Le tabou de l’immigration

Le tabou de l’immigration

Les sondages l’ont révélé plusieurs fois, 80 % des Français pensent qu’il y a trop d’étrangers en France et qu’il est nécessaire de réguler l’immigration.

Les commentaires sur les réseaux sociaux nous le démontrent également chaque jour.

Alors pourquoi l’immigration est-elle totalement absente des revendications des gilets jaunes ?

Lors de leurs manifestations et défilés, avez-vous vu une seule pancarte avec « stop à l’immigration », un seul panneau avec « reprenons le contrôle de nos frontières », une banderole avec « les immigrés sont mieux traités que nous », ou encore « stop aux minarets » ?

Rien, bouche cousue !

Ce sont pourtant les énormes dépenses liées à l’immigration qui plombent les finances de l’État : 2 milliards d’euros rien que pour accueillir 25 000 immigrés mineurs ou affirmant l’être.

C’est bien l’immigration qui impacte directement le pouvoir d’achat des Français par la baisse de certaines aides sociales et par la hausse des taxes et impôts, car il faut bien trouver l’argent quelque part pour loger, nourrir et soigner ces milliers d’immigrés et de clandestins.

Alors pourquoi ce mutisme de la part des gilets jaunes ?
Parce qu’il y a parmi eux des gens de couleur et des musulmans ? Quel manque de courage !

Par contre, le problème anecdotique des 80 km/h semble les préoccuper davantage.

Perdre 1 ou 2 minutes lors d’un parcours en voiture, qu’est-ce que cela représente dans une vie ? Et, pendant qu’on bavarde sur la vitesse autorisée sur nos routes secondaires, un flot d’immigrés modifie, jour après jour, la physionomie de notre pays.

Du côté gouvernemental, on ne pouvait pas s’attendre à de grandes décisions concernant l’immigration.

Dans son discours du 10 décembre, Emmanuel Macron a déclaré : « Je veux que nous abordions la question de l’immigration. Il nous faut l’affronter. »

Voilà qui est bien flou et ne veut pas dire grand-chose. Probablement une promesse qui viendra rejoindre le catalogue des promesses non tenues.

Dans sa lettre aux Français, Emmanuel Macron effleure encore le sujet en parlant d’immigration sélective, de quotas tenant compte de la qualification des immigrés et des besoins de main-d’œuvre des entreprises françaises.

Ridicule ! C’est de l’enfumage, on sait que ça ne marche pas. Les immigrés qui débarquent chez nous ne sont ni informaticiens, ni médecins. La plupart sont plus ou moins illettrés et parlent mal notre langue, ce qui les rend inaptes à exercer une activité en France.

À Souillac, dans le Grand Débat avec les maires, aucune des questions plus ou moins imposées aux élus n’abordait le problème de l’immigration.

Seule une élue courageuse, la maire de Montauban, a osé interpeller le chef de l’État sur l’insécurité provoquée par l’immigration. Elle a été sifflée par ses collègues. C’est dire si les participants avaient été soigneusement sélectionnés. Et Madame la maire fut très vite rappelée à l’ordre par le sieur Macron qui n’apprécie guère les questions qui fâchent.

La seule fois où j’ai entendu Emmanuel Macron parler franchement du problème de l’immigration, c’était pour comparer l’immigration italienne, portugaise et polonaise du siècle dernier avec l’immigration que nous subissons aujourd’hui.

Quelle hypocrisie ! Les immigrés européens étaient des ouvriers souvent qualifiés, possédant un métier et qui venaient pour travailler. En plus, ils avaient une même culture que la nôtre et une même religion, ce qui a facilité leur intégration.

Donc aucune comparaison avec les immigrés et clandestins en provenance du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne.

L’immigration en France reste un sujet tabou et oser en parler, c’est inévitablement se faire traiter de raciste.

Raciste, voilà en France la pire injure qu’on puisse dorénavant adresser à quelqu’un.

Et si ce mot, affreux et insupportable pour certains, voulait aussi dire « patriotisme », « préservation de notre identité » ou « sauvegarde de notre culture » ?

Avec un président mondialiste qui souhaite une Europe multiculturelle, il n’y a aucune chance que la France modifie sa politique migratoire avant la prochaine échéance présidentielle.

C’est donc dans les urnes, en 2022, que les gilets jaunes devront faire preuve d’un peu plus de courage et surtout ne pas se tromper de candidat.

Partager cette publication

Commentaires (11)

  • quinctius cincinnatus Répondre

    le GRAND REMPLACEMENT : ….

    30.000 citoyens de nationalité suisse vivent CLANDESTINEMENT en France ( principalement en Haute – Savoie et dans le Pays de Gex – Ain – )

    25/02/2019 à 9 h 19 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      Très bonne nouvelle pour la Haute-Savoie et environs cela leur fait toujours 30000 migrants exotiques de moins.
      Des Suisses sont aussi établis près de mon domicile.
      Le « vivrensemble » est harmonieux et cerise sur le gâteau nous pouvons nous parler 1 à 1 sans l’aide d’un traducteur « officiel ».

      25/02/2019 à 10 h 15 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        sont ce des  » clandestins  » que les autorités suisses recherchent pour qu’ ils s’ acquittent de leurs … impôts ?

        25/02/2019 à 11 h 35 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          Les pauvres ils se sont échappés du purgatoire pour atterrir en enfer.
          Dieu seul sait ce qui va les attendre ici.

          25/02/2019 à 12 h 15 min
  • ELEVENT Répondre

    Il est exact que la Maire de Montauban a été en quelque sorte ostracisée, non seulement par Macron mais aussi par ses pairs, couards au possible. Cette Maire qui a tout mon respect (les autres mon mépris écoeuré) avait évoqué le cas d’une vieille femme de près de 80 ans agressée et (violée?) par un algérien objet d’une décision de reconduite à la frontière jamais executée : une honte pour notre administration.
    Et un souhait pour les couards siffleurs : que les membres féminins de leurs propres famille soient confrontés aux même problème. Alors, les autres n’auront pas besoin de siffler : il leur suffira de ricaner en demandant aux victimes si ça leur a plu. Nul doute que les couards avaleront leur chapeau.
    Bien d’accord aussi avec l’auteur pour considérer que le public d’élus convoqués a été trié et invité à faire la salle comme l’on dit des mauvais théâtres, pour mettre en valeur un acteur insipide. Et l’acteur…s’entraine depuis l’âge de 15 ans, c’est dire s’il a du métier.
    Pourquoi ne pas parler librement d’immigration qui, peu à peu prend carrément des allures de remplacement. Avec les conséquences qui en découlent. Dans de plus en plus de quartiers de Paris – mais pas que – c’est plus une vision de souk maghrèben ou de marché nigérian qu’autre chose.

    25/02/2019 à 0 h 59 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » c’ est à dire s’il a du métier  » …. pour ma part n’ ayant que très rarement apprécié les  » acteurs  » français je le trouve comme eux très cabotin et redondant dans ses ( ? ) rôles ; bref un acteur bien français ! … mais on sait que c’ est ce qui plait au public … français

      25/02/2019 à 9 h 24 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    On voit que le sujet est brûlant car les commentaires sont rares.
    Anastasia doit bien s’ennuyer dans son coin.
    Je lui balance une petite boutade juste pour voir:

    Cher immigré vous vivez dans un pays où la liberté d’expression est encore garantie *).
    Vous pouvez donc balancer toutes les incivilités et outrances imaginables sur le pays qui vous a si généreusement accueilli.
    Maintenant si cela ne vous suffisait pas vous jouissez encore d’une autre grande liberté, celle de repartir et de rentrer chez vous.
    Personne ne vous en voudra.

    *) nous sommes en train de vivre ses derniers instants.

    23/02/2019 à 9 h 48 min
    • IOSA Répondre

      En effet les commentaires sont rares et pour cause la police de la bonne pensée unique, où il faut OBLIGATOIREMENT recevoir tout le monde à notre table (même quand il n’y a plus rien à bouffer), le choix des mots est si difficile que parfois il est plus facile de laisser pisser, que de risquer sa fortune sur un emballement verbale très très compréhensible…

      Mais la faute à qui ? A cette Europe où tout le monde entier peut circuler librement, alors qu’elle ne devrait concerner uniquement les européens ( ben oui dans européen il y a europe et pas Afrique il me semble).

      Malgré cela, Macrounet 1er continue à faire l’éloge de son Europe sans frontières, bref de pis en pis au salon de l’ agriculture.

      23/02/2019 à 23 h 21 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Pour Macron c’est la visite de pis en pis, pour Chirac c’était la claque sur les fesses.
        Des vaches dans les deux cas, bien sûr.

        24/02/2019 à 11 h 37 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          vous auriez pu pour une fois parler de  » cul  »

          c.f. :  » culard  » ( à consulter dans n’ importe quel dictionnaire ou même sur Wikipedia en … français )

          25/02/2019 à 19 h 25 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          Dans une vie antérieure nous avons certainement gardé les cochons ensemble.
          Cela va vous dégouter de l’apprendre, moi aussi.
          C’était le bon vieux temps où les cochons ne divaguaient pas encore librement dans la nature.
          Hélas les temps ont bien changé.

          26/02/2019 à 8 h 44 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: