L’Église catholique après Jean-Paul II

L’Église catholique après Jean-Paul II

Le pape Jean-Paul II s’est éteint samedi 2 avril dans la soirée. Il est trop tôt, sans doute, pour dresser un bilan de son action au cours de ces 26 années de pontificat, mesurer la part qu’il prit à la chute du communisme en Europe de l’Est, apprécier le sens de sa critique du relativisme philosophique, interpréter son combat pour la dignité de la personne humaine et son maintien de la morale traditionnelle…
La logique médiatique, trop manichéenne et surtout trop penchée sur l’éphémère, ne se prête guère à ces appréciations, ces distinctions et ces subtilités.
Mais, à défaut de bilan du pontificat, il est permis de réfléchir à l’après Jean-Paul II et de rectifier certains commentaires erronés de journalistes peu au fait des questions religieuses!
On a ainsi entendu brosser des portraits-robots du prochain pape, qui satisferaient peut-être quelques journalistes post-soixante-huitards, mais qui ne correspondent guère à la tendance du collège cardinalice.
En particulier, on ne prend pas assez en compte le fait que le clivage idéologique ne sera pas le principal critère de choix : il est probable que le vote des 117 cardinaux électeurs (ceux qui sont âgés de moins de 80 ans) se porte sur un cardinal de « centre-droit », mais cela ne dit quasiment rien, car l’écrasante majorité du Sacré-Collège appartient à cette tendance (opposée à la fois à la restauration de l’Église pré-conciliaire et aux dérives progressistes de l’après-concile).
Un certain nombre de critères seront bien plus déterminants: la nationalité (après avoir évoqué pendant des années un cardinal sud-américain, la rumeur vaticane évoque davantage un cardinal italien, depuis plusieurs mois); la question de l’âge (selon que l’on préfère un pape dynamique ou un « pape de transition »);  le profil (un cardinal de la curie ou un archevêque)…
Ceux que l’on appelle les « grands électeurs », c’est-à-dire les cardinaux les plus importants (notamment le cardinal Sodano, secrétaire d’État, et le cardinal Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi), ont déjà réfléchi à la hiérarchisation de ces critères. De là sortiront quelques noms, parmi lesquels l’ensemble des électeurs choisira en quelques jours de conclave. Les dispositions de Jean-Paul II prévoient d’ailleurs un nombre de tours très limité (sept scrutins en trois jours pour atteindre la majorité des deux tiers).
Et cette majorité recherchée des deux tiers est une preuve de plus qu’il y a loin entre les agitations médiatiques et le gouvernement de l’Église catholique !

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Olivarus Répondre

    Si vous voulez vraiment être tendance, trouvez-moi un candidat noir, juif et polyglotte, (pour rester décent). Les repentances pourront s’exprimer jusqu’à la fin des temps.

    16/04/2005 à 10 h 06 min
  • Alain B. Répondre

    Moi, je parierais plutôt pour un pape « noir », pour rester dans la mouvance actuelle…, ou alors un islamiste reconverti, pour mieux appréhender ceux qui vont régner sur l’Europe dans quelques années.

    16/04/2005 à 1 h 52 min
  • sas Répondre

    loupé olivarus…moi je paris sur un …juif…pur jus comme les prophéties de malachi et de nostradamus le prévoient…le dernier pape sera juif…la période se nomme « dè olivera »…et il consacrera le rapprochement oeucuménique tant voulu par les franc-maçons…voir même le retour de l’église chrétiene dans le giron du judaisme…la délocalisation du vatican à jerusalem…d’où l’empressement de la grande europe…voulue par jean paul II….là nous sommes dans le concrêt. PS) nostradamus a prédit dans ses quatrins la mort de l’avant dernier pape ,àprès un long règne,au mois de juin…à 2 mois près au bout de 6 siècles…c’est quand même autre chose que les niaiserie de « PACO RABANE »…à lire « nostradamus par DEFONBRUN » sas

    13/04/2005 à 22 h 09 min
  • Christophoros. Répondre

    Moi, je sais, nananère c’est Christoph Schoenborn (Vienne) qui sera élu…. Rendez-vous la semaine prochaine…

    13/04/2005 à 21 h 25 min
  • Olivarus Répondre

    Le coup de théâtre Tout ce que vous dites montre bien que tout le monde tire la langue au chat. Personne ne prévoit le successeur. La surprise risque d’être énorme car le milieu est hermétiquement clos et le bilan du prédécesseur trop contrasté pour que le suivisme soit possible. Mon pari, un Saint. Le milieu a besoin d’un ascendant moral incontestable et recherche certainement une grâce particulière. La mystique peut prendre le pas sur la politique. Un père commun, admirable et aux vertus héroiques et cachées. Mon candidat, un Latinos, creusez, je ne vous en dis pas plus. Amicalement

    13/04/2005 à 12 h 06 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *