Le phénomène Bayrou

Posté le 14 mars , 2007, 12:00
8 mins

À l’heure où j’écris ces lignes, les trois premiers présidentiables sont au coude à coude dans les sondages. Nicolas Sarkozy : 26 %, Ségolène Royal : 25 %, François Bayrou : 24 %.

La formidable envolée de François Bayrou sème la panique dans les états-majors UMPS, car le « troisième homme » a des chances de mettre au tapis les deux candidats de la droigauche, qui étaient persuadés que tout allait se passer dans leur face-à-face. Or, la donne a changé. Dimanche 11 mars, Corinne Lepage, la plus sérieuse tête de file des mouvements écologistes, a renoncé à sa candidature pour apporter son soutien à François Bayrou. Le soir même, Jacques Chirac s’est adressé aux Français pour leur dire qu’il ne solliciterait pas un nouveau mandat, mais il n’a pas dit un mot quant à son éventuel successeur. Certes, ce moment un peu solennel n’était pas propice à l’annonce d’un soutien à quiconque. Dans les semaines qui viennent, Jacques Chirac soutiendra peut-être Nicolas Sarkozy… mais à peu près comme la corde soutient le pendu.

Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé un jour : « Les Français veulent être gouvernés au centre ». Je crois que c’était vrai, et que ce l’est aujourd’hui plus que jamais. Disons plutôt qu’ils veulent être gouvernés au centre droit. Et cela depuis très longtemps. Ce centre droit fut incarné autrefois par le parti radical, qui parvenait à être à la fois progressiste et conservateur (ce qui correspond exactement à ce qu’est le Français moyen), et qui régna longtemps sur la vie politique française, avec son aile gauche radicale-socialiste. Mais souvent contraint de s’allier aux socialistes, du fait de l’impuissance institutionnelle de la iiie République, il fut laminé par la défaite de 1940, dont il était en partie responsable, et après laquelle il se « réincarna », si j’ose dire, dans le parti gaulliste, dont la base fut constituée surtout d’anciens électeurs radicaux.
Quant au parti radical officiel, réduit à l’état de formation minoritaire assise entre deux chaises, il se scinda finalement en deux morceaux, radicaux de droite et radicaux de gauche, réduits au rôle de comparses. La ve République, si elle apporta les avantages considérables de la stabilité gouvernementale et d’un Président élu par le peuple, accentua très fortement le clivage gauche-droite et enferma la France dans la balançoire de l’alternance, qui a conduit notre nation à tirer à hue et à dia et a fini par décevoir presque tous nos concitoyens.

Dans ce contexte, je crois que le succès de François Bayrou s’explique aisément. Son discours « ni gauche ni droite », même s’il est en grande partie illusoire, rallie les déçus des deux côtés et introduit dans cette élection un ton nouveau qui séduit certainement les électeurs jeunes, non fixés idéologiquement. Et bien que le Président de l’UDF ne soit pas vraiment un homme nouveau, sa position de « non aligné » lui refait une virginité et provoque une espérance porteuse. Car dans l’électorat, fatigué des lâchetés de la gauche et des mollesses de la droite, flotte depuis longtemps le désir de pouvoir « essayer autre chose », et pourquoi pas une « troisième voie » ? Ce sentiment avait jusqu’ici favorisé Jean-Marie Le Pen, mais les côtés inquiétants – fondés ou non – de sa personnalité comme de son idéologie, le vouaient à frôler la réussite sans l’atteindre.
Bayrou est beaucoup plus rassurant, tout en semblant sérieux et déterminé. De plus, il fait très « Français », et cela compte. Car ses deux principaux concurrents ont des handicaps. Nicolas Sarkozy, quelles que soient ses qualités et son énergie, est fils d’immigrés hongrois. Cela peut porter à croire qu’il n’a pas la fibre assez « nationale », ce que d’ailleurs certaines de ses déclarations semblent confirmer. Quant à Ségolène Royal, outre un nom d’opérette et une voix mal placée, c’est une femme, et rien ne prouve que les Français (et même les Françaises) soient prêts à mettre une femme à la tête de l’État. (Les caciques socialistes eux-mêmes n’y étaient pas prêts du tout !)
Bref, François Bayrou donne à des électeurs de plus en plus nombreux l’impression qu’avec lui, ils vont peut-être pouvoir changer les habitudes politiques sans prendre trop de risques. Pouvoir être audacieux sans être téméraire ; que demande le peuple ?

33 Commentaires sur : Le phénomène Bayrou

  1. Anonyme

    19 mars 2007

    Monsieur Lance

    Certes il ne s’ agit pas d’ un forum mais à partir d’ un article, les avis des différents internautes peuvent  être plus intéressants que le commentaire du début .

    grandpas

    Répondre
  2. Pierre

    19 mars 2007

    A Dubois, Si Bayrou devenait president (ce que je doute fortement!), il gouvernerait avec l’UMP et PS-PC-Verts comme il le fait aujourd’hui dans les assemblees nationales, regionales et generales!

    Bayrou est avec Royale et Sarkosy, le candidat du systeme socialo-immigrationiste!

     

    Cordialement

    Répondre
  3. Anonyme

    19 mars 2007

    Francois Bayrou ne sera pas président. Il n’est la que pour prendre des voix a la fée clochette, et ca marche. Meme s’il en prend qqs unes au passage a Sarkosy, cela ne devrait pas etre significatif.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  4. Anonyme

    19 mars 2007

    Pierre Lance : " Peut-être faudrait-il ménager sur ce site deux espaces différents"
    Pas sur. Meme si les discussions aux 4 V, tournent un peu au forum, beaucoup d’entre nous gardent a l’esprit le texte initiateur, et, a qqs exceptions, se font un devoir de rester dans le sujet de l’auteur; en g
    énéral, ce sont CES articles qui "inspirent" nos commentaires et qui, les "structurent".
    Un espace ou tout le monde discutterait, sans ordre ni rigueur, avec le vocabulaire induit que j’imagine, ne m’interesserait certainement pas, et, sans vouloir parler pour les autres, je ne vois pas bien les qqs commentateurs de grande qualit
    é qui écrivent ici, aller se repandre sur une espace plus "libre" autrement dit completement "bordel..ique". La reflexion, meme a notre niveau, pousse mieux dans la sérénité et la courtoisie.
    J’en profite pour remercier Pierre Lance, pour ses g
    énéreuses (il n’est pas obligé) et encourageantes interventions parmi les commentaires; celles-ci sont certainement un honneur pour nous.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  5. EIFF

    19 mars 2007

    Bayrou, c’est Gorbatchev

    Le silence est d’or. Telle est la devise à peine dissimulée des candidats à l’élection présidentielle. Oh, certes ils parlent. Et d’abondance. Mais surtout pas de ce qui pourrait fâcher. On ne saurait imaginer pire dérèglement de la démocratie. Celle-ci ne peut fonctionner que si les échéances électorales sont le moment des grands choix collectifs. A ne pas vouloir les faire, on se condamne à voir les problèmes surgir au moment où personne ne les attend et où nul n’est armé pour les résoudre. C’est évidemment ce qui va se passer en France, dès l’élection présidentielle accomplie et quel qu’en soit le vainqueur.

    Les lois de la République, issues de la transposition des directives européennes votées à Bruxelles par les divers gouvernements français, permettent non seulement de s’assurer pour la maladie auprès d’une société privée, mais aussi de souscrire, dans les mêmes conditions, une retraite par capitalisation en lieu et place de la répartition, que condamne la démographie puisqu’on va vers une situation où il n’y aura plus qu’un cotisant pour un retraité ! Qui vous le dit ? Et pourtant les candidats le savent tous. Où est leur civisme, leur sens des responsabilités, leur honnêteté tout simplement ?

    Et où sont les journalistes qui tentent d’informer leurs lecteurs ? Bien sûr, il y en a quelques-uns, qui sont l’honneur de leur profession. Mais pourquoi leurs confrères ne reprennent-ils pas ces informations ? Etrange vraiment, ce peuple français qui ne peut plus compter sur ses représentants politiques ni sur ceux qui sont chargés de l’informer, qui le sait parfaitement – car sinon il ne manifesterait pas un tel rejet des politiciens et des médias du système – et qui finalement se fait une raison, comme s’il n’y avait rien à faire.

    Et c’est là que les commentateurs ont tout faux. Car ils interprètent cette apathie comme un état définitif. Or il suffira d’un résultat inattendu à l’élection présidentielle – et il semble bien qu’on s’y achemine – pour que s’ouvrent les vannes de la révolte. Trop longtemps contenue et inexprimée, celle-ci renversera tout. D’autant que le bouleversement du système social est en cours, initié par une avant-garde de combattants de la liberté qui sont en train d’ouvrir dans notre mur de Berlin à nous la brèche par laquelle s’engouffrera demain tout un peuple.

    A la vérité, nous sommes au moment où le système se cherche un réformateur pour survivre sans changer l’essentiel. En Union soviétique, ce fut Gorbatchev. En France, c’est Bayrou. Après Gorbatchev, il y eut Eltsine, et avec lui le système disparut. Il en ira de même avec Bayrou s’il est élu. Le vrai réformateur viendra ensuite.

    Tout se passe comme si la France ne pouvait pas sortir du communisme qui l’étouffe depuis la Libération sans passer par une sorte de quarantaine politique, un sas de décontamination ou, si l’on préfère, un purgatoire. Un peu de patience mes amis, l’heure de vérité est proche. Mais surtout que personne ne s’endorme. Il y a des grands soirs qu’il ne faut surtout pas manquer.

    Claude Reichman.

    Répondre
  6. Anonyme

    18 mars 2007

    Bayrou président ?

    Il gouvernera avec qui après les législatives ?

    Une réponse , merci !!!!!

    Répondre
  7. Pierre LANCE

    17 mars 2007

    J’aimerais préciser que j’ai fait une analyse de l’actualité aussi objective que possible, sans prendre parti pour François Bayrou, qui ne m’enthousiasme pas mais ne me révulse pas non plus. Tout le monde sait qu’en politique, dans la France d’aujourd’hui, tout électeur en est réduit à choisir, au risque de se tromper, non pas le meilleur, mais le moins pire. Certaines des positions de François Bayrou me paraissent bonnes, d’autres moins. On peut en dire autant de Nicolas Sarkozy. Mais comme dit l’une de mes amies : “N’importe qui plutôt que Ségolène !” N’oublions pas non plus que lorsqu”un homme politique est en campagne électorale, son obsession est forcément de ne déplaire à personne et d’adapter son discours aux milieux dans lesquels il évolue. C’est pourquoi il ne faut pas attacher trop d’importance aux déclarations plus ou moins démagogiques et de circonstance faites ici ou là. Il est bien évident , par exemple, qu’un candidat visitant le Salon de l’Agriculture ne va pas arriver en disant que les agriculteurs utilisent trop de pesticides, même s’il le pense. Il faut donc s’attacher surtout aux programmes publiés et aux engagements pris. A Oussalami ben tallé : Je comprends très bien votre déception, mais vous commettez une erreur (et vous n’êtes pas le seul) en prenant ce site pour un forum de discussion, ce qu’il n’est pas. Il a été fait au départ pour permettre aux Internautes de donner leur avis et leurs commentaires SUR LES ARTICLES PUBLIÉS dans les “4 Vérités hebdo”. Mais il a fini par devenir plus ou moins un forum d’échanges entre les lecteurs, au point qu’en général, si on lit les “commentaires” en commençant par les derniers, il est à peu près impossible de savoir de quoi parlait l’article théoriquement commenté. Toutefois, comme la liberté d’expression est une de nos valeurs, notre modérateur laisse chacun s’exprimer à son gré, ce qui aboutit parfois à des outrances, voire des propos insultants ou vulgaires que, personnellement, je ne laisserais jamais passer. On peut parfaitement s’exprimer avec force et conviction tout en restant correct et courtois et en faisant un effort de compréhension du point de vue opposé. Peut-être faudrait-il ménager sur ce site deux espaces différents : l’un réservé exclusivement aux commentaires des articles, l’autre qui serait un espace de dialogue sur tous les sujets, à l’initiative des visiteurs. Simple suggestion.

    Répondre
  8. sebastien

    17 mars 2007

    depuis plus de 30 ans, Le Pen veut devenir president, et jamais il n a eu la confiance des français..je ne comprend pas, quelqu’un que la majorité absolu ne veut pas de lui et ne veut pas l’elire, et continu a parler au nom des français..et veut devenir president..il a eu la gifle apres la gifle, et en plus de 30 ans, ses partisants n’ont augmenté que de 5 ou 6%..mais il insiste qu’il parle au nom de tout les français…alors que des français de souche s’en foutent royalement de ce qu’il dit, et parmis eux des chomeurs, et des simples ouvrirer et employés..

    le discours demagogique ne réusi pas toujours…et la nature humaine rejette toute sorte de racisme et descrimination..mais y en a qui percistent et veulent seulement se distinguer des autres pour une raison ou une autre.

    Le Pen est un hypocrite: devant la télé il a un discours et devant ses partisants un autre discours…et il faut vraiment se mefier des gens aux doubles jeux !! 

    Répondre
  9. Gérard Pierre

    17 mars 2007

    Bonjour Mancney.

       …… on ne se quitte plus !

       Je viens de prendre connaissance du développement de COZE et de la réponse que lui adresse Noël Hanssler. J’ai donc fait suite à ces deux positions interessantes sur le site ad hoc, celui dont vous faites mention. Je préfère procéder ainsi afin de ne pas mélanger les sujets.

       Quant à François Bayrou, que Dieu lui vienne en aide et l’éclaire, surtout à propos de l’islam !

      

    Répondre
  10. Val Philippe

    17 mars 2007

    Cet aricle est juste. L’ascencion de Bayrou caractérise une volonté française de vouloir trouver une troisième voie. L’avantage avec Bayrou c’est qu’elle rassure car il a une réputation de démocrate et en plus il présente un personnage qui correspond bien au français moyen de souche, culture et religion comprises.

    Il ne faut pas se leurrer sur les réelles intentions du candidat de l’Udf. Cependant sa probité n’est pas à remettre en cause. Personnellement j’y adhère et je me dis que peut être, cette alliance qui naitra suite à son élection sera peut être l’élément majeur qui obligera enfin les politiques à se mettre au travail.

    Je suis fonctionnaire de la Poste et je sais bien qu’à terme mon statut est mort. Cependant j’ai dépassé l’idée qui consiste à penser que la gauche sauvera mon avenir puisque c’est elle même qui l’a remis en cause. D’autre part, mes valeurs personnelles sont plus à droite dans le sens identitaire du terme et j’ai envie que mon pays relève la tête et sorte de la cacophonie socialo-ump qui le dirige depuis 20 ans.

    J’irai donc voter Bayrou dès le premier tour car il est le seul qui puisse être représentatif d’une victoire possible contre ceux qui nous ont fait croire depuis longtemps que la France était coupée en deux, alors que réunis ils étaient en réalité minorotaire dans l’opinion.

    Répondre
  11. Anonyme

    16 mars 2007

    BAYROU c’est le Néo-Pompidou….  ou l’immobilisme béat.  Charentaises, râgout et ron ron.

    Mais je doute fortement que les présidentiables actuels, tous autant qu’ils sont, puissent encore relever ce pauvre pays moribond.  Seule une prise de conscience et un changement de mentalité de chaque Français peut faire bouger les choses.  Les gens attendent trop des politiciens.  Rien de bon et valable ne peut se faire sans le peuple, et le renouveau ne vient que pour un peuple lucide et courageux.  Les lâches ne sont payés que de leur pièce.

     

    Répondre
  12. non-aligne

    16 mars 2007

    La crise politique en France et en Europe est conditionnee par une manipulation mediatique sans precedent.

    En agitant subitement, la marionette Bayrou pour mieux faire au renouveau umps, le pouvoir totalitaire europeen a bien calcule son coup.

    A l’unanimite chez les intellectuels libres et en nombre grandissant chez les esprits pas encore completement eteints, on voit depuis quelques annees, dans un elan justicier et fraternel, une prise de conscience collective.

    OUI, que le reste des Europeens le croient ou non, la France viens de montrer son visage mi-dicature mi-bananier, qui va la conduire, elle et les autres europeens, ineluctablement a la revolte populaire.

    Cette tradition Francaise de revolution n’est pas sans rapport avec la culture critique, libertaire et visionnaire du peuple Francais. 

    Dans cette dictature europenne, les symptomes sont Francais et les remedes Francais aussi.

    Aux armes

    Répondre
  13. EIFF

    16 mars 2007

    Démissionnaire du PS en février, Eric Besson s’en prend violemment à Ségolène Royal dans son livre à paraître en Mars, dont « Le Figaro » a publié hier soir des extraits sur son site internet.

    « Je pense en conscience que Ségolène Royal ne doit pas devenir présidente de la République. Je ne le souhaite pas pour mon pays. Je le redoute pour mes enfants. »

    Répondre
  14. Anonyme

    16 mars 2007

    Hello Gérard Pierre,
    A la suite de l’article de Pierre Lance de la semaine derniere, sur la peine de mort, vous m’avez posé directement une question. La réponse est la :
    https://www.les4verites.com/articles/comments.php?articles_id=1414
    Et puis apres ma réponse, sauvage et brutale, vous serez sans doute heureux de lire, dans le post sensible et généreux du sieur "Voyons Monsieur" COZE, des mots touchants et pleins de solicitude …  pour les assassins.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  15. Jean-Claude THIALET

    15 mars 2007

    15/03/07    "Les-4-Vérités" –

    Si l’on ne peut qu’être d’accord – à quelques détails près – avec l’analyse de Pierre LANCE sur l’irrésistbile montée de François BAYROU dans les sondages, jusque et y compris son hypothèse de voir aussi bien Nicolas SARKÖZY que Marie-Ségolène ROYAL trébucher sur l’avant-dernière marche qui mène au trône élyséen, il y a quelques points importants qu’il a complètemetn négligés.

    Notamment celui qui fait, que, par la faute de De Gaulle et de ses alliés communinistes de circonstance, la FRANCE a été (je n’ose écrire irrémédiablement) coupée en deux. Phénomène que n’avaient pas réussi à créer  – du moins pas de façon aussi prolongée – la Révolution française, la Restauration ni même le rétablissement de la République après la guerre de 1870.

    Depuis que De Gaulle et les Gaullistes  – résistants vrais ou auto-proclammés –  et le parti "aux 75 mille fusillés" (sic)(1) se sont réservés le monopole du "patriotisme" qui leur donne aujourd’hui encore le droit de brader toutes les valeurs de la France  – y compris ses emplois et ses manufactures –   tout ce qui se veut "national", défenseur de l’identité nationale, de la préférence nationale, etc. est automatiquement classé "nazi", "raciste", "xénophobe"., "antisémite", etc.

    Et je pose la question : comment fera François BAYROU, l’homme qui veut  –  non la réconciliation de tous les vrais Français(2) – mais le consensus de la "droite" et de la "gauche", celles qui, précisément, conduisent ensemble ou en alternance la FRANCE au désastre. En prténdant ainsi sauver le pays alors qu’il continue à ostraciser cette droite nationale ? Et que, sans oser le dire tout haut, il se refuse à reprendre à son compte (par craindre de perdre des points dans les sondages ?) des idées de bon sens sans lesquels il ne sera pas possible de délester le "FRANCE TITANIC" des charges qui le font sombrer inexorablement. Ce qui prouve à l’évidence que le "troisième homme" n’a qu’une seule idée : rafler la mise des voix sur le tapis de la Présidentielle. Et pour cela, ne pas prononcer le mot fatal qui déclencherait l’artillerie lourde des médias (majoritairement de gauche) et des lobboes assopciatifs ou autres (même remarque).

    La France est en train de crever. Tout simplement parce que, à la Libération, des gens se sont arrogés à vie le droit de parler(3) non pas au nom du bon sens, ou des intérêts supérieurs de la France, mais tout simplement PARCE QUE, PENDANT LA GUERRE, ILS ETAIENT DU BON CÔTE. Façon de parler d’ailleurs quand on se souvient que, aux premiers temps de l’Occupation, le Parti Communiste "Français" avait tout fait pour COLLABORER ! Qui s’en souvient pour ceux qui ont têté à la mamelle les "bobards" enseignés par l’EDUCATION (prétendue) NATIONALE, dans un pays où l’on veut panthéoniser de prétendus patriotes lesquels, sous prétexte qu’ils auraient sauvé tout seuls la France d’une occupation (dont les paris qu’ils incarnaient était les premiers responsables !) font tout ce qu’ils peuvent pour ouvrir toutes grandes  portes sans se soucier de lui voir perdre son identité, sa culture et ses moeurs. Des moeurs déjà mises à rude épreuve par "Mai 68" !

           Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) Rapppel : toutes catégories politiques confondues, il n’y a pas eu plus de 4500 fusillés, le premier à l’être ayant été Honoré d’Estienne d’Orves appartenant à la Droite catholique !

    (2) j’entends par "vrais Français" tous ceux qui, allogènes ou indigènes, sont fiers de l’être et entendent préserver leur identité de … Français !

    (3) en spoliant les journaux, en accordant des monopoles syndicaux, en interdisant même pratiquement à des écrivains, des journalistes ou des cinéastes le droit de pratiquer leur métier. Tandis que, pour ne citer qu’un exemple, Jean-Paul SARTRE qui avait fait créer et jouer (avec l’aval de la Kommandatur !) des pièces (professeur, il n’avait pas besoin de cela pour vivre !) ses pièces, s’était auto-proclamé "résistant" et avait même présidé un Comité … d’épuration !

    Répondre
  16. Jullian René

    15 mars 2007

    Je suis Français et je n’aime pas être gouverné au Centre !

    Répondre
  17. Le Chevalier

    15 mars 2007

    M. Lance ; la France aurait peut-être ? une chance avec M. Bayrou , si l’on inscrivait au fronton de nos Mairies : Liberté , Egalité , Fraternité , Laïcité

    "François Bayrou a rappelé que l’immigration avait toujours suscité des craintes de prime abord. Autrefois, c’étaient les Polonais et les Italiens, puis les Espagnols et les Portugais. Aujourd’hui, ce sont les Africains. Mais « tous, ils ont fait et font la France aussi bien que les autres. » Car « la vraie identité de la France c’est : Liberté, Egalité, Fraternité », ce sont ses valeurs. « Les valeurs de la France, quelquefois, on y croit plus quand on les a choisies que quand on en a héritées. » Pour François Bayrou, « la France c’est construire, et pas détruire, c’est réunir et pas diviser. »"

    Je ne critique pas , je constate .

    A. Lasfar, recteur de la mosquée de Lille-Sud:

    " La loi française ne reconnaît pas la communauté , seulement la citoyenneté . Dans l’islam , la notion de citoyenneté n’existe pas , mais la notion de communauté est trés importante car reconnaître une communauté c’est reconnaître les lois qui la régissent . Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République . Alors nous pourrons constituer une communauté islamique appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République , et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté . "

     

    Répondre
  18. Pierre

    15 mars 2007

    Bayrou est un socialiste-immigrationiste au meme titre que Sarkosy-Royale! Tout est dit!

     

    Cordialement

    Répondre
  19. Anonyme

    15 mars 2007

    Bayrou commence par un B comme bavard, bafouilleur, baratineur, bérêt, bénêt

    Je ne suis absolument pas sûr de la fialbilité des sondages actuels car les Français sont aussi des girouettes. La démocratie est avant tout une belle chienlie, les candidats forment des promesses qu’ils ne pourront jamais tenir, mais cela ne fait rien, cela plaît aux Français. Ils n’ont pas honte de se contredire 8 jours après les avoir faites. Qu’un jour votre journal fasse sortir du lot un candidat courageux qui dise ce qu’il fera, comment il le fera et qu’il fasse ce qu’il a dit et de la manière qu’il l’a dit ? et je voterai pour lui. En ce qui concerne je voterai pour celui qui m’apparaîtra le moins menteur …

    Répondre
  20. oussalami ben tallé

    15 mars 2007

    a PIERRE LANCE:                  puis-je dire sur ce site, que du temps ou j’etais sur aol(j’en suis partis trop de blemes techniques)  il y avait un veritable dialogue entre les intervenants en messagerie direct.          une veritable communication etait instaurer entre les participants avec arguments et contre-arguments dont tout le monde pouvait profiter instantanemment.        ça donnait des debats extremement vivant et intense.  ce n’est pas possible sur ce site, chacun reste borné dans ses certitudes,c’est dommage         je le regrette.

    Répondre
  21. Pierre LANCE

    15 mars 2007

    Je m’étonne de constater que des patriotes, qui vont parfois jusqu’à se dire nationalistes, ne savent pas que “un Français” (comme un Anglais, un Italien, un Américain,etc.) prend obligatoirement une MAJUSCULE. C’est seulement lorsqu’ils sont employés comme adjectifs que les termes de nationalité n’en prennent pas. Par exemple : Un fonctionnaire français, mais un Français fonctionnaire. Un commerçant italien, mais un Italien commerçant, un capitaliste américain, mais un Américain capitaliste. Alors, s’il vous plaît, messieurs, puisque vous aimez la France, respectez et cultivez sa langue, c’est encore ce qui lui reste de meilleur. Cordialement à tous. Pierre Lance

    Répondre
  22. sas

    14 mars 2007

    A l’insue de son plein gré……essayer de nous faire croire sur ce site…comme toute la maçonnaille ripoublicaine que l’idiot du bearn c’est autopropulsé à 24 %…….c’est rien de plus qu’ essayer de nous faire croire que la terre est plate…..

    lE 3EME HOMME,voir le 2 eme si ce n’est pas le premier à 25 pions il a un nom et 1 seul

    jean marie lepen

    alors arrêz d’annoner bêtement et stoppez vos incantations vaines et stupides, si jm lepen a ses voix vendredi……il sera au 2 em tours…..

    DONC ET SELON "LES CONSIGNES LOGESQUES": commencez à mobiliser, les poivrots, les voleurs, les tordus , les droits communs, les syndicalistes les marxistes les gays et toutes les raclures prototypaires inventés pour les besoins de votre cause depuis 1789…..visant à l’abolir et détruire notre nation et nos valeures.

    EN CLAIRE QUE LA DROITE  se prépare a voter pour la libélulle……afin de sauver votre démocrassouille….

    ca sera une lecon d’humilité pour super voleur…..futur ex-taulard ,AUTO-satisfait de ses 12 ans de pouvoir.

    sas qui se marre

    Répondre
  23. raoul

    14 mars 2007

    correction :

    Jean écrit :

    Il nous parle terroir sous son bérêt basque

     

    Bayrou a un bérêt béarnais. Le bérêt béarnais est beaucoup plus grand que le bérêt basque.

    Bérêts béarnais et berêt basques sont fabriqués en Béarn. (du moins étaient. Je ne suis pas d’assez prêt l’actualité importante pour savoir s’ils sont fabriqués aujourd’hui au Magreb ou en Chine.)

    Répondre
  24. Gérard Pierre

    14 mars 2007

       La marche vers le pouvoir de François Bayrou semble se poursuivre et sa victoire électorale est une hypothèse à la fois crédible et inquiétante pour la république elle-même.

       Que fera-t-il de sa victoire ?

       Dans un pays où celui qui entreprend a systématiquement contre lui trois catégories de personnages, à savoir ceux qui auraient souhaité faire la même chose ( grosso modo le PS et l’ UMP ), ceux qui auraient aimé faire le contraire ( les extrêmes ) et tous ceux qui n’ont jamais rien fait ( les écolos, les intellos, les bobos, les bimbos, les anarchos, les syndicalos, les sados, les masos, les ados, les …….. fardeaux ! ) j’ai peine à imaginer comment il va opérer.

       Cela risque d’être un peu comme la conquête de l’Irak par l’Amérique. Commencée comme une ballade, poursuivie comme une marche triomphale, elle s’enlisera ensuite dans les chausse-trappes d’une classe politique qui n’a plus rien à perdre puisque manifestement pour elle, tout est déja perdu.

       Me reviennent alors en mémoire ces célèbres vers sur les lansquenets de Victor Hugo

                         " A nous dix, nous prîmes la ville

                            Et le roi lui-même, après quoi,

                            Maîtres du port, maîtres de l’île,

                            Ne sachant qu’en faire, ma foi,

                            D’une manière fort civile,

                            Nous rendîmes la ville au roi. "

       Ce sera donc peut-être, ma foi, la fin de la république ! …… vive le Roi !

    Répondre
  25. Matrix3

    14 mars 2007

    Francois Bayrou berce et cajole les francais…. S’il devient president il n’y aura que du consensus, rien que du consensus…. ca prendra le temps que ca prendra… surtout ne pas secouer le mammouth… il est trop lourd et il pourrait s’enerver…. Les francais qui voteront pour lui sont les francais qui ont peur du changement, peur de l’avenir et de la confrontation d’idees et de visions…. C’est peut-etre en effet de cela que le peuple a besoin : du calme des petites bourgades du finfond de la France avec le clocher qui sonne toutes les heures pour rappeler au petit peuple qu’il faut du temps au temps…. (tiens ca me rappelle quelqu’un)… et puis les cerises murissent au printemps et les hommes politiques murissent aussi, ca c’est Bayrou qu’il l’a dit…. Il faut donc etre patient et voir comment il va murir…

    Répondre
  26. EIFF

    14 mars 2007

    Contre tous les pronostics fabriqués par les médias gauchistes et les sondeurs scélorés par l’idéologie politiquement correct, on se dirige lentement mais sûrement vers un second tour Bayrou / Le Pen, un nouveau front républicain de pacotille contre la vraie droite démocratique; à moins qu’après Ségolène Royal et François Bayrou, les agents médiatiques mettent en avant un nouveau 3ème deuxième homme comme par exemple Mr De Villiers. Tous les manipulateurs d’opinion savent que Le Pen arrivera en tête, le système, pour l’heure, s’emploie à inventer des scénarios et des embuches pour éviter de débattre des sujets qui fâchent comme les gaspillages monstres de l’immigration-invasion, la liberté de parole et de la presse, les ravages de l’euro, l’identité nationale. Les partisans de l’Etat-mammouth cherchent une fuite en avant et se cachent derrière leur petit doigt pour éviter de se pencher sur les réalités du chômage, de la paupérisation, du socialisme destructeur, de la dette, et des réglements imposés par la technocratie de Bruxelles contre la libre économie et l’indépendance française.

    Répondre
  27. Anonyme

    14 mars 2007

    en réponse à Noël Hanssler:

    C’est très court mais bien dit. Merci.

    Répondre
  28. Zermilkus

    14 mars 2007

    Bayraou ou les deux autres, qu’est-ce que ça change ?…
    Rien, sinon l’étiquette…..

    Cela me rappelle une certaine époque, avec deux candidats adversaires, et deux programmes à proposer :
    – L’un voulait faire le changement dans la continuité,
    – L’autre voulait faire la continuité dans le changement….

    Et dire qu’il y avait des français qui se demandaient où était la différence !…
    Beaucoup de français pensent que les français sont des imbéciles. Plus je vieillis, plus j’en deviens persuadé…. Et en tant que français, je sais de quoi je parle….

    Répondre
  29. Jean

    14 mars 2007

    Il nous parle terroir sous son bérêt basque quand on préfèrerait entendre création de richesses et adaptation au monde, il nous parle valeurs d’antan dépassées quand on voudrait une vision d’avenir d’un leader inspiré…

    Bayrou une vraie peluche, bien avec tout le monde, un doudou à qui pleurnicher ses émotions les plus larmoyantes !

    " On ne pourra pas réformer l’Education Nationale sans ceux qui en font partie"… Fort bien, faisont en sorte que "ceux-ci" n’en fasse plus partie !

    Comme le fit Ronald Reagan en sont temps, pour d’autres fonctionnaires, viront les massivement à la plus petite grève….

    Les autres se plieront à la nouvelle règle, ils ne sont guère courageux pour s’opposer efficacement.

    Répondre
  30. oussalami ben tallé

    14 mars 2007

    NON, JE PENSE PAS QUE LES FRANçAIS VOTERONT POUR UN BEGUE.                                                     CEçI DIT , SI ON PRENDS LE CAS DE LE PEN……….!   AH LA LA !

    Répondre
  31. Guillermo

    14 mars 2007

    Je crois que je motif de l’envol de Bayrou est dabord psychologique.  Les gens veulent quelqu’un d’honnête : assez de calculs de basse politique en somme, de chausse-trappes, de trahison, de querelles de personnes, etc.. . Et ils seraient prêts à revenir à voter à droite si la personnalité de Sarkozy apparaissait plus fiable et plus réglo.

    Mais Sarko parait discutable : il a tout dit et son contraire, il aime trop faire les délices des journaux à sensation avec sa Cecilia et surtout qui est partisant acharné de la discrimination positive.  Accessoirement il est un inconditionnel d’un axe Bush-Israel.

    Quant-à Ségolène son image a fait illusion tant qu’elle n’avait pas à parler. Actuellement, même les socialos ont fini par voir qu’elle avait un pois chiche dans la tête. Et ses qualités humaines se limitent au médiatique. Le fait qu’elle est une femme est souvent invoqué à tord : quand elle était très haut dans les sondages on disait que c’est parce qu’elle est une femme; quand elle perd de l’altitude on a tendance à dire que l’électorat ne ferait pas confiance à une femme.

     

    Répondre
  32. Noël Hanssler

    14 mars 2007

    Pour ma part, je n’attends rien d’un Bayrou. Non qu’il ne soit pas intelligent, sincère et honnête. Seulement, en France, pour faire les réformes qui doivent être faite, il faudra fâcher du monde. Je ne vois pas le chef de l’UDF fâcher qui que ce soit. Une de ses dernières déclarations est "que l’on ne pourra pas réformer l’Education nationale sans ceux qui en font partie." Je pense exactement le contraire: on ne peut résoudre un problème avec ceux qui en sont responsables.
    Bayrou Président, c’est continuer la glissade vers le trou… en douceur.

    Répondre
  33. david martin

    14 mars 2007

    Cela prouve surtout combien le Français est lache !! Pas de réforme, que rien ne bouge, travailler moins et gagner plus, continuer à vivre dans le déni de la réalité et la haine du monde libéral !! Sacré programme en vérité.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)