Le malheur d’être réaliste

Posté le mai 14, 2008, 12:00
8 mins

Imaginons l’un de nos compatriotes totalement imperméable à la presse, ne lisant aucun journal, n’écoutant aucune radio, ne regardant aucune télévision. Pratiquement, je dis bien pratiquement, quel changement aura-t-il connu depuis un an ? Je vais vous le dire. Il n’en aura connu aucun, du moins aucun qui soit positif.

En matière de sécurité, la situation s’est aggravée. Les professeurs sont toujours agressés de multiples façons dans les établissements scolaires de localités qui comptent jusqu’à 150 nationalités différentes. Il n’est pas de jour où, entre autres, les gardiens de squares de la ville de Paris ne soient attaqués. L’insécurité de l’emploi est toujours là. Le chômage reste massif. Un jeune Français a deux fois plus de risques d’être chômeur qu’un jeune Allemand et quatre fois plus qu’un jeune Danois.

Une nouvelle forme d’insécurité se développe, paradoxale celle-là : les garde-à-vue par la police : 563 000 GAV en 2007 ! Pour les voyous d’accord, mais pour les honnêtes gens, c’est nouveau, incarcérés pour un oui, pour un non avec humiliation et traumatisme assurés par ceux-là mêmes qui ont mission de nous protéger. Un comble ! Gare aux dénonciations calomnieuses !
Quant à la liberté d’expression, elle est relative. La prudence impose de ne pas traiter certains sujets…

Le service minimum dans les transports est purement théorique. On est toujours, en cas de grève, pressé comme un citron dans les voitures du métro, contrairement aux règles élémentaires de l’hygiène ou de la dignité humaine.

La fiscalité n’a pas changé. Personne n’a entendu dire que l’impôt sur le revenu ait diminué. Les impôts locaux vont sûrement augmenter encore. Depuis huit mois, six taxes et impôts nouveaux ont été créés en douce. L’ISF n’a pas disparu. D’une certaine façon, cet impôt exigé par les communistes est plus complexe encore que l’année précédente avec une nouvelle réglementation qui n’empêche nullement l’administration fiscale de récolter ce qu’elle veut en raison de la hausse de l’immobilier et, par conséquent, de l’habitation principale. Aussi bien pas un seul exilé fiscal à l’étranger n’a regagné la France et beaucoup continuent à fuir.

L’immigration se porte très bien. On est en route pour régulariser des milliers et des milliers de clandestins au « cas par cas ». Ne va-t-on pas créer un jour le ministère du « cas par cas » qui régularisera, dans tous les cas, les 600 000 clandestins que compte la France avec portes ouvertes grâce à Schengen, la Guyane, Mayotte, etc. ?

Les finances publiques, n’en parlons pas. C’est comme une maladie honteuse que l’on subit sans en dire un mot. Les déficits sont toujours là, sans lesquels l’État serait en cessation de paiement et la dette gigantesque d’un pays en faillite s’alourdit chaque jour davantage. « Ce n’est pas vrai », claironne la très optimiste ministre des Finances. L’ennui est que la Commission de Bruxelles vient de faire connaître que, la France étant mal gouvernée depuis longtemps, les déficits et la dette vont encore s’alourdir, que la croissance sera très faible en 2008 et 2009, que le chômage risque d’augmenter.
« La situation de la France est la plus préoccupante de la zone euro » a déclaré publiquement le Commissaire aux affaires économiques de l’Union européenne. La France, aurait-il pu ajouter, est le pays développé où l’on travaille le moins. 43,3 % des Français de 55 à 64 ans ont une activité professionnelle contre 68,9 % des Suédois, 74,9 % des Suisses et 80 % des Japonais, plus les 35 heures. Des fondamentaux tellement négatifs que la France n’a aucune chance de se redresser.

En somme, notre compatriote depuis un an n’aura connu qu’un seul changement, et celui qui fait mal : le coût de la vie. Tous les prix s’envolent. 40 % de hausse des produits alimentaires sur un an, sans oublier le prix des carburants. Phénomène mondial, dit-on. Certes, mais les taxes énormes, notamment sur les hydrocarbures, ce n’est pas un phénomène mondial ; c’est un phénomène national.
Alors les réformes, c’est quoi ? C’est une Arlésienne. On les guette, on les attend, on les devine, mais pratiquement on ne les voit jamais.
Une différence cependant : l’Arlésienne a donné lieu à quelques pages symphoniques de Georges Bizet, agréables à entendre. S’agissant des réformes, pour tenir lieu de musique, nous avons les discours de notre Président ; « Attendez, attendez, elles vont venir les réformes… comme l’Arlésienne ! »

Ancien Ambassadeur de Francee

3 réponses à l'article : Le malheur d’être réaliste

  1. MAGNE

    20/05/2008

     "Une nouvelle forme d’insécurité se développe, paradoxale celle-là : les garde-à-vue par la police : 563 000 GAV en 2007 ! Pour les voyous d’accord, mais pour les honnêtes gens, c’est nouveau, incarcérés pour un oui, pour un non avec humiliation et traumatisme assurés par ceux-là mêmes qui ont mission de nous protéger. Un comble ! Gare aux dénonciations calomnieuses !
    Quant à la liberté d’expression, elle est relative. La prudence impose de ne pas traiter certains sujets…"

    Avant les policiers étaient recrutés dans le monde du travail : électricien , soudeur , ébéniste etc… et avait plus de maturité .  De plus ils avaient un peu plus de proximité avec la population , sachant qui était qui  .Le chômage était presque inexistant , et la délinquance moindre .

    Actuellement les policiers sortent tout frais émoulus d’écoles de police , et se voient confrontés à toutes sortes de situation . Jets de pierre , machine à laver tombant des toits des immeubles , et forcément se méfient de tout le monde , ne sachant pas trés bien qui est qui .

    Un jeune peut sortir une arme ou vous expédier une bouteille incendiaire . Il faut se méfier . Malheureusement pour une blague de collégiens , jets de pétards etc… les jeunes se voient menottés , jeter au sol , et si par malheur il cherche à appeler son père par téléphone portable , coups de pîeds dans la figure et dans le ventre . Le policier ne peut pas savoir en pleine nuit s’il s’agit d’un portable ou d’une arme .

    Les jeunes sont envoyés devant les juges , qui apprécient à sa juste valeur ( qualité de la Justice , et il n’y a pas de bavures ) . Les juges savent différencier le jeune qui attaquent une personne âgée , d’un jeune qui jette un pétard .

    Autre chose , les gens sont angoissés , peu de moyens financiers , et quand vous gagnez peu , et qu’en moto vous ne voyez pas un feu rouge , vous avez une patrouille de police qui vous verbalise : 180 euros . De quoi pêter un cable et d’insulter les agents , qui parfois laissent passer , souvent , mais parfois non . Le métier de policier est devenu dur , et les gens se croient tout permis . Il faut avant de sortir , prendre ses papiers , si vous êtes contrôlés rester poli , et faire ce qu’on vous demande . 

    Il y a quelques décennies quand les policiers arrêtaient une voiture , ils demandaient aux passagers de placer les mains sur le toît de la voiture . Personne ne se serait dérobé . Maintenant tout le monde rouspète , et ont tendance à s’énerver . La police n’a personne dans le nez , et ont des consignes , qu’ils doivent respecter .

    Les radars : tout le monde râle . Tiens  , j’ai perdu un point . Devons – nous les supprimer et voir les nôtres dans des hôpitaux . Non .

    J’avoue que pour un jeune qui fait une manifestation étudiante , et arrêté il se voit déféré devant un juge , et que quelques jours avant ses mêmes magistrats barraient l’entrée des tribunaux avec des barrières métalliques , il a de la difficulté à comprendre . Personne n’arrête personne . Les syndicalistes brûlent des pneus , personne n’intervient … Les avocats en tenue empêche des trains de circuler , personne ne dit rien …

    Que vous soyez puissants ou misérables , les jugements de cour vous feront blancs ou noirs .

    Tel Ministre roule à 24O dans une Porsche pour son plaisir , tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes . Alors que pour nous 11O , c’est 11O et 123 une amende et un point . Que faire .

    La liberté de la Presse ; à lire les journaux il me semble que tout est dit , et peut-être dit ( seule la décence doit guider les journalistes , qui ne doivent pas répéter à chaque émission de télévision à une heure de grande écoute : c’est une " connerie " Une amende , lourde serait la bienvenue , sinon tout peut-être dit , cela va de soi , et le Gouvernement ne met jamais son nez dans ces affaires ). Une Loi me semble nécéssaire pour préserver la vie privée du Président de la République ( mis à part des faits de droit commun importants ) , d’une part parcequ’il a autre chose à faire et que cela fait mauvais effet à l’étranger de le traquer de cette manière . Une autorisation de la part de ses services me semblerait la bienvenue .

    Non , et pourtant je ne suis pas du tout ni un policier , ni un magistrat ni un proche du Président … mais je trouve que nous sommes toujours en République . Que l’on me prouve le contraire . Je sais que nous sommes un Peuple de râleurs , mais il y a des limites .

    Peut-être pourrait faire un effort  ( la France )sur les sur-doués dont M. Allegre disait ( ils sont 7OOOOO ) , et la première chose que fait l’Education  Nationale , c’est de s’en débarasser . MAGNE

    Répondre
  2. UN chouka

    17/05/2008

    DE boulevèrsement en Hausses en cascades, n’allons nous pas vers une grande modification du comportement du citoyen de base ?

    Un repli ultra-individualiste ?ETC……………….

    Beau progrés en somme .

    Bon, il faut pourtant bien vivre ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)