Le gouvernement tolère la violence de l’ultra-gauche !

Le gouvernement tolère la violence de l’ultra-gauche !

Ces derniers jours, les tensions sont montées d’un cran au sein de la majorité socialo-écolo-communiste.

Cécile Duflot, ministre écologiste du Logement, vient, en effet, d’apporter son soutien aux opposants à l’aéroport Notre-Dame des Landes de Nantes – fief électoral du Premier ministre.

Ces opposants, issus pour la plupart de l’ultra-gauche, n’ont pourtant pas fait dans la demi-mesure en matière de violences et de dégradations.

On peut naturellement penser ce que l’on veut de cet aéroport. Je ne suis personnellement pas convaincu qu’il soit réellement utile et non l’un de ces multiples exemples de réalisation pharaonique érigée à la gloire d’un élu local mégalomane.

Mais il y a une chose qui est claire : Jean-Marc Ayrault a parfaitement raison de rappeler que « ces violences sont inacceptables dans un État de droit ».

Si Mme Duflot soutient les violences des opposants, elle de­vrait avoir la décence d’en tirer les conséquences en démissionnant du gouvernement. Il est vrai que la décence ne caractérise pas vraiment ces prétendus « écologistes » – dont le faux attachement à la nature (qu’ils ignorent souverainement) cache mal la réelle haine de la civilisation occidentale.

Il est vrai aussi qu’à l’approche des élections municipales, cha­que faction de cette majorité hétéroclite est tentée de durcir le ton pour marquer sa différence et limiter la casse électorale annoncée.

Cependant, cette situation ne montre pas seulement le peu de cohérence politique de Mme Du­flot. Elle montre aussi la faiblesse du couple Hollande-Ayrault, incapable d’imposer une ligne à son propre gouvernement. Elle montre surtout à quel point les élections de 2012 ont reposé sur un malentendu : il n’y a pas de majorité, seulement une addition d’anti-sarkozystes incapables de se mettre d’accord sur quoi que ce soit. Or, dans ce contexte, ce sont toujours les plus radicaux – et Dieu sait s’ils sont nombreux dans cette majorité ! – qui l’emportent.

Par ailleurs, cette situation met aussi sous les yeux de tous la réalité ultra-violente des groupuscules d’extrême gauche.

On se souvient que Manuel Valls avait menacé de dissoudre le Printemps français, dont l’action la plus « violente » avait consisté à coller des affiches sur un local LGBT, tandis que la violence d’extrême gauche est parfaitement admise, sinon encouragée.

On mesure ainsi, une nouvelle fois, le deux poids, deux mesures qui règne dans notre prétendu « État de droit »…

Jean Rouxel

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • BRENUS Répondre

    Tiens! Un bisounours se réveille et constate une évidence criante depuis des lustres. Mais bien sur que la gauche, non seulement tolère, mais approuve les actions de ses nervis « casseurs de fachos ». Elle est d’ailleurs tellement imbue d’elle même qu’elle ne se rend pas compte qu’en fait de fachos, elle a largement accouché de bien pires que ceux qu’elle entend dénoncer. Pour les anciens, rappelez vous l’histoire merveilleuse qui enchantait tellement les cocos avant guerre – et après- : ce jeune adolescent russe soviétique comme il se devait à l’époque- adulé pour avoir dénoncé ses parents pas assez cocos a son gout. Ce fut le résultat du lavage de cerveaux de l’enseignement soviétique.. Encore un petit effort et la merveilleuse éducation nationale française (avec enseignants reçus a 4/20 aux concours dont ils se gargarisent) ne tardera pas a formater vos gosses dans le sens de la merveilleuse égalité en tous genres et adhésions aux thèses des plus déglingués de ses maitres a penser. Relisez « le meilleur des mondes » et réfléchissez…. Si l’EN ne vous en a pas encore enlevé la capacité.

    27/02/2014 à 12 h 00 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: