Les Gaulois, Sarkozy et le roman national

Posté le septembre 27, 2016, 8:50
3 mins

Le débat politique français prend souvent, ces dernières semaines, des atours totalement surréalistes.

C’est ainsi que toute la caste jacassante s’est emparée de la déclaration de Nicolas Sarkozy, faite lors d’un meeting de campagne à Franconville, le 19 septembre dernier : « À partir du moment où l’on devient Fran­çais, on vit comme un Français et nos ancêtres sont les Gaulois. »

On s’attendrait à ce que ses rivaux pour la primaire lui reprochent son inconséquence : comment celui qui chantait naguère le métissage et le multiculturalisme peut-il aujourd’hui prôner les valeurs inverses ?
Las. Ce n’est pas ce qui fut reproché à Nicolas Sarkozy. Il lui fut reproché la « nullité du débat » (dixit Alain Juppé).

Najat Vallaud-Belkacem, en experte reconnue de notre histoire (elle maîtrise si bien la matière qu’elle l’a quasiment supprimée de nos écoles !), lui proposa un cours d’histoire de rattrapage – non sans se tromper dans sa citation…

Personne ne sembla s’aviser que Nicolas Sarkozy, juste après cette phrase sur « nos ancêtres les Gaulois », parlait de son père hongrois.
Les médias – sans doute déjà passés à autre chose – ne semblèrent pas intéressés non plus par les précisions de M. Sarkozy.

Quelques jours plus tard, il ajoutait aux Gaulois les tirailleurs musulmans, les rois de France ou Napoléon…

Même sans ces précisions, tout le monde avait compris que cette déclaration n’avait rien à voir avec le racisme et tout avec le roman national.

J’ai des doutes sérieux sur la volonté de l’ancien président de faire revivre le roman national. Après avoir dit – à juste titre – pis que pendre de la repentance, il s’empressa, à peine élu, de mettre ses pieds dans les charentaises repentantes de MM. Mitterrand et Chirac. Mais, on ne peut pas lui reprocher de défendre ledit roman national.

Voici quelques mois, est paru en France un livre d’entretiens avec le cardinal Sarah, africain et noir comme l’ébène. Ce dernier disait n’avoir eu aucune difficulté à apprendre dans les écoles françaises que ses ancêtres étaient Gaulois – ce qui, du point de vue ethnique, était évidemment absurde. Il ajoutait qu’il en avait éprouvé de la reconnaissance pour la France qui lui offrait de participer à son prestigieux héritage culturel.

Est-il si difficile de comprendre que c’est cela que nous devrions offrir aux immigrés présents sur notre sol ? Et la gauche n’est-elle pas infiniment plus raciste que Nicolas Sarkozy en leur refusant la culture française ?

56 réponses à l'article : Les Gaulois, Sarkozy et le roman national

  1. vozuti

    29/09/2016

    alain delon avait été démoli et mis au rebut après avoir affiché sa sympathie pour le fn.pour être enfin tranquille et pouvoir sortir du placard,il a été contraint lui aussi, de faire allégeance à juppé,le candidat de l’islam et de l’oligarchie…pathétique…

    Répondre
    • Jaures

      29/09/2016

      Alain Delon a aussi soutenu Pompidou,Giscard, Barre, Sarkozy, C.Boutin,…
      Quelle signification pouvez-vous donc donner aux prises de position d’un type qui n’est qu’un acteur de cinéma résidant en Suisse (il en a la nationalité depuis 25 ans) ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        29/09/2016

        vous êtes helvéticophobe ?

        Répondre
        • Jaures

          29/09/2016

          Du tout ! J’adore Albert Cohen.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            30/09/2016

            à défaut d’ être un écrivain naturalisé suisse de talent, êtes vous, au moins,  » ottoman  » d’ origine ? un fonctionnaire international pour … vivre ? un déçu du sionisme ? enfin êtes vous anorexique ?

          • Jaures

            30/09/2016

            Rien de tout cela. Que vous importe ?

          • quinctius cincinnatus

            30/09/2016

            être aussi suffisant que stupide vous importe davantage ?

          • Jaures

            30/09/2016

            Deux insultes dans la même phrase ?
            Vous rivalisez avec le prodigieux Jacky.
            Quel effet cela vous fait de rejoindre l’élite ?

