Les graves problèmes de l’armée française

Les graves problèmes de l’armée française

Du moment qu’on démolit l’armée, j’en suis, déclarait Léon Blum, père fondateur du socialisme français, grand pourvoyeur d’armes et munitions aux communistes espagnols en 1936.

Aujourd’hui, alors que les socialistes, avec l’appui des communistes, sont au pouvoir depuis 2 ans, voyons ce qu’il en est de l’armée, menacée dans son existence même, faute de crédits.

Un premier constat s’impose : les affaires militaires sont beaucoup trop sérieuses pour les laisser aux militaires. C’est donc les civils qui s’en occupent et, le premier d’entre eux, le président de la république qui, en ce domaine, plus encore que dans tous les autres, doit être irréprochable : avoir prestige et autorité…

C’est également aux civils, les parlementaires, que revient le droit de fixer le budget des armées, un budget voté depuis des années en diminution constante au profit du « social », c’est-à-dire en partie au profit des étrangers fixés en France : 31,4 milliards d’euros cette année, contre quelque 600 milliards annuels pour la « protection sociale », toujours dans une perspective électoraliste.

Bref, de 5,3 % du PIB en 1960, le budget de l’armée est tombé à 1,5 % en 2014 et le pouvoir socialiste cherche à le rogner encore.

Deuxième constat : en matière de défense, la première question que l’on doit se poser est celle-ci : Quelle est la menace ? D’où vient-elle ? La réponse est simple et sans appel.

La menace, c’est l’islam, qui a déclaré la guerre à l’Occident chrétien avec l’attentat de New York, le 11 septembre 2001 (3 000 morts) et le terrorisme en Europe, à Paris, Londres, Madrid, hier Bruxelles, les guerres au Proche et Moyen-Orient, le chaos en Afrique du Nord et presque partout en Afrique au nord de l’Équateur et dans le monde entier, avec les Tchétchènes en Russie, les Ouïghours en Chine, les Malais en Thaïlande et en Indonésie, et j’en passe, sans oublier nos moines de Tibéhirine égorgés en Algérie.

Troisième constat : à cette guerre mondiale, que l’on dit asymétrique, la France est mal préparée. Elle en est restée à une vision stratégique de guerre à mener contre l’URSS dans les plaines de l’Europe centrale, une inadaptation fondamentale parfaitement décrite dans le dernier ouvrage d’Ivan Stefanovitch, journaliste d’investigation : « Défense française, le devoir d’inventaire », dont cet article s’est inspiré et dont je ne saurais trop recommander la lecture.

Commençons par l’essentiel : la force nucléaire. Celle-ci coûte en moyenne 3,5 mil­liards d’euros consacrés chaque année aux 6 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, à leurs missiles mer-sol et aux missiles air-sol des Mirages 2 000 et Rafale. En 2014, la force nucléaire reste un dogme qui a coûté au contribuable en plus d’un demi-siècle l’équivalent de 357 milliards d’euros. Or, qui prendra en France la décision de lancer une bombe atomique ? Personne. Seuls les musulmans n’hésiteraient pas à le faire.

Je rappelle à ce propos – point d’histoire – que le général de Gaulle, dans une perspective de création d’une force nucléaire, institua le commissariat à l’énergie atomique en 1945, dont il confia la direction à Frédéric Joliot-Curie, membre du Parti communiste, entièrement dépendant de Moscou…

Autre remarque : la composante aérienne de la dissuasion nucléaire est dépendante d’avions ravitailleurs. Je relève à ce sujet que le général Vincent Tesnière a déclaré, lors d’une conférence de presse le 15 septembre 2011, que, pour l’opération Harmattan en Libye, les 4 cinquièmes des avions ravitailleurs ont été fournis par les États-Unis. La France ne dispose en effet que de « grands-pères volants » ravitailleurs, avec un âge moyen de 50 ans. Même observation pour les avions de transport Transall et Hercules, vénérables aéronefs toujours en service, dont l’entretien a évidemment un coût prohibitif, malgré le talent des mécaniciens qui rafistolent sans arrêt ces ruines volantes.

Point de détail à ce sujet : s’agissant de l’opération Serval au Mali, deux hélicoptères Tigre ont bien été acheminés à Bamako, mais par un Antonov 124 ukrainien loué 25 000 eu­ros de l’heure !

Passons au char Leclerc. C’est le char le plus cher du monde, un prix de 2 à 3 fois plus élevé que ses 3 principaux concurrents allemand, britannique et américain, près de 7 milliards d’euros pour 406 chars fabriqués de 1991 à 2007, soit un prix à l’unité d’environ 17 millions d’euros, selon l’estimation du député UMP Gilles Carrez, rapporteur de la loi de finances. À noter aussi que, hors période de formation, un conducteur de char Leclerc bourré d’électronique n’a qu’un quota de 2 heures par an, faute de crédit, ce qui a fait dire au caporal-chef Armand Nein, engagé de 1989 à 2010 au 8e RPIMA : « Les Leclerc tombent en panne comme des mouches. »

En réalité, des 406 chars Leclerc livrés en 2007, il ne reste plus que 254, c’est-à-dire que 152 ont été démantelés, vendus ou « cannibalisés ». Ce char lourd et très onéreux est ainsi devenu un engin de non-emploi, mais son maintien en condition opérationnelle, surtout pour le défilé du 14 juillet, n’en atteint pas moins un coût de 200 millions par an.

Nous arrivons maintenant au Rafale, autant dire un festival d’erreurs. Les Rafale ont coûté à ce jour 43,5 milliards d’euros à l’État. Cet avion conçu et fabriqué par Dassault a été mis en service en 2001 dans la marine et en 2004 dans l’armée de l’air, avec 10 ans de retard sur le calendrier, et 18 ans après le premier vol. Ancien délégué général à l’armement, Henri Conze déclare : « Avec le Rafale, la France s’est engagée dans un programme complètement inutile, face à l’extinction de la menace soviétique, tout aussi inutile que le char Leclerc… »

Le 7 mai 1996, lors d’un entretien confidentiel avec des membres de la commission de la défense de l’Assemblée nationale, le chef d’état-major de l’armée de l’air, à l’époque le général Jean Rannou, proposait l’abandon pur et simple du programme Rafale. Mais le Rafale est toujours là. Il coûte 150 millions d’euros pièce et 26 000 euros l’heure de vol, contre 11 700 euros pour le Mirage 2 000. À noter que la loi de programmation militaire 2014-2019 ne prévoit plus la livraison de 286 Rafales à l’armée, mais 225, et plus probablement 180. Ajoutons à cela que cet avion souffre sans doute d’un défaut de conception. Les performances exigées d’un chasseur ou d’un bombardier ne peuvent être réunies, me dit-on, dans un seul appareil : il faut choisir. Aussi bien, compte tenu de son coût d’achat, d’entretien et d’utilisation, très élevé, aucun pays n’a voulu acheter ce magnifique « chasseur-bombardier ». Les Pays-Bas, la Corée du Sud, Singapour, le Maroc, les Émirats arabes unis, le Brésil, la Suisse ont dit non. Le dernier espoir réside en Inde, que l’on supplie de nous acheter ce très beau jouet. Le projet, présenté aux In­diens, porte sur 12 milliards d’euros et, bien sûr, quelques autres gracieusetés…

Notons, à ce propos, que le budget militaire indien devrait dépasser d’ici 2020 les dépenses militaires confondues du Royaume-Uni et de la France. L’arsenal nucléaire de l’Inde compte déjà plus de 80 ogives nucléaires destinées plutôt au Pakistan. Petit problème cependant : l’Inde est devenue depuis 2011 le 2e client des États-Unis pour le matériel de guerre. Espérons que le projet de vente du Rafale à nos amis indiens n’aboutira pas finalement à la vente de F16 américains !

 

(Article à suivre)

Christian Lambert 

Ancien Ambassadeur de France

Partager cette publication

(19) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    l’auteur qui semble s’être abreuvé aux bonnes sources sinon les meilleures ( encore que tous les officiers généraux de l’armée de l’Air n’étaient pas de l’avis de Henri Conze ) oublie de signaler que:

    – les drones d’attaque et d’observation … ne volent quasiment pas, qu’ils sont encore dans les limbes ! :

    – jamais il n’y eût autant d’officiers généraux dans les 4 armes ( je pense tout particulièrement à la gendarmerie )

    – jamais le montant global des soldes ( quand elles étaient … payées … aux combattants ! ) ne fût aussi élevé alors que les effectifs étaient en constante baisse

    je préfère ne pas parler du renseignement militaire , là où se trouve les plus brillants de nos officiers et qui est dans un état de misérabilisme premortem

    bref nous savons tous que l’Armée est à l’image du Pays … un foutoir absolu de plus !

    09/06/2014 à 15 h 05 min
  • Casseron Répondre

    je suis stupéfait par la réponse de Jaurès du 4 juin.Il devrait se plonger dans le coran et dans les hadiths. Il ne s’agit pas de guerre interne, mais bien d’une guerre mondiale permanente depuis 632. Elle vise les « mecreants », particulèrement les juifs et les chrétiens, qui doivent se soumettre à l’islam (soumission) ou mourir, car pour l’islam le statut de dhimmis n’est que temporaire. On trouve dans le coran 360 fois le mot « tuer », jamais le mot « aimer ». C’est d’un changement de cvilisation qu’il s’agit…….

    05/06/2014 à 12 h 29 min
    • Jaures Répondre

      On se demande pourquoi en guerre contre l’Occident, les musulmans commencent par se tuer par centaines de milliers.
      Etrange stratégie. Hitler aurait bien aimé qu’Américains et Anglais se bombardent entre eux pour combattre le nazisme.
      Quant au Coran, on y trouve ce que l’on veut, comme tous les écrits religieux. La Bible est truffée d’appels au meurtre. Et même, si rien n’y était écrit de violent, quelques exégètes auraient tôt fait d’interpréter quelques phrases sibyllines pour justifier les pires méfaits. D’ailleurs, quelque soit le Dieu ou son absence, le pire a effectivement eut lieu.

      05/06/2014 à 21 h 21 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        on croirait , à vous lire, que jamais vous n’avez été responsable d’une association loi 1901 ! plutôt que de  » mutualiser  » leurs efforts, elles se tirent avec allégresse dans les pattes pour avoir la plus grosse part du gâteau et en vouant l’autre aux gémonies : on est toujours l’hérétique de quelqu’un, l’ego est toujours sans mesure ! … votre intervention relève soit de la plus grossière et particulièrement malhabile hypocrisie, soit de la bêtise humaniste la plus vigoureuse et la plus profonde … on vous demande de la REFLEXION et de la LUCIDITE et rien d’autre

        06/06/2014 à 8 h 29 min
        • Jaures Répondre

          Donc, Quinctius, la lucidité est de dire que même si 99% des victimes des conflits en cours sont musulmanes, même si les ces conflits se déroulent en terres musulmanes, il s’agit d’une guerre des musulmans contre les chrétiens.
          Et, pour votre information, les associations minées par les conflits internes ne font pas long feu.

          06/06/2014 à 9 h 10 min
          • quinctius cincinnatus

            pour votre éducation de base en ce qui concerne les guerres non conventionnelles , ici INTRA-confessionnelles :

            – d’abord s’assurer ( par tous les moyens ) la prépondérance dans son propre camp ( exemple la  » Nation  » Zoulou )

            – ensuite soumettre l’ennemi ( les Xhosas )

            ce n’est certainement pas vous qui allez m’apprendre le B. A. BA de la guerre subversive

            06/06/2014 à 14 h 25 min
          • M.d'O.

            (.. Psst ! Jaures :

             » Faire long feu  » signifiant précisément ne pas partir (parlant d’un coup de fusil ancienne fabrication) ou s’éteindre ou encore rater son coup , bref louper la manoeuvre ,
             » Ne pas faire long feu  » veut donc dire le contraire : réussir,arriver pleinement au résultat, mener à bien et rapidement une affaire etc….
            Est-ce bien ce que vous vouliez exprimer ? )

            06/06/2014 à 14 h 58 min
      • lanceur Répondre

        Totalement faux, lisez ou relisez ce qu’a écrit casseron.

        21/12/2016 à 17 h 45 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Le point géographique 21°25′21.15″N et 39°49′34.1″E. doit être programmé sur de nombreuses ogives nucléaires de par le monde.
    Gageons que Russes, Américains, Chinois et Indiens ont ce point en ligne de mire.
    Une attaque nucléaire islamiste signifierait la fin de cette religion.

    05/06/2014 à 10 h 21 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      pas vérifié la localisation,mais j’espère que c’est celui de Riyad et pas celui de Téhéran , parce que là encore il faut savoir faire le … bon choix et ce n’est pas gagné avec nos géo-politiciens occidentaux !

      06/06/2014 à 8 h 35 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Allez sur Google Earth et rentrez les coordonnées indiquées. La localité sera clairement affichées sur la carte. Bonne recherche.

        06/06/2014 à 9 h 18 min
  • Marquais Répondre

    Noble jaurès quand gros Minet dit à P’tite souris  » sort de ton trou » elle voit trop bien la manoeuvre… , elle préfère se méfier !
    Guerre interne ou envahissement, il vaut mieux se méfier de ces extrémistes et de leur Charia ( même si des gens comme moi n’ont rien à craindre de la charia )

    05/06/2014 à 7 h 58 min
  • Jaures Répondre

    L’erreur fondamentale de cet article est de dire que l’Islam serait en guerre contre l’Occident. C’est totalement faux: l’Islam est en guerre interne pour des raisons de domination idéologique et territoriale comme ce fut le cas de l’Occident durant des siècles.
    Les morts occidentaux lors d’attentats islamistes sont les victimes collatérales de ce conflit. Le 11 septembre fut le moyen pour Al Qaïda d’avoir la main mise idéologique sur ce conflit. Rien de comparable n’a eu lieu depuis. Le nombre de morts occidentaux cumulés ces 10 dernières années durant des attentats islamistes est bien inférieur à celui des assassinats perpétrés par Breivik qui se dit chrétien.
    De l’autre côté, c’est par centaines de milliers que l’on compte les victimes musulmanes de ces guerres.
    Certains fondamentalistes cherchent à étendre ce conflit. D’autres ont plus des motivations de gangsters que d’idéologues. Cela c’est toujours vu lors de conflits similaires et il importe de ne pas tomber dans ce piège.

    04/06/2014 à 17 h 31 min
    • lavandin Répondre

      @ Jaures Ajoutez aux victimes des attentats de Madrid ceux des attentats commis au Royaume uni, vous constaterez que vous comptez mal , et encore plus si l’on ajoute ceux du 11 septembre……A qui ferez vous croire que les islamistes assassinent des chrétiens (ou des mécréants) pour impressionner des mouvements rivaux !!!!

      05/06/2014 à 12 h 08 min
      • Jaures Répondre

        J’ai écrit depuis 10 ans, pas depuis le 11 septembre.
        Si les islamistes s’en prenaient d’abord aux occidentaux ou aux chrétiens, ceux-ci seraient leurs principales victimes.
        Or, depuis une dizaine d’années, les morts musulmans se comptent en centaines de milliers (rien qu’en Syrie, plus de 150 000), rien à voir avec les victimes chrétiennes aussi regrettables soient-elles.
        Et bien entendu que les fondamentalistes s’en prennent aux occidentaux pour des raisons indirectes. Le 11 septembre a permis à Ben Laden d’être le chef spirituel des islamistes durant 12 ans et de provoquer 2 guerres. La réaction de Bush a d’ailleurs servi des intérêts.

        05/06/2014 à 13 h 54 min
        • lavandin Répondre

          sans tenir compte du 11 septembre , vous comptez mal quand meme !! La barbarie musulmane s’exerce là ou elle peut donner cours plus facilement au plus bas de ses instincts….je vous laisse à vos convictions

          05/06/2014 à 19 h 54 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          ah ! si c’est pour des questions  » indirectes  » tout va bien, sinon pour le mieux, et nous voilà donc rassurés ; il ne nous reste plus qu’à lever les craintes qu’ils ont et donc à supprimer ces question  » indirectes  » … comme la géo-politique est simple dans l’esprit  » rose bobon  » de @ Jaurès : il y a quelque chose qui vous dérange, qui vous heurte , qui vous inquiète, pas de problème nous le supprimons !

          06/06/2014 à 8 h 41 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          Tant qu’ils se tuent entre eux, ils n’auront pas le temps de nous tuer. Cela les occupe, tant mieux.
          Qui s’est déjà plaint quand ses ennemis s’entretuaient à part Jaures?
          Ben Laden, le chef spirituel auto-proclamé des moslems, a servi entretemps de daphnés aux poissons de l’Océan Indien.
          On ne badine pas avec l’oncle Sam!

          06/06/2014 à 9 h 25 min
          • quinctius cincinnatus

             » on ne badine pas etc … »

            rien que de plus exacte , enfant j’ai été par deux fois sous les tapis des bombes  » libératrices  » … c’est dire si j’ai été très tôt mithridatisé surtout si on y ajoute d’avoir été pris par trois fois entre des feux de mitrailleuses … bref pour ce qui concerne les balles je suis  » vacciné  » … mais courageux ( profession oblige … à mon époque désarmer des déments ou des assassins c’était le travail du toubib pas celui des .. » carabiniers  » )

            09/06/2014 à 14 h 37 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: