Le laxisme judiciaire contre notre sécurité

Posté le 10 avril , 2018, 3:49
4 mins

Depuis les années 1970, au moins, la justice a toujours refusé de qualifier de meurtre le fait de tuer par voiture interposée.

C’est ainsi que les routes françaises sont devenues les plus dangereuses d’Europe avec plus de 8 000 morts par an.

Scandalisé à juste titre, un ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy puisqu’il faut bien l’appeler par son nom, a inventé le radar à flash automatique dont le déclenchement constituait un flagrant délit, assorti d’une belle amende et d’un retrait de points.

Miracle ! En moins d’un an, le nombre de morts est passé de 8 à 4 000.

Quatre mille familles ont été épargnées.

Mon fils n’aurait pas été « écrabouillé » par un chauffard propriétaire de son trente tonnes qui circulait dans la rue principale de Lunéville à plus de 90 km/h, à tel point que je n’ai pu voir sa dépouille mortelle.

Mon neveu de onze ans n’aurait pas été tué par un chauffard dont le dérapage incontrôlé balaya un trottoir de Firminy, envoyant du même coup ma sœur à l’hôpital.

Écoutons Lamennais : « La loi sans la force n’est qu’utopie. »

La « non-justice » est donc responsable de 4 000 morts par an pendant 30 ans au moins.

Ces morts auraient été évitées si la justice avait sévi.

120 000 morts de moins ; 120 000 familles épargnées par le chagrin. Et, plus prosaïquement, quel supplément de richesse pour un pays à la démographie anémiée !

Privés de leur escopette routière, les prédateurs ont appelé le sexe à leur aide.

Selon les données de l’observatoire de la délinquance, on évalue à 200 000 le nombre de viols annuels, dont seulement 15 000 sont déclarés et seulement 2% sanctionnés.

Faire reconnaître un viol est pratiquement impossible.

Notre justice utilise toujours sans vergogne des critères du siècle dernier que tous les pays civilisés ont abandonné.

Plus de mille enfants parmi les victimes, mille vies gâchées par l’impossibilité de surmonter le
traumatisme non reconnu par l’injustice institutionnalisée.

Notre président cherche louablement à économiser un peu d’argent public.

Mais il semble qu’à l’ENA, on ait oublié l’adage de Jean Bodin : « Il n’est de richesse que d’hommes. »

Platon disait : « Quand les maîtres ont peur de leurs élèves ; quand les hommes ne respectent plus les lois ; alors la tyrannie est en marche ! »

Les 30% de Français qui votent pour Madame Le Pen ne sont pas des fascistes ; ce sont les 30% qui aspirent à l’autorité salvatrice de Platon, celle qui leur permettrait de vivre en paix, de ne plus voir partir en prison le vieil homme qui, la nuit, a défendu son bien avec son fusil, de ne plus voir leur femme ou leur fille, violées, ni de se voir traîner en correctionnelle pour les avoir défendues.

Napoléon, comme De Gaulle, a bénéficié de ce désir de sécurité, qui est le premier des droits de l’homme. Le troisième prétendant ne sera pas forcément le meilleur, qu’on se le dise !

ARTICLE SUIVANT

Dupont-Aignan

14 Commentaires sur : Le laxisme judiciaire contre notre sécurité

  1. HansImSchnoggeLoch

    16 avril 2018

    Imaginez un type qui vient de réaliser une invention sensationnelle qui va révolutionner le monde.
    Il va chez les autorités pour leur soumettre sa réalisation, celles ci sont emballées et veulent immédiatement la mettre en production.
    Il y a un tout petit hic ajoute l’inventeur il y aura des dommages collatéraux et des millers de gens mourront ou seront blessés.

    Cette invention c’est la voiture automobile.
    Que vont faire les autorités à votre avis?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25 avril 2018

      de nos jours l’ aspirine ne serait peut être plus ” autorisée ” à être mise sur le marché

      Répondre
  2. Babasse

    16 avril 2018

    C’est en 15 ans que le nombre des tués sur la route a chuté de 8000 à 4000. Dans les 20 années qui ont précédé l’installation du premier radar automatique, il est passé de 18000 à 8000… La pente de décroissance n’a pas changé. Dommage pour la démonstration !

    Répondre
    • Paul

      16 avril 2018

      Parce que durant les 20 années qui ont précédé les radars, d’autres lois ont durci le code de la route: limitations de vitesse sur autoroute, à 50km/h en ville (1990), baisse du taux d’alcoolémie toléré, permis à points,…
      A chaque fois, les automobilistes ont râlé mais la question est celle du prix d’une vie. Vaut-elle de perdre 2 ou 3 minutes sur un trajet de 100 kms ? Il faut pour cela parler avec les proches des victimes de la route.

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    13 avril 2018

    il faut dire aussi que la Justice a parfois des ” oursins ” à manier, comme par exemple l’ affaire dite de Tarnac où le moins que l’ on puisse dire c’ est que nos services de ” renseignements territoriaux ” auraient été à leur vraie place dans un album des ” pieds nickelés ” de mon enfance

    Répondre
    • Henri de Montfort

      16 avril 2018

      Je suis 1000 % d’accord avec vous !
      Nos “services du renseignement intérieur” font leur travail .
      MAIS auraient-ils pour instruction de “ne pas faire de vagues”?
      Sinon comment expliquer que les “bi-nationaux ” fichés S ”
      ne soient pas expulsés vers le pays de leur cœur et que les “nationaux –
      chances- pour- la- France “soient pas assignés à résidence permanente
      dans le paradisiaque département de Guyane ?
      Demandez-le aux islamo-collabos qui sont censés nous gouverner !

      Répondre
      • Paul

        16 avril 2018

        Parce que tout ce que vous dîtes serait inconstitutionnel. Il faut donc changer la Constitution, en exclure la Déclaration des Droits de l’Homme en préambule et instaurer le droit du sang . Bref, nous débarrasser du véritable carcan idéologique qui nous empêche de nous défendre contre les invasions étrangères et les terroristes Français de papiers.

        Répondre
        • R. Ed.

          16 avril 2018

          Je suis un ” autochtone ” d’un pays qui applique le droit du sang mais les ” trous d’ucs qui le dirigent voudraient le faire passer au droit du sol !!!

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            25 avril 2018

            en France c’ est le droit du sol qui s’ applique ; vous ne le saviez pas ?

  4. Paul

    12 avril 2018

    Pour avoir connu une famille décimée par la violence routière, je souscris à votre soutien à toutes les mesures de répression qui frapperont sévèrement les chauffards. Je n’ai jamais suivi ici les diatribes démagogiques contre les radars ou les limitations de vitesse. Quand bien même la limitation à 80kms/heure sauverait une seule vie, elle ne serait pas inutile au regard des 2 ou 3 minutes perdues sur un trajet de 100 kms.
    Pour le viol, la situation est un peu plus complexe. Le féminisme a théorisé le viol de manière si contradictoire que l’on ne sait plus si l’on a affaire à une agression quand certaines accusent leur propre époux de les toucher ou s’il s’agit même d’un délit quand d’autres affirment qu’une femme jouit en telles violentes circonstances. Tant que sévira l’idéologie féministe, les femmes ne seront pas en sécurité ni même en état intellectuel de savoir quand elles sont agressées si un viol est un crime ou fait partie d’une vie sexuelle épanouie. Le retour paisible à une conception des rapports complémentaires entre hommes et femmes, de la nécessaire constitution d’un foyer stable où chacun sait quelle est sa place permettra de cerner définitivement l’acte criminel dont la répression sans faille rendra à la femme la sécurité que l’homme lui doit.

    Répondre
    • R. Ed.

      16 avril 2018

      90,80, 70, 60 , 40 , etc, etc à partir de zéro km./h., il n’y aura plus que des vies sauvées.
      Par contre, pour accomplir le trajet de 100 km., combien y aura-t-il de minutes perdues ?
      Je préconise donc le retour au transport par baudet, au chameau, à pied pour les moins riches.
      D’ailleurs, nous sommes sur la bonne voie, avec l’arrivée inopinée de nombreux ” conducteurs ” de ce type de transport.

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    11 avril 2018

    Les Arts *, le Droit , la Morale ** constituent le trépied de la Société …

    * tous les Arts y compris l’ art militaire, médical , poétique , ceux des Métiers etc …

    ** la Morale philosophique, civique et … religieuse

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    10 avril 2018

    pourquoi l’ iconographie de cet article représente elle une balance de la Justice américaine ? par ailleurs … ” déséquilibrée ” comme son Président

    Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    10 avril 2018

    De la route à la déroute judiciaire.

    Nous sommes dans une période où la justice empiète de plus en plus sur les fonctions exécutives et législatives.
    Il existe une séparation des pouvoirs qui n’est plus respectée par cette justice.

    Sous l’impulsion du socialisme cette justice qui devrait être neutre s’est de plus en plus transformée en justice sociale avec pour modèle ce qui s’est pratiqué chez les bolchéviques voire au parti NS allemand (Roland Freisler).
    La découverte du mur des cons en est une preuve flagrante. Que des juges puissent faire partie d’un syndicat est déjà une aberration en soi.
    Peut-on encore faire confiance à une telle justice?
    Malheur à celle ou celui qui tombera dans ses griffes.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)