Législatives partielles : Un rejet massif du socialisme

Posté le mars 22, 2016, 9:26
3 mins

Le 20 mars avait lieu le deuxième tour de 3 législatives partielles : dans la 2e circonscription de l’Aisne, la 10e du Nord et la 2e des Yvelines, suite aux démissions de Xavier Bertrand, Gérald Darmanin et Valérie Pécresse, tous trois élus à des fonctions exécutives (présidence ou vice-présidence) après les dernières régionales.

Dans les trois cas, le PS a été nettement battu.

Il avait été éliminé dès le premier tour dans l’Aisne et le Nord et il n’a réuni que 27,8 % des voix au deuxième tour dans les Yvelines.

Certes, ces scrutins ne sont pas parfaitement représentatifs de la situation politique française.

D’une part, ces circonscriptions étaient des circonscriptions « imperdables » pour l’UMP. Et, d’autre part, la participation a été faible, comme souvent lors des législatives partielles : moins de 34 % dans l’Aisne, 21,7 % dans le Nord, et 29,3 % dans les Yvelines au premier tour.

Cela étant, en dehors de cette réjouissante triple défaite socialiste, un certain nombre d’enseignements peuvent être tirés de ce scrutin.
Tout d’abord, le rejet de la classe politique n’a pas vraiment tendance à diminuer.

Prenons l’exemple de Vincent Ledoux dans le Nord. Il a largement gagné (66,8 %).

Mais, à Tourcoing, centre de la circonscription, il n’a réuni que 3 674 voix au 2e tour, soit 9,7 % des électeurs inscrits !

De son côté, le FN progresse lentement, mais sûrement : il avait été battu au premier tour dans l’Aisne comme dans le Nord en 2012, au contraire de 2016.

Naturellement, une partie de cette progression vient des déçus de la gauche très nombreux dans ces deux circonscriptions. C’est habituel dans ce genre d’élections intermédiaires, occasion de sanctionner le pouvoir en place. Mais cela ne signifie nullement que le principal réservoir de voix du FN se trouve à gauche.

Au contraire, la seule possibilité de gagner pour le FN, aux élections nationales, c’est d’être op­posé à la gauche et de nouer des alliances avec la droite dite « gouvernementale ».

Or, il semble que tous les intéressés prennent un malin plaisir à rendre cette alliance chaque jour plus difficile.

Malheureusement, je crains que le véritable enseignement de ces législatives partielles soit précisément là : les Français sont excédés du socialisme ; ils voudraient en finir avec cette idéologie mortifère ; mais, que ce soit à LR ou au FN, les guéguerres politiciennes semblent plus im­portantes que cette profonde as­piration populaire !

9 réponses à l'article : Législatives partielles : Un rejet massif du socialisme

  1. Jacky Social

    24/03/2016

    Il faut voir si le rejet du socialisme est cause par la schizophrenie du gouvernement Hollande suicidaire et fascistoide et de Hollande lui-meme ou bien par le degout et le ras-le-bol des gens pour cette ideologie minable pour losers professionnels Personnellement, si ce n’est que Hollande qui cause ce revers, cela n’a rien d’interessant, la France etant intoxiquee par le sociaisme, car Hollande ne redistribue pas assez. Il doit donc etre puni et il faut lui envoyer le message: Francois, tu ne redistributes pas assez l’argent des autres, celui dont tu es tombe a court. Et c’est ca qui est inquietant. Quant au socialisme, je crois qu’il se porte tres bien en France en tant qu’ideologie effectuant un travail de sape exceptionnel. Comme il n’y a pas de droite en France, on n’est pas sorti de l’auberge. Et la ritournelle continue…Sans solution valable.

    Répondre
    • Claude roland

      24/03/2016

      Je suis tout à fait votre remarque. Les Français n’ont toujours rien compris. Ils vivent d’illusion et la plupart cherchent à profiter de l’argent de l’Etat sans se fatiguer. Ils aiment filouter. Quant à la droite, elle est insipide et ne fait que faire le lit du socialisme. Et comme tous les chefs d’Etat depuis des décennies sont pilotés par les Banksters internationaux, il ne faut pas rêver. Seule la prise de pouvoir par la société civile et la déprofessionnalisation de la vie politique pourra sauver notre pays, mais ça, trop de forces sont contre. La seule issue est la réduction drastique des lois et codes, la réduction drastique des députés et sénateurs, et la limitation des mandats. Bref, une simplification générale de l’Etat.

      Répondre
  2. Jaures

    23/03/2016

    « nouer des alliances avec la droite dite « gouvernementale »..
    Mais sur quelles bases ?
    Le FN affirme que LR ou PS c’est la même chose.
    Marine Le Pen nie que le FN serait de droite.
    Le programme économique du FN est l’exact contraire de celui de LR.
    Quand on voit que LR a déjà du mal à s’entendre avec l’UDI, voire à réunir ses propres cadres, on se demande comment il pourrait s’allier à un parti qui lui demanderait de renoncer rien moins qu’à ses alliances naturelles (centre) nationales et européennes et à l’intégralité de son programme économique.

    Répondre
  3. Bistouille Poirot

    22/03/2016

    bercez vous d’illusions sur des accords LR/ FN.
    Rien ne changera entre ces deux têtus. Une seule issue encore, espérer Hollande au 2ème tour. Jamais les électeurs des RI oseront se faire hara kiri comme ont pu le faire les socialistes aux Régionales. Sarko ou Juppé ne seront jamais suivis dans leurs exhortations. C’est un risque mais je ne vois pas d’autres solutions.
    François, réfléchis et arrête si possible tes conneries !
    C’est dur je sais !

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    22/03/2016

    Mr Rouxel , au vu du taux d’ abstentions ces élections  » partielles  » n’ ont aucune signification pour une quelconque stratégie … électorale

    N.B . je suis bien obligé d’ intervenir si je constate que les pigistes des  » 4 V²  » véhiculent les germes de futures désillusions !

    Répondre
    • L'Alba

      23/03/2016

      Il signifie quelque chose qu’il faut oser dire: tous les candidats sont disqualifiés pour incompétence.
      Quant à la suite à donner à ce constat,… nous sommes libres!!!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        24/03/2016

        que dis je d’ autre ?

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/03/2016

      par ailleurs où avez vous vu, si jamais il vous arrive de vous frotter aux classes  » populaires  » ( F.N. compris ) un  » rejet du socialisme  » ? Si le F.N. comptabilise sur son compte électoral tant de voix  » populaires  » n’ est ce pas parce qu’ il  » promet  » tant et plus ?

      Répondre
  5. PIGIS Yves

    22/03/2016

    La profonde aspiration populaire, c’est quoi , d’après vous ?
    N’oublions pas que la, droite dite de gouvernement a, à peu près, le défaut commun avec la gauche qui est de gouverner contre le peuple, avec les succès que l’on sait pour la santé de notre pays ! !
    Dette souveraine + dette régionale + dette communale !
    Il Vaut mieux ne pas chiffrer, plus facile d’avaler !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)