Les maisons de retraite dorées de la République chiraquienne

Les maisons de retraite dorées de la République chiraquienne

Il suffit de fréquenter quelques parlementaires pour être frappé par la distance schyzophrénique entre leur liberté de parole privée et la prudence de leurs propos publics. Plus encore : par la lucidité qu’ils ont souvent sur les affaires publiques, de pair avec un conformisme à toute épreuve dans leur comportement politique. Ce qui les amène à voter des deux mains des textes dont ils disent pourtant le plus grand mal dès qu’ils ont quitté l’hémicycle…
Or, considérés individuellement, ces hommes et ces femmes, de droite comme de gauche, ne sont certainement pas moins courageux que la moyenne des Français. Il faut donc chercher des raisons objectives à leur pusillanimité. L’observation attentive du passage du gouvernement Raffarin II à Raffarin III, suivi par les élections européennes puis sénatoriales de dimanche dernier, est à cet égard instructive. Car, au-delà de l’évolution dans un sens ou dans un autre du corps électoral, du grand balancier politique, on a assisté, parallèlement, à une vaste opération de reclassement du personnel.
Avec Jacques Chirac, la règle non écrite mais néanmoins intangible est qu’un politicien a un droit absolu à être reclassé dans l’une ou l’autre des maisons de retraite de la République, à la seule condition de lui avoir été fidèle jusqu’au bout.
À ce jour, tous les ministres évincés du gouvernement Raffarin, dans sa version précédente, ont été reclassés. Le Docteur Jean-François Mattéi a été nommé conseiller d’État, le préfet Pierre-André Wiltzer a été nommé ambassadeur « en mission », Jean-Jacques Aillagon comme Luc Ferry viennent d’entrer au Conseil économique et social tandis que Francis Mer, 65 ans, a récolté différentes missions temporaires…
François Mitterrand avait d’ailleurs exactement la même conception de la vie politique. Et la gauche, autant qu’elle le peut, a exactement la même pratique. Elle a reclassé au Sénat aussi bien Robert Hue que Dominique Voynet. Le retour de Charles Pasqua, 77 ans, au palais du Luxembourg, est équilibré par le renouvellement du socialiste Robert Badinter, 78 ans…
Le système politique français, au point de dévoiement où il est maintenant arrivé, permet à tout politicien professionnel de vivre, quasiment jusqu’à la fin de ses jours, non seulement de l’argent public, très confortablement, mais encore sous les ors des palais de la République. À cela une seule condition est mise : ne pas cracher dans la soupe. Et donc mettre une sourdine à toute critique un peu sévère. Votez comme on vous le dit. Sinon, on vous lâche…

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • FD Pipes Répondre

    Sans chercher à polémiquer, l’article de M. Rouxel n’a rien de très brillant puisqu’il ne fait que reprendre ce qui se dit partout et dans n’importe quel journal écrit ou télévisé. Ce n’est une surprise pour personne (à part certains lecteurs) et bien qu’elle puisse paraître choquante, cette façon de faire existe partout et surtout aux USA. Je tiens quand même à préciser que la plupart de ces postes n’ont rien de vraiment stratégiques.

    09/10/2004 à 19 h 34 min
  • Thierry Répondre

    Merci Mr Rouxel pour ce tres bon article. Il est triste de constater que le plus grand probleme francais, qui enleve toute credibilité a cette grande nation, resulte de l’atitude quasi-mafieuse de sa classe politique. Beaucoup de francais seraient pret au changement,mais la classe politique de notre pays est trop corrompu pour suivre…

    05/10/2004 à 21 h 09 min
  • Liberal Répondre

    Je c que sa na aucun raport avec ce brillant article et j’en suis vraiment navrer mais si vous me permeter de laisser cette nouvelle cela serai vraiment ( je n’est pas de mots adequat mais vous avez certainement compris ) Il sagit d’une petition a signer pour que stop la desinformation de l’afp c assez important alors signer sa peu etre tres utile bien que se soit plus indispensable qu’utile la petition : http://www.acmedias.org/petition_signer.asp le texte de la petition (a lire avant de signer sinon jaurer mauvaise conscience de lavoire mi apres la petition elle mm ) : http://www.acmedias.org/petition_texte.htm « QUI CONTRÔLE LE PASSÉ, CONTRÔLE LE FUTUR ! QUI CONTRÔLE LE PRÉSENT, CONTRÔLE LE PASSÉ !  » GEORGES ORWELL, CITATION DU LIVRE 1984 Ne laisson pas l’afp controler notre vie en controlant nos media deja bien pouris (gauchistes etc…) Mercie bcp et bien a vous

    05/10/2004 à 0 h 13 min
  • glayani Répondre

    Je n’ai pas r é rifié par moi-même ce que vous avancez sur les élus pris individuellement; mais il est v rai que poris collectivement, par partis, ils sont tout à fait décevants, à droite comme à gauche. N’est ce pas en France que l’on a inventé le terme « béni-oui-oui », ou en Algérie française ? Nous sommes donc très loin de la démocratie. Arrêtons de vouloir donner des leçons aux autres qui nos rient au nez.

    04/10/2004 à 20 h 45 min
  • Observateur Répondre

    Jean Rouxel, Bravo pour votre analyse de la corruption et de la démagogie de la classe politique française au pouvoir ! Ainsi va la vie dans cette république soviétoïde bananière qu’est la France, où la nomenclatura socialiste de la gauche masquée (UMP-UDF) concurrence la gauche officielle (sur sa gauche) !

    03/10/2004 à 21 h 59 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: