auteur Général Jacques Le Groignec Chef de la Défense Aérienne dans les années 70 qui s’est couvert de gloire pendant la guerre dans l’Armée d’Afrique que reconstituait Weygand à l’insu des Allemands sur ordre de Pétain pour reprendre l’offensive avec les Alliés lorsque ceux ci auraient pu reconstituer des forces capables.  » La dissolution du PC jette ses membres dans l’action clandestine, l’objectif restant de saboter la volonté et la capacité de guerre de la nation. Aussi les députés communistes rassemblés au Parlement sous une étiquette de substitution (Groupe ouvrier et paysans français) sont -ils en Février 1940 déchus de leurs mandats et traduits en justice. Mais la subversion se développe avec une presse spécifiquement destinée aux soldats « Le trait d’Union », « l’Humanité du soldat » du 25 Novembre 1939 reprennet le mot d’ordre de Lénine et de Liebknecht : notre ennemi est chez nous » . Il faut donc fraterniser avec les soldats ennemis, mais en revanche, il faut détruire l’ennemi de classe. Slogan » Mieux vaut être un Allemand vivant qu’un Français mort ». Plus loin. Parallèlement , tous les efforts possibles sont faits pour réduire la production des armements et poignarder dans le dos les combattants. Voici ce que dit le capitaine Williame chef de la fameuse « Escadrille des Cigognes ». « Le 9 Mai 1940 dans la matinée j’allai à Villacoublay voir ou en était l’Arsenal, et quand il serait mis à notre disposition. Il avait déjà près de six mois de retard sur la date de sortie prévue initialement. J’appris. là des choses bouleversantes sur l’intensité de la propagande anti- nationale auprès du personnel civil et militaire de l’aérodrome, sur les grèves dans les usines d’armement ». Daladier lui même, après guerre donnera un aperçu de ce que furent les sabotages proprement dits « Il y eut le sabotage des moteurs d’avion aux usines Farman à Boulogne Billancourt dans des conditions affreuses. Il y a eu un certain nombre de sabotages dans les poudreries, notamment à la poudrerie de Sorgues. Il y a eu des sabotages dans les casemates fortifiées de Boulay, des sabotages de fusées d’obus et de balles antitank en pleine Bataille de France. »

    Quant au bilan que les Français ont tiré de tout cela, et bien ils ont gobé la propagande Gaullo/ communistes, à la libération enthousiasmés par la disparition des tickets de pain, ils ont à défaut de télé écouté les matchs de foot à la radio, retournant à cette vielle passion bien connue depuis la Rome Antique: du pain et des jeux.

    09/02/2016 à 17 h 42 min
    • Le Ket Répondre

      @ Hilarion : et ces sabotages ne se sont pas arrêtés le 8 mai 1945 , le PC et ses militants de l’anti-France ont continué leur travail ignoble et meurtrier dans l’approvisionnement des armes et des munitions envoyés en Indochine. CRAPULES communistes ! ! !

      09/02/2016 à 18 h 05 min
      • Hilarion Répondre

        Bien entendu, il y eut après la guerre la tentative du pouvoir par la force du PC . La CGT /PC provoqua, ce doit être en 1947 le déraillement d’un train qui fit 13 morts dans la Nord. Voulant faire dérailler un train transportant des « Gardes mobiles » qui allaient rétablir l’ordre dans les mines du Nord en état d’insurrection sous la pression communiste, les saboteurs mal informés firent dérailler un train de passagers qui n’avaient rien à voir. Dégâts collatéraux sans doute indispensables pour permettre à la France d’atteindre le nirvana du communisme version soviétique.
        Il y eut d’autres sabotages communistes après guerre. J’ai oublié le nom de cette chanteuse dont l’une des chansons avaient ces paroles « Des trains déraillent avec fracas parce que des gars pleins d’idéal ont déboulonné les voies, ça fait des morts originales, ça fait des morts sans confession etc…Mais Jaurès n’a pas trouvé ça dans son bréviaire du petit bolchévique illustré.

        10/02/2016 à 11 h 54 min
        • Jacky Social Répondre

          @Hilarion: merci pour toutes ces infos que nous ignorions alors que ca s’est passé chez nous. Evidemment, c’est silence radio, car toute cette racaille appelee poliment « Gauche » n’a vraiment pas de quoi etre fiere. Nous attendons maintenant la reaction de qui vous savez afin de rendre tout cela soluble dans la bienpensance laique. Attendons. Nous allons rire. Les costumes sont de Donald Caldwell, la sciure est du cirque Pinder, les dialogues de sourds sont de Mohamed Ilitch Jaures, les costumes sont de Leon Trop de Ski et la mise en scene est de…Francois Gayet.

          10/02/2016 à 12 h 21 min
        • Jaures Répondre

          Hilarion, vous pensez vraiment qu’on prend le pouvoir par la force en faisant dérailler un train !
          La vérité est qu’après 1945, la lutte politique intense transformait chaque accident en sabotage. Des deux côtés d’ailleurs puisque quand un accident survenait dans une entreprise nationalisée, les communistes pareillement incriminaient des saboteurs (accident du 18 mai 1945 dans une cuve de nitrate à Gennevilliers).
          Quant à la chanson que vous évoquez, elle est signée Jacques Brel (« Le diable ») et n’a strictement rien à voir avec ce dont vous parlez (c’est une chanson pacifiste).

          10/02/2016 à 12 h 58 min
          • Jacky Social

            Voila, c’etait previsible. On relativise et minimise. Faire derailler un train est une tactique qui fait partie d’un plan, comment dire, plus global. Et vous croyez-vous que l’on prend le pouvoir en tuant 120 personnes dans les rues et les cafes de Paris? Faire derailler un train n’est pas sans rappeler les techniques terroristes de votre pere spirituel, le petit Plenel georgien sanguinaire.

            10/02/2016 à 13 h 04 min
          • Jaures

            Cher Jacky, vous êtes un sanguin.
            Vous disiez il y a quelques instants que ces déraillements vous étaient inconnus et, soudain, vous avez la certitudes que ceux-ci étaient l’oeuvre de saboteurs communistes agissant dans le cadre d’un plan global ( (surtout qu’en 1947 les communistes étaient au gouvernement)
            Juste un détail: pensez-vous que les cheminots aguerris par 4 années de résistance, se tromperaient sur un train à saboter ? Cela ne suscite en vous aucun doute ? Aucune question ? Aucun désir de se documenter un peu ?

            10/02/2016 à 13 h 30 min
          • Jacky Social

            @Bien Cher Jaures: pourriez-vous traduire votre post en francais lisible. Car si vous vous relisez, vous verrez que celui-ci est assez diffcile a comprendre. C’est vous avez avez parle de ces deraillements en premier, reconnaissant qu’ils etaient le fait de vos frères d’armes. Moi, j’ignorais effectivement jusqu’ou la crasse communiste pouvait descendre. Les communistes etaient au gouvernement en 1947, oui, mais en tant que 5eme colonne et 25 eme roue du chariot. Cela faisait partie de leur travail de sape. Mais pour moi, il s’agit de querelles de gauchistes entre gauchistes. Quant a vos cheminots, j’en sais rien. J’ai connu l’URSS et donc vos petits cocos a voile et a vapeur, je m’en bats les couilles. Ils sont restes extremement nuisibles.

            10/02/2016 à 21 h 56 min
          • Jacky Social

            @Fort cher Jaures: tant que c’est pas un sagouin, ca ira.

            10/02/2016 à 21 h 59 min
    • Jaures Répondre

      Evidemment, il serait étrange qu’une personnalité proche du Ml Pétain défende le PCF.
      Plutôt que les opinions ou les propos invérifiables rapportés ici ou là, mieux vaut s’en tenir aux faits.
      Pétain a-t-il oui ou non baissé le budget militaire de 25% en 1934 tandis que les Allemands l’augmentaient exponentiellement ? Rappelons qu’à l’assemblée Nationale, Pétain expliqua que la France protégée par la ligne Maginot ne risquait rien.
      En second lieu, il est étrange de dire que le PCF, interdit avec ses dirigeants et principaux militants internés ou en clandestinité auraient mené une campagne pour réduire la production d’armes (elle même réduite par Pétain 5 ans plus tôt).
      Il est vrai que pour le PCF en 1939 l’ennemi était le gouvernement français. Comment en aurait-il été autrement puisque ce gouvernement mettait les communistes en prison ?
      Pour le PCF, ce gouvernement était coupable de la défaite et autant haï que l’ennemi allemand. Dans son appel du 10 juillet 1940, Duclos renvoie dos à dos Pétain et sa clique et les Allemands:
      « A cause de ces hommes, la moitié du territoire français subit l’occupation de l’armée allemande, aux frais de la France comme l’indique le traité d’armistice.
      A cause de ces hommes, le Peuple de France connaît l’humiliation de cette occupation et ne se sent pas chez lui »
      La colère des dirigeants pourchassés depuis des mois s’explique quand on voit l’état de la France: 6 millions de personnes en exode, 2 millions de prisonniers, l’armée en déroute, Pour les communistes, le gouvernement a choisi la défaite plutôt que risquer un nouveau front populaire.
      Que Daladier se défausse en parlant de « sabotages » est pathétique. On a vu que les faits réels n’ont impliqué que quelques personnes, pas seulement des communistes, et n’ont pas influé sur un conflit piteusement géré par des militaires incompétents.
      Ensuite, quand l’occupation s’est installée, c’est la lutte contre Hitler qui s’est imposée. Dans son appel du 17 juin 1940, Charles Tillon, membre du comité central du PCF est précurseur:
      «  »Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie… Et maintenant, ils livrent la France.
      Ils ont tout trahi.
      Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler, livrer le pays entier au fascisme.
      Mais le peuple français ne veut pas de la misère, de l’esclavage, du fascisme…
      Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION « .
      Tillon entrevoit ce que sera la Résistance à venir: un combat à la fois contre l’occupant et contre les collaborationnistes.
      Aux actions individuelles dont je cite quelques auteurs parmi des centaines, succédera la lutte armée de patriotes communistes, gaullistes, socialistes (sans oublier l’action de membres des Croix de Feu derrière de La Rocque).
      Les Français n’ont pas été bernés par une propagande de quelques semaines alors que Vichy occupait toute la scène depuis 4 ans. Comme l’écrivait Valéry: »Le peuple est moins bête que les imbéciles ne le pensent ». Ils ont simplement fait le constat des années d’occupation et confié le pouvoir à ceux qui les avaient libérés.

      09/02/2016 à 18 h 49 min
      • Hilarion Répondre

        Le Général Le Groignec officier d’aviation dans l’Armée d’Afrique, celle que reconstituait le général Weygand sur l’ordre de Pétain, à l’abri des regards allemands afin qu’elle puisse reprendre le combat avec les Alliés lorsque ceux-ci auraient pu réunir des forces suffisantes. Ce qui finit par arriver. C’est d’ailleurs elle, qui, unie avec les FFL de De Gaulle et numériquement largement supérieures à ces dernières, reprit en premier les combats délivrant la Corse et le Midi de la France. Le Général Le Groignec se couvrit de gloire en combattant dans le ciel les sinistres avions à Croix gammées et reçu plusieurs décorations américaines suite à des missions de liaison à hauts risques avec l’Armée des EU. Le Général Le Groignec fut un temps président de l’Association pour la Défense de la Mémoire du Maréchal Pétain. Comparons le CV de guerre du Général Le Groignec à celui de l’une de vos références j’imagine, mon cher Jaurès, un certain Maurice Thorez qui fila se mettre bien au chaud chez le Petit père des peuples Staline après avoir courageusement déserté pour éviter d’avoir à combattre l’Allemagne alliée de sa maison mère l’URSS. L’opération Barbarossa, invasion de l’URSS par l’Allemagne en Juin 1941 mit fin au Pacte Germano Soviétique. Le PCF entra à ce moment fort logiquement en Résistance en corrélation avec la nouvelle situation des alliances, et probablement avec le soulagement de nombre de militants de base, il faut l’admettre. Rien de cela n’empêche que durant un an les communistes trahirent leur pays au profit d’une nation ennemie. Sans doute ne pourra t-on jamais chiffrer en vies humaines perdues et en dégâts matériels le prix de cette trahison.

        10/02/2016 à 13 h 23 min
        • Jaures Répondre

          Cher Hilarion, comme d’habitude, vos opinions précèdent votre réflexion.
          Déjà, curieusement vous oubliez le rôle de la résistance dans la libération de la Corse qui fut pourtant l’une des plus précoce . Unie autour du Front National (eh oui !), les forces populaires (communistes, socialistes, gaullistes, indépendantistes, chrétiens,…) ont harcelé plus de 100 000 soldats allemands et italiens (sur une île de 200 000 habitants) durant des années facilitant la libération de l’île en octobre 1943

          Peut-être le Gl Le Groignec fut un grand soldat, cela ne veut absolument pas dire qu’il ait raison en matière politique et historique. On peut être un héros sur le terrain et se tromper sur tout le reste.
          Il y a eu des héros communistes dans la résistance. Henri Krasuki, futur secrétaire général de la CGT et engagé dans la résistance est arrêté par la gestapo en 1943. Il est torturé pendant plusieurs semaines avec sa famille, son père est déporté et gazé à Dachau. Mais il ne parle pas. Il est déporté lui-même à Auschwitz puis à Buchenwald. où il participera à l’insurrection des prisonniers.
          Doit-on pour autant partager ses idées ?

          Curieusement, je vous ai cité des documents qui montrent l’engagement dans la lutte dés juin 1940 avec les nuances d’alors (très anti Vichy chez Duclos, plus anti allemands chez Tillon). Je vous ai cité quelques uns des communistes arrêtés pour faits de résistance entre juin 1940 et juin 1941. Mais vous continuez à dire que le PCF (rappelons le interdit depuis 1939) ne s’est engagé dans la résistance qu’en juillet 1941. Les militants arrêtés avant et fusillés ne comptent donc pas pour vous: vous les niez car ils contredisent vos idées reçues.
          Mais encore une fois, les Français à l’époque ne s’y sont pas trompés.

          10/02/2016 à 15 h 12 min
          • Raoul Villain

            « Il est particulièrement réconfortant en ces temps de malheur de voir de nombreux travailleurs parisiens s’entretenir avec les soldats allemands, soit dans la rue, soit au bistro du coin. Bravo camarades, continuez même si cela ne plaît pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants ! La fraternité des peuples ne sera pas toujours une espérance, elle deviendra une réalité vivante ». (L’Humanité, 4 juillet 1940)

            A la Libération l’Humanité tentera de dissimuler ce détail gênant parmi bien d’autres.

            C’est un peu ce que fera Jaurès en cas de défaite islamiste.

            10/02/2016 à 18 h 33 min
          • Hilarion

            Je vous ai déjà cité le cas bien connu de ces trois ouvriers de Farman qui sabotaient les avions et qui furent fusillés le 22 Juin 40 pour haute trahison à Bordeaux. De quels fusillés communistes parlez vous à partir de 1939 par qui et pour quelle raison ?La situation avait, au début de la guerre une immense clarté. Une Alliance Germano Soviétique à laquelle l’Angleterre et la France déclarent la guerre, En France une 5ème colonne constituée par la filiale Française du PC de l’URSS, le Parti communiste français. Le PC Français se trouvait donc tout naturellement l’allié de nos envahisseurs allemands. Votre hypothèse d’un PCF entrant en résistance dès 1939 contre une Allemagne alliée à l’URSS sous les ordres duquel il agissait n’a aucun sens. Par contre d’une manière tout à fait logique, la rupture du Pacte Germano Soviétique en Juin 41 entraînait mécaniquement le PCF dans la lutte contre l’Allemagne puisque sous tutelle de l’URSS. Il entreprit d’ailleurs à la demande de l’URSS une campagne d’assassinat de soldats allemands, nulle au plan militaire, mais destinée aux yeux des soviétiques à entraîner des représailles qui, l’espéraient ils provoquerait des émeutes nécessitant pour les mater la mobilisation de forces armées qui soulageraient d’autant la pression allemande à l’Est.

            10/02/2016 à 21 h 22 min
          • Jaures

            Cher Hilarion, je veux bien que nous soyons en désaccord à condition que vous lisiez ce que j’écris.
            Les communistes entrent en résistance dés 1940 (et non pas 1939). Je vous cite à nouveau (dernière fois !) l’appel de C.Tillon:
            « Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie… Et maintenant, ils livrent la France.
            Ils ont tout trahi.
            Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler, livrer le pays entier au fascisme.
            Mais le peuple français ne veut pas de la misère, de l’esclavage, du fascisme…
            Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION ».(17 juin 1940)
            N’est-ce pas selon vous un appel à la résistance ?
            Il est vrai que le PCF clandestin et dispersé par la guerre ne pouvait coordonner ses actions ni s’adresser aux Français à la radio.
            Les communistes cités (entre autres) ont été arrêté pour faits de résistance avant la fin du pacte germano-soviétique et fusillés.
            Sur les sabotages, vous confondez ouvriers et communistes. Dans cette affaire précise, un seul communiste a été fusillé. Il s’agissait là d’une action de pacifistes comme il y en a eu quelques unes, absolument pas un mouvement massif et concerté. La guerre n’a pas été perdue par manque de matériel mais par l’incompétence crasse des militaires dépassés par l’offensive allemande.
            Si le PCF avait collaboré, les appels que j’ai cités n’auraient pas existé et les militants communistes n’auraient pas été arrêtés puis fusillés.
            Il est étrange de reprocher telle ou telle nuance dans les écrits ou le comportement à un parti interdit depuis 1 an, aux dirigeants internés ou pourchassés, aux militants qui ouvraient déjà la longue liste des fusillés.
            Encore une fois, les Français ont jugé sur pièce qui avait résisté et qui s’était couché.

            Raoul, les résistants ont toujours essayé de séparer le peuple allemand et les nazis. Après des jours de torture, à quelques heures d’être fusillé, Manouchian écrit:  » je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple allemand et contre qui que ce soit ».

            10/02/2016 à 23 h 12 min
  • Le Ket Répondre

    OUI, il y a 2 poids et 2 mesures !

    Que vous soyez le chantre de la gooooche sectaire et utopiste, le Régime actuel fera preuve de complaisance -sinon de tolérance- quant aux actes délictueux ou aux manifestations violentes avec destruction de biens que vous pourriez commettre.

    On a aussi connu dans le passé récent, ou plus ancien, des bienveillances du gouvernement de la Droite cosmopolite envers les organisations à sa botte qui manifestaient sur la voie publique.

    Mais JAMAIS le Régime depuis 1958 n’a toléré que les nationalistes, les patriotes ou les Pieds Noirs puissent tenir des manifestations publiques ou se réunir dans des meetings politiques pour exprimer leurs opinions ou leurs convictions.

    Depuis la réunion organisée au palais de la Mutualité le 21 juin 1973 par Ordre Nouveau sur le thème « Halte à l’immigration sauvage » -qui a conduit à son interdiction 8 jours plus tard sous des prétextes mensongers- cela fait 43 ans que les gouvernements successifs se voilent la face et se vautrent dans le déni pour ce qui est de la réalité dans l’accueil des « chances pour la France ».

    Quatre décennies d’aveuglement, de tabous, de lâchetés, de reniements, de politiquement correct, de pensée unique et de « prêt à penser », de veuleries et de lois liberticides votées contre les défenseurs de la civilisation européenne et de la culture gréco-latine.

    Maintenant il faut en payer l’addition et ce n’est pas par le bulletin de vote que l’on résoudra cette évidence, avouée par Angela Merkel le samedi 10 septembre 2010 devant le Congrès de la CDU :  » le Multikulti a échoué, totalement échoué ! ».

    La cinquième colonne est réellement dans nos quartiers et cela, le général Piquemal s’en est tardivement rendu compte. Mais nous n’en sommes qu’au hors d’œuvre : le raz-de-marée des clandestins non-européens va déferler sur notre continent en 2016. WAIT and SEE ! ! !

    09/02/2016 à 16 h 28 min
  • périscope Répondre

    Plus âgé (encore !) que ce courageux général, je ne mettrai pas de commentaire dans ce bulletin pollué 5 fois, au moins, par un ‘jaurés » de service

    09/02/2016 à 14 h 55 min
    • Elbaz Répondre

      Périscope en surface !
      Ennemi à tribord !
      Paré à faire feu…
      A mon commandement…
      Feu !

      Bravo, Monsieur.
      [Je me sens moins seul, par vos propos]

      09/02/2016 à 16 h 24 min
  • ameuses surprises surtout si elle est puissamment aidée ! Répondre

    Pourquoi tout le monde parmi la droite natio doit – il tenter de se défausser d’ une accusation de racisme ou d’ antisémitisme ou d’ islamophobie : je ne suis pas raciste , mais ? .
    Déclarez-vous ouvertement racistes , antisémites (qui détestent la race sémitique : arabes et youpins) et misislamiques et vous vous sentirez libérés .
    J’ entube le système politiquement correct !

    09/02/2016 à 12 h 01 min
  • Hilarion Répondre

    Mon pauvre Jaurès, voilà des décennies que vous et les vôtres nous saturez de vos slogans « antifasciste » . Tout ce qui brame contre le « fascisme » (dont tous les historiens s’accordent à dire qu’il n’a jamais existé en France) sont les compagnons de route des criminels bolchéviques, des génocidaires pol potistes, des abominations maoïste, plus les autres, le tout pour un bilan consolidé évalué (ignorance pour la Chine) à 100 millions de morts et combien de vies pourries par ailleurs. Il n’est donc pas très étonnant de vous retrouver aux côtés de cette racaille rouge dite « No border » qui a trouvé un nouveau champ d’action à Calais avec la complicité de l’état socialiste dont je ne doute pas un seul instant que vous vous félicitiez de le voir complice dans la dévastation d’une ville par une invasion barbare. Chaque fois que la France est en péril, on peut être sûr que vous et vos semblables serez du côté de l’accablement et du malheur. Personne ne devrait avoir oublié que lorsque la France s’effondrait en Juin 40, les communistes trahissaient par le sabotage de matériel militaire un pays déjà mal engagé dans une guerre et ou un certain Blum déclarait quelques années plus tôt « s’il faut être contre l’armée, j’en suis » et ou un autre qui vient d’être pantéonnisé par un ertzatz de président « se torchait avec le drapeau ». Vos slogans antifascistes sont au niveau de ces lessives qui lavent plus blanc et qui font rire dans les cours de récréation et chez Ruquier.

    09/02/2016 à 10 h 46 min
    • Jaures Répondre

      Cher Hilarion, je vous rappelle que je ne fais que citer ici les propos du général Piquemal.
      En second lieu, je n’ai rien à voir avec les » no border » et je vous défie de trouver ici un seul propos où je ferais simplement mine de les approuver.
      Troisièmement, les réfugiés de Calais n’ont qu’une hâte: quitter cette ville au plus tôt et gagner l’Angleterre où les attendent des parents ou amis et un travail clandestin que les autorités britanniques ne se donnent guère les moyens de réguler.
      Enfin, en 1940, le parti communiste était interdit (depuis le 26 septembre 1939), ses dirigeants et militants étaient soit au front, soit en fuite, soit en prison. Dire qu’ils auraient dans ces conditions organisé des sabotage fait partie des fantasmes historiques. Les Français ont jugé en 1945 qui avait été patriote en temps utile en donnant un quart des voix au PCF, un quart aux socialistes et un quart aux gaullistes, les autres, droite, radicaux, libéraux, se partageant le reste.

      09/02/2016 à 11 h 05 min
      • Hilarion Répondre

        Le 22 Juin 1940, à Bordeaux ont été fusillés trois ouvriers des usines d’aviation Farmann, militants communistes pour haute trahison. Ils sabotaient habilement les si précieux avions dont nous manquions tant, de telle manière que les pilotes soient si possible mis hors de combat. Vous trouverez cette information entre autres dans Quid ainsi que dans des ouvrages du Général Jacques Le Groignec qui acheva sa carrière dans les années 70 comme chef de la Défense aérienne. Mais l’histoire est en France comme l’avenir :imprévisible.

        09/02/2016 à 11 h 23 min
        • Jaures Répondre

          Tout le monde connait cette information. Pour être précis, plus d’une dizaine d’ouvriers ont été impliqués dans cette affaire dont 3 communistes parmi lesquels un seul a été condamné. Les autres n’étaient pas membres du PCF.
          Dire « qu’en 1940 les communistes trahissaient par le sabotage » est donc une généralisation pour le moins hasardeuse.
          Par contre, le maréchal Pétain a été bien plus préjudiciable à l’armée française en réduisant drastiquement les crédits militaire en 1934 ( de 600 à 450 millions) quand l’Allemagne les portait à 1,5 milliards.
          Qui a saboté la France ?
          Si les communistes avaient trahi la France, ils auraient, comme ceux qui l’ont effectivement fait, été condamnés par la justice et le peuple.
          .

          09/02/2016 à 12 h 07 min
          • Jacky Social

            @Jaures: je ne connaissais pas cette histoire de cocos. Encore une a epingler au palmares deja tres lourd de leurs crimes. Car en 1934 Petain etait dans un government de centre-gauche et du tout-a-l-etat (what else?) sous la presidence du « genie » Albert Lebrun. Ensuite, c’est votre grande Goooche qui lui a vote les pleins pouvoirs. Lorsque l’autre Pere Jojo, celui de Moscou, pas celui des 4Verites, s’est allie avec l’Allemagne socialiste nationale dans un Pacte de Non-Agression, les Socialistes et les Communistes etant les allies de Moscou sont devenus de facto les allies de l’Allemagne. On se souvient encore ici du tristement celebre socialo-Nazi Henri de Man, president du PSB. La goooche dans la Resistance n’a commence que lorsque ce Pacte a ete rompu par Hitler en 1941. Alors nos resistants de la 23eme heure se sont retournes contre leurs allies allemands. La WWII est en realite une guerre entre gauchistes avec les socialo-fascistes d’un cote et les socialo-Nazis etatistes de l’autre. Les pays de l’Est n’ont pas eu de chance avec un Churchill affaibli et un Roosevelt aneskeynesie et malade. Enfin nous avons ete liberes de la gauche Nazi-etatiste par les Allies americains et britanniques , mais avons du vivre jusqu’a aujourd’hui sous le joug socialo-faciste, les differents partis politiques n’etant la que pour donner l’illusion du choix dans un simulacre de democrassie.

            09/02/2016 à 12 h 42 min
          • Hilarion

            A Jaurès à 12h07 Je sais parfaitement que le pacte Germano Soviétique a jeté un trouble au sein du PCF lors de l’invasion de Juin 40, dans des mémoires qui n’avaient pas oublié la guerre précédente avec les mêmes. Il n’empêche que grèves et sabotages se sont multipliés de façon fort logique, puisque le PCF n’était que la filiale française du PC d’une l’URSS alliée de l’Allemagne avec qui nous étions en guerre. Je suis abondement documenté sur le sujet avec d’autres sources qui respectent la vérité historique et non la chanson du politiquement correct dans laquelle Général micro et PCF nous auraient sortis du pétrin dans lequel nous avait plongé les incapables déjà évoqués par ailleurs.

            09/02/2016 à 12 h 55 min
          • Jaures

            Jacky, ce qui est bien avec vous, c’est que l’Histoire est aussi simplette qu’un livre de Marc Lévy.
            Plus sérieusement, Hilarion, si vous êtes documenté sur la période, vous ne pouvez dire que des affaires de sabotages ont impliqué en masse, au delà même de quelques unités, des membres du PCF qui, un an auparavant était un des deux partis les plus puissants de France.
            Ce que vous dîtes est juste: le traumatisme de 14-18 était encore prégnant est des attitudes individuelles ont pu être condamnables. Mais cela a valu pour l’ensemble des Français à l’époque. Parfois, les comportements changeaient d’un jour à l’autre dans ce climat de déroute militaire puis d’occupation.
            Ce qui reste, au final, c’est le bilan qu’en ont tiré les Français à l’issue de la guerre et là, il n’y a pas eu d’ambiguïté. Encore une fois, si le PCF s’était plus manifesté dans le sabotage et le collaborationnisme que dans la Résistance, les Français de l’auraient pas aux élections de 1945 placé devant tous les autres partis.

            09/02/2016 à 13 h 08 min
          • Jacky Social

            Le pere Jojo, celui des 4V n’aime pas qu’on le chatouille et exige alors des nuances, des precisions, des salamalecs. Qu’est-ce qui n’est pas simple dans cette histoire, Jojo ? Vos communistes ont collabore Jojo et se sont retournes ensuite contre leur allie. Alors a cours d’arguments, le Jaures? Il est trop facile de ne pas repondre en lancant des « l’histoire est simplette avec vous » ou des « ce que vous dites n’a pas de sens ». Vous qui etes si historien et si objectif, eh bien dites-nous en quoi l’histoire est plus compliquee que ce que j’ai ecrit. On vous ecoute tres attentivement.

            09/02/2016 à 14 h 31 min
          • Jaures

            Puisque vous y tenez, cher Jacky; voici quelques faits.
            Comme je l’écris ci-dessus, le PCF est interdit dés septembre 1939. Les communistes sont alors dispersés sur le front (puis prisonniers), en fuite ou en clandestinité et ce, durant toute l’année 1940. Après l’armistice de mai, dés l’occupation, des communistes (et d’autres) s’illustrent individuellement dans des actions de résistance bien avant l’invasion de l’URSS (22 juin 1941) Ainsi, Marcel Delattre, Jean Lemoine, Georges Vigor, Léon Bailleux,….et plusieurs dizaines d’autres, actifs dés 1940 et arrêtés dans les premiers mois de 1941.
            Il y a eu débat en juillet 1940 pour savoir si le premier ennemi était Vichy ou l’occupant. Cela peut paraitre étrange hors contexte mais à l’époque, ceux qui emprisonnaient les communistes français, et depuis des mois, étaient les policiers français. Ce débat était clos dés septembre 1940 et les actions ont pu commencer malgré la désorganisation due à la clandestinité.
            Pour vous en convaincre, il suffit de feuilleter le dictionnaire des fusillés (éditions de l’Atelier). Vous aurez la liste impressionnante des communistes arrêtés entre juillet 1940 et juin 1941, puis exécutés dans les mois qui ont suivi.
            On peut combattre les communistes mais il n’est pas pour cela utile de leur dénier leur rôle dans la Résistance.

            09/02/2016 à 15 h 54 min
          • Jacky Social

            @Jaures: « Comme je l’écris ci-dessus, le PCF est interdit dés septembre 1939. Les communistes sont alors dispersés sur le front (puis prisonniers), en fuite ou en clandestinité et ce, durant toute l’année 1940 » et le reste de votre post: ben oui, vous nous demontrez une nouvelle fois que vos ancetres a la faucille et au marteau etaient deja des terroristes et des emmerdeurs et que le gouvernement, qui avait des couilles a l’epoque, avait bien fait d’interdire le PCF du petit frère en pleine croissance. Le role des cocos dans la Resistance est un detail de l’Histoire. Les Etats-Unis d’Amerique a la tete des allies, c’est eux qui ont libere l’Europe occidentale. Dans le cas ou votre Resistance avait gagne la guerre, nous serions tous dans l’enfer communiste. Donc pour moi, Il est tout a fait normal d’avoir arrête et emprisonne les communistes. C’est ce qu’ils meritaient. Vous parlez a un anti-gauchiste visceralement anti-socialiste, Jaures, et ce nest pas de la blague. Si j’etais au pouvoir (mais rassurez-vous, il n’y a pas grand risque), tous les gouvernements belges, francais et allemands actuels et leurs agitateurs et activistes de gauche, y compris vous-meme, seriez arrêtes, tortures et executes nus et par pendaison sur le champ pour haute trahison. C’est moi qui tirerais la corde. Ou alors vous devriez chier sur Le Capital et vous essuyez avec chacune des pages en recitant le Notre Pere et en criant Vive le Capitalisme. La gauche socialo-fasciste athee relativiste doit disparaitre au plus vite. Elle a assez debloque et fait de tort. Ite missa est.

            09/02/2016 à 19 h 26 min
          • Jaures

            C’était la leçon d’Histoire du professeur Jacky !

            09/02/2016 à 19 h 35 min
          • Jacky Social

            @Jaures: et avec moi, on ne s’ennuie jamais, mon Jojo. Avec vous, on se les pele, comme dans votre systeme social etrique qui prend l’eau. Vous n’avez plus aucun argument, Jojo. Vous croyez sans doute que nous sommes ici des caracteriels adolescents qui ne faisons que degoiser. Si c’est le cas, vous n’avez absolument rien compris a ce que nous sommes et nous detestons vos idees. Une autre lecon d’Histoire: le camarade Bernie Sanders, candidat democrasse a l’investiture du Parti « Dem and Demmer » pour les presidentielles US a declare il y a quelques semaines qu’avec « lui President », le communisme aurait un visage non-repressif. Ah bon, et si on lui resiste, que va-t-il faire? Le communisme et le socialisme ne peuvent etre mis en oeuvre que dans le crime et la violence, comme toutes les experiences societales inspirees par la grrraaande gauche le montrent abondemment. C’etait ma lecon d’Histoire pour mon Jojo d’amour.

            09/02/2016 à 20 h 22 min
          • Jacky Social

            @Jojo: mon vrai nom est Chochial, Jacquis Chochial, profecheur, mais pas donneur de l’chons (je vous laisse ce creneau porteur comme un mur de Berlin-pin-pin).

            09/02/2016 à 20 h 29 min
    • Le Ket Répondre

      @ Hilarion : même le Premier Ministre trotskyste Lionel JOSPIN a reconnu que la désignation du FN comme « fasciste » était un fantasme, inventé pour diaboliser celui-ci !

      09/02/2016 à 18 h 09 min
  • Jaures Répondre

    « En quoi Pegida est-il raciste? En quoi sont-ils fascistes, ces manifestants? ».
    Cher ami, j’ai relevé ces mots dans l’interview du général Piquemal sur RTL. C’est à lui que vous devez donc poser ces questions et, subsidiairement, pourquoi s’est-il mêlé à des militants qu’il jugeait ainsi ?

    09/02/2016 à 10 h 33 min
    • Jacky Social Répondre

      Tres bon, Hilarion. Je crois en effet que le mot « fasciste » st employe a tort et travers par la gauche qui est elle-meme par essence fasciste. Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme7 et totalitarisme8 au nom d’un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s’oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l’État libéral garant des droits individuels9,

      09/02/2016 à 11 h 09 min
    • Le Ket Répondre

      @ Jaurès : issu de la gauche, le général a opéré un virage à 180°, sous la pression médiatico-politique et tente maintenant de se dédouaner des autres participants à cette manifestation. Pas très glorieux pour un ancien légionnaire…

      09/02/2016 à 18 h 14 min
  • kabik Répondre

    Il eut été préférable que le Gal Piquemal se rapproche du seul parti ou des personnalités de son envergure peuvent être utiles. Gageons qu’il n’est pas le seul a avoir voué sa vie au pays et le trouver aujourd’hui avili, affaibli et sous le joug d’un régime qui n’a d’autre objectif que de le détruire.

    09/02/2016 à 10 h 18 min
  • Elbaz Répondre

    L’article est clair, malgré les fautes d’orthographe.
    Sur le fonds, je partage les idées de Piquemal. Comme personne ne bouge dans ce Pays, il a cru opportun de fréquenter, pour cette manifestation, Pediga. Il ne s’en est servi que comme tremplin.
    Hélas, malgré son cursus, il a minimisé le fait que nous sommes TOUS englués dans un système, tellement bien rôdé, que plus rien n’est possible, ni pour le meilleur, ni pour le pire.
    Piquemal, en mai 2016, va être sermonné et sera contraint au « coucouche panier »… sauf, si d’ici là, un nouvel attentat faisant plusieurs centaines de morts a lieu en Francerie…
    Et là, il deviendra un héros, et peut-être que cela permettra à un leader de s’imposer pour renverser l’État et repartir sur de nouvelles bases, plus saines et honnêtes.

    09/02/2016 à 10 h 10 min
    • Jacky Social Répondre

      @Elbaz:la derniere phase de votre post ne rassure pas. De nouvelles bases, plus sainex et honnetes. C’st ce que nous voulons tous, mas pour cela il faut liberaliser, dereguler et desetatiser. Si vous attendez un leader providentiel avec une administration honnete, vous retomeberez automatiqement dans le systeme actuel qui est tout le contraire.

      09/02/2016 à 10 h 16 min
      • Elbaz Répondre

        Oui, je sais…
        Mais il m’arrive encore d’avoir espoir et de rêver.
        Le Meilleur des Mondes, pire que celui d’Aldous Huxley, que l’on nous impose en terre nationale, me donne l’envie de gerber.
        J’en arrive à regretter Charles Pasqua : Ses actions, pas toujours avouables, étaient faites pour le bien du Pays.
        J’en ai marre de cette soit-disant démocratie du 50-50 :
        Quand une personne dit que le ciel est bleu, en face, il y a toujours, une autre, pour dire le contraire.
        Bref, je rêve d’une femme, au sein nu, sur le haut d’une barricade, tenant le drapeau et criant « En Avant ! »…

        09/02/2016 à 10 h 54 min
  • Jaures Répondre

    Le général Piquemal vient de reconnaitre, qu’il avait eu tort de participer à ce rassemblement interdit auquel était présent Pegida, groupe qu’il qualifie lui-même de « raciste » et « un peu fasciste »(sic).
    Il prétend s’être trouvé là de manière fortuite (on l’a pourtant photographié haranguant la foule avec un mégaphone) « pour reconnaître les lieux »(sic).
    Le général passe en justice le 12 mai. Sans doute pourra-t-il expliquer sa présence active, quoique « fortuite » à une manifestation interdite composée de militants « racistes » et « un peu fascistes » dont certains ont été arrêtés armés de coups de poing américains ou de cutters.
    A 75 ans, on doit être capable de choisir ses fréquentations.

    09/02/2016 à 9 h 48 min
    • Jacky Social Répondre

      Nous ne sommes plus au 19 eme siècle ou les rassemblement de plus de trois personnes etaient interdts Quelle est la motivation (biaisee a goooche) de cette interdiction? En quoi Pegida est-il raciste? Depuis quand l’islam est-il une race? Il est libre de manifester. Les grandes consciences ont la liberte a geometrie variable, d’autant plus que Pegida et autres traduisent les vraies inquietudes de l’immense majorite des citoyens europeens, En quoi sont-ils fascistes, ces manifestants? Ont-ils obliges quiconque a se joindre a eux ? Par la force? Je ne pense pas que vous soyez bien place mon Jojo le syndico pour faire la morale quant a l’opportunite ou non de manifester sur un sujet qui fache et inquiete pas de gens (a juste titre d’ailleurs). Ce gouvernement est illegitime et ses decisions sont illegitimes. Des lois, ca se change ou ca s’enfreint. C’est fait pour ca. On s’en branle de VOS lois Jojo. Car ce sont VOS lois, pas les notres. L’etat, ses ministricules et sa flicaille, on les emmerde. On VOUS emmerde. Et on se plait a vous le dire.

      09/02/2016 à 10 h 25 min
      • Hilarion Répondre

        Il faut comprendre « fasciste » et « raciste » dans la sémantique française comme l’était l’article 58 du code pénal de la défunte URSS, dont le spectre d’application était si large que le simple éternuement durant un discours de Staline (un vieux copain à Jaurès) ou un vrai complot pouvait vous envoyer pour dix ans dans un camp, voire vous attribuer à la vitesse convenable quelques grammes de plomb dans la nuque les jours de mauvaise humeur. Pour en revenir à notre ami Jaurès, il fait partie de ces gens qui vous expliquent que ce n’est pas le lever du jour qui fait chanter le coq, mais le chant du coq qui fait lever le jour. Jaurès est mon sophiste préféré.

        09/02/2016 à 11 h 09 min
        • Jacky Social Répondre

          @Hilarion: merci. J’adore votre ironie via-a-vis de notre sans-culotte de service. A ceci « Pour en revenir à notre ami Jaurès, il fait partie de ces gens qui vous expliquent que ce n’est pas le lever du jour qui fait chanter le coq, mais le chant du coq qui fait lever le jour », Jaures vous repondrait: « Avez-vous des preuves? Revoyez vos fiches. Les statistiques du ministere dit que le coq se leve avant le soleil pour faire lever ce dernier. C’est prouve ».

          09/02/2016 à 11 h 34 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: