Les dérives démocratiques face à l’histoire

Les dérives démocratiques face à l’histoire

Peut-on parler des dérives démocratiques occidentales ? Il est probable que l’Histoire les jugera sévèrement.

Face à un monde en plein bouleversement, les commentaires et les discours politiques se focalisent pour l’essentiel sur des jugements portant sur les concepts dits démocratiques, qui deviennent les drapeaux des campagnes électorales à usage tant intérieur qu’extérieur.

Hier, nous portions aux nues les révolutions du Moyen-Orient, aujourd’hui ce sont les élections russes qui sont l’objet de critiques quasi unanimes et Vladimir Poutine est considéré comme un dictateur usurpateur de démocratie.

En ce qui concerne les campagnes électorales en France et aux Etats Unis, elles sont dominées par des problèmes de personnes et des slogans démagogiques qui prennent la posture d’avancées démocratiques.

Si nous déplorons les campagnes centrées sur le vocabulaire et non sur les défis géopolitiques de 2012, c’est que les mots, les slogans n’effacent pas les réalités. Nous nous réfèrerons aujourd’hui à deux sources d’information :

  • Les écrits et les interviews de Michel Rocard, socialiste et ancien premier ministre de François Mitterrand.

  • Le rapport confidentiel de l’institut de la finance Internationale, l’Ifi, qui regroupe dans son conseil d’administration 30 des plus grandes banques mondiales.

Concernant Michel Rocard, retenons deux citations :

    1. « On nous amuse avec des ballets de prestations, on retrouverait la grande croissance, or la grande croissance c’est terminé, pour cette campagne, le diagnostic n’a pas été assez porté ».

    1. « Si Hollande est élu, la marge de manœuvre est à peu près nulle, et la seule vraie marge de manœuvre c’est la compréhension politique de l’opinion. Je ne vais pas les lâcher, ni lui, ni Sarko ».

Les conséquences d’un défaut de paiement grec

Concernant l’Institut de la finance internationale, il analyse la crise grecque et les conséquences d’un défaut de paiement qui risquerait de faire tache d’huile : « Ce défaut causerait un préjudice dépassant les 1 000 milliards d’euro ». Il se répercuterait sur la banque centrale européenne en lui faisant perdre 177 milliards d’euro, soit 200 % de son capital.

Quant aux banques, leur recapitalisation demanderait 160 milliards d’euro.

Nous venons d’exposer un diagnostic politique et un diagnostic financier, tous deux portés par des autorités reconnues : ils mettent en garde, ils alertent.

Trop pessimistes diront les uns, accentuons la démocratie, changeons de gouvernants, diront les autres.

L’analyse géopolitique se doit d’être objective, comme dans un cas de maladie grave, car ce ne sont ni les mots, ni les saignées, ni les boucs émissaires qui permettent la guérison. Il nous faut de vrais diagnostics et de vrais remèdes dans une recherche de cette union nationale qui nous semble indispensable.

Il n’est pas du tout évident que notre démocratie soit retenue par l’histoire comme un modèle si elle s’effondre dans un mélange de faillite et de troubles sociaux. Nos chroniques ont étudié les situations intérieures et extérieures en proposant des voies de réforme, avec la priorité de rendre confiance aux investisseurs, aux innovateurs pour éviter qu’ils s’expatrient. « La France, une terre d’avenir », ce serait un beau slogan ! Nous devons militer pour que le slogan devienne réalité : l’époque le réclame.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    … et on pourrait ajouter que l’immense majorité des électeurs français pense , comme les media le leur assènent chaque jour avec la constance du bréviaire , que la démocratie c’est l’alternance !  !    !

    10/04/2012 à 19 h 47 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Mais où diable l’auteur a t il vu ne serait ce qu’un soupçon de "démocratie" depuis 1945 ?  Il faut être aveugle pour ne pas vous être aperçu  que vous avez tous été manipulé … par les financiers , les militaires , les politiciens ,les intellectuels , les religieux ( y compris ce "bon" abbé Pierre ) etc … parce que votre véritable nature c’est le CONFORMISME !

    10/04/2012 à 13 h 53 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *