Le retour au réel, c’est maintenant

Posté le septembre 05, 2012, 12:00
4 mins

La rentrée s’annonce difficile pour le gouvernement. Après avoir fait rêver aux lendemains qui chantent, l’exécutif est rattrapé par le principe de réalité – le principe le plus détesté des socialistes !

De toute évidence, la crise n’est pas derrière nous. Au contraire, il est assez probable que la situation économique – et donc sociale – empire dans les mois qui viennent.

Les nombreux « plans de sauvetage » de la zone euro n’ont rien sauvé du tout. Leur seul résultat a été de retarder l’échéance, tout en aggravant singulièrement la situation des finances publiques dans l’ensemble des pays de la zone.

Les premiers signaux politico-économiques envoyés par le gouvernement Ayrault depuis trois mois ont, par ailleurs, fortement inquiété les entrepreneurs. Rien n’est fait pour restaurer la compétitivité française, bien au contraire. On fait mine de croire qu’il y aurait encore d’abondants gisements de richesses à taxer pour préparer le « grand soir » fiscal.

Résultat prévisible, et déjà constaté depuis le mois de juillet : non seulement il n’y a plus d’embauche, mais les entreprises se hâtent de « dégraisser » de peur que le Code du travail ne leur complique encore la tâche dans les prochains mois.
Bref, avant même d’avoir pu entamer la moindre réforme délirante dont les socialistes ont le secret, François Hollande et ses ministres se retrouvent coincés par la réalité.

Pour un observateur de droite, la situation serait amusante s’il ne s’agissait pas de notre pays.
Outre cette situation extérieure qui s’impose à lui, le nouveau président a bien du mal à contrôler la majorité hétéroclite qui l’a élu – unie simplement par le désir d’en finir avec Sarkozy et ne partageant quasiment rien de fondamental !

Qu’il s’agisse du nucléaire, du cumul des mandats, de la politique industrielle, de la ratification du traité budgétaire européen, les cacophonies se multiplient. Ce qui n’est certainement pas fait pour rassurer nos partenaires, ni ceux qui font, malgré tout, vivre l’économie de notre pays.
S’ajoute à cela un désastre migratoire et sécuritaire qui a conduit la sénatrice Samia Ghali (socialiste et issue de la « diversité »…) à réclamer l’intervention de l’armée à Marseille.

Certes, l’histoire ne se répète jamais, mais cette situation a un faux air de IVe République agonisante. Décidément, la rentrée s’annonce difficile, non seulement pour Hollande (ce dont je me moque bien), mais surtout pour la France et les Français !

16 réponses à l'article : Le retour au réel, c’est maintenant

  1. Shadok

    12 septembre 2012

    Retour au réel dites-vous ? Mais il y a longtemps que notre monde à quitté le réel. Que peut-on encore espérer quand la pensée ne correspond plus au réel ? En effet, le nombre des humains qui ont une connaissance directe et personnelle des questions essentielles qu’ils sont appelés à traiter dans la vie, diminue de jour en jour. Que peut-on encore espérer d’un pays dont le socialisme n’est plus une option politique pragmatique mais une véritable pathologie, une maladie de l’esprit et qui n’est d’ailleurs efficace que dans les destructions sociétales? La mystification socialiste est partout et le propre de l’homme mystifié est en effet de vivre, si l’on peut dire, dans un univers de mots dépouillés de leur correspondances aux réalités qu’ils signifient et qui ne revient qu’à des entités imaginaires.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    11 septembre 2012

    @ Homère

    commission a aussi une autre signification : celle de  " toucher des commissions "

    et là l’U.M.P. n’a jamais été en reste !

    Répondre
  3. Anonyme

    10 septembre 2012

    @ F

    Pas mal non plus…….

     

     

    Répondre
  4. HOMERE

    10 septembre 2012

    Les rois de la Commission (petite et grande) sont indéniablement les socialistes jugez en :

    Mission révision Loi Hadopi,

    Mission  sur la future banque publique d’investissements,

    Mission sur l’audiovisuel de la France à l’extérieur,

    Mission sur le marché de l’acier,

    Mission sur le GP de F1 à Magny Cours,

    Mission sur l’économie numérique,

    Mission sur la sécurité nationale,

    Mission sur sur la moralisation de la vie politique,

    Mission sur le retour de la France dans l’OTAN,

    Mission sur la parité,

    Mission sur la filière scolaire,

    Mission sur la filière pétrolière,

    Missions sur la Chine, l’Algérie,le Japon…..,

    Mission sur l’esprit d’entreprendre,

    Mission sur la "librairie"……..

    Des missionnaires permanents, pour des missions bidons…..et…….

    Envoyez  la monnaie………………..!!!!

    C’est t il vrai que le Normal 1er a l’air d’un moine bénédictin qui aurait raté le casting du  fameux camenbert de "Chaussée…aux Moines.." Amen !!!

    Répondre
  5. F

    9 septembre 2012

      @ Tony gencil

      Autre version:

       " la force des méchants réside dans la faiblesse des bons."
                   Pie XII

    Répondre
  6. Anonyme

    8 septembre 2012

    « Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien. »
    (Edmund Burke / 1729 – 1797)

     

    Avec comme démonstration magistrale, le vote à 80% pour cette alternance bidon UMP/PS.

     

    Répondre
  7. quaro

    7 septembre 2012

    Pour une rentrée réussie, commencer par regarder les Trois vidéos de septembre d’Alain Soral.

    Répondre
  8. TRODLABAL

    7 septembre 2012

    Ne soyons pas nous meme naifs en faignant de croire que les responsables politiques socialistes ignoraient la situation économique de la France avant les élections et qu’ils la "découvrent" maintenant.  La situation aurait été dix fois plus pourrie qu’ils auraient quand meme voulu prendre les places à l’image de ces charlots de verts qui ne visent que les planques.
    Pour avoir bavé durant 5 ans et plus sur Sarko, ses choix, sa politique, on est en droit de penser qu’ils ont eu tout le temps de paufiner des solutions de rechange qui ne consistent pas qu’a charger tant et plus la barque des impots. Mais sous leurs posent d’intellos, ils semblent plutot limite ou pas finis, faute de ne s’être jamais frottés au monde réel et se complaisent dans une sorte de béatitude "laique".
    Quant aux ravis de la créche qui s’imaginaient – et s’imaginent encore- que la gauche va s’attaquer aux dépenses, notamment à la fonction  publique d’état ou locale, ils se mettent le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. La gauche fera plutot crever le pays que d’affronter ses bataillons de supporters. Autant demander a un futur pendu de fournir la corde qui doit le pendre.
    Par contre les réalités vont taper très fort, même si la BCE rachète les créances pourries avec la garantie d’Etats en quasi faillite qui la composent et qui sont ceux-la meme qui veulent aller a la gamelle. Il est a craindre que l’Allemagne et deux ou trois pays viables dégagent de l’euro ou créent un euro-mark (ou quelque chose qui y ressemble), sortent du merdier et nous le laisse a partager avec les bancroches du "sud" dont nous sommes d’ailleurs. Pour le coup nous pouvons retrouver une compétitivité "grace" a une dépréciation carabinée de ce qui restera d’euro club-Med /Mais bonjour le nouveau standard de vie qui pourrait aller jusqu’a décourager les chercheurs de vie meilleure d’Afrique d’espérer la trouver en France..

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    6 septembre 2012

    @  Claude Roland

    c’est ce que je dis également en citant  les affres moraux et les problèmes de conscience qui attendent la " commission Jospin "
    mais comme une commission est faite pour enterrer un problème , ce problème disparaîtra de lui même …. c.q.f.d.

    Répondre
  10. quinctius cincinnatus

    6 septembre 2012

    @ F

    c’est exactement ce qu’il fallait lire ; le reste n’étant que saussiçonage , emplâtre sur jambe de bois ou remède de bonne femme *** …

    *** de " bona fame " c’est à dire de " bonne renommée " ( sic )

    Répondre
  11. vozuti

    6 septembre 2012

    quinctius et F:"le seul,unique et véritable problème est le redressement moral de la nation".tout à fait exact;et on peut ajouter un problème qui est lié :les honnetes gens sont endormis profondément dans leur naiveté et ne cessent jamais de chercher des excuses aux crapules qui dirigent.

    Répondre
  12. Anonyme

    6 septembre 2012

    Le redressement moral de la nation passe d’abord par celui de la classe politique avant tout. Et ils sont déjà en train de chercher le moyen de fustiger et culpabiliser les citoyens avant tout. Bande de rats ! Je le redis pour la 1000ème fois : Rien ne changera de positif pour ce pays tant que CHAQUE Français ne changera pas de mentalité. Le salut viendra d’en bas, pas des dirigeants qui sont là pour toute autre chose que l’intérêt de la nation. Mais manifestement, vu les dernières élections, cette réalité échappe à l’intelligence des Français… Ce gouvernement se remet mal d’une grosse claque : la réalité don t ils n’avaient pas pris conscience, et leur manque dramatique de solutions. Ils doivent se mordre les doigts d’avoir gagné…

    Répondre
  13. quinctius cincinnatus

    5 septembre 2012

    que ce soit Cambadélis ou Désir , le premier secrétaire du P.S. aura par le passé été condamné par la Justice à des peines de prison avec sursis et de lourdes amendes
    ….  la " commission " Jospin qui enquête sur les moyens de redonner une éthique à la politique française se retrouvera donc devant un cas d’école …
    vite que tout ce beau monde aille croupir au bagne …

    Répondre
  14. F

    5 septembre 2012

       @ Quinctius
     " Le seul, unique et véritable problème est le redressement moral de la nation."

      Ce n"est peut être pas le seul, mais tous les autres en découlent, effectivement. Et vouloir s"attaquer aux autres sans résoudre celui ci est comme repasser une couche de peinture sur un mur couvert de m…

    Répondre
  15. HansImSchnoggeLoch

    5 septembre 2012

    La France est acculée à une crise grave avec en plus des socialistes à la barre. Autant confier la sécurité d’une centrale nucléaire à une classe de maternelle. Sauve qui peut!

    Répondre
  16. quinctius cincinnatus

    5 septembre 2012

    " le principe de réalité " est unanimement et " ubuquitairement " détesté , ce n’est en aucune sorte une spécificité " socialiste " …  ce qui change par contre ce sont " les éléments de langage " , et le comportement  l’agitation chez l’un  , la " commissionnite " chez l’autre

      Le seul , unique et véritable problème est le REDRESSEMENT MORAL de la NATION

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)