L’entente à droite, condition du sursaut national

L’entente à droite, condition du sursaut national

Les derniers jours, 1 774 nouveaux abonnés nous ont rejoints. Je suis heureux de leur souhaiter la bienvenue. Et je profite de l’occasion pour rappeler notre ligne éditoriale.

Celle-ci peut en effet surprendre : nous nous refusons à prendre une position unique sur les sujets politiques, économiques, géopolitiques…
Bien sûr, chacun de nous a sa doctrine, sa grille d’analyse, et donc son point de vue sur les événements. Mais le principe des « 4 Vérités » est de con­fronter ce point de vue avec d’autres.

Par conséquent, il est normal de ne pas être en accord avec tel ou tel auteur. Lorsque nous sélectionnons les articles, nous nous obligeons à en publier toujours quelques uns auxquels nous n’aurions pas pensé ou avec lesquels nous sommes franchement en désaccord. C’est la condition nécessaire du débat à droite.

En lisant tel article, vous pouvez vous dire : « Comment un homme de droite peut-il écrire une telle absurdité ? »

Il m’arrive, en tout cas, de songer qu’un tel serait plus cohérent s’il votait socialiste. Mais, après tout, je ne suis pas juge des motivations et des convictions des uns et des autres. Il est de fait qu’il existe une droite pro-américaine et une droite anti-américaine, qu’il existe une droite protectionniste et une droite dérégulatrice, qu’il existe une droite gaulliste et une droite anti-gaulliste…

C’est ainsi. Il peut sembler extrêmement dommageable pour la droite française que de telles divergences existent. Mais c’est une conséquence de la définition de la droite. Ce n’est pas nous d’abord qui nous disons de droite ; c’est la gauche qui nous rejette dans les ténèbres de l’« obscurantisme » et de la « réaction ». La gauche a en effet ce pouvoir inouï (et parfaitement illégitime) de dire qui est « bon » (c’est-à-dire favorable au « progrès ») et qui est mauvais.

J’avoue que je vis très bien le fait d’être vu comme « mauvais » par des personnes qui sont aussi nuisibles pour la patrie et pour le bien commun que les socialo-communistes. Je sais que certaines personnes à droite – même si elles sont rares parmi les lecteurs des « 4 Vérités » – le vivent mal : elles voudraient faire admettre que la droite est aussi « progressiste » que la gauche. À mon humble avis, c’est peine perdue. Nous pourrions le prouver amplement sans aucunement convaincre qui que ce soit. Ces définitions n’ont rien d’objectif ; elles sont purement idéologiques.

Je dois encore préciser que je suis personnellement de la première droite, si je puis dire : de la droite qui a refusé, en 1789, l’idéologie rousseauiste du Contrat social. Mais toutes les vagues successives de la droite sont ici les bienvenues. Nous avons en commun d’être des parias dans notre propre pays. Et, même si les vagues les plus récentes, pour montrer qu’elles n’étaient pas « réactionnaires », n’ont pas hésité jadis à prêter main-forte à la gauche, il n’est plus temps de rejouer les batailles du temps passé.

La France se meurt des inepties démagogiques de la gauche – y compris quand cette gauche se drape sous les oripeaux d’un parti « de droite ». L’immigration de peuplement est en train de substituer une nouvelle population à celle des « Français de souche ». Le socialisme est en train d’étouffer toute initiative privée. La prétendue « Éducation nationale » organise un viol des consciences sans autre précédent dans l’histoire que celui commis dans les « mouvements de jeunesse » du IIIe Reich ou au komsomol… Voilà les urgences !

C’est pourquoi le débat à droite, le débat entre toutes les familles de la droite française, n’a de sens – politiquement du moins – que pour réussir l’entente à droite.

Aux « 4 Vérités », nous sommes viscéralement allergiques au « front républicain »
qui imposerait aux électeurs de l’UMP de voter pour le candidat socialiste afin d’éviter de voter pour le candidat du FN. Que l’UMP ne veuille pas systématiquement s’allier avec le FN, cela peut se comprendre : c’est de la tactique politicienne. Qu’elle refuse, par principe, de le faire, c’est inadmissible, car cela implique que le FN serait un parti « d’une autre nature » que les autres partis. Mais alors qu’on nous dise clairement la différence !

Je pourrais continuer pendant des pages à faire l’apologie de l’entente à droite. Mais une phrase suffira, chers nouveaux abonnés, pour vous dire à quoi vous attendre : nous sommes pour le débat entre toutes les droites, pour réussir l’union de toutes les droites. Et cette union est, à notre avis, la condition du sursaut national de plus en plus indispensable !

PS : le combat se déroule de plus en plus sur internet. N’hésitez pas à vous inscrire à notre lettre d’informations électronique (également hebdomadaire) en laissant votre courriel dans la case prévue à cet effet en page d’accueil de notre site internet <www.les4verites.com>.

Partager cette publication

(18) Commentaires

  • HOMERE Répondre

    Les majorités se font autour de coalitions (programme commun, majorité présidentielle…).Sans celà,le émiettements font échouer les recherches de blocs autour d’idées,sinon communes,mais voisines.Le FN se coupe de la droite,dont il fait partie,par volontarisme,estimant que le parti pourrait,à lui seul attirer les autres composantes de cette droite dont le centre de gravité reste l’UMP.Les récentes déclarations de Marine Le Pen, dont on peut cependant approuver le contenu, vont de nouveau isoler ce parti et c’est dommage pour toute la droite.En politique rien ne sert d’avoir raison seul…c’est ainsi…certains préfèrent mourir debout que vivre couché. "Quand tout le monde est d’accord avec moi, j’ai l’impression d’avoir tort" disait un grand homme.

    Précedemment j’ai parlé (à tort) de la faconde de Marine et de sa facilité de communication…hélas elle a choisie une autre voie.Aurait elle dit "l’occupation de l’espace public par des religieux musulmans constitue une violation de la règle républicaine et constitue un prosélytisme inacceptable par cette occupation qui doit cesser conformément aux lois de notre pays" plutôt que d’ajouter la référence à l’occupation allemande qui n’ajoute rien au problème…mais sa déclaration avait un but…s’isoler de la droite et donner un argument supplémentaire à la gauche. Dommage vraiment….!!!

    13/12/2010 à 10 h 02 min
  • jean-luc.escoffier Répondre

    Ce énième appel à l’entente à droite me paraît reposer une fois de plus sur une méprise quant au référentiel idéologique des partenaires appelés à négocier avec le Front National, méprise que l’épisode d’Hénin-Beaumont aurait dû définitivement dissiper.

    Cet appel semble oublier qu’il existe une entente à gauche de fait, concrétisée depuis des décennies sous la forme « d’ouvertures », « fronts républicains » et autres complicités dans les partages de « gâteaux » d’argent public, entente que la comédie démocratique jouée par les élus de tous les courants hors FN ne camoufle plus aujourd’hui que difficilement.

    Cette entente de fait reflète l’aboutissement de ce long processus qui, depuis 200 ans, a consolidé l’imbrication entre le monde politique et les « milieux d’affaires », imbrication aggravée aujourd’hui par l’obligation faite à tout impétrant de promouvoir des projets de type mondialiste pour être accepté par le système.

    Dans ce contexte, la notion de « droite » ne subsiste que de la manière dont ont survécu pour des raisons commerciales des marques de voitures, de lessives et de téléviseurs après la disparition de leurs fabricants, dans le seul but de faire croire à l’électeur qu’un choix lui est proposé et qu’il vit dans une démocratie.

    Le clivage actuel se situe en fait entre d’un côté l’acceptation d’un esclavage moderne à travers l’extension de l’assistanat et du contournement de l’expression démocratique à l’échelon planétaire et de l’autre la possibilité de décider de son mode de vie à l’intérieur d’un périmètre intangible qui a fait ses preuves lorsque ses ressortissants ont su le défendre : la nation.

    Si une entente mérite d’être souhaitée, ce n’est donc pour l’instant pas sous la bannière désuète de la « droite » qui est aujourd’hui utilisée comme enseigne commerciale par une moitié de la gauche, mais à travers la volonté de restaurer une identité française et de résister au mondialisme sous ses formes économique, politique et idéologique.

    12/12/2010 à 18 h 36 min
  • Brous61 Répondre

    Je ne crois aucunement à un regroupement de droite.
    Parler de droite est de gauche est une vision unidimensionnelle de la politique.
    Si nous considérons 4 axes sur le thème de la liberté, nous pouvons définir + ou – sur ces 4 axes.
    Cela donne une meilleure vision politique

    1) liberté sociale (divorce, avortement, euthanasie, mariage homosexuel, pacs, concubinage, polygamie, prestation sociale gratuite pour tous…)
    2) liberté économique (privatisation, libre concurrence, création d’entreprise, liberté de licenciement, moindre impôt, retrite par capitale, nationalisme ou mondialisme…)
    3) liberté financière (circulation de la monnaie, liberté des banque centrale et annulation de la loi de 1973, contrôle des changes, taxe sur les droits de change ou non, monnaie nationale ou européenne…)
    4) liberté de circulation des personnes (liberté de s’installer ou on veut comme on veut, abandon de la différence étranger/citoyen, mise au banc des criminels de la ville, de la région, du pays…)

    Pensez vous trouver des positions de gauche et de droite ?

    Je vous rappel la position de Georges Marchais (communiste) contre l’immigration favorable à la baisse des salaires au profit des patrons de droites
    Je vous rappel la position de Jaurès (Socialiste) : la nation c’est ce qui reste au plus démunie !

    Alors la vrai différentiation n’est pas droite ou gauche mais national/mondialiste

    12/12/2010 à 18 h 08 min
  • christian pène Répondre

    qu’est-ce que ça veut dire " la droite" ? la droite géographique au parlement ? tout au plus : ne dit-on pas que l’UMP et la gauche c’est "bonnet rouge" ou "rouge bonnet" phrygien naturellement ou bonnets d’ânes ? qui a parlé d’UMPS ?????

     

    il y a d’abord la saine gestion de l’entreprise "France S.A" : à cet égard Nicolas S. ne se sent aucune obligation de résultat sauf se maintenir jusqu’en 2012 , si possible 5 ans de plus…..grâce à une première élection déjà truquée par des comptes de campagne fausssés à coups de cosmétiques L’ORÉAL notamment , la complicité de SERVIER Jacques …..

    christian pène

     

    12/12/2010 à 17 h 26 min
  • Paulette Répondre

    Je suis 100% d’accord avec vous, cher Guillaume.

    11/12/2010 à 10 h 30 min
  • Tutenuit Jean Répondre

    La retraite de l' »affreux » Jean-Marie et son remplacement éventuel par une fille Marine moins diabolisée par l’opinion publique sont une occasion à ne pas manquer pour renforcer et regrouper les droites françaises. Puissent elles développer une forte mais saine compétition pour rassembler le maximum d’adhérents et d’électeurs sans dépenser leurs efforts à des combats fratricides. Puissent elles s’entendre sur des éléments essentiels de programme. Essentiels mais positifs; ainsi plutôt qu’effacer les cinquante ans d’efforts dépensés pour bâtir une Europe et un Euro bien décevants, pourquoi ne pas profiter de ce regroupement et de la croissance des autres droites européennes pour obtenir enfin l’application à l’Europe des principes et des valeurs de la droite, pour affirmer et défendre les frontières de l’Europe et lutter au nom de l’Europe contre une mondialisation et une islamisation qui dévorent bien facilement des nations européennes désunies.

    10/12/2010 à 20 h 57 min
  • zoizic Répondre

    Pour Homère, vous n’avez rien compris à Jean-Marie Le Pen.Les apatrides et les francs-maquereaux pourrisent notre pays et n’ont qu’un but : sa chute. Elle est proche, n’en doutez pas.

    10/12/2010 à 17 h 46 min
  • Anonyme Répondre

    Christian : " Dire que les gaullistes et affiliés sont de droite, c’est avoir un sacré sens de l’humour."

    –   Il vaut sans doute mieux dire que les Africains sont francais…

    Mancney

    10/12/2010 à 14 h 47 min
  • Anonyme Répondre

    Dagmar : " depuis 2007 je n’arrete pas dire, même ici dans l’espace des 4V, que Sarkozy n’était pas de droite."

    –      Sarkosy est a droite pour la France.  C’est la France qui est a gauche… tres a gauche.
    Sur le fond, meme le programme du FN est a gauche.
    Tous ceux qui, largement influencés par le socialisme, acceptent et recherchent des aides et assistances de l’Etat sont des hommes de gauche. Le
    Francais est un homme de GAUCHE. C’est pas nouveau, non?
    Le reste, c’est peanuts et bavardages.

    Mancney

    10/12/2010 à 14 h 29 min
  • HOMERE Répondre

    J’ai écouté le débat Dati/Marine Le Pen et je suis au regret,une fois de plus,de constater l’énorme bêtise de stratégie de Marine Le Pen.L’ambition invraisemblable de vouloir réunir autour du FN on ne sait qui,pour faire un grand parti on ne sait comment et avec quelles autres forces politiques est une absurdité et pire, une erreur domageable pour les français.La persistance dans cette posture suicidaire pour la droite, doit conduire les sympathisants de ce parti à s’interroger sur l’avenir de leur formation.

    Je reconnais que Marine Le Pen est une très bonne communicante et que sa faculté d’expression est au moins,aussi bonne que celle de son père sans les excès dont il est le grand spécialiste,mais dans le meilleur des cas, un second tour gauche/FN donnerai 60% gauche, 40% FN ce qui n’est pas mal mais largement insuffisant.

    Je persiste et signe à dire que si le FN évoluait,il y aurait alors place dans une coalition des droites comme celà est le cas pour d’autres composantes de la droite comme les gaullistes, les libéraux,les sociaux démocrates….il y aurait les nationalistes….

    L’avenir proche nous dira les raisons et les conséquences qu’auront chaque décision politique pour notre pays.Je crains le pire,c’est à dire la gauche au pouvoir….mais d’ici là….!!!

    10/12/2010 à 12 h 31 min
  • Pantalacci Répondre

    Vive la France, vive la Nation, vive notre Patrie éternelles. Angelo

    10/12/2010 à 10 h 16 min
  • sdz Répondre

    Des parias dans notre propre pays… Effectivement ça y ressemble. J’ aurais dit des réfugiés politiques depuis le passage en force sur le traité de Lisbonne, premier facteur d’insécurité totale… On peut même considérer que ce passage en force est pire que la révocation de l’édit de Nantes tant il ruine le vivre-ensemble alors que les "nonistes" sont majoritaires…

    Je ne crois pas en revanche au FN qui a eu sa chance, n’est pas dirigé par des stratèges, et risque une grosse période de purgatoire…

    Je pense aussi  que les mouvements alternatifs ont tout intérêt à bâtir autour de l’UMP un cordon sanitaire comme pour lutter contre la peste! L’ IRC fera bientôt des propositions sur la stratégie et les tactiques à adopter pour vaincre, pour ne pas avoir au final pléthore de candidatures de témoignages… cf blog

    http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com

    09/12/2010 à 12 h 54 min
  • Christian Répondre

    Bonsoir,

    Dire que les gaullistes et affiliés sont de droite, c’est avoir un sacré sens de l’humour.

    Bonne soirée.
    Christian 

    08/12/2010 à 22 h 52 min
  • beligue Répondre

    vozuti +1000 tout est dit

    08/12/2010 à 20 h 39 min
  • dagmar Répondre

    Salut Vozuti

    depuis 2007 je n’arrete pas dire, même ici dans l’espace des 4V, que Sarkozy n’était pas de droite. Que duel UMP-S n’était que réglement des comptes de deux fractions de Système, avec S majuscul.

    Je disais également que le Système est characterisé par son comportement totalitaire et est composé de: PS-UMP, satelites (y compris les chasseurs des racistes), syndicats, secu et fonctionaires. Et tous ce monde danse main dans la main, nous pompe le sang comme des vampires et se marre quand on crèvent.  

    En mai 2007 j’ai dit "AMEN" et depuis je ne dis plus rien

    Dagmar

    08/12/2010 à 16 h 45 min
  • Anonyme Répondre

    Vozuti : " le front communo-maçonnique"

    –        Le front communo-maçonnique ? Curieux mariage… On est en pleine diversité, hein? Ca existe vraiment ce genre de mélange? Je crois que Marcel Cachin, avant guerre, etait Franc Mac.. mais c’etait tres rare. En tout cas, c’est de la fumisterie car les idéologies n’ont rien en commun : On ne peut pas, a un instant "t" donné, etre communiste et franc-mac en meme temps. That’s all.
    Comme quoi, vous pouvez vraiment endosser la tunique qui vous plait, politique, sociale ou religieuse, c’est l’homme et lui seul qui conduit l’action, en utilisant le systeme comme un outil.

    Mancney

    08/12/2010 à 15 h 31 min
  • vozuti Répondre

    la question est :en quoi l’ump est-il un parti de droite?  en réalité il faut une loupe voir meme un microscope pour discerner une différence entre les gouvernements ps et ump.                                 les 2 grandes idéologies de gauche sont le communisme et la franc-maçonnerie.le ps et l’ump font partie de la franc-maçonnerie (leur affrontement n’est q’une mise en scène médiatique).          l’élection de 2002 a montré clairement qu’il n’y a que 2 partis en france :le fn et le front communo-maçonnique.penser à une éventuelle alliance fn-ump relève de l’absurde.

    08/12/2010 à 13 h 15 min
  • HOMERE Répondre

    J’ai déjà écris que la différence tenait dans les outrances du Président du FN par rapport à un discours politiquement acceptable.J’entends par là, sevré de poncifs éculés et simplistes.J’attends aussi et toujours que le nouveau Président (ou Présidente) se démarque clairement de ces outrances afin que de nombreux français rejoingnent ce parti.Défense des valeurs nationales dans tous les corps et les fonctions de l’état, lutte contre les valeurs inacceptables pour notre pays, résurgence du sentiment patriotique, défense des valeurs morales, respect des attributs du pays, lutte contre les excès des pouvoirs politiques et économiques, …bref,une panoplie d’actions suceptibles de ramener et développer la fibre nationale de nos concitoyens qui demandent qu’un grand parti puissent leur garantir un futur national.Accepter aussi d’infléchir ses positions politiques pour pouvoir négocier avec les autres forces de droite sans exclusive.

    Tant que ce travail ne sera pas réalisé,il y a nul doute que le FN conservera son inutilité dans la vie politique française.

    08/12/2010 à 12 h 23 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: