Les divisions internes au Parti socialiste

Posté le octobre 26, 2010, 12:00
4 mins

Quand les commentateurs envisagent la victoire de la gauche en 2012, ils supposent que celle-ci partira unie pour cette échéance électorale – et que la droite partira désunie.

En réalité, l’inverse est beaucoup plus vraisemblable. Si Nicolas Sarkozy, comme il est probable, est candidat pour un deuxième mandat, il n’y aura pas, au sein de la droite parlementaire, de concurrent sérieux. Son seul rival potentiel sera le candidat (ou, plus vraisemblablement, la candidate) du FN.

À gauche, en revanche, le Parti socialiste risque fort de nous offrir le même spectacle que lors des primaires pour l’élection de 2007 : un déchirement aux primaires laissant des traces pour la campagne elle-même.
Le débat sur les retraites, qui était pourtant une belle occasion d’afficher une unité de façade dans la démagogie, en a fourni une nouvelle preuve.

Alors que Martine Aubry soigne sa figure de présidentiable en prenant acte de l’allongement de la durée de cotisation, son porte-parole, Benoît Hamon, par ailleurs héraut de l’aile gauche (!) du PS, a annoncé que, si la gauche remportait les élections de 2012, elle remettrait la question sur la table. Les socialistes les plus sérieux ont immédiatement protesté.

À quel titre parlait Benoît Hamon ? S’exprimait-il en tant que porte-parole du PS ou en tant que leader de l’aile gauche ? Nous n’en savons rien.
Mais nous pouvons noter qu’Aubry a choisi de faire représenter le PS dans les médias par son aile gauche. Cela seul suffit à montrer à quel point sont fumeuses les annonces médiatiques selon lesquelles le Parti socialiste se serait enfin converti à la social-démocratie.

En réalité, le PS reste un parti marxiste-léniniste. Peut-être plus légaliste que les trotskistes, mais marxiste tout de même (persuadé que la lutte des classes est le moteur de l’histoire ou que le temps de travail est un gâteau à taille fixe qu’il faut partager…).

Ces divisions au sein du PS sont évidemment une bonne nouvelle. Mais il faut accueillir la nouvelle avec circonspection, pour deux raisons au moins.

Tout d’abord, parce que la gauche a toujours su s‘unir par-delà les divergences politiques et même par-delà les divergences doctrinales quand il y en a.

Et aussi parce que, dans l’état actuel des choses, si Sarkozy l’emportait en 2012, ce serait une victoire par défaut. Il serait temps que la droite gagne sur son programme et non sur la nullité du programme ou des candidats de gauche !

3 réponses à l'article : Les divisions internes au Parti socialiste

  1. Anonyme

    31/10/2010

    En 2012, les socialos risquent fort de revenir au pouvoir en s’appuyant sur le vote des musulmans qui utilisent ces idots utiles pour arriver tôt ou tard à leur fin : une république islamique.  Car ce qui intéresse les socialos-caviar, c’est le pouvoir et peu importe sur qui ils règnent.  ils pilleront la France à leur fin personnelle (un peu plus que les gens de l’UMP ou du MODEM) et après eux le déluge islamique.  Peu importe, ils seront chacun personnellement à l’abri du besoin pour 2 ou 3 générations et ont de quoi habiter ailleurs qu’en France. 

    Répondre
  2. Christian

    30/10/2010

    Bonsoir,

    Si Sarkosi a été élu, c’est parce les électeurs ne voulaient pas de Ségo, l’évaporée du cerveau.
    Les socialistes le savent bien, ils n’auraient jamais dus perdre cette élection.

    S’il se représente, pour reprendre vos termes " Il sera ECONDUIT sans problème en 2012"
    Le costume est trop grand pour lui, les Français le savent maintenant.
    Au second tour, en imaginant Sarkosi encore présent, même Mélanchon serait élu!!!… Pour dire.

    Bien que, n’ayant aucune idée commune avec Mélanchon, si le cas se présentait, il aurait mon suffrage. Lui au moins parait "sincère"….
    De toutes les façons, il ne pourra pas faire pire.

    Bonne soirée.
    Christian


    Répondre
  3. Gilles

    27/10/2010

    Sarkozy de droite? Sociétalement non en tout cas! Comment peut-on être de droite quand on régularise 200.000 étrangers non européens par an? Ses ministres aux postes les plus visibles sont socialistes, sa femme est fan de Cesare Battisti, il est pour l’avortement et contre la peine de mort.

    Ses vues sur le capital et l’économie, rejoignent celles de Strauss-Kahn ou de Fabius.

    Il pratique en politique de gauche en volant les électeurs du FN. Il sera reconduit sans problème en 2012.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)