L’efficacité politique, pour quoi faire ?

Posté le septembre 08, 2009, 12:00
7 mins

Notre président conduit-il les affaires du pays ? La réponse est « oui ». Brillant metteur en scène d’un spectacle quotidien, il est animé d’une énergie phénoménale et d’une force de conviction époustouflante !

Pour aller où ? Cette question demeure sans réponse, car elle fâche. Elle est politiquement incorrecte, elle oblige à un engagement à terme !
Quelle éthique guide l’action présidentielle ? Difficile à dire quand le président se refuse à communiquer les valeurs de référence sur lesquelles repose son action, en désignant des buts à atteindre à moyen terme !

Certes, comme avec Chirac en 1995, nous avons été, lors de la campagne de 2007, séduits par un programme « pour la France », mais il ne s’agissait que d’une promesse. Rien n’a concrètement changé depuis cette date.
La vraie question est de savoir qui s’intéresse à la boussole qui a permis le développement de l’Occident depuis 2000 ans, boussole sans laquelle les démocraties, la richesse économique, le développement social et culturel, et notre humanisme n’existent plus.

« Pas besoin de valeurs pour empocher un salaire nécessaire à ma survie, et jouir du peu de liberté qui me reste » pensent, fatigués et blasés, un nombre de plus en plus important de citoyens pris dans l’engrenage du métro-boulot-dodo d’une société qui se veut surtout distrayante et nihiliste !
Mais que signifie un travail sans valeur humaine ajoutée ?

Et que veut dire une liberté tout entière axée sur le désir de consommer, manipulés que nous sommes par les faiseurs du « prêt à penser » ? Cette technostructure qui s’enrichit honteusement à nos dépens, sapant les piliers du sens commun, chloroformant notre libre arbitre, laissant aux copains du petit écran le soin de lifter nos identités pour mieux nous adapter au melting-pot mondial…

Les nombreuses chapelles et écoles de pensée structurantes de notre élite antilibérale ne sauraient cacher le vide spirituel des « people », dont la mixture égalitaire appauvrit la majorité des citoyens, et fait le lit des extrêmes, recyclant les dévoyés du politiquement correct pour leur permettre de retrouver qui un poste, qui un siège, qui une mission… Et, hop, tournez manège !

Notre président aime l’efficacité au travail. Je ne peux que souscrire à ce principe que trop d’institutions du service public ont dévalué. Mais de quelle efficacité politique parle le président ? Celle, opportuniste, à court terme, qui épouse le vent ? Ou celle, ambitieuse, qui conduit la France vers un but déclaré, difficile à tenir, mais structurant pour la société ?

Le président, bourreau de travail, affiche un style de vie truffé de plaisirs, conduisant, comme ce fut le cas en juillet, au malaise vagal, relaté avec force détails complaisants dans les gazettes ! Ces plaisirs-là peuvent-ils servir d’exemple à suivre pour les citoyens ? Sans chercher à paraître irrespectueux du modèle présidentiel, nous en doutons !

L’Élysée voudrait briser les lignes de fracture gauche-droite, relativiser les différences religieuses judaïque, chrétienne et islamique, et rendre vain tout but à atteindre en société et tout cap à tenir dans le temps. Vivons l’instant : tel semble être le credo du moment… au frais du contribuable, cela va sans dire !
Or, le redressement du pays, le remboursement de la dette, la réforme de l’Éducation nationale, l’assainissement de la Justice, et la mise du secteur public au service de ses clients, tout cela exige un engagement moral évident !

C’est très fort de casser l’opposition stérile entre gauche et droite en noyant les valeurs de référence ! Ce serait encore plus fort, Monsieur le Président, d’indiquer quelle éthique responsable peut aider la nation à se reconstruire !
Pour retrouver la confiance perdue d’une société en perte d’identité, le président doit nous dire les buts qu’il entend atteindre d’ici 2012 et les valeurs qui guident l’action de l’État !

C’est la seule façon pour lui de pouvoir être réélu s’il ambitionne un deuxième mandat, ou de partir, fier de son mandat et en paix avec la nation, s’il souhaite changer de théâtre opérationnel !

5 réponses à l'article : L’efficacité politique, pour quoi faire ?

  1. fradet

    13/09/2009

    qui est NS?

    Il me semble que c’est la seule vraie question?

    Les français, faute de mieux, ont élu un fils d’immigrés…Pour un pays si riche en Histoire, c’est un peu léger , non?

    Oui je crois que NS ne travaille que pour NS. On a déjà vu ça, Non? On sait où cela mène? NON?

    Répondre
  2. Tagada

    12/09/2009

    Entièrement d’accord avec Gérard Pierre. Je rajouterais juste que « les valeurs qui guident l’action de l’État » sont les valeurs de l’UE dont quasiment 90% des pays s’allignent sur les Etats-unis. Tant que nous ferons partie de l’UE, il n’y aura pas de gauche ou de droite, juste des « européistes » et des « euroscéptiques ».

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    12/09/2009

    Si l’efficacité politique devait se mesurer à l’aune des déficits générés personne ne douterait que le QI des dirigeants de ce pays ne doit pas planer dans la stratosphère. Mais peu importe!
    La question est plutôt de savoir si ces mêmes dirigeants sont capables d’apprendre de leurs errors, ce qui les exoneraient un peu de leur manque d’intelligence. Hélas même sur sur ce point on ne constate qu’une obstination et un acharnement presque pitoyable à recommencer indéfiniment les mêmes errements.
    Ne vaudrait-il pas mieux laisser ce pays tourner en roue libre, c.à.d. sans cette clique d’incapables de gauche ou de droite?

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    09/09/2009
    Notre président conduit-il les affaires du pays ? La réponse est « oui »
     
    Mon désaccord avec le contenu de cet article démarre avec la première phrase car la réponse, de mon point de vue, est : « NON, … notre président conduit SES affaires dans NOTRE pays »
     
    Qu’il soit un bon metteur en scène est indubitable, mais là où Philippe Zeltner semble encore  abusé par le personnage c’est qu’il ne paraît pas percevoir que la soit disant énergie phénoménale fait aussi partie de la mise en scène. Quant à la force de conviction, loin d’être époustouflante, elle ne dupe que ceux qui ont envie d’y croire eux-mêmes ! …… La profondeur des convictions du « locataire » de l’Elysée ne s’entend qu’au sens de creux ! …… IL NE CROIT QU’EN SON DESTIN !
     
    En revanche, à la question « pour aller où ? » …… je rejoins l’auteur car je me suis posé cette question bien avant mai 2007 ! …… et je cherche toujours la réponse ! …… et pour cause !
     
    Parce qu’il veut occuper le devant de la scène en permanence, le mythomane a d’abord confiné ses collaborateurs immédiats, ministres et autres, dans des rôles de plantes vertes ! …… et accessoirement de porte voix ou de fusibles !
     
    Ensuite, quels sujets permettent à un bateleur de durer chaque jour que Dieu fait ? …… sinon l’actualité ? …… c’est-à-dire tout le contraire du long terme !
     
    Une bouteille de gaz explose dans un immeuble, le soir même une énième loi traitant du conditionnement et du stockage du butane et du propane est proposée ! …… On n’en verra jamais les décrets d’application mais peu importe ! …… Un fonctionnaire des forces de l’ordre fait-il un bleu à une chance pour la France en utilisant son flash ball, aussitôt le conseil des ministres (si, si, … il continue à appeler ça comme ça !) est réuni pour légiférer sur la formation des policiers à l’utilisation des appareil de projection de produits sphériques non létaux ! …… et tout est ainsi ! …… et la presse qui ne discerne plus que l’homme leur refile sa communication restitue tout cela au bon peuple sans exercer la moindre analyse critique !
     
    Alors, pour ce qui est du sens, la réponse s’éclaircit petit à petit, avec le temps et l’accumulation des exemples : …… On va dans le mur ! …… aussi sûrement qu’un suppositoire dans le rectum ! …… ET SANS DOUTE AVANT 2012 !
    Mais même une fois que l’on a compris cela, il faut encore s’accorder sur ce qu’on entend par efficacité ! …… car le mystificateur est efficace, sauf à précider à quoi et pour qui.
    Répondre
  5. Lambda

    09/09/2009

    Le but suprême de l’actuel président est le même que celui de son prédécesseur, et il tient en un seul mot : durer….

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)