          • quinctius cincinnatus

            01/10/2016

            vous êtes bien susceptible et psychologiquement bien fragile ! vous voyez des insultes de partout alors qu’ il ne s’ agît que d’ une appréciation de ma part et qui vous concerne pas même d’ un jugement car je n’ ai pas à vous juger comme vous vous le faites habituellement

          • Jaures

            01/10/2016

            Dire à quelqu’un qu’il est suffisant et stupide, sans argumenter rationnellement (tel propos est suffisant, voici pourquoi. Tel autre est stupide, voici pourquoi) relève de l’insulte, c’est à dire de l’offense gratuite.
            Mais je le dis sans aigreur car pour moi quand vous en venez aux insultes c’est que vous n’avez plus d’arguments rationnels, comme un athlète essoufflé renonce au dernier tour de piste.
            Je vous dis donc, cher Quinctius, à bientôt pour votre prochaine insulte !

          • quinctius cincinnatus

            01/10/2016

            suffisant : se dit de quelqu’un qui montre de l’ arrogance dans ses rapports avec autrui et qui a une OPINION avantageuse de lui-même

            stupide : se dit de quelqu’ un qui manque de jugement, de réflexion

            si vous faites, honnêtement, votre introspection, comme nous le demande les pasteurs, n’ est ce pas votre cas ?

            où est l’ insulte ?

            je ne demande qu’ à vous aider dans la perfection de vous-même ! ! !

          • Jaures

            01/10/2016

            Si vous cherchez à m’aider, vous n’êtes guère pédagogue.
            Relevez donc les propos que vous jugez suffisants, ceux que vous pensez stupides et ensuite je ferai avec plaisir mon introspection.
            Je suis plus prosaïque avec vous et quand vous dîtes une ineptie (genre votre peintre en bâtiment prof de lycée avec 2 ans d’expérience) je la souligne en rouge pour que vous ne la renouveliez pas.
            Vous devriez m’en remercier.

            De rien !

      • Jacky Social

        30/09/2016

        Du coup, Jaures marque un point. Le belatre helvetico-boucher a soutenu tout et son contraire en ayant tort sur toute la ligne.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          30/09/2016

          c’ est bie à cela qu’ on reconnait les gloires  » culturelles  » du Media en France : le poids chiche [ au lieu et place du cerveau ]

          mais j’ ai aussi beaucoup apprécié  » d’ un type qui n’ est après tout qu’ un acteur de cinéma  » comme si ses gloires politiques personnelles ne jouaient pas dans la même comedia dell’ arte

          Répondre
  2. druant philippe

    29/09/2016

    « mariton veut remplir sa marmite… »

    Mariton = marmiton

    Répondre
  3. vozuti

    29/09/2016

    mariton veut remplir sa marmite…encore un qui finit à quatre pattes pour lécher le cul de l’ignoble juppé.

    Répondre
  4. BRENUS

    28/09/2016

    @QC. Celui qui a dit que son candidat de cœur était Mariton, c’est moi. Même si j’ai ajouté que je ne croyais pas qu’il passerait ,au vu de ses déclarations d’alors qu’il renie sans vergogne maintenant.Je viens d’apprendre qu’il a rallié cette pute de Juppé et de ce fait je suis navré d’avoir cru en lui. Il faut le reconnaitre lorsqu’on a été niqué et bien s’en souvenir (ça je sais parfaitement faire et suis assez rancunier). N’ayant pas d’autre espoir dans cette soit-disant droite, prête a se vendre comme une pute de bas étage, je vais aller grossir les bataillons du vote soit disant inutile, mais qui, s’il atteint à lui seul plus de 40% n’aura pas fini de faire boiter le « vainqueur », comme un clou dans la chaussure.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30/09/2016

      il paraîtrait que Juppé confierait à Mariton une commission d’ étude sur la G.P.A. … un plat de lentilles

      Répondre
  5. druant philippe

    28/09/2016

    On peut se demander en quoi le nain grimaçant Leprechaun
    est gaulois : il s’ agit plutôt d’ une nano créature bâtarde judeo
    quelque chose , en bref un avorton fourbe , menteur , renégat , vil et scélérat avide d’ or et de pouvoir !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30/09/2016

      non rien de tout cela : plus simplement  » il VEUT qu’ on l’ aime  » comme Hollande DIT, lui, être notre SEUL Père protecteur

      Répondre
  6. vozuti

    28/09/2016

    nos ancêtres les sarrazins,inventeurs de la civilisation occidentale…c’est le nouveau credo,il faudra s’y habituer.

    Répondre
    • Jaures

      28/09/2016

      Si vous avez des ancêtres dans le sud, surtout le sud-est, ceux-ci ont sans doute été victimes au VIIIèle et IXème siècle des nombreuses incursions sarrasines et les viols n’étant pas à l’époque l’exception en ces circonstances, votre sang n’est peut-être pas totalement exempt de globules orientales.

      Répondre
      • vozuti

        29/09/2016

        oui,mais contrairement à vous,ce n’est pas l’ascendance à laquelle je m’identifie le plus.

        Répondre
        • Jaures

          29/09/2016

          Je ne m’identifie à aucun de mes ancêtres probables ou imaginaires. Je n’ai nullement besoin de ces fantasmes pour exister.

          Répondre
          • Boutté

            29/09/2016

            pour exister ? Pour vivre c’est autre chose !

  7. quinctius cincinnatus

    28/09/2016

    pour celui qui parmi vous m’ avait dit que son candidat de coeur et de … raison à la  » primaire  » de  » LaDroite  » était Mariton, il sera ,je l’ espère, heureux d’ apprendre que celui ci à rallié … Juppé

    Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    28/09/2016

     » le pire pour LaDroite en 2017 ne serait pas d’ être battue | avec Sarkozy ] mais d’ être une nouvelle fois cocue  »

    Patrick BUISSON

    que penser alors d’ une Droite représentée par … Juppé ?

    le même Buisson pense que les électeurs de  » LaDroite  » française sont les plus bêtes du Monde et que c’ est sur cette donnée « génétique  » que mise … Sarkozy

    Répondre
  9. Anomalie

    27/09/2016

    Nos ancêtres les Gaulois… et autres fadaises : un livre essentiel de François Reynaert qui, comme son nom ne l’indique pas, est une véritable déclaration d’amour à l’Histoire de France. Ou comment partir du roman national pour mieux le déconstruire, sans le mépriser, est possible. Un livre essentiel à mettre entre toutes les mains.

    Répondre
  10. Gérard Pierre

    27/09/2016

    Si elle savait Najat, comme j’étais fier et heureux, moi le petit Français au patronyme alsacien-mosellan … de lire d’un œil attentif le récit des exploits de mes anciens des Jedburgh, des paras d’Indochine et d’Algérie, les doigts tremblants à chaque page tournée.

    Ils nous parlaient de nos ‘’ancêtres‘’ de la France Libre qui avaient combattu le Germain sur le sol de France et de nos ‘’ancêtres‘’ des commandos d’extrême orient qui avaient lutté pour la Liberté, contre le communisme mortifère d’un certain oncle Ho. Ils nous parlaient de nos ‘’aînés‘’ d’Algérie qui avaient combattu les égorgeurs sanguinaires et sans éthique du FLN.

    Si elle savait, la petite Najat, ministre inculte de l’Éducation Nationale, comme c’était bon, pour le petit Français de dix-neuf ans que j’étais, d’être admis au parcours initiatique, à Calvi, sous les ordres du légendaire créateur et patron des commandos Georges d’Algérie.

    Mes camarades s’appelaient Rizzi, Sarian, Ribolzi, Sebbah, Montesi, Van de Kerkof, Le Boidec, Bernstein, Kapoussouzian , Campara, Kozlovsky, Hartmann, …… et parfois même Dupont, Martin ou Durand.

    Si elle savait, la microscopique Najat, qui lit un livre par an mais traite les membres de l’Académie Française de « pseudo Z’ intellectuels », comme c’était pénible pour nous de souffrir en rampant dans les ronces et dans la boue, avec notre ancêtre rescapé de Cao Bang, mortellement blessé à Dien Bien Phu en tentant de sauver « Dominique », comme c’était grisant de crapahuter dans les reliefs du Monte Cinto en accompagnant mentalement dans les Aurès notre charismatique « Bruno » ou le capitaine Graziani.

    Évidemment que nous savions, nous qui avions des noms si difficiles à prononcer ou à écrire, que nos héros n’étaient pas nos ancêtres et que nos ‘’ancêtres‘’ avaient eu d’autres héros.

    Mais c’était si bon de croire le contraire, rien qu’une heure par jour.

    J’étais si fier de faire partie spirituellement de cette Histoire là.

    Imagine-t-elle, l’inculte, haineuse et revancharde petite Najat, que son cerveau formé dans les années Mitterrand et lessivé depuis trente ans à l’eau de Javel de SOS racisme et de Terra Nova, sera capable un jour de comprendre cela ?

    Aussi, lorsqu’après quatre mois d’une dure éphébie, nous reçûmes notre béret rouge et notre ‘’plaque à vélo‘’ numérotée, nous eûmes la certitude, mes camarades et moi-même, parvenus au terme de nos épreuves, d’entrer par adoption, …… et non par droit héréditaire, ou par un quelconque effet de complaisance, …… dans une grande famille, chaleureuse, généreuse, où le mot solidarité était vénéré au plus haut point, mais dont nous avions au préalable accepté les règles, … TOUTES LES RÈGLES.

    Avant d’y être admis, nous avions dû donner des gages, prouver que nous serions dignes de ceux qui avaient fixé les « droits d’entrée » dans cette grande famille ! …… dignes « d’entrer dans la carrière quand nos aînés n’y seraient plus » et de perpétuer l’Esprit et les Traditions !

    Notre droit du sol résultait entre autres de celui de notre arrivée maintes fois répétée, et souvent rude, sur une surface peu propice à un accueil feutré, au bout de vingt-quatre ficelles, après avoir été jetés d’un engin volant à quatre cent mètres d’altitude, et parfois moins. Il précédait un autre droit que confère celui du sang que nous étions prêts à verser.

    Et, plus d’un demi-siècle plus tard, lorsque nous regardons nos ‘’fils‘’ et nos ‘’petits-fils‘’, avec leurs bérets rouges ou verts, et parfois noirs (ceux des commandos de l’air), vissés sur le haut de leurs crânes, …… en Bosnie, au Tchad, en Côte d’Ivoire, en Centrafrique, en Afghanistan, au Liban, au Mali, au Rwanda, à Kolwezi, partout où le devoir fait signe, … [et parfois à l’honneur sur les Champs Élysées], …… nous nous disons qu’ils sont beaux nos petits, qu’ils ont de la gueule, et un immense sentiment de fierté nous envahit : … QUELLE BELLE FAMILLE ILS PERPÉTUENT, …… avec ses joies et avec ses peines, comme dans toute vraie famille !

    Mais je ne vois pas pourquoi je lui dirais ça.

    Najat ! …… manifestement, n’est pas de notre monde ! … non pas parce que nous lui en refusons la possibilité d’y entrer [nous avons aussi, chez nous des Belkacem], mais parce que ELLE, Najat, … se refuse même simplement à le regarder et à le comprendre ! … à défaut de l’aimer.

    Alors je ne lui demande pas de comprendre pourquoi, dans le même esprit, malgré la consonance de mon patronyme, le fait que mes ancêtres soient Gaulois, Francs, Celtes, Juifs, Normands, and so on, ne génère chez moi aucun tourment existentiel ! …… C’est d’abord une affaire de famille, dans laquelle je me sens totalement chez moi et bien entouré !

    Répondre
    • Jaures

      27/09/2016

      « Mais c’était si bon de croire le contraire, rien qu’une heure par jour. »
      Cher Gérard, rien ne vous empêche de croire ce que vous voulez, même le contraire de la vérité si cela vous amuse.
      Mais ne demandez pas aux enseignants d’apprendre aux enfants ce que vous voulez croire et que vous savez faux.
      De toute façon les gamins ne seront pas dupes longtemps.

      Répondre
      • Gérard Pierre

        28/09/2016

        « … ne demandez pas aux enseignants d’apprendre aux enfants ce que vous voulez croire et que vous savez faux. »

        J’aime votre ‘’humour‘’ cher contradicteur pavlovien !

        J’aimerais, pour ma part, lire le développement d’une thèse d’histoire qui aurait pour sujet :

        « Analyse et synthèse des différentes présentations des raisons et des conséquences du débarquement des troupes françaises à Sidi-Ferruch le 14 juin 1830 dans les manuels scolaires de l’école publique de 1871 à nos jours. »

        …… après quoi vous viendrez m’expliquer en quoi vos répétiteurs dociles n’enseignent pas aux enfants ce que la doxa veut qu’ils croient !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          28/09/2016

          vous rejoignez ce que je disais ; la question est bien :

           » à quoi et à qui sert l’ Histoire ?  »

          si [email protected] est pleinement satisfait de son enseignement tel que le pratique l’ E.N. , c’ est bien que cet  » enseignement  » se fait suivant SA ligne idéologique et DANS ses concepts dogmatiques

          mais cette histoire là n’ est pas  » scientifique  »

          p.s. j’ ai lu dans  » Le POINT  » que le  » recours  » aux Gaulois datait de la Renaissance ; cela est loin d’ être exact ; le tout début coïncide de façon subliminale avec la prise du pouvoir par Louis-Philippe , mais l’ énergie véritable de cette identification avec la III ième République après le désastre militaire de 1870

          Répondre
          • Jaures

            28/09/2016

            Où avez vous lu que je serais « pleinement satisfait » de l’enseignement de l’Histoire ?
            On peut critiquer sans écrire des sottises (que l’Hstoire serait supprimé des programmes scolaires, comme c’est avancé ailleurs sur ce blog, ou comme le dit Gérard, qu’il faudrait enseigner ce qui est bon de croire, même si c’est faux).

          • quinctius cincinnatus

            28/09/2016

            remarquons que l’ O.C.D.E.E classe la France en dernière position pour ce qui est de l’ égalité des chances dans réussite scolaire [ selon les  » classes  » sociales ] … une autre grande avancée victorieuse du socialisme  » démocratique  » à la française

        • Jaures

          28/09/2016

          Mais cher Gérard, que ne vous attelez-vous vous même à ces nobles travaux ?
          Mais il ne faut pas écrire la conclusion avant même d’avoir débuté vos recherches.

          Répondre
          • Gérard Pierre

            28/09/2016

            Pourquoi je ne m’attelle pas à ces nobles travaux ? …… parce que je ne suis pas historien de formation et que, très modestement, je ne prétends pas pratiquer un métier que je n’ai pas appris ! …… En revanche, je suis demandeur de partager les résultats du travail d’un professionnel honnête.

            Historien, …… comme l’est par exemple l’africaniste Bernard Lugan dont l’expertise est reconnue dans le monde entier (sauf en France ), …… c’est un métier !

            Un Pierre Vidal-Naquet, qui n’était pas plus historien que je ne suis Inuit, n’avait pas ce genre de scrupule ! …… Philosophe communiste, avec les yeux rivés sur le fameux « sens de l’histoire » propre à l’engeance marxiste, il a pollué les plateaux de télévision de ses sonorités frelatées, notamment en ce qui concerne la guerre d’Indochine et celle d’Algérie !

            D’autre part, où avez-vous pris que j’écrivais la conclusion avant même d’avoir débuté mes recherches ? ……

            Je connais la présentation actuelle, j’ai en mémoire celle de mon livre d’histoire de l’école primaire, j’ai également en mémoire la déclaration de Jules Ferry sur la nécessité de « civiliser les races inférieures » …… Je suis donc simplement curieux de voir, en tenant compte de l’inévitable contexte politisé dans lequel s’inscrit l’enseignement de l’Histoire par des répétiteurs non moins politiquement engagés, avec quelles colossales subtilités les présentations de ce point particulier de l’Histoire de France !

            Après quoi, je serai curieux de voir !

          • Jaures

            28/09/2016

            Vous voyez bien que vous écrivez la conclusion avant d’avoir fait les recherches.
            Vous admirez un historien nettement classé à droite et en rejetez un autre (socialiste et non communiste) parce qu’il est classé à gauche alors que tous deux ont une formation universitaire comparable et ont enseigné dans une faculté de Lyon.
            Pourquoi ne pas considérer que les deux sont historiens et que leurs recherches les amènent à des conclusions différentes ? L’Histoire n’est pas une science exacte: comme l’Economie, elle peut entrainer des avis opposés et des débats.
            Suivez ces débats et faites-vous votre opinion mais ne mettez pas en cause les compétences quand vous n’êtes pas d’accord avec l’opinion d’un historien. Ceux que vous citez sont des intellectuels engagés dont les travaux prêtent à polémique et à critique.
            Pour ce qui concerne la manière dont sont traitées les périodes qui vous préoccupent, procurez-vous les manuels d’histoire des collèges et lycées, vous serez fixé.

          • quinctius cincinnatus

            28/09/2016

            des deux historiens que vous citez,l’ un est un historien aussi rigoureux qu’ il lui est permis d’ être avec les connaissances actuelles, l’ autre un  » philosophe  » ( en réalité un sociologue ) marxiste… voilà qui suffit à comprendre la différence des grilles de lectures *** qui sont si chères à [email protected] : l’ un est aussi rigoureux que possible avec LES interprétations qu’ il peut déduire des faits , l’ autre les dénature pour les besoins de sa … démonstration

            *** il ne manquera pas de vous faire un exposé pédant sur ses  » grilles de lecture  »

            plus concrètement et si on prend l’ exemple du célèbre historien Georges Lefebvre on constate que les faits qu’ il a patiemment colligés sont  » interprétés  » par lui en suivant le schéma d’ une analyse marxiste de sorte que s’ il constate des faits ( par exemple les écrits notariaux sur le marché des terres possédant des droits seigneuriaux souvent tombés en … désuétude du fait que le noble ne les exerçait plus ) il en détourne l’ esprit ( accès à des propriété et à ces droits seigneuriaux par la bourgeoisie de robe ou de … négoce ) par son analyse marxisante et aboutit ainsi à ce qu’ il voulait démontrer … la Révolution Française fut la prise de pouvoir par le … capitalisme … ce qui est pour le moins erroné … il n’ y avait, alors, dans le Royaume de France, contrairement à ce qu’il en était en Angleterre, qu’ un embryon de capitalisme : les  » fabriques  » de Rouen par exemple

          • Jaures

            29/09/2016

            Cher Quinctius, pouvez-vous donner des exemples précis de faits que Vidal-Naquet aurait « dénaturés » ?
            Vos certitudes sont si définitives que vous devez les appuyer sur des éléments concrets.
            Déjà une information qui vous a échappé: Vidal-Naquet était bien historien (agrégé d’histoire) et non « sociologue ».

          • quinctius cincinnatus

            29/09/2016

            oui, certes … un philosophe de formation mais qui  » traite  » l’ Histoire selon les préjugés *** sociologiques de Marx

            *** dans son sens littéral s’ entend

          • quinctius cincinnatus

            29/09/2016

            Vidal-Naquet n’ a t il pas été aussi directeur ou sous-directeur de l’ Ecole des Hautes Etudes en Sciences ( sic ) SOCIALES ?

            il me semble aussi que Annie Kriegel , elle aussi Israélite , disait de lui qu’  » il était toujours à la recherche de son Dreyfus pour en être son Zola  »

            pas un historien mais un militant

            accordons lui et ce n’ est pas rien, l’ honnêteté , d’ avoir signé le manifeste contre la loi Gayssot

          • Jaures

            29/09/2016

            Cher Quinctius, on peut être historien ET sociologue, historien ET économiste, historien ET philosophe, historien ET journaliste, historien ET archéologue, etc…
            Tchekhov était médecin ET écrivain, Anne Fagot-Largeaut est médecin ET philosophe, Jean-Christophe Rufin est médecin ET historien,…
            Vous voyez que vous aussi auriez pu varier vos activités.
            J’attends toujours les éléments qui vous permettent d’écrire que Vidal-Naquet « dénature les faits ».
            Ne vous rapportez pas à ce qu’on dit des textes mais aux textes eux-mêmes.

    • quinctius cincinnatus

      27/09/2016

      la seule question a se poser est celle ci :

       » à quoi, à qui sert l’ Histoire ?  »

      si vous lisez les Historiens  » sérieux « , français ou étrangers , vous constaterez que l’ Histoire qu’ on vous a enseigné ou qu’ on enseigne à vos enfants tient davantage du roman de geste façon Grégoire de Tour ou social façon Zola ou politique façon Michelet et de bien d’ autres après lui que d’ un exposé  » raisonné  » qui exposerait et expliquerait de la manière la plus honnête possible les évènements passés

      Répondre
    • Boutté

      28/09/2016

      Comme c’est bien dit ! J’ai connu les mêmes sentiments et ne m’en suis pas remis .Votre conclusion explique pourquoi ils sont tant acharnés à détruire « la famille » !

      Répondre
  11. quinctius cincinnatus

    27/09/2016

    Sarkozy en expert des origines de la France, cela me laisse rêveur … ce n’ est certainement pas Carla qui a pu combler toutes ses … lacunes en Histoire

    Répondre
  12. Jaures

    27/09/2016

    J’aimerais d’abord que l’on m’éclaire sur cette notion de « roman national ».
    Un roman est une histoire fictionnelle, même quand elle s’appuie sur une réalité sociologique ou historique . Le romancier est un artiste dont le but est de faire vivre au lecteur une expérience imaginaire.
    Est-ce cela que l’on attend de l’enseignement de l’Histoire ?
    Il est vrai que certains anciens manuels d’Histoire (pas si vieux, ceux des années 60) définissaient les Gaulois comme nos « ancêtres » et Vercingétorix comme « un héros mort pour la patrie ».
    Tout cela est historiquement ridicule et provient d’un temps où l’Histoire avait une fonction morale autant que pédagogique.

    Le problème de Sarkozy est que dans sa quête stratégique des voix sensées lui donner l’avantage aux primaires (les personnes âgées aisées et conservatrices), il est prêt à dire n’importe quoi. S’il le fallait, il clamerait avec conviction que la Terre est plate et que les enfants naissent par les oreilles.
    Ce qui est ahurissant c’est qu’il tient avec le même aplomb des propos totalement contraires à ceux qu’il tenait il y a quelques années encore.
    Sans doute embarrassé par les railleries, il a essayé d’élargir sa liste de « nos ancêtres » en y ajoutant pêle-mêle « les rois de France, les grands républicains (sic), les soldats de la Légion Etrangère et les tirailleurs sénégalais ».
    On attend la prochaine liste additionnelle.

    Enfin, il est important que les étrangers qui s’établissent en France connaissent l’histoire du pays où ils s’établissent. Exiger la négation de leurs origines est absurde. Ce qui importe c’est qu’un citoyen respecte les lois de la République, le reste demeure sa liberté individuelle. Qui est apte à définir ce que serait en dehors des lois un comportement français en opposition à un autre ?
    Et quand Rouxel affirme que l’Histoire « a quasiment été supprimée de nos écoles », sur quoi se base-t-il pour avancer pareille ineptie ? Jetez un coup d’oeil sur les manuels d’Histoire de CM1-CM2 et sur ceux du collège.
    En quoi ces programmes affichent-il par rapport à ceux des décennies passées un abandon de l’enseignement de l’Histoire ?

    Répondre
    • Gérard Pierre

      28/09/2016

      Vous avez de la France une vision de confiseur installé dans un hall de gare parisienne !

      Ce qui importe pour vous c’est qu’un citoyen respecte les lois de la République, tout comme le boutiquier rappelle au consommateur les rigueurs de la loi avec sa pancarte « magasin sous surveillance », complété par « Nous n’acceptons pas les chèques ». Le reste n’est semble-t-il pour vous qu’accessoire !

      Quel regard passionnant sur l’héritage de nos aînés, héritage dont nous n’avons que l’usufruit mais que nous sommes censés transmettre enrichi par nos propres ‘’épopées‘’ aux générations futures !

      Au passage, vous avez d’ailleurs raison de préciser ‘’un citoyen‘’, car manifestement une forte proportion de ceux qui ne le sont pas ne s’embarrasse pas de principes.

      Le roman national, c’est ce grand livre dont le père Dautruche, rude paysan de mon village de la Woëvre, m’a ‘’lu‘’ des passages lorsqu’il me racontait sa guerre de 14, les tranchées, les montées à l’assaut, Verdun, l’Argonne, la Somme et tous ses exploits, réels ou imaginaires. C’est l’image que je garde encore de lui dans les années cinquante, chaque 11 novembre et chaque 14 juillet, devant le monument aux morts sur la pierre duquel étaient gravés une dizaine de noms familiers. Il était là, dans son costume du dimanche, bien rasé, décorations pendantes, en compagnies d’autres héros de notre village de 197 âmes, abîmés dans le recueillement, comme lui ! …… Ils avaient bouté le ‘’boche‘’ hors de France et j’avais pour eux une vénération sans limite. Je vivais grâce à eux le roman national et j’avais envie d’entrer à mon tour dans l’écriture de ce grand livre.

      Mais pour comprendre ça, faut-il encore aimer ‘’lire‘’ ! …… avoir un sens de l’appartenance non pas à une caste mais à une immense famille et se rendre disponible à l’émotion.

      Répondre
      • Jaures

        28/09/2016

        Je ne dis pas que respecter les lois de la République est suffisant mais c’est la part non négociable de la vie sociale. Le reste relève de la liberté et de l’opinion, ce qui n’est pas accessoire.
        Que le magasin dont vous parlez ne soit pas pillé est le préalable à son existence, aux services qu’il rend, à la vie économique qu’il permet. Vous avez ensuite le choix de vous y rendre ou non, d’en dire le bien ou le mal que vous en pensez, de demander que certains produits y soient proposés. C’est cette vie, cette liberté dont nous avons hérité et qui doit être préservée car elle n’a jamais dans l’Histoire atteint ce niveau.

        Ce que vous décrivez ensuite n’est pas de l’ordre du roman mais du témoignage: ce qui vous a été raconté n’est pas une fiction. J’ai également écouté le récit des années d’emprisonnement de mon grand père en Allemagne. Ce n’est pas là une expérience imaginaire. Contrairement à vous, cela ne m’a en rien donné l’envie d’entrer dans l’Histoire. Quoi ? Vous faut-il pour avoir le sentiment d’exister et être utile tuer ou être tué ?
        Je préfère avoir d’autres perspectives: apprendre, travailler, réfléchir, lutter, fonder une famille, aimer, voyager, faire des rencontres,…
        Peut-être les circonstances peuvent au lieu de tout cela vous amener à crever le nez dans la boue. Ce n’est pas une fin qui pour ma part appelle ma vénération.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          03/10/2016

          peut être un peu de reconnaissance quand même ; celle que vous DEVRIEZ leur témoigner pour vous avoir protégé de la  » servitude « , petite larve égotiste ?

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            03/10/2016

            p. s. …j’ ai bien aimé  » travailler  » dans votre profession de foi qui est loin d’ être un C.V. !

        • Jaures

          03/10/2016

          Les soldats de 20 ans qui crevaient dans la boue pensaient sans doute comme moi qu’ils auraient été bien mieux ailleurs à travailler, aimer, rêver, être libres.
          Les circonstances qu’ils n’avaient pas souhaité en ont décidé autrement.
          C’est à eux que va on respect, pas au fait militaire. Personne de sensé ne souhaite mourir en héros.
          « La mort n’éblouit pas les yeux des partisans » chante le poète.
          Si votre rêve est d’aller vous faire tuer en marchant au pas sur le Chant des Girondins, je vous le laisse.

          Répondre
    • Boutté

      28/09/2016

      N’est-ce pas le Roman National que Gras-du-Bide se proposait de réenchanter ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        28/09/2016

        Merlan l’ Enchanteur comme on le surnomme aussi depuis l’ affaire du coiffeur de l’ Elysée

        Répondre
      • Jaures

        28/09/2016

        C’était le « rêve français ». Tout aussi nébuleux.

        Répondre
    • Le Ket

      28/09/2016

      OUI, Sarko-le-nabot est en quête des soutiens lui permettant d’accéder à la fonction suprême, quoi qu’il en coûte. En campagne électorale, tout est permis, toléré, contesté et manipulé : demain « on rase gratis ! »
      Et Sarközy di Nagy Boca ne reculera devant aucun mensonge, comme en 2007.

      Le tout est de savoir pourquoi il écrit (dans son livre « Tout pour la France ») et clame à longueur de meetings ou d’interviews d’innombrables mesures et de réformes que LUI, quand il était ministre et Président de la République, n’a pas pu, pas su et pas voulu mettre en oeuvre.

      Les électeurs vont ils encore se laisser berner le 23 avril 2017 par Flanby le Gros Mou et Sarko « le Revenant » ?

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29/09/2016

      l’ Histoire comme l’ entendent habituellement les gens est un … roman ou comme la vie un songe !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)