Le piège de Hollande contre les Républicains

Le piège de Hollande contre les Républicains

La lente, mais irrésistible dérive du PS sur sa droite prend en étau les Républicains qui n’ont pratiquement plus d’espace entre le PS et le FN.

Lors de la campagne présidentielle de 2012, François Hollan­de, dans son fameux discours du Bourget, se donnait comme ennemi la finance et tout ce que la droite UMP représentait.

Comme c’était à prévoir, il a mené la France dans le mur de la même façon que Mitterrand en 1981 et, comme celui-ci, deux ans après, devant son terrible échec, Hollande s’est trouvé une âme de social-démocrate et a fait volte-face.

Il a sans doute pris conscience, comme Mitterrand, que le socialisme ne pouvait s’appliquer dans un environnement mondialisé. Alors, après avoir tergiversé, il admet enfin que la force d’un pays repose uniquement sur ses entrepreneurs.

Mais il lui est difficile d’admettre son échec et il nous invente une énième usine à gaz avec le CICE, alors qu’une drastique baisse des charges, compensée par une augmentation de la TVA, aurait été beaucoup plus efficace et surtout beaucoup plus rapide.

Constatant que sa dérive ne provoquait pas de grosses contestations dans son camp, mais que ça perturbait plutôt la droite, il décide d’aller plus loin, mais par petites étapes, en s’attaquant au code du travail, même s’il y met d’emblée des limites (35 heures, contrat de travail, SMIC…). Il finira bien par les intégrer en 2016.

La droite ne semble pas réagir. Alors, suite aux attentats du 13 novembre, il met la barre à droite toute. Reniant tous les principes de la gauche, il décrète l’état d’urgence, les mises en garde à vue préventives, la dé­chéance de nationalité…

Il prend alors conscience qu’il peut ainsi neutraliser les Républicains et être au second tour des présidentielles de 2017, avec de fortes chances de gagner, même si c’est de justesse, contre Marine Le Pen.

Et, comme cela semble si bien marcher, il nous annonce pour mi-janvier des mesures jamais essayées pour la lutte contre le chômage. Je suis prêt à parier qu’elles seront très libérales et donc qu’il attirera ainsi l’électorat de centre-droit, comme Raf­farin.

Bien joué ! Il sait qu’il pourra compter sur les frondeurs, car c’est lui qui a la clé des investitures pour les législatives et les Républicains ne seront plus un obstacle au premier tour.

Le piège est donc activé et nous devons donc impérativement réagir rapidement et fortement, et desserrer l’étau des deux côtés :
1) À droite, en assumant, sans complexe pour une fois, nos valeurs, en n’ayant pas peur, sur la sécurité, de récupérer une grande partie des positions du FN (elles étaient les nôtres au RPR dans les années 90).

Mais également en renvoyant le FN à l’extrême gauche pour ses propositions économiques (RTT, retraite à 60 ans, envolée du SMIC…).
2) À gauche, en dénonçant la forfaiture de « moi Président », qui s’est fait élire sur un programme très à gauche et qui, dans le seul but d’être au second tour en 2017, nous vole nos idées et le programme que nous défendions à la présidentielle de 2012. Quid de son programme 2017, ressemblera-t-il à celui du FN ?

M. Hollande, vous montrez votre vrai visage : votre objectif n’est pas de redresser la France, ni de satisfaire les Français, mais de conserver votre place. C’est triste, c’est lâche, ce n’est pas digne de votre fonction.

La France ne peut et ne doit plus faire confiance à ce personnage !

Partager cette publication

(19) Commentaires

  • Claude roland Répondre

    La gauche n’aura plus son souffre-douleur ou plutôt son adversaire facile car Sarko est cuit, il n’a plus la gnaque. Juppé, ce vieux renard avec une batterie de cuisine aux fesses a ses chances tellement les Français sont amnésiques et cons. Mais j’espère qu’aux primaires, Lemaire gagnera car avec Wauquier, Mariton et quelques autres, ils sont une alternative neuve. Celà dit, je ne doute pas que les magouilles se poursuivront au détriment des Français, comme d’hab’. Et puis les Français adorent se faire tondre à la peau. Je ne me fais pas d’illusions sur l’avenir sombre de la France avec un tel peuple de bourrins.

    14/01/2016 à 16 h 41 min
  • BRENUS Répondre

    Que ces soit-disant  » républicains » éclatent. Particulièrement les hyènes alliées au gauchos et les juputes.

    13/01/2016 à 19 h 22 min
  • dissident Répondre

    « piege de Hollande »? mais la soit disant droite tombe dans tous les pieges de la gauche depuis 30ans! piege de l immigration inbasion, piege de l antiracisme a sens unique, piegede la cohabitation, piege de la politisation des medias sous Mitterrand, piege aujourd hui du f »front republicain » et j en oublie surement

    12/01/2016 à 22 h 21 min
    • Raùs Répondre

      L
      Unormal, voire justne fausse droite se fera de plus en plus piégée; et ce n’est que justice !

      13/01/2016 à 0 h 04 min
  • DESOYER Répondre

    Monsieur Goudron, vous abordez le problème le plus délicat de la campagne. Mettre le FN à l’extrême-gauche est une connerie, car les électeurs savent que ce n’est pas vrai. Quand j’entends Bertrand dire cela, je me dis qu’il se fiche de la gueule du monde, car le FN n’est pas de gauche: qu’il ne soit pas libéral, c’est sûr, mais il est de droite-centre-droit. Vous confondez être de droite et être libéral. Lisez mon livre, n… de … D…

    12/01/2016 à 18 h 07 min
    • Jaures Répondre

      « Droite-centre-droit » ! Diable !
      Pouvez-vous me citer un seul parti qui s’énonce de droite ou de centre-droit, qui préconise les nationalisations, le contrôle des prix, la hausse générale des salaires,des pensions et traitements, le retour de la retraite à 60 ans, le salaire parental, la sortie de l’euro,etc…
      Le FN n’est pas de droite (M.Le Pen refuse ce positionnement) il est populiste, c’est à dire dans le sens du vent.

      13/01/2016 à 17 h 35 min
      • DESOYER Répondre

        Monsieur Jojo, vous n’avez pas lu mon livre, sinon, vous ne feriez pas ce genre de réflexion. La droite nationale-socialiste ou national-sociale est dirigiste et socialiste (ou sociale), d’où toutes les propositions que vous évoquez. Elle est encore dans la démagogie (cf. mon bouquin).

        13/01/2016 à 17 h 53 min
        • Jaures Répondre

          Inutile de lire votre livre: votre explication est suffisamment limpide.

          14/01/2016 à 9 h 36 min
  • Dechardat Répondre

    Où a-ton pris que les socialistes étaient proches du Peuple et loin du capitalisme ? Je me pose souvent la question sur ce choix d’un public mal informé qui croit volontiers à cette version.
    Or les socialistes et communistes en leur temps ont été financés et promus par des banques qui avaient pour particularité de se baser sur la Kabbale, vision étrange de la Thora qui visent à percer les secrets de l’Eternel ! Souhaitons- leurs bien du plaisir…
    Communistes et socialisme sont donc, peu ou prou, ce résultat de cette de cette démarche. L’idée même de laïcité, largement exposées par les princes qui nous gouvernent, ceux là ou les précédents, relève plus de l’anathème anti-chrétien, que d’un comportement neutre (voir les écrits du petit père Combe) . Sans quoi, comment admettre la main tendue aux prétendus partenaires, qui ont souhaité la disparition de ce que l’on appelle la Civilisation occidentale, plus ou moins en péril ? Il est vrai que les communistes ont également tendue la main aux Nazis, sur les ordres de Moscou , au moins jusqu’à 1941. Alors….
    Toute cette soupe infâme aurait dû éveiller les consciences depuis longtemps… Mais persister dans cette légende, sans chercher les incohérences de ce constat, relève d’une défaillance d’information à laquelle s’ajoutent des comportements masochisme inconscients, conséquence imparable mais efficace d’une mise en accusation continuelle.
    Les fantaisistes de gauche, éternellement bornés sur des promesses irréalisables entretiennent la légende. Notons qu’ils sont à peu près tous Maçons. Or dans chaque loge, trônent les deux colonnes du Temple de Salomon.l
    La filiation est donc claire : adorer le veau d’or, et célébrer le Prince ce ce monde. Entendez par là le pouvoir et le contrôle de toutes circulations financières, de paire avec les banques, dont ils sont les laquais.
    La générosité désintéressée en faveur du Peuple ? Je laisse rêver les naïfs…

    12/01/2016 à 13 h 55 min
    • Jaures Répondre

      Tiens ! Ca faisait longtemps qu’on ne nous avait pas resservi le complot judéo-maçonnique…

      12/01/2016 à 14 h 59 min
  • Raùs Répondre

    Seppidalsace – Sarko a fabriqué le couvercle de son Sarko-phage

    12/01/2016 à 12 h 59 min
  • barbanzed Répondre

    Si je comprends bien l »état actuel de notre situation politique, nous avons le choix entre une tyrannie collectiviste et un bonapartisme fiscaliste centralisateur, ces deux idéologies de l’Age de la Pierre Taillée ayant largement fait leurs preuves pour nous conduire à la ruine économique et à la guerre civile.
    Alors , un Roi , pourquoi pas ?

    12/01/2016 à 11 h 41 min
    • Jaures Répondre

      Un roi ne décide pas de la politique économique.
      Sauf à en revenir au roy médiéval.

      12/01/2016 à 12 h 20 min
  • Charpentier Répondre

    Parfaitement le FN à le même programme que melenchon.Déplus nous savons que c’est un réservoir de voix pour le ps .vu ce qui c’est passé en 2012 alors grâce à ces électeurs la moi je à encore de beaux jours et la France succursale delà Grèce. La duchesse de St Cloud peut se frotter les mains avec des commentaires comme je viens de lire

    12/01/2016 à 11 h 02 min
  • betsynette Répondre

    Si nous n’avions pas la droite la plus bête du monde, ces guignols qui se disputent la place, cela se saurait. Sarkosy a mis en avant l’islam quand il était président, ce qui a fait des voix pour hollande, deux menteurs sans valeur, sans moralité, pour défendre notre belle FRANCE, ceux qui arrivent derrière juppé, lemaire , nkm, sont eux aussi des lèches-babouches, alors qui de propre pour la représenter?????

    12/01/2016 à 8 h 36 min
  • Olivier Monteil Répondre

    faire croire que le programme économique du FN serait « d’extrême gauche » et une falsification inadmissible, qui vous déshonore.
    Le FN est pour un souverainisme total, pour le établissement des frontières contre la loi de la jungle mondialiste, pour le protectionnisme face à l’anarchie et à la ruine de notre Peuple.
    arrêtez de déblatérer n’importe quoi!

    11/01/2016 à 22 h 57 min
    • Jaures Répondre

      En tout cas, le programme économique du FN est très anticapitaliste.
      Vous ne trouverez pas un chef d’entreprise qui défendra conjointement la sortie de l’euro, le protectionnisme, la hausse générale de bas salaires, le retour de la retraite à 60 ans, les nationalisations et le contrôle des prix.
      Tout cela est mot pour mot dans le programme économique du FN.

      12/01/2016 à 12 h 22 min
      • Raùs Répondre

        le programme du FN devrait vous rassurer JOJO

        12/01/2016 à 12 h 57 min
        • Jaures Répondre

          C’est ce que j’ai déjà dit ici: si M Le Pen arrivait à simplement la moitié de ses promesses sociales, j’arrêterais le militantisme en me disant que ce qui est obtenu est déjà très important.
          Le hic, c’est que je ne crois pas un instant qu’en fermant les frontières et en sortant de l’euro le pays dégagera assez de moyens pour réaliser ces promesses.
          Je suis sûr également que personne ici ne le croit vraiment.

          12/01/2016 à 13 h 14 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: