Les Identitaires contre les demeurés post-modernes

Posté le octobre 25, 2010, 12:42
52 secs

 ”Depuis quelques semaines, dans les rues des grandes villes de France, les imbéciles heureux de plusieurs lycées de France jouent à « C’est la ! C’est la ! C’est la révolution ! » (à scander avec une mèche de dandy à peine pubère devant les yeux, visiblement peu pratique pour parer les balles de flash-ball taquines), indique ce texte. 

Lequel poursuit : “Il est peu probable que les jeunes identitaires de la campagne Une Autre Jeunesse aient mis un pied dans ces cortèges ou s’enthousiasment pour l’un des deux camps en présence : les demeurés post-modernes cherchant à prouver à leurs parents que, eux aussi, peuvent faire retentir leur jolie voix à peine sortie de la mue comme papa/maman il y a 40 ans lançaient des pavés sur les représentants d’un pouvoir « fasciste ». Et puis l’éternelle petite équipe gouvernementale de taffioles droitardes cherchant, elle, à prouver à son électorat qu’ils en ont dans le caleçon et qu’en démocratie, ce n’est pas la rue qui gouverne. Les mêmes qui achètent la paix sociale à coups de milliards dans les banlieues pour des équipements brûlés la veille, et qui le seront le surlendemain, par les enfants de la Diversité. Quand on est « de droite » et au gouvernement, le courage est à géométrie très variable.”

Article précédent

DSK, la bulle

3 réponses à l'article : Les Identitaires contre les demeurés post-modernes

  1. Gédéon

    26/10/2010

    Eh oui mon cher Michel, vous êtes seul comme moi. Qui a vu , il y a 3 ans que la rupture, c’était la continuité des mêmes anneries programmées par la présidence précédente, en réussissant à diaboliser les seuls capables de nous sortir de là.
    Les écoliers impubères qui scandent la révolution à l’occasion de ce grand bordel occasionnés par des fonctionnaires et des employés des régimes spéciaux pour une réformette qui ne les concernent pas, ne sont pas à leur place, pas plus que la majorité des grèvistes.
    Soit dit en passant, j’ai passé le cap des 70 ans, et je n’envisage pas d’accrocher la fleur au fusil pour redresser (essayer) les tords.
    Nos médias nous le serinent suffisemment, l’avenir appartient à nos jeunes. S’ils préfèrent croire les anneries gaucho-socialisantes de leurs leaders socialo-communistes, c’est leur prôblème. Ils se rendront assez vite compte de leur erreur, mais il sera trop tard pour eux, et je ne serai plus là pour leur dire comme un vieux c.. (c’est à la mode, dixit H. Morin), J’avais raison.

    Répondre
  2. DOE Jane

    26/10/2010

    ceci est la parfaite démonstration de la manière dont l’histoire est enseignée….il est vrai que tous les meneurs de 68 sont installés dans de juteux fauteuils gouvernementaux ou opposants professionnels
    grassement entretenus par des imbéciles heureux qui pensent se prémunir au cas où ils viendraient à accéder au pouvoir
    je pleure la disparition de Jacques Marseille qui aurait si bien su moucher ces braillards immatures et manipulés

    Répondre
  3. Michel

    26/10/2010

    Comment se fait-il que sur un tel sujet, il n’y ait aucun commentaire ? L’Observatoire n’aurait-il aucun lecteur ? A part moi…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)