Les « affaires » de la Ve République pourrissante

Les « affaires » de la Ve République pourrissante

Dans cette ambiance de fin de règne (qui, pour Fran­çois Hollande, a commencé dès le 7 mai 2012 !), les scandales succèdent aux scandales et les manipulations aux manipulations.

La dernière trouvaille en date concerne un déjeuner entre François Fillon et Jean-Pierre Jouyet – ancien ministre « d’ouverture » du gouvernement Fillon et actuel secrétaire général de l’Élysée.

Selon les journalistes du « Mon­de », Fabrice Lhomme et Gérard Davet, Jean-Pierre Jouyet leur aurait dit que François Fillon avait tenté de faire pression sur la justice, par son intermédiaire, pour accélérer la procédure dans l’affaire des pénalités de la campagne 2012 payées par l’UMP et non par Nicolas Sarkozy.

Cette demande aurait eu lieu au cours d’un déjeuner en date du 24 juin.

Lorsque furent connues les déclarations des deux journalistes, Jouyet et Fillon commencèrent par démentir.

Jusqu’au moment où les journalistes annoncèrent disposer des enregistrements…

Jean-Pierre Jouyet changea alors de version, affirmant que Fran­çois Fillon l’avait bien sollicité, mais que lui-même, tenant à l’indépendance de la justice, avait décliné. François Fillon l’accuse désormais de mentir.

Nous en sommes là à l’heure où j’écris, mais les choses évoluent vite et cette affaire n’a sans dou­te pas fini d’éclabousser.

En toute hypothèse, ce que révèle cette affaire, c’est, une nouvelle fois, le degré de corruption morale des prétendues élites de la Ve République finissante.

Qu’il s’agisse d’une machination judiciaire ou d’une manipulation médiatique, il est clair que le combat politique n’est plus, depuis longtemps, principalement un combat d’idées, mais un combat de personnes (où les « amis » de son propre camp sont souvent les pires adversaires…) et qu’il peut être mené avec les moyens les plus malsains.

Tous les dirigeants qui se sont succédé, ces dernières années, à la tête de l’État nous ont fait le coup de la « république exemplaire ». En fait de « république exemplaire », nous avons la république des égouts et des caniveaux !

Il est possible que cette affaire disparaisse des « unes » aussi vite qu’elle y est arrivée. Mais il est certain qu’elle recèle au moins une manipulation.

Marine Le Pen a mille fois raison de noter qu’on y retrouve les « 3M », « magouille, manœuvre, mensonge » et que cette affaire est symbolique de la « fange qu’est devenue la vie politique ». Qui donc nettoiera les écuries d’Augias ?

Jean Rouxel

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • quinctius cincinnatus Répondre

    l’ existence et l’ extension de ce bayou font que le candidat (  » anonyme  » ) du P.S. et du Media en 2017 se nomme … Alain Juppé

    12/11/2014 à 14 h 51 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: